Jane, le renard et moi : Fanny Britt et Isabelle Arsenault

     

 

Hélène est une jeune adolescente qui subit les brimades des autres filles de son école. Geneviève, Sarah, Anne-Julie et Chloé étaient ses amies avant mais elles se sont retournées contre elle en grandissant. Hélène aimerait être transparente et traverser les couloirs sans avoir peur d’entendre du mal d’elle. Elles lui font se sentir grosse, laide et sans intérêt et c’est très dur à vivre.

Sa vie est triste et morne (et les dessins sont en noir et blanc) et sa seule échappatoire c’est la lecture de « Jane Eyre » qui redonne légèreté et couleur à sa vie (et les pages de la BD sont alors en couleur). Jane est pour elle une sorte d’alter ego en qui elle se reconnait, elle se plonge dans sa vie et y trouve de la force même si dans sa vie quotidienne, elle est toujours tête baissée…

Un jour, elle apprend qu’elle doit aller une semaine en voyage scolaire et qu’elle ne pourra pas y échapper. C’est la mort dans l’âme, triste et inquiète qu’elle se prépare y aller… Il y a l’épreuve des magasins avec sa maman, l’achat du maillot de bain pour Hélène qui n’est plus tout à fait une petite fille mais pas encore une jeune fille, un peu plus potelée que la moyenne de ses « amies » et elle résout à y aller mais avec dans ses bagage « Jane Eyre ».

Là-bas, bien entendu, l’isolement continue. Jane Eyre est son réconfort mais aussi la rencontre avec un renard dans la forêt… Et puis, il y a la rencontre avec Géraldine, une autre fille du groupe qui a assez de personnalité pour ne pas suivre bêtement la « meute » et qui devient amie avec Hélène. Et c’est alors la possibilité d’une nouvelle vie qui s’ouvre à elle, où elle peut prendre confiance en elle.

J’ai beaucoup aimé cet album. Tout d’abord par la thématique du harcèlement, de l’isolement des jeunes qui ne savent pas dire que ça ne va pas. J’ai trouvé très bien traité cet âge charnière entre l’enfance et l’adolescence et la cruauté des gens « cools » envers ceux qui ne rentrent pas dans le moule. J’ai adoré le fait que la lecture soit montrée comme une bulle de bienêtre et de réconfort.

Et puis, les dessins sont superbes. J’avais déjà eu un coup de cœur pour  « Louis parmi les spectres » des mêmes auteurs. Les traits sont délicats, légers et transmettent des émotions avec beaucoup de finesse. Et les passages sur Jane Eyre sont aussi très beaux et vivants.

A découvrir, c’est une vraie pépite !

Merci 

Challenge Petit Bac 2017 Catégorie « prénom » de ma ligne BD

J’inscris ce texte au Défi Livres de Argali  

Louis parmi les spectres : Fanny Britt et Isabelle Arsenault

coeur

Louis

Je pourrai me contenter de vous dire que cet album est une vraie merveille et qu’il faut absolument le lire tant pour ses dessins que pour l’histoire car c’est exactement ce que je pense !

Cet album est tout d’abord d’une grande beauté : traits délicats, dessins d’une grande légèreté et aussi d’une grande force. Les couleurs sont subtiles : noir et blanc et éclats de jaunes. Et l’écriture des textes qui change en fonction de qui parle.  J’ai adoré ! J’avais envie de photographier toutes les pages !

Et puis il y a l’histoire de Louis. Louis est un jeune garçon, entre l’enfance et l’adolescence. Louis s’inquiète pour son père qui boit trop et qui est tellement malheureux d’être séparé de sa femme. Il s’inquiète pour sa mère qui n’est plus tout à fait la même depuis la séparation, qui s’inquiète tant pour ses fils et qui tente de cacher cela.

Et puis, il y a surtout Billie…  Billie, cette jeune fille de l’école qui vient en vélo, Louis l’aime de loin car il n’ose pas lui dire et pourtant, il l’aime avec une grande maturité. Il est vraiment beau cet amour !

Et toutes ces inquiétudes sont comme des spectres qui entourent Louis.

Et puis il y a de l’espoir. L’espoir de retrouver une vie de famille normale, l’espoir d‘oser parler à Billie.

Des touches d’humour et de légèreté avec Truffe, le petit frère de Louis, trop jeune pour réaliser les difficultés ressenties par le grand-frère, fou de musique et insouciant.

Je n’ai pas envie d’en dire plus en fait, j’ai envie que vous tombiez sous le charme de ce garçon et de sa vie pas simple. Il y en a des choses dans la tête de Louis et elles sont magnifiquement racontées !

Bravo aux auteurs ! J’ai hâte maintenant de découvrir « Jane, le renard et moi » !

IMG_20161111_135220

IMG_20161111_135233

IMG_20161111_135121

IMG_20161111_135937

IMG_20161111_135448

IMG_20161111_135809

IMG_20161111_135907

Merci à Mo  de m’avoir fait découvrir cet album dans son bar à BD et merci beaucoup la pastèque pour cette merveilleuse découverte!

2016 objectif 2016 : -45

7169085-une-collection-de-bulles-de-discours-de-style-bd-illustration       BD de la semaine saumonchez Moka

québec  chez Karine:) et  Yueyin

Ida : Chloé Cruchaudet

T1 « Grandeur et humiliation »

T2 « Candeur et abomination »

T3 « Stupeur et révélation »

coeur

 

ida 1ida 2ida 3

 

J’ai emprunté cette BD juste après mon billet sur « Groenland Manhattan » de l’auteur (dont j’avais aussi aimé « Mauvais genre » et quad j’ai vu les sublimes couvertures, je n’ai pas hésité une seconde !

Fin 19ème siècle, Ida est une « vieille fille » perpétuellement malade que rien ne soulage. Elle vit avec sa sœur et la famille de celle-ci. Son médecin l’envoie sur la Côte d’Azur et c’est alors qu’elle découvre qu’elle, qui ne vivait qu’alitée, ne se sent bien que quand elle voyage.

Au cours de ses voyages entre Tanger et l’Afrique, elle rencontre Fortunée, une femme délurée et haute en couleur qui deviendra sa compagne de voyage. Avec son corset et ses tenues extravagantes, elle se lance dans de grandes aventures jusque dans la jungle.

*

Elle écrit des guides de voyages et poursuit dans des contrées encore plus reculées et méconnues. Elle rentre en contact avec une tribu d’une grande violence –une rencontre qui la changera complètement.

*

Après avoir échappé à l’horreur, c’est une Ida déboussolée qui est recueillie avec Fortunée par des religieuses missionnaires au Congo. Elles sont intégrées à la communauté. Ida continue d’écrire et raconte sa vision des colonies.

*

Ces trois albums sont tout simplement sublimes que ce soit par les dessins ou les couleurs. Et l’histoire est fascinante. Le personnage d’Ida est d’une grande modernité et pourtant bien ancrée dans le 19ème siècle. Et elle est entourée d’une galerie de personnages très réussis !

7169085-une-collection-de-bulles-de-discours-de-style-bd-illustration

médiathèque


Commentaires laissés sur canalblog à l’époque :
  • Ces robes sont magnifiques. J’ai beaucoup aimé « Mauvais genre » et tu me donnes envie de découvrir celui-ci !
    Posté par Saxaoulsamedi 14 mai 2016
  • Vraiment rien que pour les dessins ça vaut le coup et puis l’histoire est beaucoup pus profonde qu’on pourrait le croire au départ, une vraie bonne découverte! Je te la conseille, je pense que tu aimeras! Posté par Enna, samedi 14 mai 2016 |
  • en tout cas les couvertures sont reussies…et toute une bien belle histoire….oui cela semble bien… Posté par rachelsamedi 14 mai 2016
  • C’est vraiment une trilogie qui vaut le détour tant par les dessins que l’histoire! A découvrir! Posté par Enna, samedi 14 mai 2016
  • j’en étais sûre que ça allait te plaire!!  j’ai moi aussi été conquise par Ida!! Posté par lasardine, samedi 14 mai 2016
  • Comment ne pas tomber sous le charme de cette femme ! 😀 Posté par Enna, samedi 14 mai 2016
  • Je suis tombée sur ces albums au salon du livre de Québec! Ils sont magnifiques! Tu me rappelles que je dois vérifier s’ils sont dispo à ma bibliothèque! Posté par Jules se livredimanche 15 mai 2016 |
  • Ils sont beaux et l’histoire est vraiment bonne aussi : à lire! Je suis contente de te rappeler à leur bon souvenir! Posté par Enna, lundi 16 mai 2016

Profession du père : Sorj Chalandon

C’est un fait connu de tous : je suis une « Sorjette », c’est à dire une fan de Sorj Chalandon… J’ai d’abord aimé ses livres (je les ai tous lu) et puis j’ai rencontré l’auteur et j’ai trouvé que c’était quelqu’un d’abordable et touchant que j’ai beaucoup apprécié. Alors bien entendu quand j’ai lu qu’un nouveau roman allait sortir pour la rentrée littéraire je savais que j’allais l’acheter le jour de sa sortie et que je ne lirai aucun avis dessus pour ne pas être influencée et c’est ce que j’ai fait.

Comme à chaque fois depuis que j’ai aimé le premier livre de lui (« Mon traître ») j’appréhende un peu la lecture d’un roman de Sorj Chalandon : « Est-ce que je vais aimer? », « Est-ce que je vais être déçue? ». En commençant ce roman, si dès le début le sujet m’a pris aux tripes, je me disais quand même que j’aimais sans vraiment retrouver son style, une certaine poésie dans les phrases. Et puis quand le narrateur enfant et adolescent a laissé la place au narrateur adulte, j’ai retrouvé la plume que j’aime tant et je pense que c’est donc un choix d’être plus sobre et factuel quand c’est l’enfant qui raconte purement et simplement ce qu’il vit et ce qu’il croit sans analyser les élèvements, sans juger, sans mettre d’affect et quand c’est l’adulte, qui a du recul, qui réfléchit à sa vie, il peut faire transparaître des sentiments dans ses mots. Enfin, c’est mon ressenti en refermant le roman.

L’histoire est celle d’Émile Choulans, que l’on suit de l’enfance à la fin de l’adolescence, et de ses parents dans les années 1950-60. Le père est un homme très particulier, mythomane (nous le devinons vite mais Émile, lui croit absolument tout ce que son père lui raconte, et très longtemps) qui s’invente des vies les plus extraordinaires et incroyables. S’il demande à son fils d’écrire « sans profession » à la case « profession du père » dans les feuilles à remplir à chaque rentrée scolaire et qu’il reste en pyjama à la maison toute la journée, c’est pourtant plus « agent secret », « membre de l’OAS » « membre de la CIA » ou avant cela « champion de judo » ou « créateur des Compagnons de la Chanson » qu’il voudrait y voir figurer… Bref, cet homme plein de certitudes à tout vu, tout vécu et en veut à mort à De Gaulle qu’il veut assassiner…

S’il ne s’agissait que des vies rêvées, ces divagations auraient presque pu être comiques, mais elles s’accompagnent d’un régime de terreur à la maison. Émile est maltraité par son père qui le punit sévèrement, violemment et injustement pour tout et rien. Il l’embarque dans ses délires en lui faisant croire que lui aussi est un soldat qui doit se battre pour leur cause et « l’organisation »… L’enfant, puis le jeune qu’il devient, obéit aveuglément à son père même s’il le « trahit » pour impliquer un camarade de classe et devenir celui qui donne des ordres. La mère dans cette histoire est totalement effacée, éteinte, laissant faire son mari et se montrant pour moi aussi maltraitante que lui dans son attitude de déni complet.

La dernière partie du roman est celle de l’adulte qu’est devenu Émile, cet adulte qui tout en ne pouvant plus accepter le père ne peut pour autant pas l’oublier, le laisser. Autant dans la partie sur l’enfance, il y a des scènes qui font serrer les dents et serrer les poings car on a envie de protéger cet enfant si innocent de sa brute de père, autant dans les pages sur l’âge adulte, on a envie de serrer l’homme dans nos bras pour le réconforter de tant d’indifférence. J’ai eu les larmes aux yeux dans ces parties là.

C’est donc ici un roman très riche et complexe sur la maltraitance, sur la maladie mentale, sur le déni, sur l’amour d’un enfant pour ses parents coûte que coûte, sur la résilience aussi. C’est un roman sur un homme qui a construit sa vie sur un champs de bataille et qui a beaucoup d’amour à donner.

En lisant une interview de Sorj Chalandon, j’ai appris après ma lecture que ce roman était très inspiré de sa vie et je comprends mieux que l’homme soit toujours très à fleur de peau. Et vous pouvez aussi écouter Sorj Chalandon parler lui même de son roman et de sa vie sur France Culture :

http://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=5053569

J’ai aussi beaucoup apprécié l’écoute de l’émission Boomerang sur France Inter, car j’aime beaucoup les écrits de Sorj Chalandon pour ses histoires et son style mais je trouve aussi que l’homme parle « juste » et qu’il est très intéressant!

Un livre que je vous recommande vous vous en doutez, même si je pense qu’il faut être dans de bonnes dispositions pour le lire car si c’est un roman facile à lire et passionnant, ce n’est pas du tout un roman léger. On n’en sort pas tout à fait indemne.

 avec Tiphanie et Saxaoul. Allons voir leurs avis!

Je ne sais pas si je vais lire beaucoup de romans de la rentrée littéraire mais celui-ci est ma première pépite chez Galéa

Deux minutes : Coralie Bru

coeur

deux minutes

Je dois commencer par dire qu’exceptionnellement, j’ai acheté ce roman sur Amazon alors que je n’achète jamais de livres chez eux mais c’est parce qu’il est uniquement disponible là-bas. Si je l’ai fait, c’est  parce que je connais l’auteur (qui est même venue manger chez moi avec d’autres copines du prix de ELLE). On peut donc dire que j’ai acheté ce livre par amitié (et d’habitude je refuse même les Service Presse proposés directement par les auteurs) et d’ailleurs, en commençant ma lecture j’avais vraiment peur de ne pas aimer le roman mais je l’ai fini avec un coup de coeur! Ce coup de coeur est sincère, soyez en certains,  car pour une fois, si je n’avais pas aimé, je n’aurai pas fait de billet négatif sur le blog pour ne pas faire de peine à Coralie. Mais la question ne s’est pas posée, je lui ai même dit, dès la moitié du roman que j’adorai alors que j’avais prévu de ne même pas lui dire que je l’avais commencé 😉

L’histoire est celle de Lise, la mère du petit Léo qui a 4 ans. Un jour, alors qu’elle va le chercher à l’école, ils s’arrêtent au parc en face de chez eux -à deux minutes de leur appartement. Elle commet une erreur de jugement et laisse son petit garçon avec une mère de famille qui lui semble de toute confiance pendant les deux minutes qu’il lui faut pour aller chercher un manteau. Je ne vais pas gâcher le suspens en disant que Léo est kidnappé par cette femme et qu’il va être retrouvé car cela se passe au tout début du roman. Même si cette partie est poignante de réalisme, ce n’est pas le côté thriller qui est le plus important dans l’histoire mais plus la suite : la vie après un tel événement.

Lise doit reprendre sa vie avec le jugement des autres, pas toujours franc mais sous-entendu. Elle doit vivre avec la peur d’avoir causé un changement dans la vie de Léo et surtout, elle doit vivre avec sa propre culpabilité. N’arrivant pas à reprendre une vie ordinaire, elle part avec Léo pour se retrouver, ailleurs, hors du temps, au bord de la mer. Elle part à la recherche de sa place de mère, de femme, loin du tumulte du quotidien dérangé.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Le personnage de Lise a beaucoup résonné en moi -on la voit d’un point de vue de mère, de compagne, de fille, de sœur, et de femme tout simplement et il y a beaucoup de facettes de ce personnage qui m’ont parlé. Et puis le petit garçon m’a aussi énormément fait penser à Bastien!

En tout cas, c’est en toute objectivité que je vous encourage à lire ce roman (en version papier ou numérique). Je pense que cette histoire parlera à de nombreux lecteurs car les thèmes ont un caractère universel car il s’agit de ce qu’un événement ponctuel peut apporter comme bouleversements à différents niveaux. De plus, j’ai aussi aimé le style que j’ai trouvé fluide et direct tout en ayant une certaine poésie. C’est très fin, tant l’écriture que dans le sujet.

Si vous êtes éditeur ou que vous en connaissez un… vous savez ce qui vous reste à faire! Et si vous souhaitez découvrir ce roman par vous même, je vous encourage à aller l’acheter (ici, clic clic) et ensuite écrire un avis 😉

DSC_0116

unnamed objectif 2015 : -31

« Bonjour tristesse » de Françoise Sagan (Lu par Sara Giraudeau)

J’ai lu « Bonjour tristesse » quand j’étais ado et je pense que j’étais trop jeune car je n’en garde aucun souvenir alors que j’ai eu un coup de coeur pour cette (re)lecture audio. J’ai eu envie de le lire après avoir écouté l’émission littéraire Bibliomaniacs de novembre dans laquelle les filles en parlaient très bien! (J’ai d’ailleurs envie de réécouter l’émission maintenant que je l’ai lu!)

Ce romans raconte la vie d’une jeune fille oisive de 17 ans qui vit avec son père, un noceur, bon vivant, veuf de longue date qui passe d’une conquête à l’autre. Mais le temps d’un été sur la Côte d’Azur, leur vie va changer. Anne, une amie de la défunte mère de Cécile, les rejoint dans la villa où ils passent leurs vacances en compagnie d’Elsa, la dernière jeune amie de Raymond. Très vite, Anne et Raymond se mettent ensemble et évincent Elsa. Ils comptent se marier mais Cécile, qui aime bien Anne, se rend tout de même compte que leur façon de vivre ne sera plus insouciante, joyeuse et légère car Anne n’a pas la même conception de la vie.

Amoureuse pour la première fois, blessée dans sa fierté, Cécile, qui compte bien conserver sa vie et son père tels qu’elle les connait, manigance pour qu’Anne disparaisse de sa vie.

J’ai trouvé ce roman remarquablement bien écrit. Il est vraiment juste, le style est simple et limpide, évident. Il est à la fois « écrit » et naturel. Et c’est d’autant plus remarquable que c’est le premier roman de la jeune Françoise Sagan qui n’avait que 18 ans. Elle aborde des thèmes comme l’amour, les relations entre enfants et parents, les modes de vies différents, la morale et les différences d’âge qui entrainent des choix de vie, avec beaucoup de maturité et j’avais l’impression de lire un texte écrit par une personne plus âgée avec plus de vécu. La psychologie des personnages est très bien menée.

Il y a un petit côté désenchanté, un côté « Fitzgerald » dans les années 50 et en même temps c’est un roman très actuel qui pourrait avoir été écrit de nos jours (en retirant juste le vouvoiement et en rajoutant un téléphone portable, mais le reste est assez universel).

Je ne pensais pas aimer autant et c’est une excellente surprise et pourtant, je n’ai pas vraiment envie de poursuivre avec l’auteur car j’ai trouvé tant de fraîcheur et de naturel à ce premier roman que j’ai peur d’être déçue. Mais si vous voulez m’en conseiller un autre, incontournable, n’hésitez pas!

 par Saxaoul : merci!

Le quatrième mur : Sorj Chalandon (lu par Féodor Atkine)

 

J’ai du mal à écrire ce billet sur ce roman car j’ai eu un coup de cœur monumental à la fois pour l’histoire -poignante- et pour l’écriture de Sorj Chalandon -toujours aussi fine, précise, directe et empreinte de poésie pourtant ancrée dans le quotidien. Mais comment vous parler de l’histoire sans la dénaturer, la réduire, la trahir?

George, le personnage principal raconte sa jeunesse d’étudiant ultra politisé d’extrême gauche à Paris dans les années 70, luttant pour des causes fortes mais finalement assez éloignées de lui. C’est à cette époque qu’il rencontre Samuel, un grec, réfugié politique à la suite de la dictature des colonels, juif dont les parents ont été exterminés, un homme droit et passionné de théâtre.

Georges raconte l’évolution de sa vie de couple et de famille, son évolution dans la société au fil des années 70. Au début des années 80, Samuel, malade et hospitalisé, lui demande une grande faveur. Il veut qu’il mène à bien un projet incroyable sur lequel il travaille depuis longtemps : faire jouer « Antigone » de Jean Anouilh à Beyrouth en pleine guerre du Liban, avec des acteurs de tous les camps. Georges se lance dans l’aventure presque malgré lui, pour son ami, et se retrouve au cœur d’une aventure humaine à la fois éprouvante et exaltante qui devient son but.

J’ai été bouleversée par ce roman qui a été une claque pour moi. C’est un livre dur, fort et émouvant. Un roman sur la guerre, sur la paix, sur les effets directs et invisibles de la guerre sur les hommes. Un roman sur l’amitié, intense et profonde (décidément, Sorj Chalandon sait écrire sur les relations d’amitié d’hommes, ici Sam est « Mon grec », « mon juif »… son ami, son frère, son père?), un roman sur les relations humaines déterminées par les haines ancestrales qui font que des gens se déchirent et le théâtre comme vecteur d’apaisement, comme langage commun qui permet de rêver à une trêve.

C’est un roman qui m’a remplie d’émotions, parfois proche des larmes… (Je pense particulièrement au chapitre 19 « Antigone », qui était tellement poignant que je pense avoir ralenti en conduisant au travail et en arrivant, j’ai attendu dans la voiture que le chapitre soit fini avant de sortir de la voiture et que j’en ai parlé à mes collègues immédiatement…). J’ai été émue, horrifiée, touchée, interrogée… J’ai eu l’impression d’apprendre beaucoup et de comprendre beaucoup de choses -historiques et humaines. J’ai trouvé qu’on comprenait très bien les enjeux, les différences qui séparent les gens car ce qui prime ici c’est vraiment l’humain.

J’ai aussi été très touchée par le portrait de l’homme qui rentre dans un monde « normal », en paix, après avoir été plongé dans l’horreur de la guerre. et qui ne peut pas reprendre le cours des choses où il les a laissées. (J’ai alors pensé au documentaire que j’avais lu pour ELLE en 2009 : « Sans blessures apparentes » de Jean-Paul Mari et d’ailleurs Sorj Chalandon parle du documentaire filmé que Jean-Paul Mari a fait également))

Bravo à Sorj Chalandon qui écrit vraiment « juste » dans le sens musical du terme.

Et puis, j’ai aussi eu un coup de cœur pour Féodor Atkine, le lecteur de la version audio qui est vraiment excellent! Il donne une force supplémentaire au roman qui se prête très bien, par son rythme, à une lecture à voix haute. Féodor Atkine a parfaitement su donner vie à ce texte. Sorj Chalandon peut être heureux de la mise en musique de son roman par ce lecteur talentueux.

Enfin, à la fin de cette version audio, il y a un entretien avec l’auteur et j’ai aimé ce moment qui éclaire vraiment la lecture. J’ai presque pleuré en l’écoutant.

Bon, je ne savais pas quoi écrire et puis j’ai du mal à m’arrêter alors que je pensais que j’allais juste vous dire « Ce roman est merveilleux, il faut absolument le lire! » 🙂

Grâce à Eva et son billet sur « Le quatrième mur », j’ai découvert cet interview vraiment très intéressante de Sorj Chalandon. Et pour lire mon compte rendu de la rencontre à Rennes où il a parlé de ce roman : c’est ici!

 avec Sandrine etSylire Allons voir leurs avis!

Prix Audiolib 2014

Pour le non-challenge des pépites de Galéa


Commentaires laissés sur canalblog à l’époque :
  • Bravo pour ton billet Enna, quand les lecteurs parlent de leurs émotions, c’est ce qui donne envie de lire.Ce roman devrait nous plaire. J’ai une question, pour ceux qui ne connaissent pas Antigone (ce n’est pas le cas chez nous, car au lycée, cette pièce est systématiquement apprise), est-ce qu’il faut avoir lu la pièce? Posté par Louisedimanche 30 mars 2014
  • Merci pour tes mots car j’avais vraiment envie de faire passer les émotions (l’histoire vous la découvrirez vous même  Alors, je dois dire que que n’avais aucun souvenir d’Antigone et pratiquement aucune notion de ce qui c’était passé au Liban et je n’ai pas eu m’impression d’être  perdue, au contraire, dans le récit on apprend toute ces choses : maintenant, je sais de quoi parle Antigone et j’y voix plus clair concernant la guerre et pourtant cela n’est pas amené comme un « cours », mais vraiment naturellement. J’espère qu’il te plaira autant qu’à moi! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014
  • J’ai hâte de l’écouter Posté par sophie/vicimdimanche 30 mars 2014
  • j’espère que tu aimeras autant que moi, je ne vois pas comment tu ne pourrais pas être touchée  Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Je ne lis pas ton billet mais je remarque deux coeurs! Posté par MrsB, dimanche 30 mars 2014 
  • oui!! un coeur pour le texte et un coeur pour le lecteur! je croise les doigts pour que tu sois aussi bouleversée que moi! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014
  • J’ai aimé aussi et depuis, mon livre circule avec autant d’émotions… @ bientôt Nelly Posté par les paillassesdimanche 30 mars 2014
  • Je pense que c’est aussi un livre que je vais prêter conseiller et offrir autour de moi (comme je fais toujours avec les livres que j’aime  Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014
  • Visiblement quand le 4ème mur plaît, il plaît complètement. Ton billet est un de plus qui me convainc de le lire, du coup j’en attends vraiment beaucoup de ce roman, ça me fait presque peur. Posté par sous les galetsdimanche 30 mars 2014
  • en fait je l’ai dans ma PAL car Valérie me l’a offert! je l’ai lu en audio pour le prix audiolib et je compte le lire en version papier car j’ai envie de voir les mots que j’ai entendu! Je te comprends pour la peur de le lire : j’adore les livres de Sorj Chalandon et à chaque nouveau livre j’ai peur d’être déçue …et ce n’est pas encore arrivé! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Je vais découvrir Sorj Chalandon par ce roman mais je pense que je vais attendre d’être en vacances pour l’écouter. Je serai plus disponible, je pourrai l’écouter à mon rythme et en profiter pleinement ! Posté par saxaouldimanche 30 mars 2014
  • oui, je te conseille d’avoir du temps à toi devant toi car ce n’est pas le genre de livre duquel on a envie de sortir toutes les 5 mn, c’est un livre intense et fort! j’espère qu’il te plaira! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Une très belle lecture audio, ça c’est sûr Posté par Sandrine(SD49)dimanche 30 mars 2014 
  • une vraie réussite dans le choix du lecteur qui fait vivre le texte! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Quel bel enthousiasme, je ne manquerai pas de le lire mais j’en ai plusieurs en retard aussi chez Chalandon (pfff) Posté par Annedimanche 30 mars 2014 |
  • Alors tu peux tout lire de Sorj Chalandon!!!  Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • et bin oui didonc tu donnes vraiment envie de le lire….j’ai ete peu convaincue par son « mon traitre » alors pourquoi pas se lancer dans ce 4 eme mure… Posté par racheldimanche 30 mars 2014
  • Moi j’avais eu un coup de coeur pour « mon traître » mais je pense que le quatrième mur est encore meilleur! J’espère qu’il te plaira! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014
  • bin a voir alors….. Posté par racheldimanche 30 mars 2014 |
  • je croise les doigts que tu aimes! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014
  • Comment résister ??? c’est bien beau de mettre un pareil billet et de me dire  » y a pas d’urgence, attends Noël pour te le faire offrir  » …. Ok ,je vais essayer d’être raisonnable et attendre le mois avril pour me l’offrir !! ((le 1er ou le 30 ?????????)  Et surtout ne me dis pas que c’est la faute des lycéens..si maintenant les jeunots se mettent à lire , nous n’allons tout de même pas leur crier dessus  Posté par Véronique, dimanche 30 mars 2014 |
  • tu vois, je ne vais pas te dire d’attendre mais au contraire de craquer le plus vite possible  la caution des lycéens c’est le petit plus qui le rend irrésistible  Y aurait-il un anniversaire en avril? Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014
  • Oui, j’en ai un …Melle Clémence va souffler sa première bougie. Je ne peux quand même pas lui voler ses cadeaux  , ce ne serait pas digne d’une mamie  … ça y est, j’ai trouvé… Pâques , je remplace mon chocolat par un livre… au moins, je passerai pour quelqu’un de sérieux Posté par Véronique, dimanche 30 mars 2014
  • Ah oui, pour ta Miss ce serait un peu trop sérieux comme cadeau (déjà un an?! j’ai l’impression que c’était hier que tu me parlais de ta petite fille  Pâques : excellente idée!! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Je ne peux pas mieux conclure que tu ne l’avais fait… » Ce roman est merveilleux, il faut absolument le lire » … oui , juste une chose, je vais le relire avec envie et plaisir…Merci pour cette découverte Posté par Véronique, jeudi 01 mai 2014 
  • Je ne peux pas mieux conclure que tu ne l’avais fait… » Ce roman est merveilleux, il faut absolument le lire » … oui , juste une chose, je vais le relire avec envie et plaisir…Merci pour cette découverte Posté par Véronique, jeudi 01 mai 2014 
  • Tu me fais très plaisir! Moi même, après l’avoir lu en audio, je compte le relire en version papier! Posté par Enna, jeudi 01 mai 2014 |
  • Ton billet, ajouté à celui de Sylire me donne bien envie de commencer ce 4ème mur…Posté par Gwenaelle, dimanche 30 mars 2014 |
  • Je t’y encourage vraiment, c’est un roman très fort! J’espère qu’il te plaira! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Je regrette presque à lire ton billet de l’avoir déjà lu, et d’avoir déjà eu un coup de coeur pour ce sublime livre ! Posté par Lauredimanche 30 mars 2014
  • J’adore ce que tu dis! et moi, je sais que je vais avoir le plaisir de le relire en livre papier (mais si tu devais te laisser tenter par la version audio tu pourrais avoir un 2ème coup de coeur pour ce roman car c’est très bonne interprétation! Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014 |
  • Je suis contente de voir que tu l’apprécies, j’ai été tout aussi émue que toi pendant ma lecture, à en verser de chaudes larmes. L’histoire de George et de ses jeunes, pris dans une guerre qu’ils n’ont bien sûr pas souhaitée, m’a beaucoup touchée… Sorj Chalandon m’émeut à chaque fois. Posté par Tiphaniedimanche 30 mars 2014
  • je vois que nous avons eu la même lecture! Demain je parle de ma rencontre avec Sorj Chalandon samedi à Rennes : si tu as l’occasion de l’entendre parler n’habite pas : il est extrêmement touchant car encore très touché quand il en parle. Posté par Enna, dimanche 30 mars 2014

Retour à Killybegs : Sorj Chalandon

coeur

retour_a_killybegs

Comme il est dur parfois de parler d’un roman qu’on a beaucoup aimé! En refermant ce roman de Sorj Chalandon (qui est un auteur que j’adore!), j’avais juste envie de le faire lire à tout le monde et en même temps de le garder pour moi… (je sais c’est idiot 🙂

Je peux déjà vous dire que j’ai aimé son style (comme à chaque fois avec cet auteur!) Je trouve qu’il mêle une certaine poésie, une délicatesse dans une écriture pourtant est très sobre. Je suis à chaque fois transportée de cette douceur dans des thèmes pourtant très durs. J’ai toujours envie de noter plein de phrases qui me touchent. J’imagine d’ailleurs très bien ses romans lus à voix haute.

Quant à l’histoire, Sorj Chalandon dit que ce n’est pas une suite de « Mon traître » mais un « écho » et on peut très bien lire l’un sans l’autre (mais vous aurez compris que je vous encourage vivement à lire aussi « Mon traître« !)

Dans « Retour à Killybegs », Sorj Chalandon raconte la vie et le point de vue de Tyrone Meehan, figure importante de l’IRA qui a trahi la cause et les siens. C’est un témoignage, un retour sur sa vie, son enfance, sur les raisons de son engagement dans l’IRA et les raisons de sa trahison. Il ne cherche pas expliquer, à justifier ou à avouer mais il fait le point pour lui.

C’est passionnant, c’est poignant! Je n’ai pas pris parti en lisant ce roman mais on comprend les états d’âmes de cet homme qui est loin d’être linéaire. On apprend aussi beaucoup de choses à charge et à décharge sur l’IRA.

Comme j’ai un peu de mal à en parler mieux, je vous invite à écouter Sorj Chalandon en parler lui-même :

1% littéraire 7/7 (Youhou! Challenge réussi!)


Commentaires laissés sur Canalblog à l’époque :
  • Félicitations Enna pour la fin de ce challenge sur un livre que tu as visiblement beaucoup aimé ! Posté par Vive les bêtisesmercredi 30 novembre 2011 |
  • @Vive les bêtises : Merci! (mais j’en ai d’autres de la rentrée littéraire à venir D’ailleurs si tu veux découvrir cet auteur ou un autre, n’hésite pas je peux t’en prêter  Posté par enna, mercredi 30 novembre 2011
  • Chouette! Je n’avais pas de doute, j’étais sûre que tu m’adorerais. Ce roman est une réussite totale. Posté par Valériemercredi 30 novembre 2011
  • Joli lapsus narcississique. Je voulais bien sûr dire « que tu l’adorerais ». Posté par Valériemercredi 30 novembre 2011
  • Autant le précédent ne m’attirait pas, autant j’ai envie de lire celui-ci. Posté par Aifellemercredi 30 novembre 2011
  • Un auteur que je me dois de découvrir Posté par orchidee, mercredi 30 novembre 2011 |
  • @Valérie : Je n’avais aucun doute non plus : j’ai aimé tout ce que j’ai lu de lui! J’aime son écriture! Et tu as raison : j’ t’adore 
  • @Aifelle : Celui-ci, « Mon traitre » et « Une promesse » font partie de mes coups de coeur!
  • @Orchidée : Je viens de prêter celui-ci à une collègue, je devrais le récupérer après Noël, mais je peux te prêter « mon traître » et « une promesse » quand tu veux!  Posté par enna, mercredi 30 novembre 2011
  • Punaise, ce premier paragraphe, c’est tout à fait ça … Même commentaire que Val ( sans le lapsus -) ( oh, oh, en lisant tes réponses au com’, je constate que nous n’avons pas les mêmes coups de coeur )Posté par emmynemercredi 30 novembre 2011
  • @Emmyne : Je l’ai quand même prêté aujourd’hui  Nous n’avons pas les mêmes coups de cœur mais j’ai quand même beaucoup aimé aussi « La légende de nos pères »…et je n’ai pas encore lu « le petit Bonzi »! Mais une chose est sure, c’est un auteur « chouchou » pour moi! Posté par enna, mercredi 30 novembre 2011 |
  • Je l’ai finalement prêté aussi à une amie qui s’est gentiment moquée de moi en me disant qu’elle ne l’espérait pas. Elle est allée illico chercher Mon traître dans ma biblio pour le relire, deux d’un coup, pff -) ( vas-tu lire Le Petit Bonzi ? )Posté par emmynemercredi 30 novembre 2011 |
  • @Emmyne : et oui, il faut les laisser partir ^parfois nos petits livres chéris  Oui, je compte bien le lire! il ne me reste plus que celui là…avant son prochain!  Posté par enna, mercredi 30 novembre 2011 |
  • Valérie m’a aussi donné très envie de le lire! Mon traitre aussi d’ailleurs.Posté par Tiphaniemercredi 30 novembre 2011 |
  • @Tiphanie : j’ai découvert « Mon traître » en même temps que Valérie lors du prix de Elle et nous sommes restée sous le charme de cette écriture…Je ne peux que t’encourager aussi à le lire c’est un très bon auteur!  Posté par enna, mercredi 30 novembre 2011 |  
  • Je le réserve tout de suite à la biblio et je suis certaine que mon chéri voudra le lire aussi! Posté par Julesmercredi 30 novembre 2011
  • Flûte de flûte, ils ne l’ont même pas dans tout le réseau des bibliothèques de Québec! Quelle lenteur à nous fournir de bons livres!!!! Posté par Julesmercredi 30 novembre 2011
  • @Jules : Si tu ne l’as pas encore lu tu peux peut-être regarder s’ils n’ont pas « mon traître » qui est plus vieux. C’est aussi un coup de cœur pour moi (ma première rencontre avec cet auteur) et comme c’est un roman en miroir avec celui-là, ça te feras patienter…Posté par enna, mercredi 30 novembre 2011
  • C’est aussi un coup de coeur pour moi et comme je n’avais pas lu « Mon traître », je me le suis vite procuré et même émotion ! Ce soir, j’ai « Café Lecture » à la Bibliothèque et mon livre est tout choisi ! (enfin ils seront deux… on ne peut pas parler de l’un sans parler de l’autre)Posté par Aproposdelivresvendredi 02 décembre 2011 |
  • @Aproposdelivres : il y a une vraie émotion dans ces livres et dans toute son oeuvre à mon avis! (je suis désolée de répondre à ton commentaire si tard…je ne l’avais pas vu avant  Posté par enna, lundi 05 mars 2012
  • Lequel ??? Si je devais lire un livre de cet auteur dont je n’avais jamais entendu parler, lequel serait-ce d’après-toi? Et peut-tu également me dire avec quel titre il a manqué d’une voix le Goncourt des lycéens, qui est en général un excellent choix???  Heureusement que tu es là pour remédier à mon côté blonde inculte. Bisous & bon courage pour les derniers préparatifs de la course!!! Posté par YZA foodistamardi 06 mars 2012
  • @Yza : Tu as peut-être lu mon billet sur la rencontre avec Sorj Chalandon et tu sais donc que je suis une grande fan (heu…groupie?   Donc je te dirai : « Mon traître » et ensuite « Retour à Killybegs » qui sont deux livres en miroir puisqu’il raconte les même faits mais de deux points de vue différents. Après personnellement j’ai beaucoup aimé « Une promesse » qui est très poétique et émouvant et j’ai aussi aimé « La légende de nos pères ». C’est mon ordre de préférence  J’espère que tu aimeras! Moi j’adore son style en tout cas. Et tu n’es pas une blonde inculte (bon, blonde, oui  ) tu es même plutôt curieuse dans tes lectures je trouve!  Et pour la course, je suis super motivée! Posté par enna, mardi 06 mars 2012

Une promesse : Sorj Chalandon

coeur

une_promesse

Difficile de parler de ce roman sans trop en dévoiler car il faut vraiment se laisser porter et découvrir certains aspects du récit petit à petit.

C’est l’histoire d’Etienne et Fauvette, un vieux couple qui s’aime avec pudeur dans la douceur des habitudes.

C’est l’histoire d’une maison que sept amis viennent faire vivre et respirer tous les jours -chacun son jour.

C’est surtout une histoire d’amour, d’amour fraternel, d’amitié, de transmission, d’attachement à l’enfance, de fidélité et d’espoir.

Ce sont aussi des histoires individuelles très humaines, avec des souvenirs communs, des failles et au centre : une promesse pleine de non-dits.

Ce roman délicat et émouvant est à la fois plein de poésie et de quotidien.

J’avais déjà été sous le charme de « Mon traître » de Sorj Chalandon tant pour le style que pour l’intrigue et j’ai retrouvé cette émotion d’une écriture simple, directe et ciselée.

Plusieurs fois les larmes me sont montées aux yeux et j’ai souvent eu envie de noter des passagesque je trouvais tout simplement beaux.

Ce roman assez court est si riche et puissant que j’ai eu l’impression de passer des journées entières auprès de ces personnages touchants et réels.


COMMENTAIRES LAISSÉS SUR CANALBLOG À L’ÉPOQUE :
  • je l’ai acheté il y a peu de temps au hasard à la braderie de la bibliothèque, du coup tu me donnes envie de le lire rapidement 
    Posté par SD49samedi 14 novembre 2009 |
  • tu sembles aimé l’écriture et les mots de cet homme Posté par Orchidée, samedi 14 novembre 2009
  • @SD49 : Vraiment, je te le recommande c’est un livre plein de douceur et un très belle écriture.
  • @orchidée : j’avais tellement aimé « mon traître » que j’avais un peu peur d’être déçue, mais en fait non, c’est toujours très bien écrit! non seulement je te les recommande, mais je pourrai même te les prêter! Posté par Enna, samedi 14 novembre 2009 |
  • Je ne connais pas cet auteur, je le note pour quand j’aurai fini ce que je lit en ce moment. Posté par petitemamsamedi 14 novembre 2009
  • @petitemam : Bonne idée, je te le recommande (et même plutôt deux fois qu’une  Posté par Enna, dimanche 15 novembre 2009
  • J’avais déjà noté ce livre. Ton billet me fait le surligner. Posté par zarlinelundi 16 novembre 2009 |
  • Bonjour, moi aussi j’ai eu un gros coup de coeur pour ce livre, que j’ai lu juste après un autre magnifique sur le même thème mais de Laurence Tardieu. Je crois que j’ai préféré celui de Chalandon… Posté par Choupynettelundi 16 novembre 2009
  • @Zarline : A mon avis tu as bien fait, il le mérite!
  • @Choupynette : Bienvenue ici! Je n’ai lu (et abandonné) qu’un livre de Laurence Tardieu…alors je crois que je peux dire que je préfère Chalandon  Tu devrai essayer « mon traître » l’écriture est très belle aussi. Posté par Enna, mardi 17 novembre 2009
  • eh hop, dans ma liste de livres à lire ! Posté par Mariedimanche 22 novembre 2009 |
  • Marie : bienvenue ici! C’est une très bonne idée!  Posté par Enna, dimanche 22 novembre 2009 |
  • Et en plus, pour l’avoir rencontré pendant une dédicace, l’auteur est très sympa ! J’ai offert une promesse à ma maman pour Noël… j’espère qu’il lui plaira (à vrai dire, je ne l’ai pas lu moi-même) Posté par cocoladimanche 03 janvier 2010
  • @cocola : J’aurai beaucoup aimé le rencontrer l’année dernière au salon du livre pour « mon traître » mais je n’ai pas pu y aller…Tu n’es pas la première à me dire qu’il est très abordable. J’espère que ta maman aura aimé, je te le conseille (pique lui  Posté par Enna, lundi 04 janvier 2010

Mon traître : Sorj Chalandon

« Mon traître » raconte l’histoire d’Antoine, un français qui entre 1977 et 2006 fut très lié à l’Irlande du Nord. On est immergé dans ses rencontres avec les gens de Belfast, son implication avec l’IRA et principalement sa relation amicale et presque filiale avec Tyrone Meehan une figure forte de cette communauté. Ces chapitres sont entrecoupés d’interrogatoires de celui-ci en 2006 dans lesquels on apprend qu’il a trahi la cause de l’IRA en étant un informateur pour l’Angleterre durant 25 ans.

Dès la première phrase du roman, Antoine, le narrateur, raconte son passé en surnommant Meehan « mon traître », choisissant par ces deux termes opposés de montrer que même s’il a trahi il n’en reste pas moins une figure importante de sa vie. Il dit « mon traître » comme il pourrait dire « mon père ». Quand il apprend la trahison politique de Tyrone, Antoine se sent personnellement « trahi » car il se met à douter de la valeur de son amitié et il sent qu’il perd « son » Irlande qui était incarnée par Meehan.

En effet, Antoine a trouvé une famille dans la communauté catholique de Belfast, une humanité et un sens à sa vie. Il se sent plus irlandais que français (« Mon nouveau pays » p 71, « Je retrouvais en moi quelque chose qui sommeillait depuis toujours. Quelque chose de moi sans que je le soupçonne.» p76). Il a trouvé dans cette population la chaleur que les gens savent donner malgré la dureté de la situation politique. Le roman rend vraiment cette chaleur et cette solidarité qu’on retrouve par exemple dans les scènes de rassemblements dans la rue, jeunes et vieux mélangés pour défier les soldats anglais, honorer les morts ou célébrer la trêve.

J’ai aussi beaucoup aimé les pages sur le travail de luthier d’Antoine, tout en précision et en douceur comme des moments de paix intérieure. Historiquement j’ai beaucoup appris sur l’Irlande du Nord, des faits dont j’avais des notions imprécises et qui sont présentées dans le roman du point  de vue des gens de la rue. Les questions de la cause politique, de l’engagement, de la recherche d’identité, de l’amitié et de la paix sont à mon avis très bien traitées.

Le style m’a beaucoup plu ; fluide, rythmé mais plein de douceur. On sent que l’auteur aime ses personnages car il en brosse des portraits tout en nuance, plein d’affection. C’est aussi un roman d’atmosphère, d’émotion et de sentiments forts tout en étant proche d’un quotidien souvent très grave. J’y ai trouvé de très belles images, dès la première rencontre avec Tyrone Meehan où celui-ci lui a « appris à pisser », ou quand Antoine découvre la trahison et la réaction physique que cela entraîne. J’avais souvent envie de noter des phrases qui me parlaient ou m’émouvaient…

Livre lu dans le cadre du prix des lectrices de ELLE 2009 catégorie « Roman ».


Commentaires laissés sur canalblog à l’époque :
  • le narrateur épouse par amitié la cause de l’IRA. Une histoire d’amitiés dans les tourments de cette guerre qu’on ne voyait pas finir.L’Irlande du Nord, les dessous de l’IRA, le métier de luthier, une écriture limpide et forte, un très beau livre. Posté par fantomette, jeudi 23 octobre 2008
  • Je suis tout à fait d’accord avec toi : limpide et fort. J’ai bien envie de lire autre chose de lui. J’ai beaucoup aimé l’atmosphère qu’il a réussi a crér.

    Posté par Enna, jeudi 23 octobre 2008
  • Merci pour cette excellente lecture et je poursuivrai bien sûr avec « retour de Killybegs » Posté par Véronique, vendredi 24 février 2012
  • Je suis très touchée de me dire que tu l’as peut-être découvert en partie grâce à moi car c’est un livre qui m’a beaucoup marquée et c’est un des premiers billets que j’écrivais puisque c’était pour le prix de Elle. Je pense que tu aimeras beaucoup « retour à Killybegs » Posté par Enna, samedi 25 février 2012