Lecture assortie à ma tenue 😉

Quand j’allais commencer à lire ce livre, j’ai fait quelques recherches sur l’autrice et j’étais intriguée car je ne trouvais pas ce titre dans sa bibliographie et j’ai découvert que c’était en fait une nouvelle intitulée « White Noise » qui faisait partie initialement d’un recueil de nouvelles intitulé « Daddy : stories » (en anglais). Les éditions « La Table Ronde » ont d’ailleurs aussi édité la nouvelle « Los Angeles » de ce recueil et ils ont aussi le titre « Daddy » mais en lisant le résumé je n’arrive pas à comprendre s’il s’agit du même recueil de plusieurs nouvelles ou juste la nouvelle « The Nanny ». Je suis très curieuse et j’ai bien envie de lire le recueil entier!

Cette nouvelle parle d’un certain « Harvey » dans lequel on reconnait bien évidemment Harvey Weinstein (mais ce n’est pourtant entièrement biographique, j’ai même fait quelques recherches pour vérifier des faits.)

L’autrice prend le partie de raconter la veille du verdict du procès du protagoniste. Il est persuadé qu’il ne sera pas condamné -il minimise ce dont il est accusé (les femmes qui l’accusent savaient bien ce qu’elles faisaient, d’après lui, il n’a rien à se reprocher!) et il est déjà en train de se projeter sur des idées d’avenir après avoir cru voir l’auteur Don DeLillo à côté de la maison où il vit reclus, se voyant déjà adapter le roman « White Noise ».

A côté de cette arrogance, on voit aussi un homme diminué physiquement, au corps qui se délite et qui doit être assisté et cherche du réconfort auprès d’un médecin au traitement douteux pour son dos et auprès de sa fille (personnage fictif) qui semble assez mal à l’aise au moment de rendre visite à son père avec sa petite-fille.

J’ai bien aimé cette nouvelle qui montre finalement un homme à deux facettes, entre le monstre sans scrupule et inconscient du fait qu’il arrive à la fin d’une ère et un homme blessé sans force et sans charisme. Et les deux aspects ne sont pas glorieux. Et d’ailleurs, j’étais un peu mal à l’aise au début de lire ce quotidien et ces désillusions égoïstes d’un homme qui avait été tellement puissant avant et puis on voit petit à petit comment l’autrice montre la chute de l’homme.

EDIT de « La table ronde » : « Harvey est un texte à part, il ne fait pas partie du recueil Daddy. White noise est le titre de la courte nouvelle (publiée en 2020 dans le New Yorker), qui a servi de point de départ à Harvey. »

Merci aux Éditions de La Table Ronde chez qui j’ai gagné ce livre lors du mois Américain sur Instagram l’an dernier !

Etats-Unis

6 commentaires sur « Harvey : Emma Cline »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s