Rebecca : Daphné Du Maurier (lu par Virginie Méry)

Ne me demandez pas pourquoi mais jusqu’à peu j’étais persuadée que « Rebecca » de Daphnée du Maurier était une sorte de roman à l’eau de rose type Arlequin… (Oui, je sais, je sais… c’est plutôt le contraire et même considéré comme un classique… mais que voulez vous, on a parfois des a priori tenaces…) mais heureusement ma copine Mrs B m’a dit que c’était un de ses romans préférés et je la connais assez bien pour savoir qu’elle ne dirait pas ça d’une romance banale et qu’on partage souvent des goûts littéraires.

Quand l’occasion s’est présentée de découvrir la nouvelle version de la traduction en audio grâce à Sylire, je me suis lancée et j’ai tout de suite été happée !! Par contre, juste un mot au sujet de cette nouvelle traduction : je suis très étonnée d’y avoir trouvé une erreur de traduction : un personnage s’adresse à une infirmière et l’appelle « Ma sœur », or en français, il me semble qu’on dit « ma sœur » aux religieuses seulement mais en anglais les infirmières –même quand elles ne sont pas bonnes sœurs- sont appelées « Sister »… Mais ce n’est qu’un détail qui ne m’a pas du tout empêché d’avoir un coup de cœur pour cette histoire !

Alors de quoi s’agit-il ? Une jeune femme assez simple est la demoiselle de compagnie d’une riche femme assez insupportable sur la Côte d’Azur et elle fait la connaissance de Maxime de Winter un veuf anglais qui semble bien taciturne et qui se tient à l’écart de la haute société dans laquelle il gravite pourtant. Petit à petit la jeune femme se lie avec lui  et quand elle doit quitter l’Europe avec sa patronne, le  très secret Mr de Winter la demande en mariage.

Elle est beaucoup plus jeune que lui, n’appartient pas au même milieu social que lui : il fait partie de la haute société anglaise qui vit à « Manderley » un domaine connu de tous et a perdu sa femme, Rebecca,  peu de temps auparavant et la jeune femme (dont on ne connaîtra jamais le prénom) est très jeune, n’a que peu d’éducation,  aucune famille, aucune lignée et peu d’expérience de la vie et est très timide. Elle manque de confiance en elle, se rabaissant souvent.

Quand ils reviennent à Manderley après leur mariage, elle doit trouver sa place dans ces pièces où la présence de feue Mme de Winter –Rebecca- est quasiment palpable : on sent que les objets, la décoration et les habitudes transpirent Mme de Winter… Et la présence de Mme Danvers, la gouvernante qui vénérait son ancienne patronne ne va certainement pas aider la jeune Mme de Winter à s’imposer car elle fait tout pour que la vie dans la propriété continue comme avant, comme si le fantôme de Rebecca planait de pièce en pièce…

Ce n’est pas facile pour la jeune femme car Rebecca était perçue par tout le monde comme la femme parfaite. La jeune épouse en finit par avoir peur que son mari ne l’ait jamais vraiment aimée et que s’il reste assez secret c’est qu’il est encore secrètement amoureux de son femme morte. Mme Danvers – personnage assez machiavélique- fait d’ailleurs tout pour encourager cela.

Mais un retournement de situation dévoile que Rebecca n’est pas morte de la manière que tout le monde croyait et des révélations sont faites sur sa personnalité. Le couple de Winter traverse alors des épreuves très difficiles mais qui vont les rapprocher.

En conclusion on pourrait dire que les apparences peuvent être trompeuses et que parfois la vérité se cache derrière des mensonges et les mensonges cachent des vérités.

Je n’en dis pas plus pour ne pas trop dévoiler la fin de l’intrigue car il y a vraiment un aspect thriller, polar en plus de tout un côté roman psychologique et avec aussi certains aspects sociaux… C’est un roman très riche, plein de nuances et avec lequel on traverse de nombreuses émotions !

Si vous aimez Downton Abbey, vous replongerez dans l’atmosphère des grandes demeures anglaises avec les domestiques, les codes sociaux… On ne sait jamais réellement à quelle époque se déroule cette histoire mais le roman a été écrit en 1938 alors on s’imagine bien dans les années 20-30 et cela participe à l’ambiance du roman.

La lectrice est très bien : elle sait donner vie à la jeune Mme de Winter, son innocence, ses doutes, ses craintes. On se met vraiment à sa place, on traverse les mêmes émotions.

 Sylire : Merci!

 Chez Sylire

 avec Sylire : Allons voir son avis!

 chez Titine


Commentaires laissés à l’époque sur Canalblog
  • Je ne l’ai jamais lu car enfant il devait y avoir une série (ou un fim ??) car je me souviens avoir vu plusieurs fois l’histoire à la télé, en journée, en noir et blanc évidemment et l’ambiance fichait une trouille pas possible. Du coup pour moi c’est toujours resté une histoire à ambiance glauque et effrayante. Et je ne l’ai jamais lu.
Posté par Une ribambelle, lundi 16 novembre 2015
  • C’est sûr que l’ambiance est pesante mais pas effrayante et c’est vraiment très bien écrit : tente le
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Et bien Ribambelle, tu devrais le lire! c’est un très bon roman et tu as le choix version papier et version audio. moi je l’ai lu adolescente en français, adulte en anglais et là j’écoute la version audio… mais je n’ai jamais vu le film!
Posté par Claire, mercredi 18 novembre 2015
  • il faudra qu’on regarde le film ensemble
Posté par ennapapillon, mercredi 18 novembre 2015
  • J’aime beaucoup ce roman, même si ce n’est pas mon préféré de du Maurier, je pense que je lirai cette nouvelle traduction un jour, mais avant je lirai bien Manderley Forever de Tatiana de Rosnay
Posté par Tiphanie, lundi 16 novembre 2015
  • et moi du coup j’ai envie de lire « L’auberge de la Jamaïque que je crois avoir vu en film quand j’étais jeune
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Je l’ai en VO!!
Posté par Claire, mercredi 18 novembre 2015
  • il va falloir qu’on se fasse une soirée Rebacca entre nous!
Posté par ennapapillon, mercredi 18 novembre 2015
  • le livre en vo
Posté par claire, mercredi 18 novembre 2015
  • ah ah! bon, il faut qu’on trouve le film en VO aussi maintenant
Posté par ennapapillon, jeudi 19 novembre 2015
  • On me l’a offert lors d’un SWAP et je suis trop contente de l’avoir dans ma PAL…je vais essayer de le lire prochainement
Posté par Céline, lundi 16 novembre 2015
  • J’espère que tu seras aussi happée que moi par cette ambiance et ces
personnages Bonne découverte!
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Merci
Posté par Céline, mardi 17 novembre 2015 | Recommander Recommander | Répondre
Supprimer ce commentaire
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Je suis surprise de ne pas l’avoir déjà lu et tu me donnes bien envie de le découvrir.
Merci
Posté par Annie-Jeanne, lundi 16 novembre 2015
  • ah mais je suis ravie de te faire envie car je suis vraiment contente d’avoir réparé cette lacune dans ma culture littéraire
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • et bin cela pourrait etre mon livre pour halloween 2016…tiens pourquoi pas…
Posté par rachel, lundi 16 novembre 2015
  • même s’il n’y a pas de vrai fantôme, il y a un poids qui pèse sur toute la maison…
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • cela en fait toujours une maison hantee…lol….
Posté par rachel, mardi 17 novembre 2015
  • oui, par la pensée c’est sûr! Rebecca est partout
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Un roman à l’eau de rose, allons donc ! Il n’y a qu’à lire l’extrait ou elle descend les escaliers de Manderley si fière de sa tenue … Je vois que Sylire et toi avez le même avis. C’est pour moi aussi un coup de coeur que je relis régulièrement
Posté par Gambadou, lundi 16 novembre 2015
  • Mais comment ai-je pu croire ça??? Et pourtant j’avais dû voir un film car je savais de quoi il retournais pour la scène de l’escalier alors du coup la tension montait… Un excellent roman! et si tu aimes tant ce roman, tu devrais essayer de le relire en audio la prochaine fois, c’est une bonne version!
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Je l’ai lu il y a longtemps, mais depuis ma récente lecture de Manderley forever j’ai très envie de découvrir cette nouvelle traduction.
Posté par Ariane, mardi 17 novembre 2015
  • bonne redécouverte alors
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Je ne te lis pas car je suis en plein dedans, et vraiment je me régale. Mais il y a tellement d’interrogations et de mystères que je ne veux pas prendre de risque. J’ai quand même lu ta première phrase, pas pu y échapper, et comme toi, j’avais longtemps assimilé ce roman à du léger, romantique.
Posté par A_girl_from_eart, mardi 17 novembre 2015
  • ah ah! tu sais tu me rassures car je me sentais un peu bête d’avoir cru ça pendant des années alors que c’est un roman plutôt noir et psychologique! j’attends ton billet alors pour pouvoir échanger
Posté par ennapapillon, mardi 17 novembre 2015
  • Et quel génie de n’avoir pas donné d’identité à la nouvelle Mrs de Winter ! C’est un très, très grand livre parfaitement construit et maîtrisé de bout en bout. Un bonheur absolu !
Posté par Titine, lundi 23 novembre 2015
  • oui, grande idée! et une construction vraiment bien pensée!! Je suis vraiment contente de l’avoir lu!
Posté par ennapapillon, mercredi 25 novembre 2015

12 commentaires sur « Rebecca : Daphné Du Maurier (lu par Virginie Méry) »

  1. Je ne l’ai jamais lu car enfant il devait y avoir une série (ou un fim ??) car je me souviens avoir vu plusieurs fois l’histoire à la télé, en journée, en noir et blanc évidemment et l’ambiance fichait une trouille pas possible. Du coup pour moi c’est toujours resté une histoire à ambiance glauque et effrayante. Et je ne l’ai jamais lu.

    J'aime

  2. Et bien Ribambelle, tu devrais le lire! c’est un très bon roman et tu as le choix version papier et version audio. moi je l’ai lu adolescente en français, adulte en anglais et là j’écoute la version audio… mais je n’ai jamais vu le film!

    J'aime

  3. J’aime beaucoup ce roman, même si ce n’est pas mon préféré de du Maurier, je pense que je lirai cette nouvelle traduction un jour, mais avant je lirai bien Manderley Forever de Tatiana de Rosnay

    J'aime

  4. Un roman à l’eau de rose, allons donc ! Il n’y a qu’à lire l’extrait ou elle descend les escaliers de Manderley si fière de sa tenue … Je vois que Sylire et toi avez le même avis. C’est pour moi aussi un coup de coeur que je relis régulièrement

    J'aime

  5. Je ne te lis pas car je suis en plein dedans, et vraiment je me régale. Mais il y a tellement d’interrogations et de mystères que je ne veux pas prendre de risque.J’ai quand même lu ta première phrase, pas pu y échapper, et comme toi, j’avais longtemps assimilé ce roman à du léger, romantique.

    J'aime

  6. ah ah! tu sais tu me rassures car je me sentais un peu bête d’avoir cru ça
    pendant des années alors que c’ets un roman plutôt noir et psychologique!
    j’attends ton billet alors pour pouvoir échanger
    Le 17 novembre 2015 21:17, A_girl_from_eart a
    écrit :

    J'aime

  7. Et quel génie de n’avoir pas donné d’identité à la nouvelle Mrs de Winter ! C’est un très, très grand livre parfaitement construit et maîtrisé de bout en bout. Un bonheur absolu !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :