Miss Charity T 1 L’enfance de l’art (d’après Marie-Aude Murail) : Loïc Clément et Anne Montel

En 2010 j’avais eu un coup de coeur pour le roman de Marie-Aude Murail « Miss Charity », alors quand j’ai eu vent d’une adaptation BD j’ai tout de suite été intéressée. Et encore plus quand j’ai su que les auteurs étaient Loïc Clément et Anne Montel car j’ai adoré tout ce que j’ai lu d’eux : Shä et Salomé Jours de pluie,  Le temps des mitaines (T1), Coeur de renard (T2), La Nuit des croque-souris (T3), Chaussette et Les jours sucrés!

Ce premier tome, comme son sous-titre l’indique, raconte l’enfance de Miss Charity. Pour vous raconter l’histoire, je vais reprendre ce que j’en avais dit dans mon billet à l’époque car c’est très fidèle au roman!

Miss Charity est une petite fille qui grandit dans une famille de la bonne société Victorienne en Angleterre. Comme la plupart des enfants de cette époque, elle est reléguée à la nursery avec sa bonne (un personnage haut en couleur!). Miss Charity s’ennuie au 3ème étage de la maison familiale jusqu’à ce qu’elle commence à adopter et apprivoiser lapins, souris, crapauds et autres canards et corbeaux… Elle les étudie, ainsi que les champignons et la nature en général et les peint à l’aquarelle. Elle fréquente aussi ses cousines qui, elles, suivent de plus près la vie des jeunes filles de la bonne société.

J’ai aimé l’histoire comme je l’avais aimé lors de ma première lecture mais je dois dire que l’adaptation est excellente! Les dessins et l’univers de Loïc Clément et Anne Montel se prêtent parfaitement à l’ambiance et aux aventures de Miss Charity. C’est vraie réussite et j’ai bien hâte de découvrir la suite!

Pour voir des images, allez sur le site de l’éditeur.

Catégorie Art

Vous faites quoi demain le 7/07 à 07h07 et/ou à 19h07??

Moi?Le 7/07 à 07h07 et/ou à 19h07,  je prendrai une photo de ce que je suis en train de faire (et vu que c’est mon dernier jour de travail, il y a de grandes chance que j’en prenne une à 7h07!)

Vous aussi, prenez une photo de ce que vous êtes en train de faire, du lieu où vous êtes, des gens qui vous entourent (on n’est pas obligé de voir votre tête), ce que vous voulez !

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Pas besoin de s’inscrire à l’avance ni même de nous connaître avant, pas besoin d’avoir un blog et si vous en avez un, vous n’êtes pas obligés de faire de billet : le but c’est de se dire qu’au même moment on a tous appuyé sur le déclencheur! Plus on est de fous, plus la mosaïque sera grande 😉

Il suffit ensuite soit de m’envoyer un lien sur le blog ou de m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite! Si vous êtes partant, n’hésitez pas! A demain j’espère! 😉

Sous les galets la plage : Pascal Rabaté

Pascal Rabaté est un auteur de BD que j’aime beaucoup et j’ai déjà lu plusieurs de ses album alors quand j’ai vu cette BD dans les nouveauté de la médiathèque, je n’ai pas résisté!

A la fin de l’été 1963, Albert, Francis et Edouard, trois copains de bonnes familles, viennent finir leurs vacances dans les propriétés familiales avant de commencer leurs études supérieures. Profitant de leur liberté, les jeunes hommes boivent le vin de leurs pères et trainent sur la plage la nuit. C’est là qu’ils font la connaissance d’Odette, une jeune femme très libre qui leur propose un bain de minuit… Les trois garçons, coincés comme pouvaient l’être des garçons de familles bourgeoises des années 1960, tombent bien entendu sous son charme.

Plus tard, quand ils la reverront, ça sera à leurs dépens puisqu’elle va les manipuler pour les entraîner dans une association de malfaiteurs. Mais Albert et Odette vont tomber amoureux et il va surtout découvrir auprès d’elle et de sa vie marginale qu’il ne veut plus se plier aux désirs et aux traditions de sa famille.

Cette histoire qui se passe au début des années 1960 laisse entrevoir ce que la fin des années 60 et mai 68 va changer dans la vie de nombreux jeunes.

J’ai beaucoup aimé les dessins tout en finesse et plein de sensualité qui représentent très bien l’époque.

Pour voir des dessins, allez sur le site de l’éditeur.