« Flour babies » (« Bébés de farine ») de Anne Fine

 

La classe de 4C est celle dans laquelle sont rassemblés tous les « cas » du collège, les élèves décrocheurs, perturbateurs, en grande difficulté (j’ai immédiatement pensé à mes élèves de SEGPA) et leur prof attitré réussi à peu près à les tenir.

Mais quand il doit leur faire choisir un sujet d’étude pour la fête des sciences parmi une liste proposée par le collègue organisateur, il est bien embêté pour les intéresser car on ne leur a réservé que les sujets les moins scientifiques comme la nutrition ou l’économie domestique…

Le sujet tiré au sort sera l’éducation des enfants et l’expérience consiste à s’occuper pendant 3 semaines d’un sac de farine symbolisant un bébé qui devra être maintenu en bonne état et accompagné d’un journal de bord…

Simon, un dur de la classe, qui croit avoir entendu ses professeurs dire que l’expérience se terminerait par une explosion de farine dans la classe (ce qui en réalité était la crainte du professeur, pas un projet!) réussit à persuader ses camarades d’accepter ce travail qui ne les emballe pas à priori.

Pour Simon, l’expérience se révèle beaucoup plus intense qu’il ne l’aurait imaginé car elle réveille en lui l’absence de son père qu’il n’a jamais connu puisque ce dernier a quitté la maison quand Simon n’avait que 6 semaines. L’adolescent s’attache beaucoup à son sac de farine, qu’il considère comme une fille (même s’il n’en prend pas tant soin que ça). Cela entraîne une vraie modification de comportement et une vraie réflexion sur la vie, l’attachement, la place du père et sa place à lui en tant qu’enfant.

Parmi les autres garçons, les réactions sont différentes mais cela reste un révélateur de personnalité et surtout une prise de conscience de ce serait leur vie s’il devaient s’occuper de vrais bébés.

J’ai commencé ce roman avec une bonne impression mais je me suis un peu lassée sur la fin et pourtant, avec du recul, j’en garde une impression positive et je le recommande aux jeunes à partir de 12-13 ans, cet âge où on rentre dans l’adolescence !

 

   

 objectif 2017 : -21  chez Antigone

 

  chez Cryssilda et Lou 

catégorie « aliment » de ma ligne jeunesse

Publicités

Le prix des Incorruptibles 2017

Cette année, j’ai lu deux sélections du Prix des Incorruptibles : les livres CE1 avec Bastien et les 3ème-seconde pour mon plaisir.

Les résultats sont tombés : 

Je suis ravie de dire que le coup de coeur de Bastien a gagné pour les CE1 (et ça réaction quand je le lui ai annoncé a été : « Super!! C’est celui pour qui j’ai voté!! »)

 

(Cliquez sur l’image pour lire nos avis)

Moi, sur cette sélection, j’avais eu un coup de coeur pour :  (Cliquez sur l’image pour lire nos avis)

 

Et pour les 3ème-seconde, c’est un roman pour lequel j’avais eu un coup de coeur aussi: 

 

(Cliquez sur l’image pour lire mon avis)

Mais je dois dire que j’ai trouvé la sélection de très bonne qualité et j’ai beaucoup aimé la plupart des titres que j’ai lu!

En attendant de lire la sélection pour le prix 2018, je pense que j’emprunterai le gagnat de la sélection 5è-4ème que j’ai apperçu à la médiathèque « #Bleue » 😉

 

« Deux drôles de bêtes dans la forêt » de Fiona Roberton

Mon avis de maman :  

Une mignonne petite fille dans une jolie forêt trouve un adorable petit animal sauvage qui lui parait triste. Elle décide de le secourir et le ramène chez elle. Elle le transforme vite en animal domestique : vêtements, cabane, promenade et présentation à ses copains. Elle est très heureuse d’avoir trouvé ce petit être et quand il s’enfuit, elle est triste.

Cette histoire serait assez banale, si elle n’était pas immédiatement suivie de la même histoire exactement… Ou pas exactement justement, car elle est narrée du point de vue du petit animal sauvage qui lui raconte qu’il a rencontré une bête sauvage dans la forêt qui l’a kidnappé et à qui il a réussi à échapper !

Cette histoire est à la fois mignonne et rigolote par son tour inattendu mais c’est aussi une histoire qui permet de se rendre compte qu’il y a toujours deux points de vue à une histoire et qu’il ne faut pas croire que ce que l’on perçoit est la vérité et que parfois on croit bien faire et on peut faire du mal malgré soi. C’est donc aussi une histoire qui apprend mais sans être donneuse de leçons pour autant.

L’avis de Bastien 7 ans et demi en CE1 (avis pris sous sa dictée et quand il y a des choses entre parenthèses, c’est qu’il m’a dit « entre parenthèses » 😉

 

 

C’est celui pour lequel j’ai voté à l’école et à la médiathèque. C’est un coup de cœur pour moi car il y a deux versions et j’adore l’histoire (surtout la deuxième par rapport à la première.)

Ca parle d’une petite fille (on connait pas son nom). Elle voit une drôle de bête dans la forêt et elle croit qu’elle est triste alors elle l’emporte avec elle. Elle lui fait plein de choses qu’elle croit gentilles. Mais à un moment, la petite bête s’enfuit.

Mais la deuxième partie n’est vraiment (mais vraiment) pas pareille et pourtant elle a des points communs.

Au début, c’est bien mais la deuxième partie est tellement pas pareille que c’est marrant, c’est pour ça que j’ai aimé.

Les dessins étaient bien faits et le dessin de la drôle de bête : je les ai trouvés marrants !

 

 Ma page préférée : c’est parce que j’adore les paroles de cette page !

 

   

 sélection CE1

Catégorie « lieu » pour ma ligne jeunesse 

 chez Titine

« Polaroïd » de Séverine Vidal et Julien Castanié

Roman court, album pour adolescents ou BD avec beaucoup de texte, ce livre est une sorte d’ovni au niveau de la forme mais c’est une bonne surprise sur le fond. Je n’en avais jamais entendu parlé (je l’ai encore une fois acheté un peu par hasard chez Noz mon soldeur habituel) mais c’est un livre qui devrait plaire aux jeunes lecteurs de 13 ans et plus.

L’histoire est celle de Anna et de sa bande de copains qui se connaissent depuis toujours : Manel son petit ami, Clothilde, sa meilleure copine, et Mollusque, le bon copain. Ils vivent leurs vies de jeunes ensemble mais il y a une ombre au tableau : Anna reçoit régulièrement des polaroïds d’elle à différents âges mais elle n’a aucune idée de qui les lui envoie ni pourquoi. Anna ayant été adoptée, ses amis se demandent si cela n’est pas sa mère biologique dont elle ignore tout. Elle prend cela à la légère au début mais cela finit par l’angoisser un peu.

L’originalité de cette histoire c’est qu’elle est racontée sous la forme du journal intime d’Anna… C’est avec son point de vue par lequel nous commençons mais comme ses 3 amis qui se retrouvent par hasard avec le cahier entre les mainsce, ce journal intime est ensuite rempli parchacun des amis. Chacun lit ce que les précédents ont écrit et raconte son point de vue et la suite de l’aventure.

Donc, il y a un petit côté enquête mais surtout une incursion dans la vie de ces  ados bien ancrés dans leur époque  et dans leurs sentiments.

 Objectif 2017 : -16

 catégorie « objet »   

« Les petites reines » de Clémentine Beauvais

 

Mireille Laplanche, Astrid Blomvall et Hakima Idirn ont un point commun : elles ont été élues « Miss Boudin » au concours organisé depuis 3 ans par un certain Malo dans le collège-lycée où elles sont toutes les trois.

Si Mireille semble bien le vivre (car c’est la 3ème fois qu’elle est dans le top 3 !), elle n’en est pas moins cynique sur sa laideur. Elle se protège par son humour noir et par son mauvais caractère, particulièrement vis-à-vis de sa mère et de son beau-père.  Mais pour Astrid et Hakima, qui ont été élues pour la première fois, c’est très dur à encaisser.

Les trois filles se rapprochent et deviennent amies. Sur un coup de tête, elles décident d’aller de Bourg en Bresse jusqu’à Paris en vélo (en vendant du boudin en chemin) pour arriver le 14 juillet à la garden party de l’Elysée…  Entre celle qui est à la recherche de la reconnaissance de son père biologique (mari de l’actuelle présidente de la république), celle qui rêve de rencontrer Indochine, son groupe préféré qui fait un concert ce jour-là et celle qui veut faire reconnaître son frère qui a été blessé au combat et dont le supérieur, lui, est récompensé par la présidente… Elles ont toutes une bonne raison d’y aller ! Elles sont accompagnées de Kader, le frère d’Hakima qui lui circulera en fauteuil roulant.

Ce qui commence comme une idée farfelue et improbable pour donner un objectif à leur amour propre blessé se transforme vite en une aventure humaine et en battage médiatique.

C’est très drôle, plein de second degré et d’humour grinçant mais c’est surtout plein de vérités bonnes à dire sur les jugements sur le physique des gens, sur ce qu’est la norme, sur la méchanceté gratuite et sur la solitude… Tout cela à divers niveaux.

C’est un bon roman jeunesse, léger ET profond à la fois ! Un roman qui fait réfléchir sans donner de leçons !

Je conseille ce roman à partir de la 5ème .

   

 sélection 3ème-seconde

catégorie objet (petite reine = vélo) pour ma ligne jeunesse

« La grande aventure du Petit Tout » de Agnès de Lestrade et Tiziana Romanin

 

On continue l’aventure des Incorruptibles à deux :

Mon avis de maman :

Très joli album au niveau des dessins avec un petit côté retro et des couleurs automnales.

Au niveau de l’histoire, c’est un sujet qui peut toucher beaucoup d’enfants : la séparation des parents. L’enfant, « Petit Tout », ne comprend pas bien ce qui se passe et quand sa maman a un nouvel amoureux, c’est compliqué pour lui, cet homme, il l’appellera d’ailleurs « Monsieur Rien ».

C’est encore plus difficile pour lui d’accepter le bébé que sa maman et Monsieur Rien ont ensemble. Il le rejette et l’ignore et l’appelle « Rien du Tout ». Mais Rien du Tout ne se laisse pas faire et il finira par se faire « adopter » par Petit Tout qui deviendra alors un vrai grand frère.

C’est une jolie histoire même si elle est triste pour l’enfant lecteur mais aussi pour le parent lecteur car on se met à la place de cette famille. Mais il y a aussi beaucoup d’espoir.

 

L’avis de Bastien, 7 ans, CE1 (Avis pris sous la dictée, sans que je ne change un mot) :

Au début c’est triste. Ça raconte un enfant et il y a ses parents qui divorcent.

Le Petit Tout, le héros de l’histoire, est très triste et après ça va bien mais ça prend du temps.

J’ai trouvé qu’il était très bien parce que c’est des trucs qui concernent des gens que je connais. J’ai quand même de la chance que mes parents soient pas séparés.

Ma page préférée c’est Petit Tout avec Petit Rien du Tout, son petit frère. Et j’aime cette page parce qu’ils sont heureux.

Les dessins sont bien faits.

    

 sélection CE1

« Rouge » de Jan De Kinder

 

Bastien continue son aventure d’« Incorruptible » et je l’accompagne à nouveau.

Voici donc l’avis de Bastien, 7 ans, en CE1, pris en notes tel quel par mes soins  :

C’est l’histoire d’un enfant qui s’appelle Arthur qui rougit et le monde se moque de lui, surtout Paul. Et une petite fille essaie de leur dire d’arrêter mais elle a peur que Paul la tue.  

A la fin, tout le monde veut dire ce qui s’est passé et ensemble ils arrivent à faire en sorte que Paul abandonne. Mais au début la petite fille se moquait aussi.

Ce livre, il est bien mais par contre, c’est dommage parce qu’ils disent pas pourquoi Arthur il rougit. Moi, à mon avis, il rougit d’amour. Au début, on comprend pas trop mais à la fin, c’est plutôt bien. Ça me fait penser à des choses qui arrivent quelques fois à l’école. Y en a qui se moquent quand il y a des amoureux mais il n’y a pas plus de honte à avoir une amoureuse.

Les dessins sont assez beaux, les couleurs sont jolies même s’il y a beaucoup de rouge.

 

« Ma page préférée : parce que tout le monde défend Arthur. »

 

Et voici mon avis de maman :

Pour moi qui ai lu cet album avec un regard de maman et de professeur de collège, c’est un coup de cœur et j’ai immédiatement pensé que cet album pourrait même être lu par des 6ème (et ma collègue documentaliste à qui je l’ai prêté a confirmé en disant que pour elle, il y avait assez d’implicite pour des 6ème) et le sujet est malheureusement toujours d’actualité.

Cet album parle de harcèlement. Cela commence innocemment, par des moqueries sans grandes conséquences : Arthur rougit facilement et les camarades de classe en rient. Mais très vite, Paul, un autre garçon devient méchant et violent. Une petite fille commence à regretter les moqueries mais elle-même a peur et n’ose pas intervenir pour faire arrêter le harceleur. Enfin, les enfants réalisent qu’en se serrant les coudes, ils peuvent arrêter le cercle vicieux de cette méchanceté.

C’est un très bel album adapté à toutes tranches d’âges. Je vous le recommande vivement !

 

   

 

 sélection CE1 2016-2017

 catégorie « couleur » 

« Jacotte » de Géraldine Collet et Estelle Billon-Spagnol

 

Encore une lecture à deux et un billet à quatre mains avec Bastien.

J’ai emprunté cet album après l’avoir vu passer chez Saxaoul et Bastien a voulu le lire avec moi et à vrai dire, je suis allée faire à manger et il a poursuivi la lecture tout seul et je l’entendais rire tout seul à voix haute. Cela m’a un peu étonnée car je n’avais pas été super emballée au début de ma lecture mais en fait, je pense qu’il y vraiment des pages qui font rire les enfants et qui ne parlent pas forcément aux adultes et d’autres qui m’ont beaucoup plu et qui ont moins amusé Bastien .

En 60 petites histoires, on découvre Jacotte, une petite fille que l’on voit évoluer dans sa famille, avec son petit frère et ses parents, ses amis, son amoureux et l’école. J’ai pensé à « Mortelle Adèle » mais en moins cynique et c’est peut-être un peu comme une petite sœur d’Adèle, une petite fille un peu coquine mais pas vraiment méchante, plus abordable pour des plus jeunes lecteurs.

 

L’avis de Bastien, 7 ans, CE1 (pris en note tel quel par mes soins) :

C’était super et surtout rigolo. Et surtout c’était bien qu’il y ait beaucoup d’histoires.

Ça parle d’une petite fille qui veut changer de nom. Et ensuite, il se passe beaucoup de choses très rigolotes. Elle parle de Perceval, son amoureux, Paulo son doudou un peu vivant et ses parents et son petit frère.

C’est trop marrant quand on répète « Arnaaaaaaque ! » [Mot qui ponctue les exaspérations de Jacotte]

Les dessins sont très beaux, il y a assez de couleurs.

 

 

« Je suis d’accord avec Jacotte sur l’anti-pollution. »

 

 

   

« Tandem » de Séverine Vidal et Irène Bonacina

Bastien est devenu un « Incorruptible » ! Il participait déjà au prix des Incorruptibles avec sa classe depuis la grande section de maternelle mais il a eu envie de s’inscrire aussi à titre individuel à la médiathèque !

Voici donc sa première lecture, ou plutôt notre première lecture car j’ai décidé de les lire avec lui pour partager cette expérience de lecture !

Voici donc l’avis de Bastien, 7 ans, en CE1, pris en notes tel quel par mes soins  :

Ça se passe à l’école et à la rivière. Les personnages, il y a un hibou (ils disent pas son nom) et un canard. C’est les personnages principaux. Le hibou c’est une fille et le canard, c’est un garçon, c’est des enfants.

C’est l’histoire d’un hibou qui est amie avec un canard. Ils aiment bien se faire des rendez-vous à l’école. A un moment, ils font un mini-voyage de l’école à la rivière et à la fin, ils sont tout simplement amoureux.

Les images étaient très bien. Le négatif, je trouve que ça manque un peu de couleurs parce que qu’il y a que du jaune, du noir et du blanc mais les textes, c’est positif, ils sont très lisibles. Les dessins sont très bien faits.

 

Et voici mon avis de maman :

Cet album est vraiment adorable. Les dessins sont vraiment jolis et délicats avec un petit air retro. Les dessins très épurés aux traits fins en noir et jaune sur fond crème m’ont beaucoup plu.

L’histoire est très touchante. C’est celle d’une petite fille qui attend quelqu’un. On ne sait pas qui au début (moi, j’ai d’abord cru qu’elle parlait de son père) mais il s’agit d’un nouvel ami qui lui manque déjà. Leur amitié est forte et faite de tout ce qui est important pour deux enfants.

Très jolie histoire que j’ai beaucoup aimée. 

 

 

   

  sélection CE1 2016-2017

« Le Petit Prince de Calais » de Pascal Teulade

 

Jonas a 15 ans, il vit en Erythrée avec ses parents, sa grand-mère et sa petite sœur. Jonas n’aime pas trop l’école, tout ce qu’il aime c’est pêcher avec son père dans la mer Noire. Il a une passion pour les poissons, presque ’un don et son seul trésor est d’ailleurs un livre sur les poissons.

Un jour il est menacé d’être envoyé à l’armée et ses parents, qui savent que c’est beaucoup trop risqué, s’organisent pour qu’il fuit le pays et aille en Angleterre rejoindre un lointain cousin.

A contre cœur, pour ses parents, Jonas part et après un voyage très dur, il se retrouve en France, à Calais. Il ne parle que le Tigrigna, la langue de l’Erythrée, et n’arrive pas à se faire comprendre.

Il vit dans les dunes, seul, complétement isolé, avec l’espoir de passer en Angleterre. Il ne sait pas vraiment pourquoi il est là, seul à souffrir du froid, de la misère et de la solitude mais il le fait pour ses parents et parce qu’il n’a plus le choix de revenir en arrière.

Il croise des adolescents français, plein de bonnes intentions mais qui ne peuvent pas grand chose en grande partie parce qu’ils sont déconnectés de la réalité de Jonas.

Ce roman jeunesse est très fort, très touchant, réaliste et triste. C’est un beau roman plein de rêves d’un monde meilleur même si pour Jonas la vie rêvée ,c’est d’être avec sa famille.

Je conseille ce roman à partir de 12 ans.

 

 

 objectif 2016 : -43

  

Merci à  et  (cliquez sur les logos)