« Petit escargot, porte sur son dos, sa maisonnette »… Ou comment j’ai fait du camping en camion!

Cet été j’ai fait du camping de façon un peu inhabituelle… Je ne suis pas du tout adepte du camping, d’ailleurs avant cet été, je n’avais campé, en tente, que 4 fois dans ma vie! Cet hiver, L’Homme a commencé à parler de louer un camion aménagé, il m’a même montré des photos et des vidéos, mais personnellement, le mot « camion » associé au mot « camping » ne me faisait pas rêver… Le hasard a voulu que dernièrement  mon petit frère achète d’occasion le fameux Volkswagen California dont me parlait L’Homme et nous propose de l’emprunter quelque jours cet été. Alors on s’est lancés dans « l’aventure » pour 5 jours 😉

Cet article pourrait être sponsorisé par Volkswagen (mais il ne l’est malheureusement pas 😉 car moi, l’anti-camping de base, je suis assez enthousiaste !

 

D’abord, comme le camion appartenait à mon frère, L’Homme a préféré me laisser prendre les risques 😉 et c’est donc moi qui ai conduit tout le temps. Il est hyper maniable et se conduit comme une (grosse) voiture, j’ai même fait des manœuvres et tout ça ! Au niveau de l’installation à l’intérieur, il y une gazinière, un frigidaire et un évier et des placards ainsi qu’une petite table amovible. Les sièges avant se retournent (on n’a retourné que celui du passager) pour manger tous ensemble et les sièges arrières se transforment en couchette assez confortables (bon, pas forcément assez pour moi qui dors très mal mais L’Homme a bien dormi, lui). Le toit se lève pour faire un soufflet, quand personne ne dort dedans, on peut aussi soulever le plafond et se tenir debout et sinon, cela devient une couchette (Bastien a trouvé le matelas un peu dur mais une fois qu’on lui a mis sa couette comme matelas supplémentaire, il a été très bien. Mon frère y a fait dormir ses deux enfants de 7 ans et demi et 4 ans et parfois a dormi en haut avec un des petits. Toutes ces manipulations sont hyper faciles à faire, c’est même moi qui m’en suis chargée ! Il faut juste être organisé et voyager léger (mais ce n’est pas pire qu’en camping « normal »).

 

 

Et le camping dans tout ça ? Ce que je déteste dans le camping c’est la promiscuité et l’hygiène. Les fêtes avec Patrick Sébastien  à fond et les chorées du club : très peu pour moi ! Et l’idée de voir tous mes voisins traverser le camping en pyjama avec le PQ sous le bras c’est au-delà de mes forces… Alors nous avons d’abord dormi une nuit dans un camping 2 étoiles à Royan, assez sommaire, mais c’était uniquement pour dormir et repartir le lendemain. Puis ensuite, nous avons passé trois nuits au camping municipal 4 étoiles de Pauillac (pour environ 20 € la nuit) et j’ai trouvé LE genre de camping qu’il me faut ! Chaque espace de camping est séparé par des haies, c’est un tout petit camping donc il y a assez peu de gens et c’était impossible pour Bastien de se perdre, il y a une petite air de jeux à portée du regard, des vaches dans le champs d’à côté pour voisines et des sanitaires tout proches de tout le monde et absolument nickels (nettoyés au moins deux fois par jour) avec le PQ fourni ! Nos étions au milieu de la nature, au calme, Bastien s’est fait des copines sur l’air de jeux. Tout le monde était content !

 

Alors je n’en suis pas au point d’emprunter de l’argent pour en acheter un mais c’était une expérience vraiment sympa que je referai peut-être ! Merci  encore mille fois Fanfan et Steph de nous avoir confié votre trésor avant même d’avoir vraiment pu l’utiliser 😉

 

Maintenant, je vais profiter de ce billet pour vous donner quelques adresses qui nous ont bien plu en chemin (cliquez sur les noms pour en savoir plus) : 

Sur l’île d’Oléron où nous avons passé la journée, nous avons adoré la visite du site ostréicole de Fort-Royer. Une visite riche et passionnante et à la fin, nous avons pu acheter une assiette d’huîtres et on nous a offert un verre de vin !

A Pauillac, nous avons fait la visite du Château Pontet Canet, un vignoble bio et biodynamique, une visite passionnante (et gratuite) avec la dégustation d’un verre de vin à la fin.

Toujours à Pauillac, nous avons découvert un petit restaurant très sympathique, pas cher et original : cuisine latine et uruguayenne « Montevideo resto »

A Bordeaux, nous avons évidemment passé un long moment sur le miroir d’eau pour le plus grand plaisir de Bastien et nous sommes tombés par hasard sur une sandwicherie très bonne et sympa : Plan B

A Soulac, nous avons trouvé un restaurant vietnamien très bon aussi (pour moi, le meilleur riz cantonnais mangé depuis…toujours !) : Chez Tam.

Et enfin, à La Rochelle, Bastien et L’Homme vous conseillent l’Aquarium qu’ils ont tous les deux beaucoup aimé.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je ne suis pas allée le visiter avec eux ? Et bien, figurez vous que j’avais mieux à faire ! Je rencontrais ENFIN  Saxaoul pour la première fois. Nous nous fréquentons sur les blogs et sur Facebook depuis des années, nous aurions pu nous voir à La Rochelle quand nous y étions en vacances en même temps, mais ça ne s’est jamais produit, nous avons failli nous rencontrer quand nous étions en même temps à Porto… Alors, il était temps ! Et je suis ravie, c’était comme retrouver une vieille copine que je n’avais pas vue depuis longtemps plutôt que de rencontrer une nouvelle personne. Nous avons parlé de tout et de rien et on est d’accord pour dire que c’était trop court ! J’ai été gâtée en plus 😉 J’espère qu’on se reverra bientôt et plus longtemps 😉

 

Deuil… pas que national…

Hier, ma tante est décédée. Madeleine que j’aimais et qui a marqué ma vie…

Je suis triste car c’est une page de ma vie qui se tourne mais je suis « heureuse » pour elle car elle souffrait terriblement.

Je ne l’avais pas vu depuis quelques temps car elle habitait en Norvège et ne voulait plus voir personne, mais elle a connu Bastien et suivait nos vies de loin grâce à internet, je sais que ça lui faisait plaisir.

Je lui ai parlé le 1er janvier et j’ai bien senti que c’était la fin… Je l’esperais presque pour elle… Ma mère lui a parlé au téléphone hier soir et sa meilleure amie aussi et elle est morte ce matin, paisiblement, à l’hôpital.

Après en avoir parlé avec mes parents, nous avons décidé que je n’irai pas à l’enterrement, pour des questions purement pratiques mais je pense à elle dès maintenant et je ne l’oublierai pas.

Mon trop plein d’émotion depuis hier trouve une autre peine… Je suis remplie de larmes…

 

 

 

Paul Calhoun est mort …

Le 6 juin, je vous racontais une belle histoire : des retrouvailles après 70 ans entre Paul Calhoun un parachutiste américain qui avait participé au Débarquement en Normandie en juin 1944 et mon père qui était alors un petit garçon. L’américain avait été caché par mon grand-père et le grand-père d’Eric S qui avait fait le lien avec moi au-travers du blog. Ce fut une rencontre virtuelle mais très vivante grâce à des échanges de mails, de lettres et de photos avec Paul Calhoun et surtout avec son fils aîné qui a été présent pour faire le lien entre les familles.  Nous lui avons envoyé des fleurs le 6 juin, un article lui a été consacré dans un journal américain et dans la Presse de la Manche chez nous.

C’est donc avec beaucoup de tristesse que j’ai lu le dernier e-mail de Paul Calhoun Jr aujourd’hui car il nous annonçait la mort de son père le 25 juin dernier. Ce n’est pas en soit une surprise car il nous avait déjà dit que son père avait attrapé une pneumonie et fait une chute et à 92 ans, on se doutait bien que ce n’était pas bon signe, mais c’est malgré tout une nouvelle que j’ai appris avec les larmes aux yeux.

Cet homme, je ne le connaissais pas réellement, je ne l’avais jamais rencontré mais je sentais pourtant qu’il y avait un lien fort avec ma famille. Un lien qui allait même au-delà de nos familles… un lien presque historique. Je sais que vous avez été nombreux à être touchés par cette histoire et je voulais vous faire part de son issue. C’est triste mais en même temps, nous avons eu la chance de retrouver Paul Calhoun et il a su à quel point il nous a marqué et lui aussi a été touché.

Voici un extrait de l’email envoyé par le fils de Paul et vous constaterez que nous avons tous été heureux de cette aventure et c’est un souvenir que nous garderons en nous pour toujours :

« Les mots ne suffisent pas à exprimer à quel point cela avait été important pour papa d’avoir de vos nouvelles à la fin de sa vie et de recevoir autant d’hommages et de remerciements de votre part et de tant d’Américains qui ont lu son histoire. Il avait l’intention de vous écrire et vous remercier personnellement pour les fleurs que vous avez envoyées à la date anniversaire du jour J, mais malheureusement ses forces l’ont laissé avant qu’il n’ait eu la chance de le faire. 

Vous aurez toujours une place spéciale dans le cœur de tous les membres de la famille Calhoun. J’ai l’intention de rester en contact avec vous, et j’espère vous rencontrer dans un avenir pas trop lointain et vous remercier personnellement pour votre prévenance et gentillesse extraordinaire. »

Alors merci Paul Calhoun pour ce que vous avez fait pendant la guerre, je suis contente de vous avoir connu même si ce n’était que par les mots et des photos. Je suis surtout heureuse que vous ayez pu entendre à quel point vous avez marqué des vies. Le plus important est là : des émotions sont passées entre nos deux familles.

PAUL CALHOUN 1922-2014


COMMENTAIRES LAISSÉS SUR CANALBLOG À L’ÉPOQUE :
  • C’est très émouvant, une fois de plus Posté par SD49lundi 30 juin 2014 |
  • Je n’ai pas voulu attendre avant de l’écrire : j’ai lu le mail à 17h avant de partir du collège et j’avais les larmes aux yeux… C’est dingue quand même cette histoire aura été brève mais pourtant sur 70 ans… et on aurait pu le manquer : mais il a su qu’on pensait à lui et ça l’a touché, c’est beau je trouve. Posté par Ennalundi 30 juin 2014
  • C’est vraiment très émouvant ce que tu écris. Posté par Dame ribambellelundi 30 juin 2014

  • C’est une émotion sincère… Posté par  Enna lundi 30 juin 2014 |
  • Tres emouvant ………. j’en ai les larmes aux yeux …. quelle chance vous avez eu de vous retrouver … peu importe si c’est virtuel ou non … les mots sont la … la rencontre est la ….. et c’est quelque chose de tres important …. Posté par stefflundi 30 juin 2014
  • C’est une rencontre qui a mis 70 ans à se faire, elle n’a duré que peu de temps mais elle a été intense. C’est une belle histoire. Posté par  Enna lundi 30 juin 2014 |
  • Oui, c’est très émouvant. Posté par sylire, lundi 30 juin 2014 |
  • Je trouve tellement touchant le mail du fils de Paul qui en nous annonçant la mort toute récente de son père pense à nous alors que ça fait si peu de temps que nous sommes dans leur vie. Paul Calhoun a vraiment su être aussi touché que nous par cette histoire. Posté par Ennalundi 30 juin 2014
  • Ce serait vraiment formidable que vous puissiez vous rencontrer. Posté par sylire, lundi 30 juin 2014
  • Il me semble que ça aura sans doute lieu au printemps prochain. Posté par  Ennalundi 30 juin 2014
  • Tu as fait un beau travail de mémoire ! Cela restera. Posté par Annelundi 30 juin 2014 |
  • J’ai seulement été le vecteur de cette transmission mais je suis heureuse d’avoir fait partie de cette aventure et j’espère garder cette mémoire vive. Posté par  Ennalundi 30 juin 2014 
  • Oh oui vraiment toute une histoire qu’on pourrait considerer belle…mais emouvante c sur… Posté par rachelmardi 01 juillet 2014
  • Les retrouvailles étaient belles, sa mort est triste, le tout est émouvant… Posté par Ennamardi 01 juillet 2014 |
  • oh que oui…… Posté par rachelmardi 01 juillet 2014 |
  • Les yeux mouillés. Posté par Claire, mardi 01 juillet 2014 |
  • Moi aussi … Posté par Ennamardi 01 juillet 2014
  • Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il a tenu le coup pour vivre cette commémoration et le temps des remerciements et de la gratitude ; c’est une belle vie bien remplie, qui se termine et l’histoire avec sa famille n’est pas rompue … Posté par aifelle1mardi 01 juillet 2014
  • Oui, c’est une grande chance que nous ayons pu le connaître, on aurait pu se manquer, mais ce rendez-vous a pu avoir lieu et visiblement, il lui a
    autant apporté qu’à nous donc c’est une belle fin de vie, dans les honneurs auxquels ils ne s’attendait sans doute pas. Posté par  Ennamardi 01 juillet 2014 |
  • J’ai les larmes aux yeux. Merci de partager cette belle histoire avec nous Posté par sophie/vicimmardi 01 juillet 2014
  • Je savais que de nombreuses personnes avaient été heureuses de découvrir cette histoire qui était très positive et je savais que la mort de Paul
    allait aussi toucher beaucoup de personnes. Je suis encore émue aussi. Posté par  Ennamardi 01 juillet 2014 |

Paul Calhoun : la suite

Je vous ai raconté l’histoire de le recherche fructueuse de Paul Calhoun, voici les dernières nouvelles :

Le 6 juin 2014, mes parents, Eric et Alexandra S., ma tante et moi avons envoyé un bouquet à Paul Calhoun dans la maison de retraite où il vit aux États Unis. Son fils a profité pour organiser une petite réunion hommage débarquement en réunissant une dizaine de vétérans avec un gâteau pour Paul.

Paul Calhoun Jr nous a aussi dit que le soir ils allaient regarder les cérémonies du du débarquement à la télévision nationale.

Il nous informe aussi que de plus en plus de personnes sont au courant de cette  histoire 😉

Hier j’ai parlé de cette histoire vraie à une classe de 4ème et une classe de 3ème. Je pense qu’ils ont été touché. Je crois qu’ils ont été ému de penser que cet homme qui a tant fait pendant la guerre était reconnaissant envers les français qui l’avaient aidé et surtout que 70 ans plus tard il s’en souvienne si clairement. Je leur ai aussi conseillé de parler à leurs grands-parents qui avaient peut-être des souvenirs d’enfance à leur raconter car cette transmission était importante.


COMMENTAIRES LAISSÉS SUR CANALBLOG À L’ÉPOQUE :
  • oh oui cela va faire une sacre belle discussion entre generations….vraiment une bien belle histoire…. Posté par racheldimanche 08 juin 2014
  • Quelle histoire ! je suis allée lire ton premier billet. Des histoires comme celle-là, il y en a beaucoup, mais lorqu’elles arrivent dans sa propre famille, c’est autre chose ! Tu as raison, internet ne fait pas qu’éloigner les gens ou les rendre mauvais .. il peut aussi rapprocher et recréer du lien, la preuve  Posté par aifelle1dimanche 08 juin 2014 |
  • c’est ce que j’aime le plus dans tout ce qu’on entend en ce moment dans les reportages : les petites histoires dans la grande histoire et celle-ci me
    tient évidemment beaucoup à coeur  Vive internet et les blogs  Posté par  Ennadimanche 08 juin 2014 |
  • Mon père a raconté hier à mes enfants ses souvenirs de l’arrivée des américains dans notre village. Posté par sylirelundi 09 juin 2014 |
  • C’est chouette! C’est aussi bien pour ça les grandes commémorations, ça permet aux gens de parler de leurs histoires personnelles! Posté par  Ennalundi 09 juin 2014
  • Je tombe (presque) par hasard sur votre blog… Passionnant! J’ai pour ma part 78 ans … et je suis encore vivant, ce qui me permet d’avoir  quelques souvenirs de ces jours de juin 1944. A l’époque, nous ( les enfants) passions beaucoup de temps dans le bois de Barnavast (pour voler — pardon M. Sauvey — des sapins morts destinés à chauffer des réfugiés qui habitaient comme nous au hameau Dorey à Montaigu). Jean-Baptiste SAUVEY a orienté peu de temps avant le débarquement un Italien qui avait échappé aux Allemands (il travaillait pour eux à St Sauveur le  vicomte) vers la ferme où ma mère attendait comme nous le retour de mon père prisonnier. Cet Italien s’appelait Paolo VALENTI. Grâce à Internet (aussi), je l’ai retrouvé en 2005. Je suis allé le voir chez lui en Sicile. Il m’a dit avoir connu « un parachutiste américain » (il dit ne pas se rappeler son nom) qui passait comme lui ses nuits dans le bois de Barnavast en attendant la libération. Comme j’avais lu « Parachutés le 6 juin », j’ai fait le rapprochement avec Paul CALHOUN… Leurs destins se sont séparés le 20 juin: Paul Calhoun a rejoint les siens ( d’après Paolo, on lui aurait presque reproché d’avoir attendu !) et Paolo … a été emmené comme prisonnier en Angleterre, soupçonné d’être un espion! Sa vie, à lui aussi, est extraordinaire et emblématique du sort des Italiens pendant cette guerre ! A mon retour de Sicile, la Presse de la Manche avait accepté de publier une sorte d’appel à témoignages que je lui avais envoyé. Les résultats avaient été assez maigres. Je suis d’autant plus heureux de pouvoir faire ce recoupement avec le vôtre. Posté par BLED Bernard, samedi 14 février 2015 |
  • Bonsoir et bienvenue sur mon blog. Je suis ravie de lire votre commentaire car j’aime vraiment cette idée de chaîne dans l’histoire! J’ai d’ailleurs
    immédiatement transmis votre commentaire à mon père et au petit fils de M Sauvé! Malheureusement Paul Calhoun est décédé mais mes parents vont rencontrer son fils très prochainement et ils feront un petit pèlerinage dans la région. Merci pour votre histoire c’est un beau moment d’histoire! Posté par  Ennasamedi 14 février 2015

Nous avons retrouvé le soldat Calhoun…Une histoire qui commence en juin 1944 en Normandie…

Je vais vous raconter une histoire… Une « petite » histoire dans la « grande » Histoire… Une histoire extraordinaire qui a commencé en juin 1944 et qui trouve un épilogue aujourd’hui…Une histoire digne d’un roman mais qui est une histoire vraie!

La grande histoire a commencé en 1944 mais l’histoire que je vais vous raconter a commencé sans qu’on se doute de son issue le 11 décembre 2008  sur le blog! Ce jour là, je parlais d’un recueil de témoignages de soldats américains qui évoquait ma famille et mon grand-père, instituteur anglophile, qui, avec d’autres normands, a aidé Paul Calhoun, un parachutiste américain blessé… Ce livre a toujours été pour moi une petite part de la légende familiale. Dès mon plus jeune âge, j’ai toujours été émue de penser que ma famille avait fait quelque chose de positif pendant la guerre. Ce livre et le diplôme que mon grand-père a reçu après la guerre sont des choses très importantes pour moi et c’est pour cela que j’en avais parlé sur le blog.

Et puis, le 1er avril 2014, j’ai reçu un mail par la messagerie du blog :

« Suite à des recherches concernant le soldat Paul Calhoun, j’ai découvert votre blog et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que votre grand père comme le mien l’avait recueilli et caché jusqu’au 20 juin 1944. C’est même mon grand père, Jean Baptiste S., garde du bois de Barnavast qu’il l’avait conduit jusque chez le maire de Teurthéville Bocage, chez qui votre grand père, Mr G. était réfugié avec sa famille.
Je suis à la recherche du livre « Parachutés le 6 juin » car moi aussi, j’étais très fier de pouvoir lire ces pages de l’Histoire concernant ma famille dans cet ouvrage. Malheureusement, ce livre a été perdu. Avez-vous des informations supplémentaires concernant cet épisode ? L’Etat dont était originaire Mr Calhoun par exemple ? Une adresse ?
D’autre part, je dispose d’une photographie de ce soldat, visiblement entourés de nos grands pères respectifs. D’autres personnages restent à identifier. Si vous souhaitez la découvrir, je vous laisse mon adresse mail »

Vu les noms des villages et les noms de famille (dont je n’ai laissé ici que les initiales), ce mail ne pouvait pas être un poisson d’avril! J’ai immédiatement prévenu mon père qui se souvenait très bien du grand-père de ce monsieur et je lui ai transféré le mail et j’ai répondu à Eric S pour lui dire à quel point son mail  m’avait agréablement surprise.

Il s’en est suivi une correspondance régulière et fournie  entre mon père et Eric et sa femme Alexandra. Mon père a offert à Eric un exemplaire de « Parachutés le 6 juin » qu’il avait en plus et ils se sont rendus compte qu’ils avaient tous les deux la même photo du parachutiste Paul Calhoun :

Photo prise par mon grand-père devant la ferme de le Hannière, le 20 juin 1944, jour où les Américains sont arrivés au Theil et ont récupéré Paul Calhoun. Le 1er à droite de Paul Calhoun est Jean-Baptiste S. le grand père d’Eric L’enfant à gauche est Victor S. l’oncle d’Eric toujours vivant et l’autre enfant plus à droite est mon père.

Dans ce cadre, que mon grand-père avait fait avec l’insigne de la 101ème Airborne et que ma tante a conservé depuis toujours, sur la deuxième photo, on voit Paul entouré de deux hommes dont l’un est Jean-Baptiste S. et l’autre l’ancien officier Belge Aimé de Courtye (qui est mentionné dans le livre).

A partir de là, une sorte de chaîne s’est mise en route pour rechercher Paul Calhoun : grâce à une amie qui travaille au Mémorial de Caen,  Alexandra a été mise en contact avec  Mr Lamache, qui travaille au musée de Sainte Mère Église. Ce dernier a trouvé des renseignements : nous avons donc appris que Paul Calhoun était né en 1922. Il était était engagé volontaire au 506° Regiment d’Infanterie Parachutiste de la 101ème Division Aéroportée, les « Screaming Eagles ».

De nombreuses pistes ont été suivies : des messages sur des sites concernant l’Airborne Division, un courrier à une personne portant le même nom que le fils de Paul Calhoun, un courrier à  l’Ambassade de France à Washington (car certains vétérans ont reçu la Légion d’Honneur), et l’Association des Amis de la 101ème basée à Carentan…

Grâce à l’un de ses contacts, Alexandra a appris que la dernière adresse connue de Paul Calhoun était Venice. Mon père a tout d’abord écrit une lettre à l’ancien parachutiste directement et après 3 semaines sans nouvelles, il a eu l’idée de s’adresser à la mairie de Venice pour savoir s’ils avaient connaissance d’un certain Paul Calhoun et si l’adresse était toujours valide, en expliquant pourquoi il le recherchait. La personne qui a reçu le courrier, Kit McKeod, a été très touchée par le message de mon père, étant lui même un ancien de l’académie militaire de West Point et surtout lui aussi fils de vétéran ayant servi en Europe pendant la 2ème guerre mondiale! Il a découvert que Paul avait déménagé à Saratoga Springs dans une maison de retraite et il a fait lui-même la démarche de contacter la personne responsable, Chris Comeau, qui elle-même a transmis les informations à Paul et à son fils (dans la première lettre de mon père, il y avait un rappel de l’histoire et des photos).

Le 22 mai, le fils aîné de Paul Calhoun, Paul Jr, a écrit un mail à mon père et vous vous doutez bien qu’il y a eu plus d’une larme qui ont coulé dans quelques foyers normands!! En voici quelques passages traduits :

« Mon père a reçu votre lettre grâce aux efforts de Kit et Chris pour le retrouver. Je connais l’histoire aussi bien que vous, même si le point de vue est différent. Il fait partie de la tradition familiale Calhoun.

Mon père et moi sommes profondément émus de lire votre courrier et d’apprendre que l’histoire est toujours dans votre mémoire. Papa est en bonne santé et conserve toutes ses capacités mentales à l’âge de 92 ans. Il n’utilise pas un ordinateur, mais il peut toujours écrire, et il voudra sans doute prendre le temps de vous écrire ses pensées personnelles. Je lui ai demandé quand il avait été en contact avec votre père ou Jean-Baptiste S. pour la dernière fois et il pensait que cela faisait plus de 20 ans [En réalité cela fait bien plus longtemps car mon grand-père est décédé depuis plus de 40 ans]. Il se rappelle les jours avec votre famille encore clairement.

[…] Tout le monde dans la famille connait de l’histoire de notre père en Normandie, et ils seront tous ravis et touchés de savoir que vous et Eric pensez de lui.

Nous avons souvent essayé de faire revenir papa en Normandie, mais il ne l’a jamais fait. Je ne sais pas pourquoi. Je sais qu’il a toujours été rempli d’amour et de gratitude pour ce que votre famille a fait pour lui, ce qui nous a toujours touché, moi, ma sœur et mon frère, et toute sa famille élargie. »

Des échanges de courriers entre les familles françaises et Paul Jr ont suivi.

Le 26 mai, nous avons reçu un nouveau mail de Paul Jr :

« J’espère que ça ne vous dérange pas, mais j’ai partagé votre première lettre à papa avec quelques autres. Tout le monde est très ému. C’est un merveilleux hommage à vous tous qui avez fait l’effort de le trouver. Votre gratitude pour ce qui s’est passé il y a 70 ans est un message d’une grande valeur pour tous ceux qui ont assisté à la tragédie de la guerre. En outre, l’héroïsme du peuple français et votre appréciation de la liberté est peut-être bien connue, mais il est important pour tous les Américains de s’en souvenir.  

Aujourd’hui c’est le Jour du Souvenir (Memorial Day) aux États-Unis, une fête nationale pour se souvenir de ceux qui sont tombés dans toutes nos guerres. Il n’a jamais été plus significatif pour moi après réception de vos lettres. »

Mais surtout, il y avait dans ce message une lettre de Paul Calhoun Sr!

« Votre lettre du 26 Avril a été un choc agréable pour moi. Je me souviens très bien de votre père comme il parlait bien anglais, et votre mère qui a mis une attelle sur ma main tandis que deux petits garçons regardaient, les yeux écarquillés. 

J’ai gardé les deux photos toutes ces années après que votre père me les ait envoyées. C’était un grand homme!

Je crois que Jean-Baptiste S. a été la première personne que j’ai rencontrée après m’être échappé. Quand j’ai frappé à sa porte j’espérais que la maison n’était pas occupée par les Allemands. Quand il a ouvert la porte, j’ai dit: « Je suis un  parachutiste Américain, je suis blessé, j’ai froid, j’ai faim. »

Je n’oublierai jamais le courage des personnes qui m’ont conduit à travers les bois à la ferme où nous avons rencontré votre père. Ils auraient risqué leur vie si les Allemands nous avaient vus.

Lorsque les soldats américains ont chassé les Allemands hors de la ville, votre père m’a donné deux œufs de canard à manger crus avant de me donner une gorgée de calvados. Bientôt, tous les villageois se sont réunis pour hisser le drapeau français et chanter « La Marseillaise ». C’était une scène très émouvante que je n’oublierai jamais!

J’ai rapidement trouvé la 101e division aéroportée près de Sainte Mère Église. J’étais le seul des 30 parachutistes de notre avion à revenir. 

Plus tard, nous sommes allés à Bastogne, puis en Allemagne, en Autriche, et enfin Berlin, avant de retourner aux États-Unis.

Votre père et moi avons échangé des cartes de Noël pendant quelques années et il m’a envoyé des roses à quelques reprises. Il m’a envoyé un livre qu’il a aidé à rédiger appelé « Parachutés le 6 Juin » qui parle de moi. 

Je vous suis reconnaissant à vous et à votre famille d’avoir écrit. »

Voici une photo de Paul Calhoun il y a deux ans, à 90 ans lors des célébrations de D-Day :

Avec mes parents, ma tante (qui était un bébé lorsque Paul a été soigné par ma grand-mère) et Eric et Alexandra, nous allons lui envoyer un bouquet bleu, blanc, rouge, couleurs françaises et américaines le 6 juin.

Il est déjà prévu que les deux familles françaises se rencontrent cet été et il est fort possible un jour il y ait une rencontre franco-américaine!

De son côté, Alexandra, professeur d’histoire dans un lycée a monté une exposition sur le 70ème anniversaire du débarquement et elle rajouté un panneau relatant les retrouvailles avec Paul Calhoun et de mon côté, aujourd’hui même, je compte lire à mes élèves de 4ème et 3ème la lettre de Paul Calhoun pour leur parler de cet évènement avec une « histoire vraie »!

Je suis très émue en écrivant cet article : j’ai souvent pensé que sans des hommes comme Paul Calhoun, de jeunes hommes courageux, et sans des français également courageux comme mon grand-père et le grand-père de Eric les choses auraient été bien différentes…

Et je trouve aussi qu’on peut dire qu’internet n’est pas un outil qui éloigne les gens car sans mon blog, Eric et Alexandra ne seraient pas entrés en contact avec mon père et à eux trois ils n’auraient pas retrouvé Paul si facilement! Le virtuel a ainsi permis de vraies rencontres!

En cliquant sur cette photo, 

 vous arriverez sur un article très intéressant d’un journal américain qui raconte l’histoire de Paul Calhoun, notre histoire! Et ce qui est extraordinaire, c’est que j’ai reçu le lien vers cet article par un mail sur la messagerie du blog par une dame dont je ne reconnaissais pas le nom. Cette américaine (qui a étudié le français à l’université et qui m’écrit en français) ne connaît ni ma famille ni la famille Calhoun mais elle a été très touchée en lisant cet article. Elle a fait quelques recherches sur Internet et en tapant « Paul Calhoun » et « parachutiste » elle est tombée sur mon article de 2008 et elle m’a écrit pour me transmettre l’article pensant que cela m’intéresserait! Merci encore Susan!

Et la suite ici...

Et la fin...

Et pour ceux qui voudraient découvrir l’aventure de juin 1944 : Voici le passage qui concerne Paul Calhoun dans le livre :

 


COMMENTAIRES LAISSÉS SUR CANALBLOG À L’ÉPOQUE :
  • C’est une très jolie histoire.Je pense comme toi qu’internet rapproche les gens la preuve ! Posté par sylirevendredi 06 juin 2014
  • Je trouve aussi! ça rend le monde plus petit  Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014
  • C’est vraiment très touchant cette histoire Posté par SD49vendredi 06 juin 2014
  • C’est émouvant, n’est-ce pas! J’en ai parlé à mes 3eme europe cet après-midi (sans parler du blog) et ils avaient l’air très touchés! Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014
  • Petite larme au coin de l’oeil…Posté par Claire, vendredi 06 juin 2014 |
  • Moi même, alors que je connais bien l’histoire j’avais presque la larme à l’oeil en en parlant aux 3eme europe tout à l’heure! Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014 
  • Comme Claire très touchée par ton récit et émue pour vous tous pour vos retrouvailles, n’hésite pas à nous en parler…. J’aurais aimé que mon père puisse arriver à parler de sa participation à la guerre, du temps où il avait été fait prisonnier …. mais il ne l’a jamais fait , quel regret pour moi !! Posté par Véronique, vendredi 06 juin 2014 
  • Merci! Mon autre grand-père, anglais, était soldat dans l’armé britannique,il s’est battu, a été blessé et n’a jamais parlé de la guerre non plus (et
    comme il est mort très jeune, il n’a même pas pu revenir dessus plus tard. Et le fils de Paul Calhoun nous a dit qu’il a fait un enregistrement de son père qui lui a parlé de la guerre et que c’est la seule fois qu’il en a parlé en famille. Je pense que pour ses enfants et petits enfants c’est aussi une manière de découvrir mieux l’homme qu’il a été. Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014
  • C’est une belle et émouvante histoire… En ce jour de commémoration, nous avons chacune une pensée pour nos grand-pères respectifs…Posté par Elise, vendredi 06 juin 2014
  • C’est un bon moment pour se souvenir oui! Et j’ai aussi pensé à toi quand on a été au cimetière allemand : ils étaient si jeunes pour la plupart…

    Posté par Ennavendredi 06 juin 2014
  • Une belle histoire, merci pour ce partage ! Posté par aproposdelivresvendredi 06 juin 2014
  • Je suis contente de vous la raconter car elle est à la fois personnelle et universelle : il y a eu tant de petites actions des uns et des autres qui
    ont aidé d’autres hommes à faire de grandes choses. Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014 |
  • très beau billet, j’ai été très émue, presqu’une petite larme! c’est génial que tu aies pu retrouver la trace de Paul Calhoun…ton grand-père était un homme admirable, heureusement que des gens comme lui ont existé durant la guerre…Posté par Evavendredi 06 juin 2014 |
  • Je suis émue encore aujourd’hui! En fait, mon grand père n’a pas fait de choses extraordinaire mais avec tant d’autres, je crois qu’il s’est juste montré humain au bon moment et ces petits actes deviennent essentiels dans des périodes dangereuses. Aujourd’hui j’ai raconté cette histoire à mes élèves de 3ème europe et je leur ai dit : « mon grand-père n’était pas un grand résistant mais il a fait des petites choses qui ont  changé le cours des choses un peu mais assez pour qu’un homme se souvienne de lui 70 ans après et je leur ai conseil de toujours se dire que leurs actions pouvaient changer les choses et de toujours penser au-delà d’eux même. Ils avaient l’air touchés! Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014 |
  • Ce témoignage est très émouvant…. Mon grand-père a été au STO en Allemagne. Ma tante a toujours les carnets qu’il a écrits là-bas. Pour ma part, je n’ai que des photocopies mais quand je les ai lues, j’ai été très touchée aussi. Posté par saxaoulvendredi 06 juin 2014
  • C’est toujours émouvant de penser à cette partie de la vie de nos aïeux. As-tu lu la BD « le carnet de Roger »? Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014
  • Non, je ne connais pas. Posté par saxaoulvendredi 06 juin 2014 je pense que ça pourrait te plaire! Posté par  Ennasamedi 07 juin 2014 |
  • c vraiment une bien belle histoire…oh que ouii…de chouettes retrouvailles… Posté par rachelvendredi 06 juin 2014
  • oui, c’est fort de se dire que cette personne qu’on « connait » dans un livre devient réelle! Posté par  Ennajeudi 12 juin 2014
  • Quelle belle histoire ! Tu la transmets à ton tour… Posté par Annevendredi 06 juin 2014
  • Oui, et cet homme est aussi ému que nous, c’est ça qui est touchant! Posté par  Ennavendredi 06 juin 2014
  • je viens de lire les quelques pages que vous avez mises en ligne concernant le débarquement sur les plages normandes de Paul Calhoun, ce témoignage est si fort et bien écrit que j’avais l’impression d’être en sa compagnie dans ces marécages à essuyer ces tirs. Beaucoup beaucoup d’émotions (des yeux qui piquent aussi) on se rend mieux compte de l’importance de ce que ces hommes loin de chez eux ont réalisés pour libérer la France. Posté par evalea, vendredi 06 juin 2014
  • Internet peut en effet réserver d’impressionnantes rencontres ! C’est un beau témoignage, surtout en cette période de commémoration. J’ai passé ce week-end en compagnie de mon grand-oncle qui a partagé avec nous ses souvenirs des bombardements de Lisieux alors qu’il n’avait qu’une dizaine d’années… Ces témoignages sont vraiment importants et nous font sentir à quel point ces événements sont proches de nous et qu’il ne faut rien oublier. Posté par Midolamardi 10 juin 2014
  • exactement, c’est l’occasion de permettre aux gens de parler et de bien se souvenir que ce n’est pas si loin et qu’il faut être vigilent! Posté par  Ennamardi 10 juin 2014
  • Je suis très émue par votre récit. «Vous dites: mon grand-père n’a pas fait de grandes choses » Moi je vous dit que oui, car vous sa petite fille vous agrandissez son geste en racontant à vos élèves tous les petits gestes que chaque soldat a fait… C’est là le point intéressant vous perpétuez le souvenir de ceux hélas qui sont tombés… Et vive le blog qui m’a permis à moi aussi de faire des retrouvailles émouvantes grâce à mon blog ….. Il est beau le soldat Calhoun , ce vieillard de 92 ans! Dépêchez-vous d’aller à sa rencontre .Posté par plumesetmotsjeudi 12 juin 2014 |
  • Bienvenue ici et merci pur ces belles paroles! J’espère avoir transmis un petit quelque chose avec cette histoire  Posté par  Ennajeudi 12 juin 2014 |
  • merci pour cette très belle histoire Posté par sophie/vicimdimanche 22 juin 2014
  • De rien, ça tombait tellement bien qu’elle arrive à ce moment là! Je ne pouvais pas ne pas en parler  Posté par Ennalundi 23 juin 2014 |
  • bonjour, je serais ravi de rentrer en contact avec vous et continuer la belle histoire que vous écrivez Posté par phle12000, mercredi 03 août 2016
  •  Vous pouvez me contacter par le formulaire de contact si vous le souhaitez. Posté par  Ennavendredi 05 août 2016
  • je suis le fils de ferdinand lemonnier sur la photo en bas à gauche Posté par phle12000, vendredi 05 août 2016
  • C’est un billet profondément émouvant. J’en ai les larmes aux yeux.  Posté par Valériejeudi 27 juillet 2017 
  • J’ai relu tous les billets sur Paul Calhoun pour me rafraîchir la mémoire avant de rencontrer son fils et je suis émue à chaque fois. Malheureusement Paul Calhoun est mort mais cette aventure reste incroyable. Posté par Ennajeudi 27 juillet 2017 |

Happy Birthday Bastien! 8 mois

Quoi de neuf dans sa vie ce mois-ci?

Au niveau physique, il a commencé une cascade « spectaculaire » : quand on le met sur le ventre il arrive à se retourner tout seul sur le dos. C’est une grande étape pour lui, sauf que pour l’instant, il n’arrive pas encore à faire l’opération inverse! Dans le doute, et sachant que les choses peuvent changer du jour au lendemain, nous avons baissé le matelas de son lit d’un cran!

Il y a aussi un nouveau jeu qui nous plaît beaucoup : quand on lui met un tissu sur le visage (tee-shirt, foulard, ou autre) il l’enlève tout seul : ça le fait bien rire!

Il tient très bien les objets et les manipule de mieux en mieux! Et quand il veut, il retire sa sucette de sa bouche, il la manipule, il la tourne et la retrourne et … la remet dans sa bouche … tout seul!

Au niveau alimentaire, il mange des purées de légumes, des compotes de fruits, des laitages chez sa nounou et du lait artificiel (qui vient d’être changé en version « transit » car ses intestins sont un peu paresseux)… Il aime tout ce qu’il goûte et ne rechigne jamais à manger, mais arrive très bien à tenir entre deux repas, surtout le soir, ce qui est très pratique pour nous! Je ne l’allaite plus que le matin maintenant et je sens que ça ne va pas tarder à s’arrêter complètement!

Il dort toujours très bien, il a sa petite routine : il se réveille autour de 7h30 (mais je le fais patienter facilment jusqu’à 8h le week end, il gazouille dans son lit et parfois même se rendort!), après son bain le soir, il fait une petite sieste dans son transat et se réveille pour manger vers 20h-20h30 et se rendormir pour la nuit à peine le dernier biberon pris! Rassurez vous, je mesure très bien la chance que j’ai…et les habitudes se prennent très vite car il y a une semaine il a toussé toutes les nuits (sans se réveiller lui) et je me suis reveillée plusieurs fois par nuit : c’était très dur le lendemain!!

Il a déjà assisté à deux concerts : un concert de rock sous la pluie et un mini concert de musique classique sous un grand soleil. A croire que nous voulons en faire un mélomane!

Moins drôle et très stressant pour moi, il a été malade pour la première fois : rhume, nez très pris et toux persistante. Le coup de fil de la nounou sur mon portable au travail pour me dire qu’il avait 39,5° et pour savoir quel poids il faisait pour le doliprane m’a un peu traumatisée! Nous sommes allés chez le médecin tous les deux (car il m’a refilé sa petite maladie) et le pharmacien a dit qu’on avait « la panoplie habituelle du bébé malade »! Mais si à cause de cela et cause de petites périodes de fièvre, il a été un peu grognon, il est très vite redevenu le bébé souriant et adorable que nous connaissons!

Bref un mois qui ne fait que confirmer que nous avons un super bébé 😉

Toujours le sourire de petit clown!

Happy Birthday Bastien! 7 mois!

Aujourd’hui Bastien a 7 mois!

Au niveau « moteur », les nouveautés sont plus dans la manipulation. Il joue avec ses mains, tourne ses poignets comme une danseuse apsara du Cambodge, passe les objets d’une main à l’autre et aime manipuler de petits objets (il a passé beaucoup de temps concentré sur un ticket de métro à Lyon, à le tourner dans tous les sens…il ne nous coûte pas cher en jouets high tech pour l’instant 😉

On s’amuse à l’asseoir sur notre lit et il tient de plus en plus longtemps assis (quelques secondes !) puis tombe à la renverse mais ça l’amuse : il aime aussi se tourner sur les côtés! Mais il n’est pas tout à fait prêt à s’asseoir tout seul!

Il réagit vraiment quand on lui parle, nous regarde, nous écoute, aime qu’on fasse des choses exprès pour le faire rire comme répéter les sons qu’il fait ou lui chanter des chansons! De son côté, il fait des expériences sur les sons : cris très aigus ou aspirations rauques…il nous surprend à chaque fois!

Il dort toujours très bien la nuit et maintenant la plupart du temps sa dernière tétée est entre 18h et 19h et il ne se réveille jamais avant 6h (et parfois 7h!). La nouveauté c’est que le soir, on a plus besoin de le bercer pendant de longues minutes, il s’endort tout seul dans son transat avec nous pendant qu’on mange ou qu’on regarde la télé.

Au niveau de l’alimentation, on a vraiment tourné une page car le lendemain de ses 6 mois il a goûté sa première cuillère de purée de carotte et il a bien aimé! Aujourd’hui chez la nounou et chez nous, il a aussi mangé du potiron, de la jardinière de légumes et des haricots (mais ça, ça lui plaît moins!). Après avoir longuement hésité, j’ai fini par faire un choix de lait maternisé et il a commencé à boire des biberons de lait artificiel…Du coup j’ai aussi donné mon premier biberon!! Il l’a bu sans faire une grimace! Chez sa nounou il a aussi goûté des petits laitages pour bébé, elle dit qu’il aime beaucoup! Je continue de l’allaiter le matin et le soir, jusqu’à ce que l’un de nous se lasse ou que la source se tarisse …

Le voyage et le séjour à Lyon s’est très bien passé. Notre petit aventurier a été allaité dans un bar, sur une terrasse de restau ou dans un parc et changé en extérieur et ça ne l’a pas gêné du tout! Il a pris tous les transports en commun que la ville proposait!

Bastien s’entrainant à s’asseoir le 12 mai 2010

Happy Birthday Bastien! 6 mois!

Aujourd’hui Bastien a 6 mois, la moitié d’une année, ça commence à faire beaucoup!

Pas grand chose de nouveau ce mois-ci, sauf qu’il attrape très bien ses pieds dès qu’il en a l’occasion! Il rigole toujours et s’amuse aussi à tirer la langue. Il met tout ce qui traîne dans sa bouche … peut-être que les dents arrivent…

J’ai beaucoup de chance car j’ai un bébé qui dort très bien la nuit et c’est même déjà arrivé qu’il mange à 18h30 et se réveille à 6h le lendemain matin! Par contre il ne dort pas beaucoup dans la journée. On a profité de son sommeil de plomb pour le laisser avec mes parents qui dormaient chez nous et aller au cinéma…Ça fait du bien se sortir tous les deux!

J’ai eu plusieurs réunions au travail le soir et c’est Le Papa qui s’est occupé de lui et qui a donné des biberons de lait maternel. Il parait qu’il est mignon quand il boit au biberon mais je n’en ai toujours pas donné! On va commencer les petits pots petit à petit… Donc pour l’instant l’allaitement continue encore un peu mais une page se tourne.

Maintenant on l’habille tous les jours avec de vrais habits, les pyjamas ce n’est que pour le soir et il a toujours la classe, son père dit que c’est lui le mieux habillé de la famille! Et c’est vrai, que moi même je n’ai qu’une envie : faire des achats de vêtements pour moi (ah oui, et aussi perdre une tonne pour pouvoir les porter!)

Il a visité le Mont Saint Michel et en ce moment nous sommes à Lyon, on commence les voyages petit à petit!!

Photo prise le 9 avril 2010 quand il essaie de lire mon livre…Il est plongé dans le bain de la lecture ce petit!

Happy Birthday « Pierrot Billo »

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de mon grand frère

C’est mon grand frère à plus d’un titre : il est plus grand que moi en taille et puis il est plus vieux que moi… 9 ans de plus … Mais ce n’est pas pour ça qu’il est beaucoup plus mâture ce grand fou!

C’est aussi mon parrain et surtout le père du Grand Jeune Homme, de La Belle Jeune Fille et du Singe Bisouteur mes trois adorables grands neveux et nièce!

Regardez la classe de mon frangin avec sa cravate… D’ailleurs n’ai-je pas l’air en admiration devant lui!

Happy Birthday L’Homme!

Aujourd’hui L’Homme (de ma vie) prend un an de plus ce qui sera toujours un an de moins que moi!

On a failli ne jamais se rencontrer alors qu’on habitait à 500 mètres l’un de l’autre…

On a failli ne jamais commencer d’histoire car on était si différents l’un de l’autre…

On a traversé les airs pour faire quelques voyages extraordinaires et on a aussi tenté l’aventure du quotidien (autrement plus périlleuse!)

Et puis nous voilà une famille avec Baby Bastien et franchement, pour rien au monde je ne changerai… ni mon homme ni ma vie !

Happy Birthday!

C’est chouette les roulés-boulés entre père et fils!