« Les yeux au ciel » de Karine Reysset

Ce roman raconte un week end à Saint Lunaire, près de Saint Malo, dans la maison de famille où tout le monde -parents, enfants adultes avec ou sans conjoints et petits enfants, sont réunis pour l’anniversaire du patriarche.

Chaque chapitre correspond au point de vue d’un protagoniste de l’histoire, celle qui se déroule pendant ces quelques jours ensemble mais aussi l’histoire plus vaste de cette famille. Petit à petit, pièce par pièce, le puzzle de cette famille se met en place. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour ne pas révéler les histoires dans l’histoire (le roman est court, pas la peine de le déflorer) mais je peux juste vous dire que c’est une famille qui a bien des problèmes à régler et qui cumule les situations particulières : familles recomposées, deuil d’un enfant, dépression post natale, homosexualité, immaturité de certains adultes et grande maturité des plus jeunes, désir d’être reconnu par ses parents…

Bref, c’est une famille plutôt ordinaire mais qui concentre des problèmes relationnels et les difficultés de communication.

J’ai bien aimé le style, l’écriture est simple et fluide que j’avais déjà apprécié dans « Comme une mère« . J’ai aussi bien aimé le fait de découvrir l’histoire globale d’une famille au travers des différents points de vue des membres de celle-ci. (J’avais déjà aimé ce procédé dans « Family Affairs » de Penelope Lively)

J’ai juste trouvé que c’était un peu « trop »… Cette famille ferait le bonheur des psychologues et thérapeutes familiaux tant il y a de choses à régler entre eux et d’un point de vue personnel…et chaque point d’achoppement n’est qu’effleuré et du coup, j’ai trouvé que cela manquait un peu de profondeur. Je reste sur une bonne impression du roman et de l’auteur mais j’en aurai voulu plus.

Repéré chez Canel. Merci à  Clara chez qui j’ai gagné ce roman!

   avec Géraldine ,  Aproposdelivres et Sandrine … Allons voir ce qu’elles en ont pensé!

 -27

 Ceci est ma 2ème lecture « partie du corps » pour le  

 

 

« Comme une mère » de Karine Reysset

Portraits croisés de deux femmes, chaque chapitre alternant leurs histoires, leurs vies.

Émilie est une jeune femme de 18 ans, paumée, sur le point de commencer une formation professionnelle qui a décidé d’accoucher sous X. Judith, est une femme qui n’a pas pu mener à terme ses précédentes grossesses et qui accouche enfin d’un petit garçon. Ce dernier nait et meurt le même jour que nait Léa la petite fille de Émilie.

Dans une sorte de brouillard qu’elle ne s’explique pas elle-même, Judith prend Léa et vit dix jours secrets d’un amour maternel absolu. De son côté, une fois confrontée à cette perte imprévue, Émilie, la jeune mère qui ne se sentait pas capable de vivre avec un enfant ne s’imagine plus vivre sans sa fille.

Une fois qu’elle retrouve sa fille, elle commence une existence stable et s’autorise à laisser entrer dans sa vie les bonheurs simples qu’elle se refusait jusque là à cause de son passé tourmenté. Judith, elle, n’arrive pas à vivre sans Léa. Elle a besoin de se rapprocher d’elle, se considérant comme sa première mère.

Ce petit roman, par le nombre de pages, est un roman très fort et très beau sur l’amour maternel, sur la famille, sur le manque, sur le besoin de partager cet amour, sur la difficulté de s’exprimer sur ses tourments profonds.

J’ai beaucoup aimé l’écriture fluide de Karine Reysset, l’atmosphère qu’elle crée. Ces femmes (les deux héroïnes et en second plan aussi leurs propres mères) sont vraiment intéressantes. Je ne lui mets pas de « coup de cœur » car j’aurai voulu que ce soit un plus long mais il fait partie de mes belles découvertes!

1