« Green Book, sur les routes du Sud » de Peter Farrelly (film) (+les Green books et Don Shirley)

C’est mon amie et collègue Titi qui m’a parlé de ce film fin janvier car elle pensait que ça m’intéresserait par son lien avec l’African American History Month challenge et elle avait bien raison! Nous sommes d’ailleurs allées ensemble le voir en VO avec Mrs B une autre amie et collègue qui s’intéresse à ce sujet!

Résumé de Allociné : « En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.

Dans un pays où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, les deux hommes vont être confrontés au pire de l’âme humaine, dont ils se guérissent grâce à leur générosité et leur humour. Ensemble, ils vont devoir dépasser leurs préjugés, oublier ce qu’ils considéraient comme des différences insurmontables, pour découvrir leur humanité commune.  »

*

J’ai beaucoup aimé ce film! D’abord avec les acteurs sont vraiment bons : Viggo Mortensen, Mahershala Ali sont vraiment excellents!

J’ai aussi aimé voir le Sud des Etats-Unis de cette période dans toutes ses contradictions : il y a la ségrégation partout mais les riches blancs s’enorgueillissent de revoir ce pianiste réputé pour faire bonne impression tout en lui refusant les mêmes droits que s’il était Blanc. C’est assez terrible… Il y a aussi le problème de voyager quand on est Noir aux Etats-Unis : le fait de devoir « choisir » ses logements et restaurants en fonction des lois régissant la séparation des Blancs et des Noirs et le fameux « Green Book » mais aussi la manière dont la police traitent différemment les gens selon qu’ils soient Blancs ou Noirs dans le Sud…

Mais surtout ce que j’ai aimé c’est le renversement des clichés : le Blanc ici est plutôt rustre, c’est un Italo-Américain du Bronx, qui ne s’exprime pas avec beaucoup de finesse et qui a le coup de poing facile et le Noir est un homme riche, cultivé et très raffiné. Ils sont en contraste total avec les clichés de l’époque. Et d’ailleurs, Tony, le chauffeur / garde du corps s’étonne que Don, le pianiste réputé ne soit pas plus comme les autres Noirs mais Don, lui souffre de n’avoir sa place nulle part : pas assez « noir » dans sa façon d’être pour se sentir de points communs avec sa « communauté » et trop noir pour être accepté par les Blancs… Et pourtant, à sa façon, il lutte, choisissant de venir dans le Sud pour montrer qu’un Noir peut jouer cette musique différente de celle que l’on pouvait imaginer qu’il joue.

Au fil du film, Tony va dépasser ses propres préjugés (lui qui ne n’avait au début pas beaucoup de tolérance pour qui que ce soit qui ne soit pas italien et encore moins un Noir).

C’est un film historique et drôle par moments mais aussi très touchant quand il s’agit de constater les injustices liées à la ségrégation et aussi émouvant quand on se penche sur la psychologie du personnage de Don.

Pour revenir sur le vrai « Green Book » ou « The Negro Motorist Green-Book », , vous pourrez trouver des informations plus précises en cliquant sur la photo. Dans la vidéo suivante (en anglais mais vous pouvez activer la traduction automatique en français) vous pourrez en apprendre plus sur la traversée des villes sur la Route 66 qui étaient régies par les lois Jim Crow en les informant de tous les commerces acceptant de servir les Noirs et aussi sur les « Sundown Towns » (les villes à couvre feu) c’est à dire les villes qui n’acceptaient pas que des Noirs soient sur la route après la tombée de la nuit.

L’histoire est basée sur l’histoire vraie entre Don Shirley et Tony « Lip » Vallelonga, raconté par Nick Vallelonga d’après les histoires racontée par son père et l’artiste. Ils étaient amis dans la vraie vie.  (Cliquez pour voir un article de Paris Match sur les deux hommes).

Dans cette vidéo (en anglais mais vous pouvez activer la traduction automatique en français), on peut écouter Don Shirley raconter sa vie d’artiste noir aux Etats-Unis et voir des images et des films d’époque, c’est vraiment intéressant après avoir vu le film!

Borgen (Saison 1) Une femme au pouvoir : série danoise

Pour connaître le casting cliquez sur l’image du DVD.

Je ne suis pas une grande fan de séries car je ne suis pas assez rigoureuse et je finis toujours par rater un épisode mais si je les trouve en DVD, je peux me laisser tenter et le Mois Nordique était le moment rêver pour enfin regarder la série « Borgen » dont tout le monde disait du bien (même si je m’y mets 1000 ans après tout le monde!)

Il y a 10 épisodes dans cette saison 1. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas déflorer la série mais juste vous recopier le synopsis :

« Leader du Parti centriste au caractère bien trempé, Birgitte Nyborg accède au pouvoir après une bataille électorale pleine de rebondissements et sur fond de scandales. Cette quadragénaire idéaliste et honnête a permis à son parti d’obtenir une victoire écrasante. Elle doit maintenant répondre à deux questions fondamentales : comment utiliser au mieux cette majorité et jusqu’où peut-on aller pour obtenir le pouvoir ?… Borgen nous révèle les rouages d’une démocratie moderne et les conséquences que le combat politique implique pour ceux qui s’y sont engagés, tant sur le devant de la scène publique que dans leur vie personnelle. »

J’avais un peu peur que ce soit trop politique et que je n’y comprendrais rien mais en fait, les parties purement politiques sont très compréhensibles et il y a bien plus que ça.

C’est très humain : on s’intéresse et on s’attache à tous les personnages pour leurs vies privées aussi et leurs liens les uns avec les autres. On constate les liens qui existent entre les politiques, les journalistes, les gens de l’ombre derrière les politiciens et également les familles de ces derniers, ceux qui souffrent de la place médiatique que prend leurs vies.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette série et avant même de l’avoir terminée j’ai vérifié à la médiathèque et je suis ravie : ils ont la série 2 et 3!

 chez Cryssilda (Danemark) 

Où étais-je la semaine dernière et où va le blog cette semaine ? Quelques jours à Lyon inside!

Bonjour à tous! Avant de vous parler de ce qui va se passer sur le blog la semaine prochaine, je vais vous raconter deux trois choses sur la semaine passée!

Je suis allée à Lyon voir ma meilleure amie et sans rentrer dans les détails de notre virée entre filles (shopping et apéros en ont fait partie, je l’avoue 😉 voici quelques moments marquants!

  • Tout d’abord entre deux trains, j’ai retrouvé ma copine Coralie des Bibliomaniacs, juste à temps (ceux qui suivent le podcast, comprendront si je leur dis qu’elle ne participera pas au prochain enregistrement!).

 

  • Ensuite à l’arrivée à Lyon, en attendant de rejoindre mon amie, j’ai eu la grande chance de rencontre pour la première fois Lasardine! On se connaissait virtuellement par blogs et FB mais comme souvent, j’avais l’impression de déjà la connaître pour de vrai en la découvrant « pour de vrai »! On a bavardé de tout et de rien une partie de l’après-midi! J’espère qu’on aura l’occasion de recommencer plus longuement!

Et j’ai été gâtée!

 

A Lyon, j’ai vu deux expos qui valent le coup d’oeil :

  •   (cliquez pour en savoir plus) au Musée Urbain Tony Garnier : évolution de l’habitat depuis les années 30.

  •  (cliquez pour en savoir plus) : Une expo sur Martin Luther King à la Bibliothèque Municipale de Lyon (gratuit) 

Une expo parfaite pour clôturer l’

 

  • J’ai aussi fait un tour dans une belle librairie dans laquelle on peut manger (bien manger en plus!) : Librairie « Raconte moi la terre« 

 

 

  • Mais j’ai aussi fait un peu de tourisme!

 

Où va le blog cette semaine?

Les vacances continuent pour moi. Je vais profiter de ma famille, lire et ranger ma maison mais aussi travailler (d’ailleurs, je vais commencer par m’occuper des bulletins du 2ème trimestre dès que ce billet sera en ligne!)

Aujourd’hui, c’est le jour de la photo du 3/3 à 15h03 et je pense vous montrer ce que je faisais!

Demain, dimanche 4 mars, je vous donnerai mon avis sur « Arrête avec tes mensonges » en version audio.

Mardi 6 mars, vous pourrez lire deux billets à quatre mains avec Bastien : « Le pingouin volant » (un billet écrit à SA demande!) et « Azadah » un bel album.

Mercredi 7 mars, je vous proposerai 3 billets à la thématique « féministe » pour célébrer avec un jour d’avance la journée des DROITS des femmes (j’insiste sur les DROITS car je sens que je vais être exaspérée par les publicités pour les sous-vêtements, parfums et autres roses pour la « journée de la femme »!). Pour cela, exceptionnellement, je participerai au rendez-vous de la BD de la semaine un jour impaire ;-), avec deux BD : « Culottées » (en LC avec Blandine) et « Conduite interdite » mais aussi avec l’essai « Chère Ijeawele, ou un manifeste féministe en quinze points » (bon, maintenant que j’ai décidé de publier tout ça ce jour-là, il va falloir que je me dépêche d’écrire les billets!!)

Jeudi 8 mars, c’est le rendez-vous photographique #ennalit #ennavit, avec le tirage au sort du Book Jar. La recette du mois sera celle des choux de Bruxelles au chorizo.

Vendredi 9 mars, ce sera normalement la mosaïque des photos du 3/3 à 3h03 et/ou 15h03.

Et enfin, dimanche 11 mars, il y aura le tirage au sort du Book Jar.

En ce moment, je lis sur ma liseuse « L’if et la rose » de de Mary Westmacott (alias Agatha Christie) et en audio, je suis en train de lire « Couleurs de l’incendie » de Pierre Lemaitre (lu par l’auteur). Ma prochaine lecture papier sera « ADN » de Yrsa Sigurdardóttir et en audio, j’attendrai les derniers titres pour le prix Audiolib.

A bientôt! Bonne semaine et bonnes lectures!

Cinéma : quelques films pour l’African American History Month Challenge

Je ne suis pas experte en cinéma, je ne vais pas rentrer dans les détails de ces films mais voici une petite sélection de films que j’ai vu ou revu ces derniers mois et qui me paraissent importants à connaître quand on s’intéresse à l’histoire des Afro-Américains.

« Dans la chaleur de la nuit » (« In the heat of the night ») de Norman Jewison :

Résumé de Allociné : « Dans une petite ville du Mississippi, un crime vient d’être commis. L’adjoint du shérif arrête un inconnu assis dans le hall de la gare. Il est directement accusé du meurtre : il est Noir et a beaucoup d’argent sur lui. Après vérification de son identité, il s’avère que cet homme est Virgil Tibbs, un policier, membre de la brigade criminelle de Philadelphie. Il est alors relâché sans un mot d’excuse.
Son supérieur lui ordonne alors de rester à Sparta et de collaborer avec le shérif Gillepsie pour retrouver le meurtrier en question. Tibbs est hostile à cette idée, car il sait que les habitants de la ville se montrent méfiants à son égard. Mais il accepte et commence son enquête. »

Tourné et sorti juste après la fin officielle de la ségrégation, ce film montre très bien qu’on ne change pas les mentalités des gens si facilement. Dans le Sud des Etats-Unis, un Noir est forcément un criminel potentiel même si dans ce cas, c’est un inspecteur de police respecté et reconnu dans le Nord… Les gens sont méfiants et hostiles envers les Noirs.

Ce film est très fort pour montrer ces tensions, ces injustices. Mais au-delà de cela c’est un film qui a dû bousculer les américains à sa sortie car comme je le disais il est sorti à une période charnière de l’histoire des droits civiques et on y montre non seulement un homme noir qui est à égalité, sinon supérieur aux policiers blancs mais aussi le vrai visage de certains blancs, un racisme ordinaire ainsi qu’un passé ségrégationniste. J’ai trouvé aussi qu’avec le personnage du shérif on voyait les frémissements d’un changement de mentalité avec ce personnage qui s’interroge sur la séparation entre les Blancs et les Noirs.

C’est un film que j’ai trouvé vraiment puissant! Je vous le conseille bien évidement en VO et je dois dire que les acteurs sont excellents, particulièrement Sidney Poitier qui joue l’inspecteur Noir et Rod Steiger qui joue le shérif blanc.

« Mississippi burning » de Alan Parker :

Résumé de Allociné : « En 1964, trois militants pour les droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement. Ce sont deux agents du FBI qui sont chargés de l’affaire. Très vite, les questionnements et les méthodes d’intimidation d’Alan Ward et de Rupert Anderson dérangent, en particulier le Ku Klux Klan. »

Ce film a pour point de départ un fait divers réel. Trois jeunes militants pour les droits civiques qui encourageaient les Noirs des Etats du Sud à s’enregistrer pour le droit de vote disparaissent. Ils ont été tués par des membres du Ku Klux Klan. Quand le FBI débarque pour résoudre cette disparition l’enquête est menée pour les retrouver.

Alors c’est très « américain », film avec beaucoup de moyens qui en fait des tonnes, c’est sans doute très irréaliste sur la forme (on n’imagine pas qu’il y ait eu des centaines d’agents fédéraux pour retrouver ces trois étudiants par exemple). Après, ce n’est pas un documentaire, mais par contre le film montre bien le climat de haine et de peur dans lequel les gens vivaient dans le Sud des Etats-Unis. La ségrégation mais surtout la violence liée aux différences raciales et ça, c’est flagrant et poignant dans ce film.

« Les figures de l’ombres » (« Hidden figures ») de Theodore Melfi :

Résumé de Allociné : « Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn. 
Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. »

Ce film met en avant non seulement la ségrégation raciale dans le quotidien des Noirs aux Etats-Unis dans les années 1960 mais aussi la double peine des femmes noires : impossibilité d’être reconnues pour leurs qualités intellectuelles à cause de la couleur de leur peau mais encore plus parce qu’elles sont femmes étant donné que même les femmes blanches n’étaient pas nombreuses à être présentes dans leur domaine à cette époque.

Ce film m’a beaucoup touchée et je vous le recommande tant pour son côté militant anti-racisme que féministe!

Et pour en savoir plus sur les vraies femmes qui ont participer à cette avancée technologique : allez donc voir cet article (en cliquant sur la photo)

Broadchurch -saisons 1, 2, 3- Série télévisée réalisée par Chris Chibnall avec David Tennant et Olivia Colman

Danny Latimer, un garçon d’environ 10 ans, est découvert mort sur la plage au pied des falaises de la petite station balnéaire de Broadchurch. On découvre très vite que ce n’est ni un accident ni un suicide mais un assassinat.
 
Alec Hardy (inspecteur chef, je ne me souviens pas de son grade exacte) -joué par David Tennant- qui vient d’arriver dans la région et sa collègue Ellie Miller, qui elle, vit dans ce village et connaît tout le monde et qui est même très proche de la famille de Danny (son propre fils étant un très bon ami de la victime).
 
Toute la communauté de Broadchurch va être interrogée et scrutée. Les relations entre les personnes vont être analysées, le passé va être examiné, des secrets vont faire surface et tout le monde va devenir un potentiel coupable…
 
Et pourtant, quand on découvre le coupable on est surpris (par contre ne faite surtout pas comme moi : avant la fin de la série, je suis allée sur la page wikipedia anglaise pour voir où était tournée la série et ils donnaient le coupable !!!! ça m’a gaché la surprise mais je n’aurai jamais pu deviner toute seule.)
 
Cette saison était purement addictive ! Excellent polar, beaucoup de portraits de personnages très riches, très bonne analyse psychologique et de bons acteurs.
 
Bande annonce (en français et en anglais)
*
 
La saison 2 de Broadchurch est la suite de la première puisqu’il s’agit du procès de la personne accusée du crime du petit Danny. Je ne vous donne pas la bande annonce de France 2 de cette deuxième série car elle commence en donnant le nom de celui que la première série réussi à garder secret tout le long alors si vous n’avez pas vu la première série, surtout ne regardez pas cette bande annonce française !! (La bande annonce anglaise est, elle, restée mystérieuse!)
 
Mais en parallèle de ce procès qui remue pas mal les évènements qui ont entourés la mort du jeune Latimer et l’enquête, il y a aussi un retour sur l’enquête inachevée de Alec Hardy dans son précédant poste. Avec l’aide de Ellie Miller, il reprend son enquête, replonge dans cette affaire pour essayer de résoudre le meurtre d’une enfant. Il est dans l’urgence aussi parce qu’il a un problème cardiaque.
 
J’ai bien aimé mais beaucoup moins que la première série car j’ai trouvé que cela se dispersait trop. Je pense que j’aurais préféré que seule soit traitée l’enquête du meurtre d’enfant. J’ai beaucoup moins aimé le retour sur le meurtre de Danny, j’avais un peu l’impression de tourner en rond.
*
 
La troisième (et dernière) saison est sortie cette année et j’étais vraiment contente de retrouver Hardy et Miller qui sont toujours à Broadchurch. L’histoire commence quand Trish Winterman  une femme de la cinquantaine, vient au commissariat pour déclarer un viol, même si elle ne se souvient de presque rien. Le soir de son attaque, elle était invitée à une grande fête de 50 ans d’une de ses très bonnes amies et il y avait énormément de monde présent, beaucoup d’hommes que Trish connaissait de près ou de loin. L’enquête cette fois encore commence très vite à révéler des secrets plus ou moins bien enfouis de chacun. Dès le début on se dit que chaque homme que l’on croise pourrait être le coupable.
 
Les habitants de Broadchurch sont aussi présent mais de façon moins centrale que dans la saison 2. Ils sont comme la toile de fond, on les voit évoluer, essayer de s’en sortir de ce deuil très compliqué deux ans seulement après la mort de Danny.
 
J’ai bien aimé cette saison que j’ai trouvé très bien joué et qui aborde le viol « ordinaire », celui d’une femme qui pourrait être n’importe quelle femme et la façon dont la police gère ça. 
 
*
 
Pour la petite histoire, quand j’ai regardé la 3ème série de Broadchurch, cela avait une saveur particulière pour moi car l’été dernier, je suis allée à West Bay dans le Dorset. Ce n’était pas un hasard, j’avais imposé cette destination à mes hommes. Et du coup, je reconnaissais les lieux de toutes les scènes qui ont été tournées à West Bay. C’était vraiment sympa ! La petite station balnéaire est vraiment agréable pour passer la journée ! On a profité de la plage (sous les falaises où le corps de Danny a été découvert!), on a acheté un fish and chips dans les petites cabanes où travaille un personnage de la série 3, on a mangé ce fish and chips juste à coté du commissariat (qui n’en est pas un dans la vraie vie), on acheté une glace dans la petite boutique du port… Bref, j’y étais !! 😉

Cliquez sur la photo ci-dessus pour lire un article sur le vrai village et la série (en anglais)

       chez Lou et Cryssilda

Commentaires laissés sur canalblog à l’époque :
Je n’ai pas encore vu la saison 3 mais j’ai déjà adoré les deux premières. Tu as de la chance d’avoir été sur place !
J’ai bien aimé la deuxième saison aussi et ce décalage entre « justice » et « justice des hommes » finalement. Très bien vu et de manière toujours très sobre, à l’anglaise. Bref un régal.
Posté par Manu, jeudi 22 juin 2017
bienvenue ici! Tu as raison, cet aspect là est intéressant! Et d’ailleurs on rebondit dessus dans la 3eme saison! J’ai adoré mon passage là-bas, avec cette impression d’être dans les coulisses Posté par ennapapillon, jeudi 22 juin 2017
J’aime bien cette série. Je suis d’accord avec toi, la saison 2 s’essouffle un peu. Ils ont bien fait de partir sur un autre sujet sur la troisième. Je ne l’ai pas encore vu. On s’attache aux personnages et aux lieux. La balade sur le lieu du tournage a du être sympa.
Posté par lilas, jeudi 22 juin 2017
C’était un bon renouvellement pour une troisième saison et j’aurais bien aimé une 4ème quand même 😉Posté par ennapapillon, jeudi 22 juin 2017
un jour peut-etre…mais il y a deja 3 saisons…cela risque difficile a rattraper….en tout cas de chouettes souvenirs pour  oi..chouettes…Posté par rachel, jeudi 22 juin 2017
il n’y a que trois saisons de 8 épisodes, il n’y en aura pas d’autres Posté par ennapapillon, jeudi 22 juin 2017
oui mais je regarde tellement de series…j’ai toujours pas rattrape « silk »..de meme 3*8…et je sais que je ne verrais pas cette serie…sauf si je tombe dessus a la tele…Posté par rachel, jeudi 22 juin 2017
Je comprends 😉 Posté par ennapapillon, jeudi 22 juin 2017
il y a beaucoup trop de series…beaucoup trop…lol Posté par rachel, jeudi 22 juin 2017
oh oui Posté par ennapapillon, samedi 24 juin 2017
Il faut que je vois cette troisième saison… Comme toi un peu déçue par le second volet. Sympa ce voyage sur les lieux, c’est sûr que ce doit être étrange de les voir ensuite dans le film… Posté par Antigone1, jeudi 22 juin 2017
C’était vraiment sympa de reconnaître les lieux, l’impression d’avoir un petit avantage sur les autres spectateurs 😉 Posté par ennapapillon, jeudi 22 juin 2017
Rhoooo y’a même la petite maison bleue de mes rêves ! Il faut vraiment que j’y aille, c’est le genre d’endroit qui m’attire, même s’il n’y avait pas eu la série de tournée là-bas !Vivement la saison 3 ! Posté par Cryssilda, jeudi 22 juin 2017
oh oui, c’est trop bien! J’ai adoré ces vacances! http://ennalit.canalblog.com/archives/2016/08/30/34205175.html Posté par ennapapillon, samedi 24 juin 2017
Quand j’ai vu passer cette série, je n’ai même pas essayé de la regarder en pensant : « bon, encore un duo de flics qui vont mener des enquêtes, une par épisode, tout en essayant de mettre de l’ordre dans leurs vies respectives bien compliquées ! ».
 
Visiblement, j’ai vraiment eu tort ! Ça semble vraiment bon. Je vais de ce pas tenter la première saison ! Merci Enna ! Posté par Marion, jeudi 22 juin 2017
Non, non, c’est vraiment une très bonne série où on creuse toutes les facettes et les personnalités d’un village. très bien fait!
Posté par ennapapillon, samedi 24 juin 2017
C’est toi qui m’as appris qu’il y avait une saison 3 et j’ai hâte de la découvrir! j’ai préféré la saison 1 mais bien aimé quand même la saison 2… par contre je n’arrive pas à trouver une date de diffusion en France? Posté par Eva, vendredi 23 juin 2017 |
je ne sais pas du tout quand il sera diffusé : quand j’ai vu qu’il sortait sur ITV, j’ai regardé le premier épisode à la télé mais avec 4 coupures pub par épidode j’ai fini par regarder en streaming. Peut-être à la rentrée? Je ne sais pas du tout, désolée Posté par ennapapillon, samedi 24 juin 2017
Bon ben, première saison terminée en deux soirées. Gorge nouée nouée nouée à la fin devant toutes ces lumi… Oups ! Je me tais.
Je me demande bien comment ils vont faire ces deux-là pour revenir à la deuxième saison parce que là tout de même, à la fin, ils sont plutôt mal en point !!! Posté par Marion, samedi 24 juin 2017
Et bien dis donc, tu ne fais pas les choses à moitié! J’ai à peine le temps de répondre à ton premier commentaire pour  t’encourager à les regarder que hop! c’est fait! Et bien, la 3ème saison arrive bien à raccrocher tout ça tout en s’en détachant assez pour que ça ne soit pas redondant. C’est très réussi! je te souhaite de pouvoir bientôt la voir! Posté par ennapapillon, samedi 24 juin 2017 |
Aaah! Je viens de voir, à l’instant la bande-annonce pour la saison 3 sur France 2 ! L’annonçant pour bientôt! Ca sera très certainement pour septembre, car je les vois mal la diffuser durant le mois d’août? Posté par riwa16, dimanche 16 juillet 2017 |
Bienvenue ici! J’ai vu aussi la bande annonce et je me suis dit que les fans français n’allaient pas avoir à attendre trop longtemps! Je suis d’accord avec toi, ça m’étonnerait qu’ils la mettent en été. Bonne découverte! Posté par ennapapillon, dimanche 16 juillet 2017

« Sherlock » (Saison 1) : série crée pour la BBC par Mark Gatiss et Steven Moffat avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman

 

Comme je vous l’ai déjà dit, je ne regarde pas beaucoup la télévision et j’achète même quelques DVD et j’avais entendu beaucoup de bien de cette série (notamment pas mes élèves !). Cette série est  l’adaptation moderne de l’œuvre de Conan Doyle. Je ne connais pas bien les romans avec le personnage de Sherlock Holmes (je pense n’en avoir lu que deux) mais je connais malgré tout le personnage et son acolyte le Docteur Watson. Je dois dire que les deux gros points forts de cette série sont les acteurs et la façon de filmer Londres : on voyage vraiment dans la capitale !

Les deux acteurs sont Benedict Cumberbatch et Martin Freeman et ils sont parfaits pour les rôles. Sherlock Holmes, joué par Benedict Cumberbatch est une sorte de surdoué déconnecté de tout ce qui concerne l’affectif. Il a une capacité d’analyse extraordinaire et est capable de déduire des choses à partir de détails qui échappent à tout le monde et à la police, qui fait souvent appel à lui pour l’aider dans des enquêtes compliquées même s’il n’est pas forcément apprécié car il est terriblement sûr de lui et prétentieux et froid.  Docteur Watson, joué par Martin Freeman est un médecin militaire qui a été blessé en Irak. Le hasard le met en présence de Holmes et ils vont vivre en colocation et former une équipe lors des enquêtes prises en charge par Holmes. Watson est un homme ordinaire mais qui ne s’en laisse pas conter par Holmes et qui le remet parfois à sa place. Les deux hommes apprennent à se connaître et se respectent.

Dans cette première série, il y a trois épisodes : « Une étude en rose », « Le Banquier aveugle » et « Le Grand Jeu ». Je ne vais pas rentrer dans les détails car justement, étant donné que ce sont des enquêtes policières qui sont basées sur des détails ce serait trop risqué d’en dire trop. Et puis, les relations entre les personnages sont importantes. Je vais juste vous dire que l’on rencontre Moriarty, l’ennemi de Sherlock Holmes dans un des épisodes !

C’est une excellente série, particulièrement si vous aimez Londres (vous aurez envie d’y aller en touriste !) dont je pense voir d’autres épisodes !

 Le mois anglais chez  Cryssilda et  Lou 

« Happy Valley »(Saison 1) : série crée pour la BBC par Sally Wainwright avec Sarah Lancashire

Je regarde très peu la télé mais je cape les chaines anglaises et je suis un jour tombée sur un épisode en cours de route de la série « Happy Valley » que j’avais bien aimé et en comprenant que c’était un épisode de la 2ème série, j’ai décidé d’acheter  le DVD de la 1ère saison (oui, je fais partie de ces rares personnes qui ACHETENT encore des DVD… Mais pour être honnête, étant donné que le DVD de la saison 2 ne sera pas disponible avant octobre, je pense que je ne vais pas attendre et le regarder en streaming… Même si ça veut dire le regarder assise sur une chaise dure devant l’ordi plutôt que dans mon canapé (à cause du wifi capricieux dans le salon …)

Bref, je ne trouve pas ça facile du tout de parler d’une série mais je peux déjà commencer par vous dire que j’ai beaucoup aimé (la preuve, je vous parle déjà de voir la suite !). C’est une série policière mais pas que… C’est aussi une série très sociale (les anglais sont très forts pour faire du social dans leurs divertissements !) Et puis c’est aussi une série aux personnages très riches et complexes et du coup très humaine.

Etant donné que la base de cette série est policière et que dans cette histoire deux intrigues sont dévoilées petit à petit, je ne vais pas trop vous en dire pour vous laisser le mystère. Je vais m’en tenir aux informations que l’on a au tout début.

L’histoire se déroule  dans le Yorkshire, dans une petite ville qui, malgré la belle nature environnante, subit une grande précarité et des problèmes sociaux et des problèmes liés à l’alcool et la drogue. C’est un environnement bien glauque au milieu de l’Angleterre profonde. Catherine Cawood, est le personnage principal. Elle est officier de police et vit avec sa sœur, Clare et son petit-fils de 8 ans Ryan. Leur situation familiale est très particulière car la mère de Ryan s’est suicidée 8 ans plus tôt et Ryan est le fruit d’un viol. D’ailleurs au début, Catherine apprend que l’homme qu’elle pense coupable de cela, Tommy Lee Royce, est revenu dans les environs.

En parallèle, un homme assez ordinaire se trouve mêlé à un groupe de malfaiteurs et ils organisent ensemble un kidnapping.

Comme je le disais au début, les personnages sont très riches et leur traitement n’est pas manichéen, ils ont leurs failles, ils sont parfois faibles et mesquins et parfois forts. Les acteurs sont excellents, particulièrement Sarah Lancashire, qui est une femme aux multiples facettes, brisée mais qui se reconstruit et qui fait passer les autres avant elle et  James Norton, un personnage assez terrible, noir et froid… Bien glauque…

Ce n’est pas une série drôle et légère au contraire… Il y a même des épisodes qui donnent vraiment froid dans le dos… D’autant plus qu’ils sont intégrés dans des situations très réalistes et qui permettent de se dire que ce genre de choses peut arriver n’importe quand. Mais c’est un savant mélange qui  mérite d’être vu !

 

 Le mois anglais chez  Cryssilda et  Lou 

MES séries américaines

Je ne regarde pas beaucoup la télé et je n’arrive jamais à suivre des séries (à part Downton Abbey et encore c’est parce qu’on me prête les DVD) mais je regarde parfois les chaînes anglaises et j’aime bien les sitcoms où on suit des personnages récurrents dont la vie évolue mais dont chaque épisode est complet. Et comme les américains sont très forts pour ça, je profite du  pour vous en parler!

J’ai beaucoup aimé Urgences quand j’étais à la fac mais je vais plutôt vous parler de séries qu’on peut encore voir (en direct ou en redif).

Ma série « culte », celle que je peux regarder dans n’importe quelle langue, en anglais ou en français (mais quand même avec une nette préférence pour la VO), dans n’importe quel ordre et surtout que je peux regarder même si j’ai déjà vu la plupart des épisodes :  c’est Friends

 

Je pense que tout le monde connait cette bande de copains qui vivent à New York. Ils me font vraiment rire, ils se moquent les uns des autres, c’est rythmé, vraiment j’aime beaucoup! En 3ème, je travaille sur des extrait de Friends et je ne peux pas m’empêcher de rire 😉

Des extrait s en vidéo de Friends

 

Une autre série que j’aime bien, c’est « How I met your mother« , qui est une sorte de Friends un peu plus trash puisque les personnages sont aussi une bande d’amis qui vivent des aventures du quotidien ensemble et qui évoluent (relations amoureuses, travail, famille…) mais au lieu de boire du café, ils vont au bar pour boire des bières, ils parlent de sexe et sont beaucoup plus vulgaires mais je trouve ça aussi assez drôle! Je ne l’ai jamais vu en français par contre, je ne sais pas du tout si c’est bien doublé.

(Comme Friends mais avec de l’alcool 😉

How I met your mother en vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=d-dgcIB2awk&feature=share&list=RD15j4caCCCWI-E

 

Et puis il y a « The Big Bang Theory«  que j’adore et là aussi je peux la regarder dans le désordre, des vieux ou des nouveaux épisodes. Là aussi, je ne la connais qu’en anglais alors je ne sais pas ce que ça vaut en français. Cette série est un peu à contre courant car c’est une bande d’amis, des garçons, universitaires, scientifiques extrêmement brillants (et même dans le cas de Sheldon, un génie, complètement inadapté) qui sont ce que l’on pourrait appeler des « nerds », des premiers de la classe pas tellement dans le coup. Ils rencontrent  Penny, une fille tout à fait ordinaire, parfois un peu « bimbo » mais au grand cœur et ils apprennent à vivre ensemble et c’est très drôle!

 

The Big Bang Theory en vidéo :

 http://www.youtube.com/watch?v=_eD8RhPDU5Y&list=RD1510iRPkutI8s

 

Et enfin, je regarde aussi New Girl qui est une série dans laquelle Jess est une jeune femme un peu fantasque et décalée qui vit en colocation avec 3 garçons très différents les uns des autres. Ils ont tous des personnalités très marquées : j’aime beaucoup mais j’aime surtout le personnage de Jess jouée par Zoey Deschanel et je n’ai même pas envie de la voir en français car j’adore sa façon de parler et de se mettre à chanter ou ses expressions drôles et mignonnes. Il y a des jours où j’aimerai être Jess 😉

 La bande annonce de la première série de New Girl

Bernard Pras

Je ne parle pas souvent d’art ici, car je ne m’en sens pas forcément capable mais cet été, par le plus grand des hasards, j’ai découvert un artiste qui m’a bluffée :  Bernard Pras.

Nous étions à Etretat et en ce moment, en Normandie, dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste, il y a de nombreuses reproductions de tableaux impressionnistes mis « en scène » devant les sites où ils ont été peints. A Etretat, donc, j’ai vu de loin, sur une boutique, une grande « affiche » représentant les falaises  (« Mer agitée à Etretat ») mais en m’approchant, je me suis rendue compte que ce n’était ni une reproduction, ni une peinture, mais une installation qui représentait ce tableau de Monet avec des objets divers et variés et j’ai vraiment été impressionnée (ah! ah!) par cette version moderne de l’impressionnisme! C’était une œuvre de Bernard Pras.

L’original par Monet

La version de Bernard Pras à Etretat

Chez moi, de loin

chez moi, de près

Il se trouve qu’il y avait une expo de Bernard Pras à Fécamp, tout près de là, alors nous y sommes allés!

Et j’ai été encore plus impressionnée! Il fait des reproductions de tableaux avec des objets décalés mais aussi ce qui s’appelle des anamorphoses (j’ai découvert ça là-bas), c’est à dire des œuvre qui semblent déconstruites et sans forme mais qui lorsqu’elles sont regardées sous un certain angle deviennent des tableaux… (Vous pouvez faire un tour ici pour mieux comprendre.)

En allant sur cette page, vous trouverez de nombreuses œuvres de Bernard Pras et je pense que vous serez étonnés! (Je ne me risque pas à mettre des reproductions sur mon blog, car je n’en ai pas l’autorisation, mais allez voir !)

Voici pour finir, quelques vidéos que nous avons prises au musée de Fécamp, en partant du détail vers l’ensemble.

Je pense que cet artiste est un digne héritier moderne de l’impressionnisme!

 

 

 

Downton Abbey : my five favourite characters

A l’occasion du mois anglais  chez Lou et Titine, Valérie a proposé à Mrs B et moi-même de faire un top 5 de nos personnages préférés de la série télé anglaise bien connue Downton Abbey.

(Cliquez et vous arriverez sur la page de ITV)

Je ne suis pas une fan de séries, je préfère les sitcoms que l’on peut attraper dans le désordre et quand même suivre (« Friends », « Urgences » (ouh là…ça date un peu, non? ;-), « How I met your mother », « The Big Bang Theory », « New Girl »… que des américains, ce n’est donc pas le propos) mais Downton Abbey fait exception

Mes parents, grands fans de télé anglaise, me parlaient de Downton Abbey avant même que je n’en ai vu un épisode et puis j’ai été contaminé par ma copine Mrs B, grande fan de séries, qui m’a prêté le DVD (merci au passage à Charlotte qui est la fournisseuse officielle 😉

Je ne sais pas bien parler de séries mais je vous renvoie vers le billet de Mrs B qui en parle très bien!

Je peux juste vous dire que j’adore!!

J’aime l’ambiance, j’aime les personnages tous riches et bien creusés, j’aime voir le siècle changer… C’est so British!

Alors… Mes 5 personnages préférés sont… En fait, c’est très dur, je ne suis pas sûr de mon classement du tout, j’ai envie d’en mettre plein d’autres aussi… mais puisqu’il faut choisir…

5 -Mr Bates, le valet de chambre de Lord Grantham, un homme juste et droit  

Son histoire d’amour avec Anna est vraiment touchante!

Il est joué par Jim Carter 

 4- J’aime aussi beaucoup Mrs Hughes, la gouvernante, qui ne s’en laisse pas compter mais qui est juste et à l’écoute et puis j’adore son accent! 

Elle est jouée par Phyllis Logan 

3- J’aime aussi beaucoup Lord Grantham, cet homme qui est bousculé par ses filles, bousculé par sa mère, bousculé par les temps qui changent mais qui malgré ses valeurs un peu figées est un homme bon qui respecte ses domestiques et qui aime sa famille.

Il est joué par Hugh Bonneville 

2 – En lien avec le précédant, parmi les domestiques, je dois dire que j’adore Mr Carson, le majordome, celui qui tient les rênes de la maison presque autant que Lord Grantham et qui tient sans doute autant que ce dernier à ce que les traditions perdurent 

Il est joué par Jim Carter 

 

1- Et enfin, mon personnage préféré, celle sans qui je pense je ne regarderai peut-être plus Downton Abbey, c’est Lady Violet Gratham, la mère de Lord Gratham… Elle est incroyable! Elle appartient à une autre époque, elle dit ce qu’elle pense et fait mouche à chaque fois!

Elle est jouée par Maggie Smith 

Toutes les photos avec les citations viennent de la page Facebook de Downton Abbey

Et pour aller plus loin plein de produits dérivés :  (cliquez)

et ici aussi

Et vous? Quels sont vos personnages préférés?

Allons voir le top 5 de Valérie et de Mrs B!