En 2011, j’avais parlé du roman d’Agatha Christie qui s’appelait alors encore « Dix petits nègres » mais que j’ai lu en anglais sous son titre « And then there were none » et cette adaptation en BD du roman est donc une « relecture » pour moi alors pour vous raconter l’histoire, je vais vous recopier ce que j’avais écrit à l’époque :

Dix personnes qui ne se connaissent pas  sont conviées sous divers prétextes sur une île isolée du Devon (« Indian Island » dans la version anglaise moderne qui a transformé « l’île au Nègre » de la version d’origine et de la version française et « L’île du soldat » dans la BD) par un mystérieux Mr Owen .

Dès la première soirée, une voix enregistrée annonce que toutes ces personnes avaient commis un crime, directement ou indirectement au cours de leur vie et qu’ils allaient tous être puni pour ces crimes.

Un par un, les invités meurent, en suivant le schéma d’une comptine affichée dans la maison…et au fur et à mesure que les gens meurent, une des dix statuettes qui étaient dans la salle à manger disparaît… Et pourtant, il n’y a personne à part ces 10 personnes, l’île a été fouillée méthodiquement par les invités dès la première mort…

La BD est très fidèle au roman et si les dessins sont assez classiques (un peu trop pour moi) ils sont réussis et donnent bien la personnalité de chaque personnage et je trouve que c’est un bon support pour découvrir Agatha Christie ou le relire comme moi!

Catégorie chiffre pour ma ligne BD
chez Lou et Titine
@lemoisbritish sur Instagram
Chez Hilde et Lou

16 commentaires sur « Ils étaient dix (adapté d’Agatha Christie) : Pascal Davoz et Callixte »

    1. Personnellement je ne suis pas choquée par le titre d’origine car il tirait son origine d’une comptine mais en fait on aurait pu changer le titre en même temps que les anglais l’ont fait pour le marché américain : And then there were none (la fin de la comptine plutôt que le début !)

      J’aime

  1. Un grand classique que ce titre, je serai curieuse de le lire en BD aussi ! (et sinon, en version dérivée de « dix petits nègres », en littérature ado il y a le génial « Dix » de Marine Carteron, que j’ai adoré aussi !)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s