Résumé : « Nice, 1922. Deux prostituées sont assassinées, le crâne rasé et le corps recouvert d’étranges symboles. Bientôt, ce sont des enfants qui disparaissent et qui sont retrouvés égorgés aux quatre coins de la ville dans une mise en scène macabre. Louis Forestier, un commissaire des brigades mobiles créées par Clemenceau, se lance sur les traces de celui que les journaux ont surnommé l’« Ogre ». Il est épaulé par Frédéric Berthellon, un spécialiste des pathologies mentales de l’hôpital Sainte-Anne venu exprès de Paris, et par Raphaël Mathesson, un richissime érudit, aviateur à ses heures perdues. Très vite, ils découvrent que le tueur observe un rituel inspiré de récits de l’Antiquité sur la descente des mortels dans le monde des Enfers. L’affaire prend une dimension nouvelle quand le fils d’un millionnaire américain est enlevé par le tueur. Le compte à rebours commence : des ruelles miséreuses du vieux Nice aux luxueuses villas des hivernants, chaque indice est interprété pour tenter de saisir les motivations de l’Ogre, et de remonter sa piste.« 

*

La quatrième de couverture raconte en détails l’histoire, je n’ai rien à ajouter. J’ai vraiment beaucoup aimé ce polar qui se passe dans les années 1920 et qui se situe vraiment bien dans l’époque que ce soit par les personnages et leurs histoires personnelles teintées par la Grande Guerre que par le mode de vie entre les gens modestes et la haute société de Nice et par les prémices de l’analyse psychiatrique des crimes.

On y suit des hommes d’une autre époque et j’ai vraiment aimé ce voyage dans le temps. J’ai aussi trouvé que l’intrigue policière tenait la route. Il est intéressant de glisser le point de vue d’un « aliéniste » pour apporter une touche psychologique qui n’était pas la norme à l’époque. D’ailleurs, les autres policiers ne sont pas tous convaincus au début de l’enquête.

Je vous recommande cette lecture et je pense que ça ne sera pas le dernier livre que je lirai de Valentin Musso. j’ai aussi trouvé que la lecture de Julien Allouf collait parfaitement à l’univers de ce roman.

Et puis pour l’anecdote, Louis Forestier, fait partie des Brigades Mobiles de Clémenceau, aussi appelées les « Brigades du Tigre » et forcément, moi qui regardais la série télévisée du même nom quand j’étais enfant, je n’ai pas pu m’empêcher d’y penser en lisant ce livre (et j’avais même l’air du générique en tête!)

Catégorie gros mot

8 commentaires sur « Le murmure de l’ogre : Valentin Musso (Lu par Julien Allouf) »

  1. J’ai découvert Valentin Musso avec ce titre et j’avoue que j’ai été bluffée. Je le relirai aussi. J’ai aussi écouté « la ronde des innocents » qui demande beaucoup d’attention j’ai trouvé plus brouillon mais sans doute que la version papier était plus appropriée

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s