Ce roman se passe en Angleterre en 1920 et c’est un roman sur l’après-guerre et le fil rouge de l’histoire est d’ailleurs la récupération d’un soldat inconnu sur les terres des combats pour culminer avec la cérémonie, journée nationale d’hommage.

Tout au long de cette histoire, on va suivre des femmes qui souffrent des conséquences de la guerre : Evelyn, jeune fille de bonne famille, qui a perdu un doigt alors qu’elle travaillait dans une usine d’armement pour l’effort de guerre et surtout qui a perdu l’homme qu’elle aimait au combat. Un deuil qui ne peut pas en être réellement un car ils étaient amants mais leur relation n’était pas officielle. Donc elle doit vivre son deuil dans le secret. Son travail actuel au bureau des anciens combattants l’amène à être en permanence confrontée au malheur des hommes et au souvenir de son amour perdu.

Il y a aussi Ada qui a perdu son fils aux combats mais qui ne se remet pas et elle a des visions de son fils qui reviendrait la voir. A cause de son deuil ou de son impossibilité à faire vraiment son deuil, elle s’éloigne de son mari et s’isole.

Nous suivons aussi Hettie, une jeune femme qui essaie de prendre son indépendance en étant danseuse professionnelle dans des salles de bal. Elle rencontre des anciens combattants et a du mal à comprendre son propre frère qui souffre de choc posttraumatique. Elle va rencontrer un jeune homme fantasque et très porté sur l’alcool.

Des liens entre les femmes, directs ou indirects, vont apparaître petit à petit, au-delà de leurs expériences dramatiques de la guerre.

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai trouvé bien écrit (et très bien lu par Dominique Blanc -à part quand elle lisait les noms de villes anglaises comme « Leicester » 😉 ). J’ai retrouvé l’ambiance de « Downton Abbey » avec les différents milieux sociaux du début du 20e siècle. On sent bien que la société est à un tournant.

Mais surtout j’ai trouvé vraiment intéressant de voir l’après-guerre du point de vu de celles qui n’ont pas combattu mais qui subissent tout autant les conséquences des combats. D’ailleurs, la cérémonie pour le soldat inconnu, qui ne faisait pas forcément l’unanimité, se révèle être un moment qui permet à beaucoup de personnes de pouvoir faire du deuil national un deuil personnel.

*

Le hasard a voulu qu’alors que j’écoutais ce livre audio, j’ai vu ce tableau dans une expo au musée Marmottan Monet à Paris et j’ai immédiatement pensé à ma lecture!

« La pensée aux absents » d’André Devambez
chez Lou et Titine
@lemoisbritish sur Instagram

6 commentaires sur « Le chagrin des vivants : Anna Hope (Lu par Dominique Blanc) »

  1. Bonjour Enna, j’ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir comme les deux suivants de l’écrivain. J’espère qu’il y en aura un quatrième. Une lecture faite par Dominique Blanc doit être bien agréable. Bon dimanche.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s