The Monkey Family : Margo Renard

J’ai acheté cet album à Quai des Bulles parce que j’ai un attachement pour la maison d’édition La Palissade que je connais depuis leurs débuts et parce que j’étais très attirée par la couverture et comme l’auteur était présente, j’ai eu une jolie dédicace pour Bastien.

Cette BD, nous l’avons lu deux fois ensemble, avec Bastien et elle est vraiment chouette!

D’abord, elle est très belle : des aquarelles aux couleurs vives et acidulées avec des animaux malicieux et amusants.

Cela se passe dans un village de singes où tout le monde doit manger des bananes car c’est le seul aliment connu et où tout le monde doit faire la sieste obligatoirement plusieurs fois par jour… Trois jeunes singes se rebellent et veulent faire profiter le village des fruits exotiques qu’ils ont découverts dans la forêt interdites (ils appellent ces fruits des « bananes quelque chose » car ils ne connaissent pas d’autres fruits!)

Malheureusement, leurs efforts se retournent contre eux et ils partent à l’aventure pour trouver une solutions dans la forêt interdite… Là c’est une grande aventure avec des rencontres avec d’autres animaux et d’autres fruits et c’est vraiment très drôle!

Mais au-delà de l’aventure, c’est aussi une histoire sur la différence et le vivre ensemble. Une très bonne découverte pour les petits et les grands.

Voici maintenant l’avis de Bastien (8 ans-CE2) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

C’est l’histoire d’un singe qui s’appelle Ba et il n’aime pas les bananes alors quand son copain Hai lui montre une nouvelle banane exotique qu’il a pris dans la forêt interdite (qu’il appelle une « banane de terre », mais en vrai c’est un ananas!), ils ont voulu en faire goûter à tous les singes. Sauf que que tous les autres animaux de la forêt interdite arrivent et détruisent tout.

Alors Ba, Mo et Hai, les trois copains singes vont partir faire une quête dans la forêt interdite pour tout réparer. Suspens…

J’ai bien aimé, c’est rigolo, il y a beaucoup de pages qui m’ont plu. J’ai bien aimé car ça parle d’aventures et on a beaucoup rigolé avec maman!

Les dessins, je les trouve rigolos et bien faits aussi.

Je trouve le petit insecte tout en haut dans la pyramide de la dédicace était très rigolo :

  chez Noukette

 catégorie « animal » pour ma ligne BD

Publicités

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre qui donc lui reprisait ses chaussettes? : Zidrou et Roger

Cette BD raconte du quotidien, de l’ordinaire, de la vie qui se répète et pourtant, la vie de Mme Hubeau et son fils Michel n’a rien d’ordinaire.

En effet, cette mère âgée s’occupe de son fils handicapé mental. Dans la journée, il est au centre pour handicapés, mais le reste du temps, ils sont ensemble et elle doit gérer les répétitions, les frustrations, les exigences d’un fils qui est un petit garçon dans sa tête mais un homme costaud physiquement.

Mais en plus de ces difficultés qui commencent à peser sur les épaules de Mme Hubeau, il y  de l’amour. Un amour inconditionnel de Michel envers de sa mère et un immense amour plein d’abnégation de la part de la maman pour son fils qu’elle n’arrive pas à laisser un instant.

Je dois dire que j’ai versé une petite larme à la fin de cette lecture. C’est un album très touchant que je vous recommande vraiment!

  chez Noukette

 catégorie « lieu » pour ma ligne BD

Que faisions nous le lundi 1/01 à 01h01 et/ou à 13h01?

  

Le 1/01 nous avons été 9 à prendre 13 photos -au même moment ou presque- de ce que nous étions en train de faire.

J’ai transmis ces photos à  Steff  qui en a fait cette mosaïque! Merci à elle et merci à tous les participants!

A 01h01 : 4  PHOTOS

Personnellement, je buvais une tisane avec L’Homme et les amis chez qui nous avons passé le réveillon.

Steff trouvait l’occasion de rigoler entre cousins

Sandrion était en train de discuter avec les amis chez qui elle était invitée et elle s’est retournée pour prendre une photo de la table quand son portable a sonné le rappel de la photo.

Rachel était à la fin de la fête….5 minutes plus tard elle était au lit

A 13h01 : 9 PHOTOS

Personnellement, j’étais tranquillement dans le salon avec nos amis avant de repartir et après un jogging du 1er janvier avec ma copine!

Steff  manger un repas japonais (miam)

Une Ribambelle  regardait les infos avant de partir trente minutes plus tard pour aller prendre son train pour aller chez ses parents

Fleur Delanoche était en pleine flémardisation du 1 janvier 2018 devant la TV (derrière le sapin la TV lol)

Sandrion  consultait FB sur son ordi, à son bureau.

Rachel était à la fin du repas, elle prenait le dessert

Wakanda était en train de constituer sa PAL pour le challenge petit bac 2018

Mare tea ne attaquait la énième partie de mille bornes

Aifelle regardait le concert du Nouvel An sur France 2

 

Merci à tous les participants!

Le prochain rendez-vous sera  :

Vendredi 2/02 À  02H02 (dans la nuit de jeudi à vendredi!) ET/OU À 14H02!

Parlez en autour de vous 😉

Un rappel  la veille au soir et le jour même pour éviter d’oublier 😉

J’espère que nous serons nombreux à jouer!

Feuilleté aux pommes et à la canelle (ou Chausson aux pommes géant)

Je pense que je devrais renommer cette rubrique « L’Homme aux fourneaux » car depuis que je lui ai offert le livre de cuisine « Simplissime » je cuisine moins que lui (mais je mange très bien!!)

Voici donc un dessert qu’il nous fait de temps en temps et qui est vraiment bon!

Ingrédients :

  • 4 pommes
  • 50g de beurre (margarine vegan pour moi)
  • 2 cuillères à café de cannelle
  • 1 pâte feuilletée (sans beurre pour moi. Celle de la Bioocop est vraiment bien!)
  • 4 cuillères à soupe de sucre

Préparation :

  • Préchauffer le four à 180°
  • Éplucher et découper les pommes en cubes
  • Saisir les morceaux de pommes à la poêle avec le beurre et la cannelle
  • Étaler la pâte feuilletée sur une plaque
  • Placer les pommes sur la pâte
  • Saupoudrer de 3 cuillères à soupe de sucre
  • Refermer la pâte en pinçant les bords (comme un chausson aux pommes)
  • Saupoudrer le dessus avec le reste du sucre
  • Mettre au four 25mn
  • Servir tiède ou froid.

 

#ennalit #ennavit (et un peu de cuisine et le Book Jar!)

Après les « Curiosités bloguesques », puis « Une année en couleur« ,  « Des titres et des textes » , « Ce mois-ci, j’ai aimé, je n’ai pas aimé »« Les 5 sens » « 8 photos pour 8 moments de vie »,  « Retour vers le futur »,  « Les madeleines d’Enna » et enfin « 365 jours d’Enna », voici le nouveau rendez-vous mensuel dans lequel  j’illustrerai en photos 9 rubriques  inspirées des # que je poste sur Instagram qui me définissent et qui me permettent de  poser un regard quotidien sur ma « petite vie » entre le 8 du mois précédant et le 8 du mois!

  • #ennalectrice

Des livres (lus au lit, dans mon canapé, en voiture, chez le coiffeur, chez le médecin, au karaté en attendant Bastien…) : des romans, de la jeunesse, sur ma liseuse, des BD, avec Bastien, des livres audio (en conduisant, en courant, en cuisinant, en emballant des cadeaux…), des emprunts à la médiathèque, des cadeaux, des prêts, des achats…

  • #ennablogueuse

Préparation de billets à quatre mains avec Bastien, collecte de liens pour le Petit Bac 2017; un livre reçu dans ma boîte aux lettres grâce à un concours sur le blog de Herisson, le tirage au sort du Book Jar, un film vu pour mon « African American History Month Challenge ».

  • #ennagourmande

Du citron chaud au miel, des bûches de noël (d’entraînement et des jours J), du fast food post réunions parents profs,  des repas en famille, des repas de fête (au collège, en famille, chez les amis), des apéros, des goûters, un petit déjeuner et des chocolats

  • #ennaetsonpetitgarcon

Un bâtisseur de Lego, un petit karatéka, un petit garçon qui attend le père noël, un petit cuisinier, une dent en moins, un petit créatif, un petit ninja, au cinéma pour voir Coco, le premier kebab, le roi et sa reine

  • #ennaenglishteacher

Protéger sa voix, la cantoche, plein de réunions parents professeurs, plein de corrections en tous genres avant les vacances, préparations de cours, moments festifs avec les options Europe (Secret Santa et découverte de Mince Pies)

  • #ennafaitdusport

Danse, baignade dans la Manche (très froide) le 24 décembre (et on m’aperçoit même dans le journal!), reprise du gainage après le jogging, reprise du jogging dans le froid, le vent et la pluie et le jogging du premier janvier avec une amie!

  • #ennaenbalade / #ennaontheroad

Sur la route du travail, en y allant ou en revenant, vue depuis le parking du médecin, vue du port de Granville, vue de ma salle de classe sous le déluge, gratter le givre pour la première (et seule fois pour le moment), beaucoup de vent et de pluie et une expo de peinture de l’artiste Allan qui fait voyager avec « Le Tour de Normandie en 80 toiles » (que je vous recommande vivement!)

  •  #ennaandfriends / #ennaandfamily

Faire un don au téléthon en pensant à certaines amies, des cadeaux de Noël d’amies, des cartes de vœux envoyées et reçues, une baignade de Noël avec une amie, la visite de ma Best, les enfants de mes amis sont les amis de mon enfant, réveillon entre amis, tisanes entre amis, premier janvier cool entre amis…

Père et fils qui bricolent, mère et fils, repas de famille, belles-soeurs jupes et collants, une nièce avec qui cuisiner, se faire les ongles et bouquiner, des cousins qui jouent ensemble, une famille nombreuse pour la soirée, des apéros en famille élargie, bonne année en famille

  •  #ennaonglesetvernis / #ennajupesetcollants / #ennafringues / #ennacolliersetbijoux

Des fringues, des jupes, des collants, des tenues de fêtes, des bijoux, des ongles (et en guest star, les ongles de ma nièce), des fringues repassées et des fringues rangées

 

 Et comme il n’y a pas que les photos et les livres dans la vie, voici de quoi manger  :   (Cliquez sur l’image)

Enfin, le « Book Jar »  aidez moi à choisir le prochain livre issu de ma PAL à être photographié en train d’être lu. Ce mois-ci, pour mon African American History Month Challenge je vous demande de me donner un chiffre entre 1 et 8 pour me permettre de choisir un livre de ma PAL consacrée à ce challenge dans les commentaires ou sur la page FB du blog!

Où va le blog cette semaine?

Bonjour!

Les vacances se terminent et j’ai lu tous les livres dont je compte vous parler en janvier mais ils ne sont pas tous écrits 😉

ALORS, OÙ VA LE BLOG CETTE SEMAINE?

Lundi 8 janvier, c’est le rendez-vous #ennalit #ennavit avec des photos du 8 décembre au 7 janvier. Il y a aura aussi une recette et bien sûr le tirage au sort du Book Jar!

Mardi 9 janvier, si tout va bien, vous pourrez voir la mosaïque des photos du 1er janvier.

Mercredi 10 janvier, pour le rendez-vous de la BD du mercredi,  je vous parlerai de « Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre qui lui reprisait ses chaussettes? » et il y aura aussi un billet à quatre mains avec Bastien sur la BD jeunesse « The Monkey Family ».

Jeudi 11 janvier, ce sera le tirage au sort du Book Jar avec Bastien.

Vendredi 12 janvier, je vous donnerai mon avis sur « Passeport à l’iranienne ».

Samedi 13 janvier, il y  aura le billet « Où va le blog cette semaine? »

Et enfin, dimanche 14 janvier je vous parlerai des deux tomes de la BD « Le journal d’Aurore ».

En ce moment, je lis « Underground railroad » de Colson Whitehead et avec les oreilles, je lis « La confession » de John Grisham (lu par José Heuzé) (tous les deux pour mon « African American History Month Challenge » du mois de février (n’hésitez pas à vous inscrire si vous voulez participer, même pour juste un titre!

Je piocherai mes prochaines lectures parmi mes titres pour le challenge!

A bientôt!

Article 353 du Code Pénal : Tanguy Viel (Lu par Féodor Atkine)

L’histoire commence avec Martial Kermeur qui vient de jeter à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec. Il ne l’a pas à proprement parlé tué mais il sait bien que c’est à cause de lui s’il meurt et il l’a fait en toute conscience. Une fois arrêté et interrogé par le juge, c’est l’occasion pour lui de raconter tout ce qui l’a amené à faire cela.

Il va commencer par parler de son licenciement avec une très grosse prime, sa vie de couple, son divorce, sa vie avec Erwan son fils qu’il va élever du mieux qu’il peut. Il y a surtout les projets immobiliers grandioses de Antoine Lazenec qui fait miroiter à la mairie et aux habitants de transformer Brest en une sorte de nouvelle Riviera iodée… Une « station balnéaire » de luxe qui donnera une nouvelle vie à la ville…

Tout le monde y croit… Même Martial même s’il ne l’avoue à personne par honte d’avoir investi son argent de prolétaire dans un projet de luxe… Et pourtant, il en rêve de son appartement avec vue sur mer pour lui et Erwan…

Sauf que Lazenec est un escroc et que rien ne se passe comme prévu…

Ce roman est vraiment bon, avec un narrateur rude qui raconte une vie simple et honnête, droit dans ses bottes qui pourtant a été poussé à bout par une machine broyeuse : celle de la malhonnêteté mais aussi celle de la fierté.

J’ai beaucoup aimé cette lecture, et ce personnage et je vous recommande la version audio car le côté monologue en huis clos se prête très bien à la lecture audio avec son aspect confession. Le narrateur semble nous parler. De plus, cette version est très bien lue.

catégorie « objet » de ma ligne audio

Le garçon qui parlait avec les mains : Sandrine Beau et Gwenaëlle Doumont (Billet avec Bastien)

Victoria est une petite fille pleine d’entrain qui vit avec ses parents qui adorent tout ce qui est lié à l’Espagne. Dans sa classe, il y a toute la population que l’on peut trouver dans une école : des gentils, des drôles, des lents, des méchants… Mais un jour, la maîtresse leur présente un nouvel élève. Manolo est beau (Victoria craque tout de suite sur lui), il est espagnol (coïncidence incroyable quand on pense à l’intérêt de la famille de Victoria pour ce pays) mais pourtant, il ne parle pas espagnol car… il est sourd. Avec la maîtresse, il parle la langue des signes.

Ce garçon intrigue tout le monde et très vite Victoria et lui deviennent amis et réussissent à communiquer à leur façon -mélange de langue des signes improvisée, de mimes, de mots etc. Ils s’entendent très bien mais certains parents de la classe ne voient pas les choses d’un aussi bon œil.

En effet, la différence et le handicap font peur et ces parents d’élèves disent s’inquiéter pour l’avenir de leurs enfants en argumentant que la présence de Manolo va ralentir les cours. Cela met Victoria très en colère et Manolo est peiné et découragé d’être sans cesse le point de mire à cause de sa différence. Mais Victoria ne se laisse pas faire et elle trouve une idée pour sensibiliser ses camarades de classe au quotidien de Manolo et changer certaines mentalités.

Très jolie histoire sur la différence et l’amitié (et même l’amour) malgré les différences et sur l’intolérance et le fait que la connaissance est le secret pour accepter l’autre.

Très intéressant et dans un style très actuel avec des personnages très réalistes, pas du tout « cucul la praline ».

Bastien m’a posé pas mal de question sur les sourds après. Dans son école, il y a une classe d’IME avec des inclusions d’enfants handicapés dans les autres classes et depuis la maternelle, il a toujours été confronté au handicap sans que cela fasse de différence. Il m’a dit : « A l’école, il y a un garçon de l’IME, il est sourd, mais je l’aime pas… Pas parce qu’il est sourd, mais parce qu’il fait des blagues pas drôles et il est même méchant. » Je lui ai dit que ça montrait que les enfants handicapés étaient comme les autres : il y en a des sympas et d’autres moins gentils et que ça n’avait rien à voir avec leur handicap.

Voici maintenant l’avis de Bastien (8 ans-CE2) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

« C’est dans une école, il y a un nouveau qui arrive et il est d’origine espagnole et dans la classe, il y a Victoria et avec ses parents, ils adorent l’Espagne. Mais le nouveau qui s’appelle Manolo est sourd et il ne parle pas -enfin si, mais la langue des signes!

Mais il y a des gens qui n’aiment pas trop le fait qu’il soit sourd et du coup ça fait des histoires. Et Victoria et Manolo veulent que ça s’arrête et pour ça ils ont une petite idée : leur exposé. En revanche, je n’en dis pas plus pour laisser du suspens pour ceux qui  veulent le lire.

J’ai aimé parce que ça exprime bien que les sourds sont comme nous même s’ils n’entendent pas, sinon ils ont le même corps, la même tête. On est tous humain! »

 sélection CE2-CM1

Le peintre qui changea le monde : Hubert Ben Kemoun et Justine Brax (Billet avec Bastien)

Cet album raconte l’histoire de Boniface Lazufi, fils du peintre qui a choisi les couleurs et les motifs des animaux d’Afrique. Il se contente de rafraîchir les peintures des animaux, il ne crée pas mais il se satisfait de cette vie. Mais l’entrée dans sa vie d’une belle jeune femme va tellement le perturber qu’il va libérer sa créativité sans même sans rendre compte et donner une nouvelle vie aux pelages des animaux qui sont ravis de leurs nouveaux habits!

Un joli conte qui rappelle bien les contes africains avec de très belles illustrations aux belles couleurs.

Je pense cependant qu’il aurait peut-être mieux convenu aux CP-CE1 qu’aux CE2-CM1 car il manque peut-être un peu de matière au niveau de l’histoire mais cela reste malgré tout un très bel album.

Voici maintenant l’avis de Bastien (8 ans-CE2) pris sous la dictée sans que je ne change un mot (et sans qu’il ait eu connaissance de mon avis) :

« C’est l’histoire d’un grand peintre qui peignait les animaux, c’est lui qui avait choisi les couleurs de leurs pelages. Quand il est mort, son fils reprend le travail et  continue à les peindre.

Mais à la fin, il se passe de drôles de choses avec les couleurs des animaux mais je n’en dis pas plus.

Je sais que ça ne peut pas exister car le pelage des animaux est naturel et ce n’est pas un humain qui les peint mais j’ai bien aimé car les illustrations sont très jolies.

Ma page préférée, c’est en particulier celle où on voit le lion parce qu’il est très joli et aussi la couverture. »

 sélection CE2-CM1

 catégorie « Art » pour ma ligne jeunesse

African American History Month Challenge

La cause des Afro-Américains, leur histoire, leur place dans la société américaine et dans la littérature est un sujet qui me tient à coeur. Pour mon DEA (un diplôme universitaire qui n’existe sans doute plus et qui à l’époque était un peu l’introduction à une thèse de doctorat… que je n’ai jamais faite) portait sur « L’affirmation de l’identité des femmes Afro-Américaines dans trois romans d’Alice Walker ». J’ai donc beaucoup lu sur le sujet à cette époque. Et puis plus tard, en tant que prof, j’ai souvent fait étudier l’histoire des Noirs Américains à mes élèves, de l’esclavage en passant par la ségrégation et la lutte pour les droits civiques avec Martin Luther King.

Dans les années 1920, l’historien Carter G. Woodson a fait en sorte que le  « Negro History Week » soit instauré aux Etats-Unis : une semaine pour mettre à l’honneur les Afro-Américains qui n’étaient pas assez reconnus dans l’histoire du pays. En 1976, le président Ford a transformé la semaine en un mois et en 1986, le Congrès a déclaré que le mois de février serait « National Black History Month ».

Ce que je vous propose c’est de profiter du mois de février pour parler des Afro-Américains dans l’histoire ou dans la fiction. Nous pourrons parler de romans écrits par des Afro-Américains ou parlant d’Afro-Américains, qui traitent de l’histoire des Noirs aux Etats-Unis, que ce soit dans l’histoire ancienne avec l’esclavage, ou plus récente avec la ségrégation ou de nos jours. Des romans qui mettent en avant la complexité de la vie des Noirs aux Etats-Unis, leurs réussites, leurs combats, leurs difficultés à faire accepter leur place. Ce sera aussi l’occasion de parler de personnalités Noires Américaines, que ce soit dans les arts, dans la politique ou autre.

Si vous souhaitez participer avec moi, vous pouvez vous inscrire ici et il suffit d’écrire un ou plusieurs billets à votre guise avec le logo. Si vous voulez, on peut aussi mettre en place des thématiques. N’hésitez pas à me donner vos idées : je suis très ouverte!

Par exemple : « Autour de l’esclavage », « Autour de la ségrégation », « Conditions de vie des Noirs aux Etats-Unis », « Poésie », « Cinéma », « Autobiogrphie/ Biographie »…

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici pour des informations, des vidéos et des personnalités ou des événements.

Ici un petit quizz en anglais sur la place des Afro-Américains dans leur pays.

Ici des idées de lectures sur un blog américain.

De mon côté, voici des titres que j’ai lus et qui correspondent à ce mois et qui peuvent vous donner des idées :

Archives adulte sur Ennalit :

Tant que je serai noire : Maya Angelou (Autobiographie)

Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage : Maya Angelou (Autobiographie)

No home (Homegoing) : Yaa Gyasi (esclavage, ségrégation, condition de vie des Noirs aux Etats-Unis)

To kill a mockingbird (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur) : Harper Lee + la version audio lue par par Cachou Kirsch (Ségrégation)

Voici venir les rêveurs : Imbolo Mbue (lu par Julien Chatelet) (Conditions de vie des Noirs (ici Africains) aux Etats-Unis)

Les belles choses que porte le ciel : Dinaw Mengestu (Conditions de vie des Noirs (ici Africains) aux Etats-Unis)

Un don : Toni Morrison (Esclavage)

Home : Toni Morrison  (Conditions de vie des Noirs aux Etats-Unis)

The help (La couleur des sentiments) : Kathryn Stockett (Ségrégation)

Americanah : Chimamanda Ngozi Adichie (Conditions de vie des Noirs (ici Africains) aux Etats-Unis)

Archives jeunesse sur Ennalit :

Nina : Alice Brière-Haquet et Bruno Liance (Nina Simone / conditions de vie des Noirs aux Etats-Unis)

Sweet sixteen : Annelise Heurtier (Little Rock Nine / Ségrégation / Racisme)

La femme noire qui refusa de se soumettre -Rosa Parks : Eric Simard (Rosa Parks / Ségrégation)

Je suis un homme -Martin Luther King : Eric Simard (Martin Luther King / conditions de vie des Noirs aux Etats-Unis / Racisme)

Archives BD sur Ennalit :

Wake up America 1940-1960 : John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell (le mouvement des droits civiques / ségrégation)

Wake up America 1960-1963 T 2 : John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell (le mouvement des droits civiques / ségrégation)

Wake up America 1963-1965 Tome 3 : John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell (le mouvement des droits civiques / ségrégation)

Love in vain – Robert Johnson 1911-1938 : Mezzo et Jean-Michel Dupont (Biographie / conditions de vie des Noirs aux Etats-Unis )

Et de mon côté, en ce mois de février j’ai prévu de vous parler de livres qui sont dans ma PAL :

« And still I rise » des poèmes de Maya Angelou et son texte « Letters to my daughter »

« My name is Leon » de Kit de Waal

« Lomax Collecteur de Folk songs » de Duchazeau (BD)

« Blackface Banjo » de Frantz Duchazeau (BD)

« Ma nouvelle voisine » de Adrian Fogelin (Jeunesse)

« La confession » de John Grisham (Lu par José Heuzé)

« Their eyes were watching God » de  Zora Neal Hurston

« Les douze tribus d’Hattie » de Ayana Mathis

« Tar baby » de Toni Morrison

« Dreams From My Father: A Story of Race and Inheritance » de Barack Obama (lu par lui-même)

« Underground railroad » de Colson Whitehead

« Another Brooklyn » de Jacqueline Woodson

J’ai prévu aussi de relire « The colour purple » (« La couleur pourpre ») de Alice Walker qui est un peu mon livre culte et dont je n’ai pas encore parlé sur le blog.

Avec Bastien, nous allons lire « Martin et Rosa -Martin Luther King et Rosa Parks, ensemble pour l’égalité » de Raphaële Frier et Zaü. Et je vais aussi essayer de trouver au moins un titre ado.

Je pense aussi parler des films : « Les figures de l’ombre« , « Dans la chaleur de la nuit » et « Mississippi Burning »

Je vous en dirai plus le 1er février!