Que faisions nous le lundi 9/09 à 09h09 et/ou à 21h09?

Le 09/09 nous avons été 12 à prendre 17 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire.

J’ai envoyé les photos à Steff qui a fait les mosaïques  :

A 09h09 : 8 PHOTOS

Personnellement, J’étais en cours et je n’avais pas mis d’alarme et donc, j’ai oublié (et de toute façon, ça aurait été très compliqué avec des 4ème 😉

  1. Steff était en pause café.
  2. Capocapesdoc était au CDI, sans élève pour une fois, et elle enregistrais les magazines dans la base de prêt. Avec un bon café dans la super tasse dessinée par Gribouille de doc.
  3. Nath B était de recup  donc démarrage en douceur avec un thé… et une lecture hautement intellectuelle [le catalogue du supermarché 😉 ]
  4. Aifelle venait de préparer deux entremets sans lactose.
  5. Mare tea ne était à l’aéroport d’Orly : son départ pour Santorin prévu à 8h30 était retardé d’une heure.
  6. Rachel prenait son petit-déjeuner.
  7. Wakanda était au travail : les enfants jouaient avec des animaux et des voitures.
  8. Nath Sci  flemmardait au lit en feuilletant le magazine Lire… Et en notant des titres bien sûr !! Il est vrai que sa PAL n’est pas assez grande 🙂

A 21h09 : 9 PHOTOS

  1. Personnellement, j’étais à la réunion de l’association de parents d’élèves de l’école de Bastien.
  2. Steff était en train de lire.
  3. Nath B continuait la série commencée il y a déjà quelques jours.
  4. Céline venait de finir ses crèmes au chocolat maison.
  5. Didingc finissait de ranger la cuisine et préparait le lave-vaisselle  après sa douche.
  6. Mélanie surveillait que tout le monde mettait le #lemoisamericain dans ses publications sur Instagram dans le cadre du challenge!
  7. Mare tea ne était à Paros sur sa terrasse entourée de bougainvilliers, après un transfert rapide mais réussi entre l’aéroport de Santorin et le port puis une traversée en ferry, il faisait nuit.
  8. Rachel lisait en suivant un match de NFL.
  9. Wakanda était en train de débarrasser la table car elle avait mangé un gâteau pour l’anniversaire de sa tante.

Merci à tous les participants : les fidèles, les occasionnels et les nouveaux! 

Le prochain rendez-vous sera le :

Jeudi 10/10 à 10h10 et/ou à 22h10!

La vérité sort de la bouche de Bastien

Bastien a 9 ans et 11 mois et la vérité sort toujours de sa bouche 😉

  • On passe devant des bateleurs dans un marché je lui dis que c’est leur don d’acteurs qui fait que qu’on achètent leurs produits et Bastien me dit : « Ils sont pas vraiment des acteurs : c’est des «attr-acteurs»!« 

 

  • A la fin de l’été nous avons fait une journée « spéciale Bastien » : Nous sommes allés à la plage et avant d’aller manger chez Burger King, on est allés au cinéma en famille voir : «Comme des bêtes» (on se rattrapait de «l’abandonner» tous les matins pour faire des travaux de peinture 😉 ) Il était vraiment heureux : «J’ai l’impression que c’est mon anniversaire!»

 

  • «C’est au collège que les grands ils mettent la tête des 6e dans les toilettes ?» (il a vu ça dans «Alvin et les chipmunks 😉 )

 

  • «Encore des courgettes!!!! Purée!! Vous allez pas me faire manger que ça tout l’été?!»

 

  • Un mardi soir après la rentrée, je lui dis de profiter de sa grasse matinée du mercredi matin car l’an prochain au collège il ira en classe le mercredi…
    «Hein?! Ah ben moi je veux plus aller au collège!»

 

  • Je le vois jouer avec des maternelles à la garderie et il me dit : «Ils sont trop mignons! Je pense que je dois leur paraître vraiment grand!
    -L’an prochain ça sera le contraire!
    Ah oui, en 6e je serai le petit!
    -Aujourd’hui, des élèves de 3e rigolaient parce qu’un 6e avait appelé sa prof «maîtresse»…
    Ah bon? On dit pas «maîtresse» au collège? Mais on dit quoi?
    -Monsieur Truc et Madame Machin…
    Mais moi j’ai trop l’habitude de dire «maîtresse» , je suis sûr de me tromper!»

 

  • Un soir, je lui disais que ses copains étaient très sympa et que je les aimais beaucoup. J’ai compris qu’il était très fatigué quand il a fini par pleurer en me disant : «Ça me fait de la peine… on dirait que tu les préfères à moi…»

Dernière rentrée en primaire et dernière photo de rentrée devant cette porte!

Septembre = cueillette de mûres

Position improbable de lecture!

Quitter le monde : Douglas Kennedy (Lu par Isabelle Miller)

Résumé de l’éditeur (papier car je ne trouve pas ce titre dans le catalogue audiolib) : « Le soir de son treizième anniversaire, lors d’une énième dispute entre ses parents, Jane Howard annonce qu’elle ne se mariera jamais et n’aura jamais d’enfants.
Mais sommes-nous maître de notre destinée ? Une quinzaine d’années plus tard, Jane est professeur à Boston et amoureuse de Theo, un homme brillant et excentrique qui lui donne une petite Emily. A sa grande surprise, Jane s’épanouit dans la maternité. Mais la tragédie frappe et Jane, dévastée, n’a plus qu’une idée en tête : quitter le monde. Alors qu’elle a renoncé à la vie, c’est paradoxalement la disparition d’une jeune fille qui va lui donner la possibilité d’une rédemption.
Lancée dans une quête obsessionnelle, persuadée qu’elle est plus à même de résoudre cette affaire que la police, Jane va se retrouver face au plus cruel des choix : rester dans l’ombre ou mettre en lumière une effroyable vérité… »

*

Si en lisant ce résumé vous avez l’impression qu’il se passe beaucoup de choses, dites vous bien que la version audio dure plus de 19h (donc j’en déduis que c’est un pavé en papier) et que c’est un roman à la fois assez foisonnant au niveau du récit mais assez « bavard » au niveau du style.

Tout d’abord, j’ai eu l’impression de lire trois ou quatre romans à la suite car j’ai trouvé que les différentes parties de la vie de Jane pouvait presque faire des romans à part entière et il y a peu de vrais liens entre les trois à part ce personnage finalement. Il y a d’abord « Jane et sa famille dysfonctionnelle et Jane étudiante amoureuse d’un homme parfait… » (mais cette partie finit mal…), puis « Jane professeur d’université, mariée à un escroc et mère d’une petite fille parfaite » (mais cette partie finit mal aussi…), puis « Jane malheureuse et suicidaire qui devient bibliothécaire dans une petite ville loin de tout ». Ca aurait pu se finir là-dessus, mais Jane ne se laisse pas avoir par les bonheurs simples… elle va chercher des histoires pour s’assurer que les choses finissent mal… Et la dernière partie, celle qui tombe le plus comme un cheveu sur la soupe, ou comme un roman à part entière, c’est « Jane est persuadée qu’un homme accusé d’avoir tué sa fille n’est pas coupable et elle va mener l’enquête pour prouver la vérité »…

Bref, je ne suis pas tendre avec ce roman mais parfois trop c’est trop… Pourquoi est-ce que Douglas Kennedy n’a pas écrit 4 romans distinct? Est-ce qu’il déteste à ce point son personnage pour lui faire subir malheur après malheur? A un moment je me suis demandé s’il pouvait encore plus la tirer plus bas… et bien oui, il le peut! Et enfin, c’est vraiment plein d’exagérations et d’incohérences qui font que je n’ai pas du tout adhéré à cette histoire et je ne me suis pas du tout attachée au personnage de Jane qui m’a plus exaspérée qu’autre chose… Et autre chose qui m’a plutôt lassée c’est tout l’aspect littéraire, intellectuel, « professoral » de ce roman… Comme si l’auteur voulait nous en mettre plein la vue…

Sur le coup, je dirai que ça se laisse lire mais c’est quand même très long…Peut-être que si je n’avais pas été en plein dans des travaux de peinture dans ma maison cet été et que ça me faisait passer le temps, je ne l’aurais pas lu jusqu’au bout.

 Chez Sylire

 chez Titine

avec Nath Sci : Allons voir si elle est plus gentille que moi!

Où va le blog cette semaine?

Où va le blog cette semaine?

Les deux premières semaines de rentrée scolaire sont passées et le rythme commence à se prendre doucement… Mes travaux de peinture de cet été se font ressentir et j’ai une belle tendinite au coude et je vais subir 10 séances de « torture » avec des ondes de choc (je n’ai jamais eu aussi mal qu’avec ce traitement… et pas moyen de lire pendant que je souffre 😉 En ce moment, je lis plus doucement mais comme j’ai beaucoup d’avance sur le blog, ça ne devrait pas se voir ici 😉

Alors quel est le programme de la semaine?

Demain, lundi 16 septembre, je vous parlerai de « Quitter le monde » (en audio) en LC avec Nath Sci.

Mercredi 18 septembre, c’est le rendez-vous mensuel des petites phrases de Bastien.

Jeudi 19 septembre, si tout va bien, vous pourrez voir la mosaïque des photos du 9/9 (d’ailleurs, si vous avez pris une photo, pensez à vite me l’envoyer à ennalit@gmail.com

Vendredi 20 septembre, je vous donnerai mon avis sur « Lumière noire » en audio.

Et enfin, dimanche 22 septembre, je vous parlerai de mon coup de coeur pour « Dans les angles morts ».

En ce moment, avec les yeux, je lis « Trois saisons d’hiver » de Cécile Coulon. Avec les oreilles, j’audiolis « Le libraire » de Gérard Bessette (trouvé sur Ici Radio Canada). Ma prochaine lecture sera « La porte du ciel » de Dominique Portier ma lecture audio et ma prochaine lecture sont toutes les deux pour Québec en Novembre 😉 J’espère donc que Karine et Yueyin vont le reprendre cette année 😉

Bonne semaine et belles lectures à tous! A bientôt!

La saison des feux : Celeste Ng (Lu par Micky Sébastian)

Résumé de l’éditeur : « À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire.
Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d’abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights. »

*

Le roman commence par un incendie : la maison des Richardson brûle et les trois enfants de la famille présents pensent tous que la fautive est leur plus jeune soeur Izzy, âgée de 14 ans…

Le roman revient alors quelques mois en arrière et on découvre la famille Richardson et le quartier chic de Shaker Heights. Ils ont une vie bien rangée et assez stéréotypée : famille aisée, père avocat, mère journaliste locale et surtout pilier de la communauté, quatre enfants adolescents : le fils aîné est sportif, la fille aînée fait penser aux cheerleaders des séries américaines, le deuxième fils, un peu solitaire et la petite dernière Izzy considérée par toute la famille comme hystérique et intense…

La famille possède un appartement qu’ils louent à Mia, une artiste très bohème et secrète et sa fille Pearl, adolescente intelligente et discrète. Pearl va se lier d’amitié avec la famille Richardson et Izzy va beaucoup s’attacher à Mia. En conséquence indirecte, l’équilibre de leur univers va basculer…

Il y est bien entendu question de relations familiales, de modes de vies différents, mais aussi de maternité, d’adoption, de race (une amie de la famille Richardson adopte une petite fille chinoise et ce sera le déclencheur d’une série de révélations, de tensions et de conflits) et d’art… J’ai d’ailleurs beaucoup aimé tout ce qui traite des oeuvres de Mia que j’aurai adoré pouvoir voir!

C’est très difficile de résumer ce roman qui est fait de nombreuses ramifications et qui traitent de nombreux sujets. Je dois reconnaître qu’il y a un petit côté caricatural : la gentille femme bohème, la méchante femme rangée, les insensibles Blancs qui adoptent une petite chinoise sans tenir compte de ses origines, les enfants typiques du mode de vie américain… Mais il y a aussi beaucoup de secrets et de non-dits qui font que l’on va quand même plus loin que le cliché. d’autant que j’ai trouvé que les personnages étaient tous bien traités et beaucoup plus profonds et beaucoup moins manichéens qu’il n’y parait au début.  Après coup j’ai lu sur la quatrième de couverture de Sonatine, l’éditeur papier du livre, que ce roman rappelait l’univers de Laura Kasischke et je suis ravie car c’est exactement ce que j’ai pensé pendant ma lecture! Une vie « ordinaire » qui se fendille et montre des aspects beaucoup plus sombres. J’ai beaucoup aimé!

 Chez Sylire

avec Sylire : allons voir son avis!

 chez Titine

La couronne verte : Laura Kasischke

Trois jeunes filles, en Terminale, partent en vacances de printemps au Mexique, comme beaucoup d’étudiants américains. On suit surtout Michelle et Anne qui sont parties avec Terri. Le roman alterne le point de vue de Michelle à la 3eme personne et de Anne à la première personne. Dès le début on sait qu’il s’est passé quelque chose de dramatique sans savoir quoi.

Ce sont des filles plutôt sérieuses qui ont cédé à la tentation des vacances stéréotypées des « spring breaks » mais la mère d’une des jeunes filles leur a conseillé de ne pas se contenter de faire la fête et d’aller à la découverte des ruines de Chichén Itzáqui.

Une fois sur place, après avoir goûté à la plage et à la mer, à l’hôtel elles rencontrent un homme plus âgé qui leur propose de les emmener visiter le site antique de sacrifices de vierges de Chichén Itzáqui. Michelle est attirée par cet homme mais pas pour des raisons romantiques et contre toute raison, elles acceptent de passer la journée avec lui. Michelle est totalement exaltée par cette visite mais Anne, plus prudente, n’est pas du tout rassurée…

Le séjour tourne alors au cauchemar …

Ce qui est intéressant dans ce roman, c’est l’ambiance troublante et les retournements de situations ordinaires tellement américaines qui ne sont pas forcément ce qu’on croit qu’elles sont. J’ai aimé le personnage de Anne et mais je n’ai pas autant aimé que les autres romans que j’ai lus de Laura Kasischke car je n’ai pas trop adhéré au côté « initiatique » presque chamanique des parties concernant Michelle.

C’est donc un roman que je ne conseille pas forcément pour une première découverte de l’auteur. Je vous conseille plutôt « A moi pour toujours« , « En un monde parfait« , « Les revenants » (coup de coeur), « Esprit d’hiver » (on adore ou on déteste : j’ai adoré!), « Rêves de garçons« , « Un oiseau blanc dans le blizzard« !

 chez Antigone

 chez Titine

Eden Springs : Laura Kasischke

Résumé de l’éditeur : « Printemps 1903. Un prédicateur tente d’échapper au scandale en installant sa communauté dans le Michigan. Le charismatique Benjamin Purnell promet la vie éternelle à ses adeptes, en particulier aux belles jeunes filles. Comment expliquer alors qu’une adolescente ait été enterrée ? Basé sur une histoire vraie, Eden Springs est enrichi de photos d’époque sélectionnées par Laura Kasischke. »

*

La communauté de Benjamin Purnell parait idyllique et tout le monde semble heureux et le gourou charismatique plait à ses adeptes, hommes et femmes et aux habitants du coin. C’est très pur et bucolique : jeunes filles en blanc, sport et vergers. Il est allé jusqu’à créer un parc d’attractions…

Mais la mort d’une jeune femme venant peut-être de la communauté entraîne une enquête et dans le roman, les parties correspondant au récit sont entrecoupés de faits réels (articles, interrogatoires, témoignages). Petit à petit, le portrait parfait de cette communauté se voile, se trouble : il y a des jeunes femmes qui évoquent des situations glauques entre le gourou et ses adeptes qui forment en réalité sa cour.

Il faut que je commence par dire que j’aime beaucoup Laura Kasischke mais je dois avouer ne pas trop l’avoir retrouvée dans ce roman et que je l’ai refermé en disant «mouais… bof»… J’ai eu l’impression de trop peu, de survol et surtout je n’ai pas retrouvé l’atmosphère que j’aime dans ses romans. Ici, j’ai trouvé que c’était presque trop documentaire, pas assez ancré dans de la fiction.

Alors pour compenser mon manque d’enthousiasme je vous renvoie vers cet article de Libération avec une interview de Laura Kasischke que j’ai trouvé intéressant!

 chez Antigone

 chez Titine

Tirage au sort du Book Jar

Vous avez été 21 à avoir répondu à l’appel pour m’aider à piocher une prochaine lecture issue de ma PAL de plus de 6 mois (hors livres réservés pour des mois thématiques) en me donnant  un chiffre entre 1 et 11 dans les commentaires ou sur la page Facebook du blog.  Merci à tous de votre participation!

J’ai noté tous ces chiffres et les titres correspondants et j’ai fait le tirage avec Bastien (moyennement motivé au saut du lit mais très content que ce soit son chiffre préféré qui sorte 😉 :

C’est donc le numéro 2 : « rois saisons d’hiver » de Cécile Coulon  qui est dans ma PAL depuis que L’Homme me l’a offert à Noël 2018 et qui a été proposé par Mumu Lit et Nath B  (merci d’avoir participé!)!

Je vais le lire pour le 12 octobre!  Si vous voulez le lire avec moi, n’hésitez pas!

Rapt de nuit : Patricia MacDonald (Lu par Juliette Croizat)

Résumé de l’éditeur : « Tess a 9 ans lorsque sa sœur aînée Phoebe est enlevée, violée et étranglée. Sur son témoignage, le coupable est immédiatement arrêté, jugé, puis exécuté. Vingt ans plus tard, un test révèle que son ADN n’est pas celui retrouvé sur Phoebe. Traumatisée à l’idée d’avoir pu faire condamner un innocent, Tess décide de faire toute la lumière sur cette affaire. Au risque de revivre le cauchemar qui a bouleversé sa vie et passer pour le suspect principal du meurtre de sa sœur…

Patricia MacDonald déploie tout son talent pour distiller doute et ambiguïté, au fil d’un suspense psychologique oppressant, hanté par les drames et les secrets de famille. »

*

Pour être tout à fait franche avec vous ce livre m’a plu pendant que je le lisais mais plusieurs semaines après au moment d’écrire le billet, je dois avouer que je n’en garde pas beaucoup de souvenirs…

C’est une histoire de « cold case », un crime commis dans le passé et qui revient sur le devant de la scène et une personne qui mène l’enquête toute seule dans son coin. J’avais deviné assez vite qui était coupable même si j’avais évidemment pas compris tous les tenants et les aboutissants et cela ne m’a pas particulièrement gênée.

Avec du recul, je me souviens aussi que j’ai trouvé la plupart des événements, des personnages, et de leurs actions assez invraisemblables et clichées…

Alors, mon avis est sans doute très mitigé mais je peux quand même vous conseiller cette lecture (audio ou pas) pour un moment où vous voulez un roman sans prise de tête, mais gardez à l’esprit que vous l’oublierez  peut-être aussi vite que vous l’aurez refermé 😉

 Chez Sylire

 chez Titine

Qu’est ce que je faisais le lundi 9/09 à 09h09 et/ou à 21h09??

LE  09/09 à 09h09 : Pas photo 😦

J’étais en cours et je n’avais pas mis d’alarme et donc, j’ai oublié (et de toute façon, ça aurait été très compliqué avec des 4eme 😉

LE  09/09 à 21h09  :

J’étais à la réunion de l’Association de Parents d’Elèves de l’école de Bastien.

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo AVANT le 17 septembre en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et l’adresse de votre blog si vous en avez un pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir) à cette adresse :

 ENNALIT@GMAIL.COM
Vous trouverez la mosaïque le 19 SEPTEMBRE si tout va bien!

A bientôt!