Et toujours les forêts : Sandrine Collette (Lu par François-Eric Gendron)

Résumé de l’éditeur : « Corentin, personne n’en voulait. Ni son père envolé, ni surtout sa mère, qui rêve de s’en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence.
À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps.
Quelque chose se prépare.
La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement. »

*

Après un démarrage un peu long pour moi (et qui finalement n’apporte pas tant que ça au coeur de l’intrigue) sur la mère de Corentin et sa petite enfance, on entre dans le vif du sujet quand Corentin, le personnage principal a la vingtaine et est étudiant dans une grande ville.

On ne sait pas à quelle époque on est exactement mais c’est vraiment un monde proche du nôtre et quand une catastrophe détruit une grande partie du monde, des humains et de la nature se déclenche, Corentin qui fait partie des survivants ne sait pas quoi faire à part partir à pied pour essayer de retrouver sa grand-mère Augustine qui vivait dans ce qui représente pour lui un havre de paix.

Arriver là-bas est une véritable aventure humaine et une fois sur place, la vie avec Augustine et celle avec qui il essaiera de reconstruire un nouveau monde est loin d’être simple…

Ce roman post apocalyptique très réaliste car très ancré notre société actuelle est vraiment noir. Il montre la nature humaine sous toutes ces facettes et pas forcément les plus belles…

J’ai trouvé que c’était très bien écrit et très bien lu.

J’ai forcément pensé à « La route« , « Station eleven » et « Dans la forêt« , trois autres romans de ce genre que je vous conseille aussi!

Chez Sylire

pour ma ligne lieu

Qu’est ce que je faisais le mercredi 3/03 à 03h03 et/ou à 15h03??

LE  3/03 À 03H03 : 

Je dormais.

LE  3/03 À 15H03  :

J’étais couchée avec mon bouquin pour me remettre d’une petite intervention (pas grave) ce matin.

Si vous avez joué, envoyez moi votre photo AVANT le 9 mars en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et l’adresse de votre blog si vous en avez un pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir) à cette adresse :

 ENNALIT@GMAIL.COM
Vous trouverez la mosaïque le 11 mars si tout va bien!

La photo du 3/03 à 15h03 (trop tard pour 03h03!)

Nous sommes le mercredi 3/03  : n’oubliez pas de prendre la photo à 15h03 (trop tard pour 03h03, c’était cette nuit!)

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Et pensez à m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, nuit ou jour), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite!

Envoyez moi vos photos jusqu’au 9 mars pour que je puisse les envoyer à Steff et que je puisse les mettre en ligne le 11 mars.

A plus tard pour ma/mes photo!

Vous faites quoi demain le 3/03 à 03h03 (cette nuit!) et/ou à 15h03 ??

Moi?

Le 3/03 à 03h03 (cette nuit!) et/ou à 15h03,  je prendrai une photo de ce que je suis en train de faire. (Enfin, pour 03h03… c’est presque sûr que non!)

Vous aussi, prenez une photo de ce que vous êtes en train de faire, du lieu où vous êtes, des gens qui vous entourent (on n’est pas obligé de voir votre tête), ce que vous voulez !

Il suffit de mettre une alarme sur son téléphone, un réveil dans la maison, un post-it en évidence, en parler autour de vous et de tous prendre une photo en même temps!

Pas besoin de s’inscrire à l’avance ni même de nous connaître avant, pas besoin d’avoir un blog et si vous en avez un, vous n’êtes pas obligés de faire de billet : le but c’est de se dire qu’au même moment on a tous appuyé sur le déclencheur! Plus on est de fous, plus la mosaïque sera grande 😉

Il suffit ensuite soit de m’envoyer un lien sur le blog ou de m’envoyer votre photo à ennalit@gmail.com en racontant ce que vous faisiez (pensez aussi à me donner votre pseudo et si vous avez un blog pour le recap’, précisez aussi à quel moment de la journée c’était, matin ou soir), dans les 2 ou 3 jours qui suivent maximum. Je les envoie à Steff qui concocte une mosaïque et on vous met ça en ligne très vite!

Si vous êtes partant, n’hésitez pas! A demain j’espère! 😉

Oyez! Oyez!

  •  Dans le menu « Enna lit » à la rubrique « Lectures communes 2021», vous trouverez les lectures communes prévues, n’hésitez pas à m’en proposer 😉 :

N’hésitez pas à m’en proposer en allant jeter un coup d’oeil à ma PAL!

  •  J’ai déjà prévu de parler de  : La mauvaise rencontre, Et toujours les forêts, Là où elle repose, Le printemps suivant, Betty, (Sous réserve de changements de dernière minute)

N’hésitez pas à me dire si vous voulez me rejoindre!

  • Dans le menu « Enna lit » vous pourrez trouver la rubrique « Ma PAL » où je range les livres qui sont chez moi et que j’aimerai lire un jour et en général je note aussi mes lectures en cours!
  • Ma PAL a un peu grossi ce mois-ci  :  (empruntés à la médiathèque), (Livres pour le prix Audiolib), (prêté par ma copine Mrs B), (Emprunté au CDI du collège), (achetés d’occasion dans un « charity shop » anglais en Bretagne). Certains sont déjà lus, d’autres sont à venir!

Ma vie de blogueuse :

  • Je ne peux pas faire de Newsletter mais j’ai mis en place un billet hebdomadaire pour vous dire où va le blog chaque semaine  que vous trouverez dans le menu  « Les rendez-vous d’Enna » (ou en cliquant sur le logo)  mais vous pouvez aussi vous abonner en cliquant sur le logo bleu « Abonné Enna lit,Enna vit! »

 

  • J’ai une page Facebook pour le blog (Ennalit) (pour séparer un peu ma vie bloguesque de ma vie perso) N’hésitez pas à cliquer « j’aime » : j’y mets les liens vers les billets du blog et je raconte un peu ma vie de lectrice et mes envies liées au blog et aux livres. J’aime l’idée de pouvoir échanger encore plus par ce biais! Je mets mes lectures du moment et je parle de petites choses qui ne sont pas forcément sur le blog alors n’hésitez pas à nous rejoindre 🙂 Pour y accéder facilement, il y a un lien direct en haut à droite. Merci à tous ceux qui me suivent déjà! Concernant le blog et Facebook : les liens depuis mon blog sont bannis sur FB et Instagram depuis des mois et la parade que j’ai j’avais trouvé avec l’utilisation de Linktree ne fonctionnent plus, je suis bannie aussi… Alors ma seule solution, c’est de copier les liens en ajoutant des espaces et de vous demander de bien vouloir les coller en retirant ces espaces….

 

  • Je suis aussi présente sur Instagram au nom de Ennalit… où je me mets des photos de tout et de rien (oui, je suis accro…). Si vous voulez me rejoindre, faites moi signe pour me dire qui vous êtes avant 😉

 

  •  Le prochain rendez-vous photographique est aujourd’hui
  • mercredi 03/03 à 03h03 et/ou 15h03  (cliquez sur le logo)72043184
  • L’  est terminé mais si vous aviez commencé des lectures dont vous parlerez en mars vous pouvez encore me les envoyer ou aller voir le recap’ de cette année pour vous donner des idées car je le reprendrai l’an prochain 😉
  • Je suis à nouveau jurée du Prix Audiolib !
  • N’hésitez pas à vous inscrire au challenge  : c’est un challenge collaboratif, illimité et rétroactif! On peut jouer avec juste un titre! Le lauréat 2020 est « Les impatientes » de Djaïli Amadou Amal, n’hésitez pas à m’envoyer vos liens!
Les liens et les inscriptions concernant le Challenge Goncourt des lycéens sont à déposer sous le billet en cliquant sur le logo!
  •  N’hésitez pas à vous inscrire au challenge challenge prix des lectrices de elle: c’est un challenge collaboratif, illimité et rétroactif! On peut jouer avec juste un titre! N’hésitez pas à m’envoyer vos liens! Les nouveaux lauréats ont été annoncés mi juin  (cliquez sur le logo pour tout savoir!)

Claire Berest : Rien n’est noir / Vanessa Springora : Le consentement / Tess Sharpe : Mon territoire

Les liens et les inscriptions concernant le Challenge Prix des Lectrices de ELLE sont à déposer sous le billet en cliquant sur le logo!

La vie des autres :

  • En mars, il y a le challenge sur Instagram (avec #lemoislitterart sur Instagram) et dans le groupe Facebook pour associer l’art sous toutes ses formes et la littérature avec chez Mélanie et @mel_coccinelle. Je vais essayer de lire au moins un ou deux livres correspondants à la thématique!
  • Cryssilda, Lou et Titine fêtent les 10 ans du mois anglais et pour fêter ça, elles lancent « A year in England »
  • Toute l’année il y aussi le chez Lou et Hilde (cliquez sur leurs noms pour tout savoir!) pour lequel je vais essayer de lire au moins un titre en mars et peut-être d’autres dans l’année!
  • Antigone continue à nous aider à faire baisser la PAL des livres qui sont chez nous depuis… 6 mois au moins! Les liens seront exclusivement déposés dans le groupe facebook objectif PAL
  • Sylire propose le rendez-vous   qui permet de mettre en avant les livres audio en compilant le 28 de chaque mois toutes nos lectures audio du mois (sans date fixée pour nous).
  • Un autre rendez-vous auquel je ne participe pas régulièrement mais quand c’est possible pour moi j’y vais : tous les mercredi, on peut lire des BD à l’occasion du rendez-vous   BD de la semaine saumonÇa se passe chez Moka chez Noukette, et chez Stéphie.
  •  N’oubliez pas l’émission littéraire la plus sympa que je connaisse  (cliquez sur l’image pour arriver sur le site et écouter ou télécharger l’émission) sont mes copines virtuelles et j’aime beaucoup les écouter! Elles ont un groupe FB pour échanger encore plus!

Bilan de mes lectures de février 2021

En février, j’ai lu :

Là où elle repose

Friday Black

Blue Pearl

Les Suprêmes

Blanc autour

Soeurs d’Ys

Betty

J’ai abandonné :

*

7 lectures : 2 BD, 0 album jeunesse, 1 roman jeunesse, 3 romans, 0 document, 1 recueil de nouvelles/poésie/théâtre, 0 nouvelle (dont 2 livres audio, 1, 0 livres en anglais, 2 livres de ma PAL (je compte les abandons de ma PAL car ils l’ont quand même quittée!) (et 0 de ma PAL Agatha Christie = –58), 0 sur liseuse

African American History Month Challenge 2021 : bilan

Pour tout savoir sur le challenge, cliquez sur le logo

Le mois de février commence et l’African American History Month Challenge aussi et j’ai commencé à le préparer depuis un moment dans mes lectures et autres et j’ai vraiment hâte de découvrir ce que les participants, inscrits ou occasionnels, fidèles (oui, quand arrive la 4e année d’un challenge, on peut dire qu’il y a des habitués!) ou les nouveaux vont présenter!

Je vais essayer de mettre ce billet récapitulatif à jour quotidiennement en fonction de mes possibilités. Pensez juste à m’envoyer vos liens sur le blog en commentaire, même si vous participez sur Instagram ou sur Facebook car sinon je risque de manquer des publications. Si vous n’êtes pas inscrits mais que vous vous rendez-compte que vous avez parlé de quelque chose qui correspond sans être inscrits : n’hésitez pas à m’envoyer votre lien en commentaire! Mon but est plus de faire une sorte de bibliothèque collaborative sur le sujet!

Je rappelle juste que vous pouvez trouver des idées qui correspondent à ce mois :

Archives sur le sujet sur Ennalit (cliquez)
Des découvertes à faire chez moi et les participants à l’African American History Month Challenge 2018 (cliquez)
Des découvertes à faire chez moi et les participants à l’African American History Month Challenge 2019 (cliquez)
Des découvertes à faire chez moi et les participants à l’African American History Month Challenge 2020 (cliquez)

(Et plein d’autres pistes de découvertes sur le billet de présentation.

Il y a un groupe Facebook pour échanger en plus des billets de blogs! N’hésitez pas à demander à le rejoindre pour discuter en dehors du mois de février! Et sur Instagram vous pouvez utiliser le #aahmchallengeennalit

Voici les personnes qui se sont inscrites (mais o  peut participer sans s’inscrire à l’avance) :

Dans le billet d’inscription, j’ai proposé des idées de thématiques, facultatives bien sûr, mais qui peuvent vous inspirer!

Cliquez sur les liens suivants pour arriver sur les articles des participants!

Présentation du challenge / Idées de lectures / Envies de billets :

Enna

Blandine

Anne

1er février :

Billet de présentation de Petite Noisette

Billet de présentation de Hilde

2 février :

Enna : Les grandes vies – Maya Angelou de Danielle Jawando (illustrations : Noa Snir)

Petite Noisette : Les grandes vies – Maya Angelou de Danielle Jawando (illustrations : Noa Snir)

Enna : Mohamed Ali champion du monde de Jonah Winter et François Roca

3 février :
4 février :

Anne : Lily de Pierre Perret

EnnaLa Sentence de John Grisham (Lu par Sylvain Agaësse)

EnnaNickel Boys de Colson Whitehead (Lu par Stéphane Boucher)

5 février :
6 février :

EnnaMarche à l’étoile de Hélène Montardre

Anne : Sweet Sixteen de Annelise Heurtier

Petite Noisette : Les chemins secrets de la liberté de Barbara Smucker

7 février :

Hilde : de soul food avec une recette de gombo

8 février :

Enna : de la soul food avec une recette de Banana Bread

9 février :
10 février :

EnnaO’Boys de Steve Cuzor, Philippe Thirault (T1 et T2), Stéphan Colman (T3)

Petite Noisette : Cinq branches de coton noir de Steve Cuzor et Yves Sente

Nat Sci : Strange Fruit de J.G. Jones et Mark Waid

Titine : Friday Black de Nana Kwame Adjei-Brenyah

11 février :

Anne : Minnie the Hoocher de Cab Calloway

18 février :

J’ai fait un petit logo pour la journée Toni Morrison le 18 février (jour de son anniversaire) mais vous pouvez l’utiliser n’importe quel jour où vous parlez de Toni Morrison!

EnnaToni Morrison

Petite Noisette : Un don de Toni Morrison

*

Blandine : Les 9 de Little Rock d’Elise Fontenaille

Anne : Blackbird de Paul McCartney 

19 février :

EnnaJesse Owens, le coureur qui défia les nazis de Elise Fontenaille

Estellecalim : Les figures de l’ombre

Blandine : American History X

20 février :

EnnaFriday Black : Nana Kwame Adjei-Brenyah

Myriam : Né coupable de Florence Cadier

21 février :

J’ai fait un petit logo pour la LC autour des droits des Afro-Américains le 21 février (jour de la mort de Malcom X) mais vous pouvez l’utiliser quand vous voulez sur cette thématique!

EnnaNoire, la vie méconnue de Claudette Colvin : Emilie Plateau

*

Hilde : de la soul food avec une recette de sweet potatoe pound cake

22 février :

Valentyne : No Home de Yaa Gyasi

Sharon : Les moissons funèbres de Jesmyn Ward

23 février :

EnnaMarshall – La vérité sur l’affaire Spell de Reginald Hudlin

Blandine : Ku Klux Klan – Tome 1 – Des ombres dans la nuit. Roger Martin

Petite Noisette : Green Book Sur les routes du Sud de Peter Farrrelly

24 février :

Enna : Blue Pearl de Paula Jacques

Blandine : Les Harlem Hellfighters Caanan White et Max Brooks

Petite Noisette : Les larmes noires de Julius Lester

25 février :

EnnaViola Davis en couverture de Vanity Fair

Blandine : 20 ans pour devenir Martin Luther King de Rolande Causse

Anne : Oh Happy Days (Gospel)

26 février :

EnnaLes Suprêmes : Edward Kelsey Moore

Blandine :  Nickel Boys de Colson Whitehead

Petite Noisette : The Hate U give de Angie Thomas

Sharon : Puissions-nous vivre longtemps d’Imbolo Mbue

Anne : La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett 

27 février :

Enna : Say their names : Kadir Nelson / George Floyd

Petite Noisette : Blanc Autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert

28 février :

EnnaBlanc autour : Wilfrid Lupano et Stephane Fert

EnnaDans leur regard (When They See Us) : série Netflix

EnnaReconnaître les stéréotypes racistes aux Etats-Unis et célébrer l’African American History Month avec Black-ish

Valentyne : L’autre moitié de soi de Brit Bennett

Petite Noisette : Léon de Leon Walter Tillage

En mars (pour finir) :
Un peu plus tard encore :

Reconnaître les stéréotypes racistes aux Etats-Unis et célébrer l’African American History Month avec Black-ish

Si vous lisez l’anglais, je vous recommande cet article très riche et très complet sur tous les stéréotypes racistes qui sont ancré dans la culture et pop-culture américaine (mais pas uniquement américaine… et j’avoue que moi-même, enfant, sans que ma famille ne pense à mal, j’avais une poupée « Golliwog » car c’était un personnage du dessin animé / livre « Noddy » (« Oui-Oui »))

Recognizing Racist Stereotypes in U.S. Media

*

Et puisque c’est le dernier jour de février, et donc la fin de l’African American History Month (même si je prendrai tous les liens que vous m’enverrez en mars pour finir tranquillement les découvertes!) je partage avec vous cet extrait de la série « Black-ish » avec pour personnages une famille Afro-Américaine, qui dit (en anglais) ce que représente ce mois consacré aux personnalités noires aux Etats-Unis :

Dans leur regard (When They See Us) : série Netflix

Cette série en 4 épisodes raconte une histoire vraie qui s’est déroulée à New York en 1989.

Un soir, une bande de jeunes Afro-Américains trainaient et chahutaient, effrayant les passants dans Central Park.

Le lendemain, une jeune femme blanche a été retrouvée violée et sauvagement battue dans Central Park.

Parmi les jeunes qui ont été arrêtés suite aux troubles de la veille, cinq (quatre Afro-Américains et un Hispanique) vont être interrogés et manipulés par la procureure qui sous prétexte de vouloir marquer un grand coup d’arrêt à des séries d’agressions sexuelles sur des femmes à New York fait tout pour mettre ces jeunes sur les lieux de l’attaque… Ces jeunes ne sont que des adolescents, un seul a plus de 16 ans et les enquêteurs vont leur mettre une telle pression, ainsi que les médias (et Donald Trump, qui à l’époque s’était impliqué dans une campagne raciste contre ces jeunes) qu’ils vont finir par être condamnés.

S’en suit leur vie en prison avec toute l’horreur d’être considérés à tort comme un violeur, la séparation de la famille, la particularité d’être Noir aux Etats-Unis et le sortie de prison, et la réinsertion presque aussi dure…

Ce téléfilm est vraiment poignant, complétement choquant et pourtant certainement très réaliste…

Pour en savoir plus voici un article qui en parle.

Pour le rendez-vous : « Autour du racisme »

Blanc autour : Wilfrid Lupano et Stephane Fert

Résumé de l’éditeur : « 1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.

La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d’une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l’école si la jeune Sarah reste admise.

Prudence Crandall les prend au mot et l’école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l’abolition de l’esclavage. Nassées au coeur d’une communauté ultra-hostile, quelques jeunes filles noires venues d’un peu partout pour étudier vont prendre conscience malgré elles du danger qu’elles incarnent et de la haine qu’elles suscitent dès lors qu’elles ont le culot de vouloir s’élever au-dessus de leur condition. La contre-attaque de la bonne société sera menée par le juge Judson, qui portera l’affaire devant les tribunaux du Connecticut. Prudence Crandall, accusée d’avoir violé la loi, sera emprisonnée…

La douceur du trait et des couleurs de Stéphane Fert sert à merveille ce scénario de Wilfrid Lupano (Les Vieux Fourneaux), qui s’est inspiré de faits réels pour raconter cette histoire de solidarité et de sororité du point de vue des élèves noires. »

*

Prudence Crandall était une jeune femme blanche courageuse qui pour le bien de l’instruction pour toutes préfère risquer la ruine et le rejet par toute la population de sa petite ville en accueillant dans son école des jeunes filles noires alors même que l’esclavage existe encore dans le Sud des Etats-Unis.

Dans cet album on voit plusieurs univers qui s’opposent : celui de la population blanche qui rejette en bloc la présence des jeunes filles noires parce qu’elles seront instruites. Ils ont bien conscience que l’instruction est la porte ouverte à une évolution dans la société et qu’ils ne pourraient plus éternellement dominer les Noirs du pays, esclaves ou affranchis, si ces derniers étaient éduqués. Il y a également Prudence et son père, ainsi qu’une vieille femme qui vit dans les bois, sorte de « sorcière » bienfaisante, qui eux vont faire tout leur possible pour justement donner une chance à ces jeunes filles. Ils seront épaulés par des sociétés abolitionnistes un peu partout aux Etats-Unis et feront de leur mieux pour ne pas se laisser influencer par  la population hostile. Et puis, il y a les jeunes filles noires bien sûr, venant de tous les horizons, parfois aisées, parfois très conventionnelles, reproduisant un peu le schéma de la société blanche et celles qui sont plus anticonformistes et même un peu rebelles, dont l’une d’entre elle, la première à avoir voulu entrer dans l’école par soif d’apprendre, qui questionne le fait que son éducation doit obligatoirement passer par la connaissances « blanches ».

Un autre personnage a son importance, c’est celui d’une jeune noir un peu sauvage, qui vit dans les bois et qui a appris par coeur des passages des discours de Nat Turner, cet esclave instruit qui avait entraîné une bande d’esclaves et qui avaient massacrés des propriétaires blancs et leurs familles, même les enfants, ce qui avait entraîné une vague de panique dans tout le pays. Ce garçon, épris de liberté va faire peur au Blancs et va aussi titiller l’esprit des jeunes filles sur la place qu’elles veulent prendre dans la société.

Tiré d’une histoire réelle, l’album se termine par un dossier historique.

J’ai beaucoup aimé les dessins qui sont à la fois simples mais aussi plein de douceur. Je vous conseille cet album qui est très humaniste.

Melwasul l’a aussi lu ce mois-ci.

Pour aller plus loin, vous pouvez voir mon avis sur « Confessions de Nat Turner« .