La remise du Prix des Lectrices de Elle ou le compte-rendu d’une soirée « chic parisien » et littéraire…

La première étape de la soirée fut la rencontre avec les auteurs en table ronde avec les lectrices.

A ma table, d’abord Jean-Paul Mari, le parfait reporter, chemise blanche et jean, sacoche en cuir et montre de baroudeur. Il sait parler, il est doux et charmant (charmeur?). Il n’est pas étonné que des femmes aient pu choisir un livre dur, surtout que c’est un livre qui donne la parole à ceux qui ne parlent pas (traumatismes liés à la guerre). « Sans blessures apparentes » sur Elle.fr

Puis Caryl Férey, branché, un peu rocker, drôle et charmant aussi. Il nous dit que pour lui c’est important que les polars soient ancrés dans la réalité du monde et qu’il aime que ses personnages ne soient pas lisses. « Zulu » sur Elle.fr

Enfin, Claudie Gallay, douce, réservée et naturelle, qui avoue avoir du mal à passer par l’oral. J’ose prendre la parole (pas facile quand d’autres lectrices semblent avoir beaucoup plus d’aisance) pour lui dire que pour moi, les lieux, dans « Les déferlantes » et dans « Seule Venise » sont des personnages à part entière et qu’elle avait très bien su rendre les atmosphères liés à la Hague et Venise. Elle a dit que c’était effectivement des lieux qu’elle connaissait bien avant même de penser y situer ses romans et qu’elle en était imprégnée. « Les déferlentes » sur Elle.fr

Ensuite nous avons toutes posé dans le grand escalier pour la photo. Nous avons bien rit en souriant longuement au photographe qui perché sur son escabeau semblait prendre des centaine de photos 😉

Puis celles qui le souhaitaient pouvaient faire dédicacer leurs livres. J’en ai profité pour parler un peu à Claudie Gallay, lui disant que j’avais beaucoup aimé ses atmosphères et son écriture  même si ça pouvait paraître bête de lui dire ça…Elle m’a répondu que ce n’était pas du tout bête à entendre car ça faisait toujours plaisir. Au niveau des lectrices, c’était un peu la jungle, certaines étaient si pressées de faire signer leur livres qu’elles doublaient dans les files d’attente comme des mamies au supermarché! 😉

A ce moment, le « gratin » parisien (auteurs, journalistes, le monde littéraire et les pique-assiettes) était arrivé et les prix ont été officiellement remis et le buffet officiellement ouvert (La guerre des petits fours pouvait commencer : et que je te donne un coup de sac pour attraper un verre, et que je te bouscule pour prendre un sandwich)

Privée de champagne pour cause de ventre occupé par Petit Bébé, je me suis rattrapée en faisant ma gourmande et en goûtant de nombreuses et délicieuses petites choses!

Les blogueuses sont restées ensemble…et heureusement car sinon, on se serait senties un peu seules abandonnées dans la foule… Nous avons un peu fait nos groupies en se prenant en photos avec Caryl Férey (« Caryyyyl… Venez donc sur le canapé avec nous! ») (Pour vous prouver que c’est vrai, allez voir chez Clochette, elle a mis une photo), plus tard avec Jean-Paul Mari (« Jean-Paaaauuul…Venez donc poser entouré de lectrices! »)

Puis nous avons eu l’occasion de discuter avec la Responsable du Prix des Lectrices de Elle qui a admis qu’elle avait fait mener une « enquête » pour retrouver l’identité des blogueuses-lectrices du prix (Elle aurait sans doute gagné du temps en nous demandant simplement qui nous étions…). Elle s’est montrée charmante et a apprécié notre travail de lectrices, notre humour et notre regard parfois décalé sur le PrixA moins que j’ai mal compris et que ce soit tout le contraire… 😉

Puis vers 23h je suis repartie avec un petit sac blanc estampillé « Elle »Un cadeau magnifique pour nous lectrices?? Nooooon… 3 petits carnets blancs qui étaient offerts à TOUS les invités… et le magazine Elle de la semaine qui était à disposition… Je ne suis pas vénale, mais je pensais quand même que des mois de lecture consciencieuse, les 40 euros de mon billet de train et les compliments publics des organisatrices de Elle (« Sans les lectrices, le prix n’existerait pas« ) méritaient quand même une petite attention…. (Même pas un abonnement au magazine… 😉 Cela dit, je reconnais que nous sommes quelques-unes à avoir pris un livre qui semblait à disposition…

Alors…Mon bilan de cette journée…

Rencontre très sympathique avec les lectrices (on a bien rigolé!).

Rencontre très agréable avec des auteurs très abordables (ils étaient vraiment simples avec nous).

Très bon buffet (original et varié).

Mais … (ah ben oui, y a forcément un « mais » 😉 j’ai eu les jambes très gonflées et je suis ressortie fatiguée de cette journée à cause de la station debout typique des cocktails (Note pour les femmes enceintes : à 4 mois et demi de grossesse, on s’assoie dans les cocktails!)

Mais surtout … j’ai eu confirmation d’une chose : le monde de ELLE n’est pas le mien…Une fois qu’on est passé dans la partie « représentation » de la remise des prix, les lectrices étaient beaucoup totalement un peu oubliées.

Merci au passage à Delphine et son mari qui m’ont déposée en carrosse devant ma porte telle une  Cendrillon aux chevilles gonflées !

Et merci à Yza qui m’a super bien accueillie (et chargée de plein de petites douceurs-maison à manger à mon retour (et un peu dans le train) 😉

Le virtuel passe au réél ou la journée « before » la remise du prix de ELLE

Autant dire que ça a failli ne pas se passer du tout comme prévu à cause de la grève des trains… Lundi à 23h, je suis carrément allée à la gare pour m’apercevoir que le seul train qui partait de chez moi était celui de 5h59…au lieu de 9h05… Coups de fil à ma copine Yza pour organiser mon arrivée décalée et pour changer le rendez-vous que j’avais avec Renée…Je me suis donc couchée tard et un peu stressée à l’idée que je ne pourrais peut-être pas être à cette journée tant attendue….

Bref, j’ai réussi à partir (sous la pluie…heureusement je retrouve mon parapluie juste au moment de partir!) mais je commençais la journée un peu fatiguée!

A Paris, je vais place de Clichy sous une pluie battante, armée de mon parapluie rouge (très pratique pour être repérée dans la foule). Et là…Je rencontre Renée pour la première fois …(Chaa bada bada…) Cette rencontre me semble vraiment naturelle, comme si on se connaissait déjà!

Nous déjeunons à la cafet’ du Musée Rodin (heureusement que Renée avait abandonné son projet de pique nique!!) puis nous allons aux Champs Elysées pour le rendez-vous avec les autres blogueuses devant le salon de thé Ladurée (Ouiiiii….les fameux macarons!). Nous attendions dehors avec un livre lauréat dans les mains et nous avons quand même fini par nous retrouver à l’intérieur (C’était quand même un « blind date » géant!!)

Renée, Amanda, Emmyne, Clochette, Valérie, L’empreinte des mots et Mathilde (non blogueuse, mais lectrice de blogs 🙂 … Nous nous sommes présentées (pseudo, blogs, « vrais » noms) puis nous avons discuté à bâton rompu de tout et de rien, du prix de Elle, de livres, de blogs…autour de macarons délicieux (Mmmmh….les macarons caramel fleur de sel…)

J’ai beaucoup aimé  cette rencontre qui m’a semblée très naturelle aussi. Ce qui m’a amusée c’est que je me suis rendue compte qu’à part Clochette qui était telle que je l’imaginais, je m’étais trompée sur ma « visualisation virtuelle » des autres blogueuses… Chez moi, je « voyais » une Renée blonde aux cheveux courts et raides, une Emmyne petite aux cheveux raides et une Amanda grande aux cheveux blonds et bouclés!

Plus tard, sur le lieu de la remise des prix,  nous avons aussi rencontré Nadège et Delphine, deux très sympathiques lectrices de nos blogs…des « lectrices de l’ombre » qui ont promis de nous laisser des commentaires maintenant qu’on se connaît! (Vous avez compris les filles??)

Alors voilà pour le compte rendu du « before »…Je vais faire du teasing  et je vous raconterai la suite demain…mais je ne vous laisse pas dans l’ignorance complète (même si mes « collègue-copines » vous l’ont déjà annoncé)…Voici les lauréats :

Catégorie roman : « Les déferlantes » de Caludie Gallay

Catégorie polar : « Zulu » de Caryl Férey

Catégorie documentaire : « Sans blessures apparentes » de Jean-Paul Mari

Comment j’ai vécu le Prix des Lectrices de ELLE 2009

Après mon pronostic et en attendant de vous donner les résultats, laissez- moi vous parler de comment j’ai vécu le Prix des Lectrices de ELLE.

Ce prix a été une expérience extraordinaire!

J’ai d’abord été très étonnée d’être choisie pour en faire partie car je m’étais inscrite un peu au hasard, sans connaître réellement ce prix et sans trop y croire! Puis j’ai été vraiment flattée d’y participer, une parmi 120, 120 parmi des milliers…Et puis,c’est le 40ème Prix des lectrices de Elle, c’est quelque chose qui compte…

J’ai été très impressionnée (presque effrayée) lorsque j’ai reçu mon premier colis…Je faisais partie du « jury de septembre » et je recevais donc en premier le colis contenant 7 oeuvres à lire avec une date buttoir… Puis j’ai été rassurée quand je me suis rendue compte que j’avais réussi à finir, tout en travaillant, avant même la date limite…Je me suis dit que j’y arriverai pour la suite… (Même si j’ai encore eu des frayeurs quand j’ai reçu 4 livres au lieu de trois à cause de livres ex aequo!)

J’ai aussi fait l’expérience du livre dans lequel je ne rentrais pas -blocage- ça ne me plaisait pas du tout…J’ai alors pris le parti d’arrêter et d’expliquer dans mon commentaire les raisons de mon abandon. Je n’ai pas eu de retour négatif de ELLE.

Mais j’ai surtout eu de nombreux coups de coeur et fait des découvertes que je n’aurai sans doute pas fait toute seule!

En temps normal, je ne lis pas de documentaires et je me suis souvent forcée pour les finir et parfois, j’ai même fini par lire la fin en diagonale : ça ne m’empêchait pas d’avoir un avis sur le style ou sur le fond. Je dois avouer que c’est dans cette catégorie que j’ai fait le plus d’efforts

J’ai été un peu déçue par la sélection des polars. Je m’attendais à faire plus de découvertes, d’y trouver plus de romans forts et originaux.

J’ai aussi trouvé qu’il y avait une thématique assez marquée « enfance malheureuse/guerre » qui a fini par me peser. Je me demande si c’est dans l’air du temps littéraire ou si c’était un choix délibéré de ELLE, mais ce thème se déclinait dans les 3 catégories. Il y avait des moments où j’avais vraiment envie de plus de légèreté! Je suis curieuse de voir si un thème se détachera en 2010.

Au delà de l’expérience littéraire, le Prix de Elle aura aussi été une expérience humaine pour moi.

C’est grâce au Prix de Elle que j’ai ouvert ce blog parce qu’à force d’échanger par commentaires laissés sur les blogs de mes « collègues lectrices », j’ai eu envie d’aller plus loin. J’ai beaucoup aimé échanger des avis de lectures avec elles – on s’est ainsi rendues compte qu’on avait pas du tout perçu les choses de la même manière ou au contraire, qu’on avait les mêmes avis. Une chose était claire : pas de pensée unique parmi les lectrices de ce prix!! J’ai aussi apprécié que ce blog puisse servir de « passerelle » à des lectrices du prix qui n’ont pas de blogs mais qui pouvaient ainsi échanger au travers des commentaires. On avait toutes besoin de sortir de notre « isolement ». Je pense que les responsables du Prix en ont prit conscience car un blog qui lui est spécialement consacré a été mis en place. Sans doute un peu tard pour l’édition 2009 mais je pense que c’est une très bonne idée pour 2010!

Je dois dire que j’ai hâte de rencontrer mes « copines virtuelles » lors de la remise des prix le 26 mai (on s’organise même une « before », pour ne pas se chercher dans la foule!!)… (En tout cas, celles qui peuvent être présentes un mardi en fin de journée…Je dois avouer que je ne trouve pas ça très sympa de la part des organisateurs de ne pas avoir fait ça un vendredi soir ou un samedi pour permettre à plus de lectrices de venir…)

Bref, je ne regrette pas une seconde d’avoir participé à ce prix (malgré un essoufflement en fin de parcours) et je pense que dans trois ans, quand j’en aurai à nouveau le droit, je retenterai peut-être l’aventure!!

Voici chez les autres lectrices de Elle-blogeuses des bilans de l’expérience du Prix :

Amanda

Anna Blume

Annie

Antigone

Clochette

Emmyne

Renée

MON pronostic pour le Prix des Lectrices de ELLE 2009

(Totalement subjectif et uniquement basé sur les livres que J’AI préférés…)

« MON Grand Prix de Elle 2009 à MOI »

Dans la catégorie roman, j’ai eu 3 coups de coeur…

1) « Mon traître » de Sorj Chalandon

2) « Les déferlantes » de Claudie Gallay

3) « La ballade de Baby » de Heather O’Neill

Mais ça ne me dérangerait pas que « C’était notre terre » de Mathieu Belezi ou « L’autre moitié du soleil » de Chimamanda Ngozi Adichie gagnent.

Dans la catégorie polar, j’ai vraiment beaucoup aimé

« Zulu » de Caryl Férey

Mais ça ne me dérangerait pas que « Ténébreuses » de Karine Alvtegen ou « Meurtres en bleu marine » de CJ Box gagnent.

Dans la catégorie documentaire, j’ai eu 1 coup de coeur pour

« Tant que je serai noire » de Maya Angelou

Mais je ne suis pas seule, nous sommes 120… Et vous les lectrices du Prix de Elle qui passez par ici…quel est votre pronostic??

Grand prix des lectrices de ELLE : quand le virtuel passe au réel…

L’autre jour j’ai reçu un courrier de la « responsable du Prix des Lectrices de ELLE » qui nous « remercie pour la qualité de [mon…enfin…notre] travail, qui [elle] le sait, demande beaucoup de temps et d’implication de [ma…oui, bon…notre] part… »

Déjà, rien que ça, ça fait super plaisir parce que je jusque-là, j’avais un peu l’impression de travailler lire dans l’isolement, à part pour les échanges avec mes copines de ELLE de l’Internet virtuel

Et justement, le courrier continue pour annoncer deux événements dont j’avais déjà eu vent par les participantes de l’an dernier mais que j’attendais avec impatience…nous allons pouvoir passer du virtuel au réel…

En effet, le Prix des Lectrices de ELLE nous invite (enfin « nous », les membres du jury, hein, pas « vous + moi », pas d’emballement…) au Salon du Livre de Paris pour rencontrer les auteurs… Super!!!

Sauf que non…pas super…Ça tombe le samedi 14 mars, et moi ce jour-là, je serai encore en Angleterre avec 40 élèves

Je suis déçue car je voulais vraiment y aller…pas tant pour rencontrer les auteurs (eux, j’ai un peu peur de les rencontrer …après tout, ils sont sensés avoir lu nos 120 critiques…) mais pour rencontrer mes copines de ELLE de l’Internet virtuel…

Mais ça sera peut-être pour une prochaine fois…Peut-être lors de la remise des Prix à laquelle ce courrier nous convie aussi…

Le 27 ou le 28 mai…mercredi 27 ou jeudi 28 mai… En semaineidéal pour les provinciales qui doivent venir à Paris… A 17 heures pour rencontrer les auteurs et à 19 heures pour la remise des prix… En tout début de soirée…idéal pour les parisiennes qui travaillent tard ou loin

Bref, moi, je ne me laisse pas démonter… J’ai tout prévu depuis le mois de juin l’année dernière, j’ai prévenu mon chef que j’étais membre d’un prix littéraire, et je lui ai dit que je serai (un peu) « obligée » d’aller à la remise des Prix… Dès que je saurai la date exacte (hé les gens de chez ELLE, dépêchez vous d’être précis!!) je demanderai une journée de congés exceptionnels et je rattraperai mes cours avant ou après

Oui, je ferai tout mon possible pour les voir mes copines de ELLE de l’Internet virtuelj’espère juste qu’elle, elles pourront être là

« Le temps d’une averse » de Marie Sophie Vermot

Rose, une adolescente comme les autres (un peu râleuse…), est envoyée par sa mère sur une île assez sauvage, pour passer des vacances sans elle chez Angèle et sa fille Léa.

Léa est la hantise de Rose car elle est à mille lieux de sa vie : elle est handicapée mentale. Rose ne peut même pas imaginer qu’elle puisse partager quoi que ce soit avec cette « folle », cette « débile ».

Et puis les vacances avancent, avec Tom, le jeune garçon de 10 ans, insouciant et naturel qui parle de la même manière à Rose et à Léa, avec la patience d’Angèle, la maman de Léa et avec Rose qui s’ouvre petit à petit à cette jeune fille pas comme les autres.

Léa, qui malgré ses retards, ses difficultés et ses peurs, n’est pas une coquille vide…

« Quand elle est arrivée sur l’île, elle se disait que Léa ne pouvait pas réfléchir, que son idiotie devait paralyser la plupart de ses facultés. Quand on la regarde, elle si bizarre, si lourde, si bancale! Et pourtant, ce que les autres ne voient pas, c’est son désir de franchir les limites de sa faiblesse. Sa force. » Page 59

Mais ce roman, c’est aussi l’histoire de Rose qui grandit, qui évolue le temps d’un été. Elle se pose beaucoup de questions sur sa vision des choses et sur ses propres peurs.

« Rose la regarde. Elle se croyait la plus forte, celle qui donne des leçons. Elle se découvre une enfant dans les yeux de Léa. » Page 103

Et elle découvre qu’au cours de cet été -« le temps d’une averse »- elle est devenue amie avec Léa et qu’elle a beaucoup appris.

« Léa a compris. L’idiote a su saisir la nuance. Maintenant, elles sont à égalité. L’eau contre le feu. Un combat qu’elles sont à même de livrer, avec des armes très différentes, mais dont elles peuvent espérer, l’une et l’autre sortir victorieuses. » Page 107

Ce roman au langage franc et réel permet de montrer les sentiments mêlés de peur, de dégoût et d’innocence aussi que peuvent ressentir les adolescents (et les adultes?…sans doute…) face aux différences. Ce n’est pas mièvre du tout.

Belle introspection, et belle description des paysages aussi.

J’ai lu ce roman jeunesse dans le cadre du thème « L’amitié malgré les différences » du Club Lecture.

Je le conseillerais pour les 13-16 ans.

Grand Prix des Lectrices de ELLE : mini-bilan

Sur une idée de Antigone, et après avoir réalisé que je suis en train de lire mon 15ème livre pour le Prix (les 7 livres du jury de septembre, les 4 du jury d’octobre, les 3 du jury de novembre et je viens de finir le premier des 3 du jury de décembre)…voici mon mini-bilan

J’ai déjà eu 3 COUPS DEpour des romans :

« Mon traître » de Sorj Chalandon

« La ballade de Baby » de Heather O’Neill

« Les déferlantes » de Claudie Gallay

En ce qui concerne les polars, j’ai BEAUCOUP AIMÉ (mais je ne crois pas pouvoir dire que ce soit des coups de coeur…peut-être que je suis plus difficile pour les polars) :

« Ténébreuses » de Karine Alvtegen

« Zulu » de Caryl Férey

Par contre, pour les documentaires, je suis assez déçue, rien ne ressort vraiment du lot pour moi, je n’ai rien lu qui m’ait assez plu pour pouvoir même conseiller à quelqu’un de le lire…

A suivre!