Pourquoi les filles ont mal au ventre ? : Lucile de Pesloüan et Geneviève Darling

Résumé de l’éditeur : « Pourquoi les filles ont mal au ventre? est un manifeste féministe qui dénonce les malaises que ressentent les femmes, de l’enfance à l’âge adulte, dans une société qui ne les ménage pas. Lucile de Pesloüan a écrit ce texte sous forme de fanzine en 2014. Plusieurs centaines d’exemplaires vendus plus tard, l’ouvrage est édité en livre illustré avec un texte enrichi, appuyé par des illustrations réalistes et percutantes de Geneviève Darling. Pourquoi les filles ont mal au ventre? invite les adolescents à se questionner sur les situations de sexisme que les filles vivent au quotidien. Le livre sensibilise aux inégalités que subissent les femmes, ici ou ailleurs, avec des illustrations sans tabou, qui racontent une réalité complexe et hétérogène.« 

Cet album est une très bonne présentation de tout ce que les femmes doivent subir dans leur vie -socialement, sexuellement, dans les grandes souffrances comme dans les petites brimades quotidiennes et qui explique pourquoi il est important d’être féministe !

A faire lire aux ados… Garçons et filles !

chez Karine:) et  Yueyin

Catégorie L’amérique pleure – Les cowboys fringants Un roman engagé. (Ce n’est pas un roman mais c’est un texte engagé sur le féminisme)

Thanks for the memories (Merci pour les souvenirs) : Ceclia Ahern

Résumé de l’éditeur : « Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit la vie qu’à une transfusion sanguine. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu’elle n’a pas vécues. Elle peut parler des heures durant des rues pavées et sinueuses de Paris, ville qu’elle n’a jamais visitée, ou disserter sur l’architecture baroque. Et, toutes les nuits, elle rêve d’une petite fille aux cheveux blonds. Dès lors, Joyce n’aura plus qu’un but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang, dans l’espoir de comprendre ce qui lui arrive. Et retrouver le charmant Américain dont elle a fait la connaissance le jour de sa sortie de l’hôpital. Un roman plein d’esprit, profondément humain, qui vous fera rire, pleurer et réfléchir sur ce qui fait la beauté de la vie. »

C’est un roman que je n’ai pas choisi mais qui m’a été prêté par ma mère et je l’ai lu pour le mois celte puisque l’autrice est irlandaise.

J’ai écrit mon billet juste après l’avoir lu mais je n’arrive pas à vous raconter l’histoire… Je l’ai lu sans déplaisir mais là, je ne sais pas comment en parler car avec du recul, l’histoire me parait trop incohérente pour la raconter et les personnages juste effleurés et surtout j’ai trouvé qu’il y avait des longueurs… Au début, le côté léger m’a plutôt convenu car je l’ai lu à une période un peu stressante mais je dois avouer que je me suis un peu lassée à la fin et j’ai lu les 100 dernières pages un peu en accéléré. Ce que je retiendrai de positif c’est la relation entre Joyce et son père vieillissant.

Ce roman m’a fait penser à une comédie légère qu’on regarde d’un oeil, qu’on apprécie sur le moment malgré les incohérences mais qu’on oublie aussitôt. Je me doutais bien que je ne serais pas emballée car à chaque fois que je lis un livre qui est un peu « feel good », je finis par m’ennuyer, je crois que je ne suis pas du tout bon public.

par ma maman

chez Cryssilda

Où va le blog cette semaine?

Où va le blog cette semaine?

Cette semaine Je suis toujours aussi fatiguée, une fatigue plus grande que normalement et mes collègues ressentent tous ça… Le masque, le protocole sanitaire… On avance mais ce n’est pas simple…Je lis doucement, je pense que je vais devoir adapter mon programme de lecture d’ailleurs, on verra bien… Le blog est à jour pour la semaine à venir!

Quel est le programme cette semaine?

Demain dimanche 22 novembre, je vous parlerai d’une lecture pour le mois celte : « Merci pour les souvenirs ».

Mardi 24 novembre, vous trouverez un album jeunesse sur le féminisme « Pourquoi les filles ont mal au ventre » (pour Québec en novembre)

Jeudi 26 novembre, il y aura un billet sur une BD pour Québec en novembre : « Lac-Mégentic ».

Et enfin, samedi 28 novembre, je vous donnerai mon avis sur « L’homme de Lewis » pour le mois celte/

En ce moment, avec les yeux, je suis toujours en train de lire « Brouillages » de Jon Hallur Stefansson et avec les oreilles, je finis d’audiolire « Victime 2117 » de Jussi Adler Olsen lu par Julien Chatelet, tous les deux pour le mois nordique en décembre de Cryssilda. Ma prochaine lecture sera « La sorcière » de Camilla Läckberg, un pavé, pour Décembre Nordique et ma prochaine lecture audio, après que j’ai écouté les derniers épisodes des Bibliomaniacs, sera « Là où chantent les écrevisses » de Delia Owens lu par Marie du Bled.

Je vous souhaite un bon weekend et une bonne semaine (la meilleure possible en tout cas!) et belles lectures à tous! A bientôt!

Défense de tuer : Louise Penny

Cela faisait des années que je voyais passer cette autrice sur la blogo, particulièrement au moment de Québec en Novembre et particulièrement chez Aifelle alors cette année, j’ai décidé que je me lançais enfin dans la découverte de son personnage récurrent « Armand Gamache ».

Résumé de l’éditeur : « Au plus fort de l’été, le Manoir Bellechasse, un hôtel luxueux des Cantons-de-l’Est, accueille les membres d’une riche famille anglo-canadienne réunis pour rendre hommage à leur défunt patriarche. L’inspecteur-chef Armand Gamache, venu célébrer avec sa femme leur trente-cinquième anniversaire de mariage, constate rapidement le troublant comportement de cette famille aux apparences parfaites. Sous la surface trop lisse bouillonne une inavouable rancune longtemps refoulée. Dans les esprits comme dans le ciel, l’atmosphère s’alourdit. Bientôt une tempête s’abat, laissant derrière elle un cadavre étrangement mis en scène. Mais qui aurait l’audace de commettre un homicide sous les yeux de l’inspecteur ?« 

Dans le billet sur les petites phrases de Bastien du mois d’octobre j’avais partagé une de ses remarques sur ce roman : « C’est du plagiat d’Agatha Christie! Elle aussi y a des couvertures avec des oiseaux morts et j’ai lu le résumé de ton livre, c’est aussi un roman policier ! » Et bien, il n’avait pas tort! J’ai vraiment eu l’impression de lire un Agatha Christie des temps modernes (et encore, à peine plus modernes étant donné que le lieu où se passe l’intrigue est tellement isolé que les téléphones et internet ne fonctionnent pas!). En effet, un lieu isolé, un hôtel au charme suranné, une famille aisée avec des membres adultes qui ne peuvent pas se supporter tout en essayant de maintenir des apparences, un inspecteur de police au milieu de tout cela pour résoudre un crime qui concerne cette même famille dans une sorte de huis clos… Et moi qui adore Agatha Christie, vous vous doutez que ce n’était pas pour me déplaire!

Le petit plus particulièrement québécois, c’est l’importance de la place des familles « anglos » (c’est à dire les anglophones) au Québec, le pouvoir qu’elles ont longtemps eu et croient toujours avoir (la famille en question, pense d’ailleurs que Gamache et sa femme étaient un petit commerçant et une femme de ménage sous prétexte qu’ils étaient francophones par exemple).

J’ai vraiment bien aimé et je pense que c’est une autrice que je relirai!

autour de l’autrice avec Aifelle, Anne, Eimelle, Hélène, Nadège

 chez Karine:) et  Yueyin

Catégorie Nos joies répétitives – Pierre Lapointe  Un roman qui fait partie d’une série.

Que faisions nous le mercredi 11/11 à 11h11 et/ou à 23h11?

Le 11/11 nous avons été 12 à prendre 14 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire.

J’ai envoyé les photos à Steff qui a fait les mosaïques :

A 11h11 : 11 PHOTOS

  1. Personnellement, je préparais le billet du tirage au sort du Book Jar.
  2. Steff était en plein emménagement.
  3. CapOcapesDoc était en train de choisir les Jeux à imprimer de chez Asmodée pour faire des activités avec ses deux garçons.
  4. William venait de se lever et il se préparait à se brosser les dents et à s’appliquer de la crème hydratante à la grenade.
  5. BibAudrey se dirigeait vers la plage pendant son heure de balade autorisée, armée de son attestation, son parapluie (qui n’a pas servi), elle a vu des bâtiments à l’abandon et aperçu la mer dans le fond.
  6. Aifelle venait de faire cuire des carottes à la vapeur.
  7. Céline visitait virtuellement la galerie d’artiste d’une amie.
  8. Mare tea ne remplissait son autorisation pour aller acheter le pain.
  9. Rachel travaillait sur le site de sa libraire.
  10. Didingc reposait sa jambe avec du froid avec un livre de circonstances.
  11. Wakanda était sur son canapé, elle avait fini de lire le livre jeunesse que son cousin a illustré et elle commençait « Là où chantent les écrevisses » de Delia Owens (prêté par sa tante qui l’a adoré).

A 23h11 : 3 PHOTOS

  1. Personnellement, j’étais en train de me brosser les dents avant de me coucher.
  2. Steff terminait son châle au crochet.
  3. Didingc était dans son lit et elle éteignait les feux juste après la photo.

Merci à tous les participants : les fidèles (les accros?) et les occasionnels et les nouveaux (n’hésitez pas à en parler autour de vous, on peut même jouer sans blog ou sans réseau social!)

Le prochain rendez-vous sera le :

Samedi 12/12 à 00h12 et/ou à 12h12!

La vérité sort de la bouche de Bastien

  • « En gros pour l’instant le covid il touche que les adultes et un peu les enfants mais imaginons qu’il évolue et qu’il se défende contre les quelques traitements qu’on a déjà inventés, ce sera l’éradication de l’espèce humaine !

 

  • Hier soir j’ai eu une remontée acide et je l’ai rattrapée au bout de la gorge !

 

  • On lit une histoire et il y a un personnage qui s’appelle Roger, c’est moi qui lit à voix haute…« Tu dis « Roger » toi ? Moi j’ai toujours lu « Rodjeur », ça fait mieux ! « 

 

  • Bastien est couché et vers 21h15, je me souviens qu’il peut dormir une heure de plus le lendemain alors je monte le plus discrètement possible pour changer son réveil. Il se réveille un peu et geint : « Ne me dis pas que c’est déjà l’heure de se lever pour aller au collège ! »

 

  • « Y a personne qui dit « Ma foi » dans la vraie vie, à part peut-être au 20e siècle ! »

 

  • Avec les protocoles sanitaires renforcé : « Ils enlèvent vraiment tout ce qui était bien au collège… »

 

  • Je me suis offert un joli calendrier de l’avent de papeterie. Je fouillais dans la boîte et Bastien me dit :  « Pas touche! C’est en décembre ! »

 

  • « J’avais jamais remarqué à quel point Trump était ORANGE ! »

 

  • « 290 pour Biden et 214 pour Trump ? Ils sont pas nombreux à avoir voté les Américains ! »

 

  • « Bastien il faut que tu changes de slip tous les jours !

        -Mais maman, au collège, personne va venir me renifler les fesses! Déjà on est censé être à 1 m de distance et ensuite on a les masques ! »

 

  • Je monte dans la chambre de Bastien, mercredi 11 novembre à 10h30, il est en train de bouquiner et m’accueille d’un sincère : « Merci l’armistice ! » (sachant que normalement il se serait réveillé à 6h50, je le comprends !)

 

  • « On entend déjà parler des élections 2022?! Macron il a pas eu une présidence facile : entre les gilets jaunes et le Corona virus, il a vraiment eu le seum ! »

Le confinement : lecture à gogo et cours de karaté dans le jardin avec Zoom!

Blood orange : Harriet Tyce (lu par Cachou Kirsch)

Quand ma copine Mrs B m’a proposé ce livre audio, j’ai sauté sur l’occasion sans même savoir de quoi il parlait car j’ai repéré que l’autrice était écossaise et cela tombait parfaitement pour ma PAL du mois celte!

L’histoire est celle de Alison, une avocate d’une quarantaine d’années. Elle va plaider pour la première fois pour un meurtre, elle travaille beaucoup et décompresse en buvant -trop- avec ses collègues avant de rentrer. Si elle aime sa petite fille, ses relations avec son mari, psychothérapeute, sont très distendues : il lui reproche son éloignement de la famille à cause du travail et sa consommation d’alcool et de son côté, elle le trompe depuis environ un an avec un collègue, même si cette relations n’est pas simple…

Elle prépare la défense d’une femme qui a poignardé son mari. Même si la femme plaide coupable, Alison doit chercher à mieux comprendre ce qui a mené à ce crime et on découvre un homme qui dominateur à l’extrême…

J’ai beaucoup aimé ce polar et je l’ai lu pendant les vacances alors que je ne conduisais pas et qu’en général j’audiolis plus doucement, mais là, j’avais toujours envie de le reprendre. Et pourtant, je dois dire que j’ai deviné pas mal de choses en cours de lecture mais cela ne m’a pas gêné car c’est plus l’ambiance qui compte finalement. Bon, je vais être honnête; ce n’est pas un chef d’oeuvre, il sera sans doute assez vite oublié mais sur le coup cela s’est avéré être une lecture très addictive.

 Chez Sylire

par Mrs B : merci!

catégorie « couleur »

chez Cryssilda

 

Où va le blog cette semaine?

Où va le blog cette semaine?

Cette semaine j’ai travaillé avec un protocole renforcé au collège et cela entraîne beaucoup de déplacements dans le collège et c’est très fatigant et stressant car la gestion du temps est plus compliquée. Je suis d’ailleurs beaucoup plus fatiguée que d’habitude pour deux semaines après des vacances… Mais le stress y est sans doute beaucoup pour quelque chose. Je lis très doucement mais je suis à jour sur le blog, c’est déjà ça!

Quel est le programme cette semaine?

Demain lundi 16 novembre, je vous présenterai un roman pour le mois celte : « Blood Orange ».

Mercredi 18 novembre, vous trouverez les petites phrases de Bastien.

Jeudi 19 novembre, normalement, vous pourrez voir la mosaïque des photos du 11/11 (d’ailleurs, si vous avez pris une photo, n’oubliez pas de me l’envoyer à ennalit@gmail.com)

Vendredi 20 novembre, ce sera une LC avec Aifelle, Anne et Nadège (et peut-être d’autres) autour de l’autrice « Louise Penny » pour Québec en novembre et moi je vous parlerai de « Défense de tuer ».

Et enfin, dimanche 22 novembre, je vous parlerai d’une lecture pour le mois celte : « Merci pour les souvenirs ».

En ce moment, avec les yeux, je suis toujours en train de lire « The Lewis man » (« L’homme de Lewis ») de Peter May (sur la liseuse de ma copine Mrs B car elle l’avait en anglais!) pour le mois celte de Cryssilda et avec les oreilles, j’audiolis « Victime 2117 » de Jussi Adler Olsen lu par Julien Chatelet pour le mois nordique en décembre de Cryssilda. Ma prochaine lecture sera « Lac-Mégantic à jamais » de Marie-Hélène Rousseau, Marie Eve Lacaset Myriam Roy, une BD disponible librement sur Ici Radio Canada Première qui sera ma dernière lecture pour Québec en Novembre et ensuite ça sera « Brouillages » de Jon Hallur Stefansson tiré au sort au Book Jar pour Décembre Nordique et je n’ai pas encore choisi ma prochaine lecture audio.

Je vous souhaite un bon dimanche et une bonne semaine (la meilleure possible en tout cas!) et belles lectures à tous! A bientôt!

Rivière Tremblante : Andrée A. Michaud

De l’autrice, j’avais beaucoup aimé « Bondrée » qui était un polar qui n’en était pas vraiment un alors quand j’ai vu que la médiathèque avait cet autre roman d’elle, je me suis laissée tenter!

Dans ce roman, la première moitié alterne deux histoires personnelles : d’un côté, il y a l’histoire de Marnie qui lorsqu’elle était enfant, en 1979 a vu son meilleur amis Michael, de 12 ans, disparaître dans les bois de de Rivière-aux-Trembles. Le jeune garçon n’a jamais été retrouvé par la police et 30 ans plus tard quand Marnie revient dans sa ville d’enfance, elle réalise qu’elle est loin d’avoir fait le deuil de cette disparition non résolue.

En parallèle, nous suivons Bill dont la fille de presque 9 ans, Billie, a disparu sans laisser de trace en 2009. La petite fille n’a jamais été retrouvée par la police et cette disparation va détruire son couple car il y a beaucoup de ressentiment de la part de la mère de Billie. Bill ne se remet pas de la perte de sa fille et 3 ans plus tard, il s’isole dans le village de la Rivière-aux-Trembles pour se couper un peu de son monde.

Ces deux histoires n’ont pas de rapport entre elles, à part le fait que les deux personnages se retrouvent au même moment dans le même lieu et qu’à l’époque des disparitions de leurs proches, ils avaient plus ou moins été soupçonnés d’être responsables… C’est pourquoi quand un jeune garçon disparait dans les environs de la Rivière-aux-Trembles, la police va s’acharner sur eux…

Mais comme dans Bondrée, l’aspect « mystère » et enquête n’est pas l’essentiel du roman. C’est en réalité un roman très psychologique qui traite vraiment bien du traumatisme de la disparition d’un enfant dans la vie d’un parent ou d’un jeune et le fait de supporter la culpabilité, l’incertitude de ce qui s’est passé, ce deuil qui ne peut jamais vraiment être fait.

Une histoire très touchante!

chez Karine:) et Yueyin

Catégorie Place de la République – Coeur de pirate Un roman qui a traversé l’océan.

Qu’est ce que je faisais le mercredi 11/11 à 11h11 et/ou à 23h11??

LE 11/11 à 11h11 : 

Je préparais le billet du tirage au sort du Book Jar.

LE 11/11 à 23h11 :

J’étais en train de me brosser les dents avant de me coucher.

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo AVANT le 17 octobre en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et l’adresse de votre blog si vous en avez un pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir) à cette adresse :

 ENNALIT@GMAIL.COM
Vous trouverez la mosaïque faite par Steff le 19 octobre si tout va bien!

A bientôt!