Olivia Kidney : Ellen Potter

Comme pour l’album que je vous présente aussi aujourd’hui, j’ai choisi ce roman  par hasard à la médiathèque car je voulais lire des titres jeunesse pas trop longs. Je n’en avais jamais entendu parlé mais des personnes ont réagi positivement quand j’ai montré  la couverture sur les réseaux sociaux.

Olivia vient d’emménager avec son père dans un immeuble dont ce dernier est le gardien. Mais Olivia se retrouve un jour toute seule sans pouvoir rentrer dans son appartement et le temps de retrouver son père, elle va faire des rencontres parmi les habitants tous plus étranges les uns que les autres : une dame qui vit dans un appartement tout en verre, même le sol, un garçon mystérieux qui a une famille de 10 enfants dont la mère élève des chèvres dans une chambre, une diva qui raconte comment par la musique elle a dompté un pirate sanguinaire et qui manipule tous ceux qu’elle croise, une médium qui va faire le lien entre es vivants et les fantômes…

Ce roman est assez déroutant et le jeune lecteur devra accepter de plonger dans un mélange de réalité et d’imaginaire sans que cela soit clairement dit si c’était la réalité ou des hallucinations… Il y a un petit côté « Alice au pays des merveilles » moderne par certains aspects. Mais ce qui est certain, c’est qu’Olivia est un personnage touchant car elle est ne va pas vraiment bien et toutes ces rencontres vont l’aider dans une quête pour aller mieux.

 chez Titine

Route 66 : Frédéric Marais

J’ai emprunté cet album un peu par hasard car je voyais la fin du mois américain approché et je voulais lire des la jeunesse et des titres pas trop longs car je commençais à manquer de temps et quand j’ai vu cet album à la médiathèque, je me suis dit que même si l’auteur n’était pas américain, la mention de la mythique « Route 66 » me paraissais idéale pour ce mois de septembre!

Ce bel album à quatre couleurs très tranchées (turquoise, rouge orangé, bleu marine et blanc) avec des dessins tout en ombres assez spectaculaires raconte les origines de la Route 66 à l’époque de la conquête de l’Ouest quand la route n’existait pas justement et que c’est un certain Hadji Ali al-Hajaya (surnommé « Hi Jolly ») et ses chameaux de l’autre bout du monde qui va permettre le développement de cette route et des Etats-Unis !

Un bel album intéressant sur un aspect méconnu de cette route si célèbre.

De l’auteur j’avais aussi lu et aimé « Yasuke »

 chez Titine

Où va le blog cette semaine?

Où va le blog cette semaine?

J’ai pris conscience que ça faisait déjà 4 semaines qui étaient passées depuis la rentrée… je n’ai pas vu le temps passer, c’est fou quand on a le nez dans le guidon… Je gère au travail mais je suis débordée par tout ce qui est à côté (je n’arrive pas à trouver le temps passer des coups de fils importants comme pour prendre rendez-vous chez le kiné, prendre l’abonnement au théâtre ou contacter des amis ou de la famille…) alors quand la fatigue le soir et un bug d’internet s’en sont mêlés, le blog est passé en second plan et je suis un peu en flux tendu… Mes lectures avancent bien mais les billets ne suivent pas du tout 😉 Il va falloir que je me dépêche… beaucoup!

Quel est le programme cette semaine?

Demain, lundi 28 septembre, vous pourrez lire deux avis pour des livres jeunesse pour le mois américain : un album, « Route 66 » et un roman, « Olivia Kidney » (ce sont les seuls billets tapés de la semaine à l’heure où j’écris ce billet!)

Mercredi 30 septembre, je vous parlerai des tomes 2 et 3 de la BD « Martha Jane Cannary » et ce sera ma dernière participation au mois américain 2020. Merci à Titine pour son challenge et à Mélanie pour son implication très appréciée sur Instagram!

Jeudi 1er octobre, il y aura le bilan de mes lectures de septembre et aussi le 3e recap’ du challenge Petit Bac (et là, j’ai quelques sueurs froides car à l’heure actuelle, j’ai beaucoup de liens en retard alors j’espère trouver le temps de mettre la grille à jour!

Vendredi 2 octobre, ce sera le traditionnel billet « Oyez! Oyez! ».

Et enfin, dimanche 4 octobre, je vous présenterai deux petites BD comiques : « Putain de chat » et « En quarantaine ».

En ce moment, avec les yeux, je lis « La légèreté » de Catherine Meurisse et avec les oreilles, je poursuis l’audiolecture de « Valentine ou la belle saison de Anne-Laure Bondoux (lu par Fabienne Loriaux et Benoît Grimmiaux) et ma prochaine lecture sera « The book of gold leaves » de Mirza Waheed et en audio mes prochaines lectures seront pour mois québécois car je suis allée piocher sur Ici Radio Canada Première qui propose plein de livre audio gratuits (et lus par des québécois!), je vais commencer par « L’Obomsawin » de Daniel Poliquin (Lu par Richard Léger).

Je vous souhaite une bonne semaine et belles lectures à tous! A bientôt!

Ohio : Stephen Markley

Résumé de l’éditeur : « Par un fébrile soir d’été, quatre anciens camarades de lycée désormais trentenaires se trouvent par hasard réunis à New Canaan, la petite ville de l’Ohio où ils ont grandi.

Bill Ashcraft, ancien activiste humanitaire devenu toxicomane, doit y livrer un mystérieux paquet. Stacey Moore a accepté de rencontrer la mère de son ex-petite amie disparue et veut en profiter pour régler ses comptes avec son frère, qui n’a jamais accepté son homosexualité. Dan Eaton s’apprête à retrouver son amour de jeunesse, mais le jeune vétéran, qui a perdu un œil en Irak, peine à se raccrocher à la vie. Tina Ross, elle, a décidé de se venger d’un garçon qui n’a jamais cessé de hanter son esprit.

Tous incarnent cette jeunesse meurtrie et désabusée qui, depuis le drame du 11-Septembre, n’a connu que la guerre, la récession, la montée du populisme et l’échec du rêve américain. Chacun d’entre eux est déterminé à atteindre le but qu’il s’est fixé.

À la manière d’un roman noir, cette fresque sociale et politique hyperréaliste s’impose comme le grand livre de l’Amérique déboussolée et marque l’entrée en littérature d’un jeune écrivain aussi talentueux qu’ambitieux. »

*

Je n’avais pas prévu d’acheter de livre de la rentrée littéraire, j’étais entrée dans la librairie chouchou pour faire des cadeaux et puis, j’ai regardé ce roman et mon libraire m’a dit que ça avait été un coup de coeur pour lui. En lisant la quatrième de couverture, ça m’a un peu fait penser à « Retour à Little Wing » (dans les faits pas vraiment!) et mon libraire m’a dit deux mots sur le côté très contemporain et noir et j’ai craqué alors que je n’avais même pas encore vu passer la couverture du livre sur internet (et pourtant en matière d’achats de livres brochés, je suis en général plus prudente que cela 😉 (Bon depuis, je vois que plein de lecteurs l’ont lu et aimé!)

J’ai commencé ce gros livre de plus de 500 pages au pire moment pour une prof : juste avant la rentrée scolaire… Résultat, j’ai lu très très doucement car je manquais de temps libre et de temps de cerveau disponible et je l’ai donc lu en 18 jours… mais je l’ai lu avec un vrai plaisir et jamais l’envie de l’abandonner. Au contraire, c’est un roman qui me manquait quand je ne le lisais pas, j’avais vraiment envie de le retrouver!

Je ne sais pas si je vais vous « raconter l’histoire » car c’est très compliqué mais plutôt vous dire à quel point je suis admirative de l’auteur qui a réussi à faire un récit complexe qui se lit avec une grande facilité tout en nous faisant voyager dans le temps.

En racontant une nuit où des personnes qui se sont connues à l’époque du lycée vont se retrouver, se croiser (ou sont passées à côté des autres sans le savoir), il va tisser des connexions entre l’époque où ils se sont connus, entre leurs vies  d’adultes quand ils sont partis, et il ajoute à cela des éléments concernant la marche du monde et les conséquences que cela a sur les individus : les attentats du 11 septembre qui surviennent quand ils sont au lycée et qui vont influencer leurs relations sur le coup mais qui vont aussi influencer des choix de vie, que ce soit dans le patriotisme et l’armée ou dans l’opposition au système, la vie des soldats sur les terrains de combats et les conséquences lorsqu’ils reviennent aux Etats-Unis…

Mais d’autres thématiques sociales extrêmement fortes sont aussi évoquées comme les relations amoureuses adolescentes, les « clans » au lycée, les abus sexuels, l’homosexualité, la place de la religion dans une Amérique bien pensante, l’usage de drogues, la précarité…

Et puis, il arrive aussi à glisser du mystère ce qui fait que ce roman se lit à la fois comme un documentaire, comme un roman noir et même un thriller tout en développant énormément la psychologie des personnages.

Ce roman est pour moi un grand roman sur la société américaine actuelle entre les années 2000 et nos jours dans l’Amérique profonde! J’imagine très bien une série télé hyper réaliste tiré de ce roman (et vu sa richesse, il y aurait pas mal d’épisodes!)

Et pour finir, ce qui m’a le plus étonnée c’est de lire que c’était un premier roman! Si l’auteur est capable de cela avec un premier roman, je peux vous dire que j’ai hâte de lire d’autres romans de lui car il maîtrise vraiment ce qu’il fait!

Bon, je vous ai mis le résumé de l’éditeur en début de billet car je n’ai finalement pas réussi à vraiment vous dire de quoi ça parlait et je vous mets une vidéo de Stephen Markley qui vous fait un résumé d’une minute, mais franchement, je ne peux que vous le recommander, il est excellent!

 chez Titine

Sauvage : Jamey Bradbury (lu par Karl-Line Heller)

Résumé de l’éditeur : « À dix-sept ans, Tracy Petrikoff possède un don inné pour la chasse et les pièges. Elle vit à l’écart du reste du monde et sillonne avec ses chiens de traîneau les immensités sauvages de l’Alaska. Immuablement, elle respecte les trois règles que sa mère, trop tôt disparue, lui a dictées : «ne jamais perdre la maison de vue», «ne jamais rentrer avec les mains sales» et surtout «ne jamais faire saigner un humain». Jusqu’au jour où, attaquée en pleine forêt, Tracy reprend connaissance, couverte de sang, persuadée d’avoir tué son agresseur. Elle s’interdit de l’avouer à son père, et ce lourd secret la hante jour et nuit. Une ambiance de doute et d’angoisse s’installe dans la famille, tandis que Tracy prend peu à peu conscience de ses facultés hors du commun.

Flirtant avec le fantastique, ce troublant roman d’initiation nous plonge dans l’intimité d’une jeune fille singulière qui s’interroge sur sa nature profonde. »

*

Ce roman nous emmène dans l’environment vraiment particulier qu’est la nature enneigée de l’Alaska et nous fait aussi découvrir la vie de gens ordinaires dans un milieu assez isolé… Le père de Tracy est musher et élève des chiens de traineau. Enfin, c’est une activité qu’il a un peu laissé à l’abandon depuis la mort de sa femme quelques années auparavant. Tracy, elle, à 17 ans, est une passionnée de courses de chiens et elle peut passer des heures à courir avec ses bêtes dans les bois et passer des heures à chasser et poser des pièges. D’ailleurs, quand son père doit la punir pour son mauvais comportement au lycée c’est en la privant de sorties dans la nature…

Tracy a un rapport à la nature et à la chasse plus que passionné en fait, il est viscérale, presque vital, car elle tire de ses sorties une force vive qui va au-delà du bien-être… Elle ne peut physiquement pas s’en passer et c’est quelque chose qu’elle partageait avec sa mère.

Sa vie bascule quand elle fait une mauvaise rencontre dans les bois et qu’elle pense avoir tué un homme. Puis, un jeune homme vient travailler avec son père et la relation très particulière que Tracy va nouer avec lui, avec chacun ses secrets, va avoir une influence sur tout le reste.

Je reste très floue car il y a tout un aspect un peu fantastique comme le dit la quatrième de couverture mais je ne veux pas trop en dire. Ce n’est pas quelque chose qui m’a gênée, il faut juste accepter de sortir un peu de la réalité.

Dans la veine de romans où des jeunes femmes font preuve d’une grande autonomie et indépendance dans une nature parfois hostile (je pense à « Dans la forêt » et « My absolute Darling« ) je n’ai pourtant pas vraiment réussi à m’attacher au personnage de Tracy, sans doute parce qu’elle me paraissait un peu en-dessous des personnages auxquels « Sauvage » me faisait un peu penser… Ce qui m’a le plus intéressé c’est la peinture de la vie sous cette neige quasi permanente et les courses de chiens de traineaux.

J’ai bien aimé la lecture audio qui correspondait bien au texte.

 Chez Sylire

avec Sylire (j’ai hâte de lire son avis)

catégorie « gros mot »

 chez Titine

Little Lou / Little Lou La route du Sud / Little Lou à Paris : Jean Claverie

J’avais envie de lire ces albums jeunesse depuis que des participants à l’African American History Month challenge en avaient parlé et quand j’ai vu que Titine proposait la thématique « Black lives matter » pour le mois américain, j’ai compris que cela pouvait traiter de l’identité afro-américaine et que ces album y auraient leur place.

« Little Lou », le premier album de la série présente ce petit garçon noir « Little Lou » qui vit avec sa famille dans une ville du Nord des Etats-Unis (sans doute Chicago) où de nombreux Afro-Américains sont venus chercher une vie meilleure en quittant le Sud pour en réalité se retrouver dans des ghettos.

Mais l’album va surtout centrer le récit sur la passion du petit garçon our la musique et le blues. Il a un don et aidé de la communauté dans laquelle il vit dans le quartier -presque un village- il va pouvoir connaître le succès auprès d’autres bluesmen.

Ajoutez à cela un peu d’aventures avec des gangsters typiques des années 1920-30 et vous aurez un très bel album, rythmé comme un blues et dynamique. Le lecteur adulte y lira en filigrane la pauvreté et le ghetto, le racisme et la violence de l’époque mais cela reste une histoire positive.

*

« Little Lou La route du Sud » est le deuxième album de la série. Little Lou veut voir son oncle dans le Sud des Etats-Unis avant que celui-ci ne meurt et quand l’opportunité se présente pour lui de pouvoir accompagner un groupe de musiciens sur une tournée dans le Sud, il arrive à persuader ses parents de le laisser y aller malgré son jeune âge.

Cet album est l’occasion de montrer l’autre face des Etats-Unis : celle de la ségrégation, du racisme ouvert, des luttes de certains Afro-Américains pour plus d’égalité.

Comme dans le précédant tome, un peu d’aventure est ajoutée avec les mêmes gangsters qui se retrouvent sur la route de Little Lou.

De l’humour, de la douceur et de la musique permettent pourtant de faire passer des informations réelles et importantes.

*

« Little Lou à Paris » est le 3e tome. Il ne faut pas trop être regardant sur les dates ni sur le réalisme de cet album car Little Lou reste le petit garçon du premier tome et pourtant l’histoire se passe en 1945 après la fin de la 2e guerre mondiale et quand un groupe de musiciens de jazz est invité par l’armée à jouer pour les troupes américaines en France et que leur pianiste est absent, c’est Little Lou qui va les accompagner!

Mais qu’importe, on est dans le conte! Et cet album nous emmène en France par le bateau et on y découvre la vie des soldats noirs dans l’armée et la vie à Paris où les Noirs sont considérés comme égaux avec les Blancs et c’est une découverte pour Little Lou!

Encore une fois les mêmes gangsters sont présents, plus encore que la dernière fois avec un traffic que Little Lou va aider à déjouer.

*

J’ai beaucoup aimé ces trois albums qui peuvent parler aux adultes comme aux enfants et qui pourront j’en suis sure toucher des jeunes lecteurs d’âges différents. Les illustrations sont très douces et pétillantes!

 chez Titine (Thématique Black Lives Matter)

Une femme simple et honnête : Robert Goolrick (Lu par Xavier Percy)

Résumé de l’éditeur : « Wisconsin, automne 1907. Sur un quai de gare, Ralph Truitt, magnat local craint et respecté, attend un train en retard alors que s’annonce une tempête de neige. Ce train renferme son dernier espoir, une promesse de bonheur et d’harmonie retrouvée. Ralph Truitt a placé plusieurs mois auparavant une annonce dans un journal de Chicago, dans laquelle il a écrit qu’il était à la recherche d’une femme fiable, ayant renoncé aux illusions romantiques, mais sachant apprécier le confort d’un foyer. Dans le train, Catherine Land s’apprête à le rencontrer. Elle lui a répondu qu’elle était cette femme simple et honnête qu’il appelait de ses vœux. Pour mieux l’en convaincre, elle se débarrasse de ses derniers atours de courtisane et se déguise en cette épouse modèle qu’elle compte bien incarner à la perfection, le temps de parvenir à ses fins. »

*

J’ai beaucoup aimé ce roman qui raconte une histoire de couple au début du 20e siècle. Un couple qui ne s’est pas choisi par amour mais qui a conclu un arrangement… Un homme riche et plus âgé recherchant par correspondance une jeune femme « simple et honnête »…

Mais quand on gratte la surface, on découvre que tout repose sur des faux-semblants : l’homme austère et industrieux n’a pas toujours été ainsi et sa « première vie » a été bien différente et a des conséquence sur le présent. Et la jeune femme « simple et honnête » n’est certainement pas aussi pure qu’elle le laisse entendre… Et ses intentions sont loin d’être bonnes…

Et pourtant, malgré cela, il va se tisser quelque chose de fort entre les deux protagonistes…

C’est un roman sur les relations humaines, sur la passion dans l’amour et la raison, sur la famille à différents degrés. Il y a beaucoup de sensualité (si vous le lisez en version audio, il n’est pas à écouter en présence de chastes oreilles enfantines 😉 )

Il y a également un mélange de nature avec la découverte d’une région américaine à l’hiver rigoureux et enneigé qui devient presque une prison et qui entraîne souvent du désespoir et il y a aussi des rêves de jardins italiens luxuriants… Et en parallèle, on évoque les mondes interlopes de New Orléans, la prostitution, des jeunes oisifs jouisseurs qui profitent des opportunités qui se présentent…

C’est une histoire très riche qui montre des personnages complexes et touchants aux destins loin d’être linéaires…

par Estellecalim

 Chez Sylire

 chez Titine

Que faisions nous le mercredi 09/09 à 9h09 et/ou à 21h09?

Le 09/09 nous avons été 13 à prendre 22 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire.

J’ai envoyé les photos à Steff qui a fait les mosaïques  :

A 09h09 : 12 PHOTOS

  1. Personnellement, j’étais en train de faire un jogging.
  2. Steff découvrait ses mails après 1 mois de congés!
  3. Céline émergeait à peine, du coup c’était petit-dèj.
  4. Amandine était encoure sous sa couette!
  5. Bibaurey était à l’animathèque. Elle venais de ranger la partie « médiathèque » du lieu, récupérer les documents réservés que des adhérents souhaitent retirer sur un autre site. L’animathèque était encore fermée à cette heure-là ; elle pouvait donc travailler en musique avec sa collègue, masquées évidemment, en suivant l’idée de leur collègue qui venait d’y faire le ménage. L’occasion d’entendre quelques airs et d’être un peu nostalgiques. Ce fut une matinée bien sympathique avec des usagers âgés de 4 mois à quelques 80 printemps voire plus!
  6. Sandrion se demande si c’est déjà arrivé à quelqu’un : quand son portable a fait « gling » pour lui rappeler de prendre la photo elle était… aux toilettes 😉
  7. Mare tea ne était en vacances à Aigues Mortes, elle venait de se lever et de constater qu’il pleuvait et qu’elle ne déjeunerait pas dans la charmante petite cour
  8. Didingc prenait son petit déjeuner avec sa liseuse : elle lisait Wild Crows, un roman de bikers.
  9. Rachel était en train de faire son sport….essoufflée!
  10. Nath B était au boulot.
  11. Nath Sci sortait de la douche !! Donc elle a pris une photo de ses plantes vertes qui sont dans la salle de bains.
  12. Wakanda faisait l’accueil des petits lutins.

A 21h09 : 10 PHOTOS

  1. Personnellement, j’étais en train de prendre les photos des participants au rendez-vous photographique du matin!
  2. Steff était devant la 8e saison d’Engrenages.
  3. Sandrion était en train de bosser.
  4. CapOcapesDoc était en train de repasser (pas folichon pour elle 😉
  5. Didingc préparait une séance d’EMI pour ses 6ème.
  6. Mare tea ne était en train de faire une petite balade après le repas.
  7. Céline servait son p’tit plat cuisiné au Cookeo car c’était au tour de son compagnon de déguster.
  8. Rachel était en train de lire un très très bon livre, »Je suis l’hiver » de Ricardo Romero, qu’elle conseille… 200 pages intenses.
  9. Nath B scrappait ce qui ne lui était pas arrivé depuis bien longtemps!
  10. Nath Sci glandouillait devant la télé à regarder « Scènes de ménage ». C’est parfois très drôle !

Merci à tous les participants : les fidèles (les accros?) et les occasionnels et les nouveaux (n’hésitez pas à en parler autour de vous, on peut même jouer sans blog ou sans réseau social!)

Le prochain rendez-vous sera le :

Samedi 10/10 à 10h10 et/ou à 22h10!

Où va le blog cette semaine?

Où va le blog cette semaine?

La semaine passée m’a fait réaliser que j’ai pris le rythme! Bon, je parle au niveau travail et lecture (j’ai enfin retrouvé ma vitesse de croisière 😉 ) mais par contre je n’ai pas repris le sport car des petits bobos (pas graves mais gênants) m’en empêchent, mais chaque chose en son temps! Bastien aussi semble se faire au collège! Bref, ça va plutôt bien même si je ne reconnais toujours pas mes élèves en dehors de leur place en classe à cause des masques! Et au niveau du blog, je vais bientôt avoir du retard 😉 D’ailleurs, les deux derniers billets de cette semaine ne sont pas encore tapés!

Quel est le programme cette semaine?

Aujourd’hui vous pourrez voir la mosaïque du 9/9 à 9h09 et 21h09.

Demain, dimanche 20 septembre, vous pourrez lire mon avis sur « Une femme simple et honnête » en audio.

Mardi 22 septembre, je vous parlerai de trois album jeunesse : « Little Lou », « Little Lou la route du sud » et « Little Lou à Paris ».

Jeudi 24 septembre, pour une LC (ou plutôt « écoute commune ») avec Sylire, il y aura un billet sur la version de « Sauvage ».

Et enfin, samedi 26 septembre, je vous parlerai d’un coup de coeur pour « Ohio ».

En ce moment, avec les yeux, je lis « Olivia Kidney » de Ellen Potter et avec les oreilles, j’ai commencé d’audiolire « Valentine ou la belle saison de Anne-Laure Bondoux (lu par Fabienne Loriaux et Benoît Grimmiaux) et ma prochaine lecture sera sans doute « Martha Jane Cannary – intégrale » de Blanchin, Perrissin et en audio je n’ai pas choisi ma lecture.

Je vous souhaite une bonne semaine et belles lectures à tous! A bientôt!

La vérité sort de la bouche de Bastien

Bastien a 10 ans et 11 mois et la vérité sort toujours de sa bouche 😉

  • On est sur le point de partir de la maison et je réalise que Bastien ne s’est pas lavé les dents. Je l’oblige à y aller et il revient en râlant :  « Mais, avec le masque, on s’en fiche ! »

 

  • Comme je n’aime pas qu’il utilise des gros mots ou des mots familiers avec nous, il s’est mis à dire « On s’en touffe » à la place de « On s’en fout » et j’avoue que ça m’a fait rire !

 

  • Je montre à Bastien des trucs sur Facebook que ma copine Hélène a tricoté et il me dit « Son surnom ce serait pas « Hé Laine » vu que c’est que des trucs en laine ?! » 😉

 

  • La rentrée a été la grande étape car comme je l’ai déjà dit, Bastien est rentré en 6e! La chose qui l’a le plus marqué le premier jour, c’est qu’il a failli se trompé d’arrêt de bus et il était assis dans une ligne complètement différente de la sienne. Heureusement il est descendu à temps mais après une grosse frayeur et quelques larmes, la maman d’un copain lui a montré son arrêt et il est rentré à la maison sans soucis !

 

  • « Adam et Eve, c’est pas le gars et la fille de je sais pas quelle religion ? »

 

  • « J’ai entendu un perroquet parler et c’est extrêmement déroutant ! »

 

  • Bastien finit sa 2e semaine sur les rotules, même à pleurer parce que « c’est dur le collège, trop de cours, on commence trop tôt et on finit trop tard, et il faut toujours surveiller l’heure toute la journée ! »(et encore, il n’y a pas encore de devoirs le soir à la maison…) Je pense que le masque et un collège hyper strict sur le protocole et donc anxiogène n’arrange pas les choses…)

 

  • Je lui dis de prendre sa douche les jours où il fait du sport, c’est à dire le mardi, mercredi et jeudi (il n’aime pas se laver…) : « Quoi ? Mais je prends des douches presque tous les jours !! Mais quand je vais commencer à avoir des devoirs, avec la douche aussi, je n’aurai vraiment plus aucun temps pour moi ! »

Mon petit collégien le jour de sa rentrée en 6e…

…qui redevient presque mon petit bébé après deux semaines de levers très tôt le matin et de journées de cours intenses…

Mais on se resource en allant regarder des oiseaux dans la nature!