Le passeur : Lois Lowry

Ce roman jeunesse était noté sur ma LAL depuis longtemps car il est considéré comme un classique/coup de coeur pour beaucoup de lecteurs mais je ne savais pas trop à quoi m’attendre quand ma collègue Marianne me l’a offert car il avait été un des romans préférés de sa jeunesse.

Je suis tout de suite tombée sous le charme de cette dystopie qui se lit très facilement tout en étant d’une grande richesse.

L’histoire se passe dans une société où tout est réglé de façon très précise par les Sages. Les gens dans cette société n’ont aucun libre arbitre et tout est organisé pour que tout le monde soit identique -il n’y a aucun  débordement, aucun individualisme, aucune liberté, mais personne ne remet en cause cela, tout le monde s’en satisfait.

Le jour de la cérémonie du passage de 12 ans, tous les jeunes de cette tranche d’âge apprennent le métier qui leur a été attribué par les Sages et auquel ils devront se former à partir de ce moment après l’école.

Le narrateur, Jonas, reçoit la formation honorifique mais complexe de « dépositaire de la mémoire ». Un seul Sage a en lui tous les souvenirs du passé de cette société aseptisée et il va transmettre cela à Jonas. Il devient « le passeur ».

Mais Jonas va non seulement recevoir des souvenirs mais également des sensations, des sentiments, des ressentis physiques qui jusqu’ici lui étaient totalement inconnus. Et de découverte en découverte, il prend conscience de ce qu’il ne peut plus accepter dans sa communauté.

Ce roman pose la question de l’individu, de la liberté et des ressentis -sentiments et sensations positifs comme négatifs- et surtout la notion de choix. Un beau roman d’une grande profondeur que je conseillerai autour de 10 ans et plus selon le niveau de lecture.

 chez Antigone

 Marianne

 chez Titine

Publicités