« La pluie avant qu’elle ne tombe » de Jonathan Coe

Rosamond vient de mourir dans sa maison, toute seule, mais Gill, sa nièce, adulte et mère de deux filles adultes est chargée de retrouver une certaine Imogène, jeune femme dont Gill se rappelle vaguement enfant et qui doit être retrouvée pour revoir une part d’héritage mais surtout des cassettes que Rosamund a enregistrées pour elle avant de mourir.

N’arrivant pas à trouver la jeune femme, Gill et ses filles écoutent les cassettes. On y entend la tante décrire des photos de famille à Imogène, car cette dernière est aveugle. Mais ces descriptions sont plus des prétextes à raconter l’histoire de Rosamond et par extension l’histoire de Imogène.

C’est l’histoire des relations entre Rosamund et sa cousine Beatrix qui était sa meilleure amie d’enfance et également la grand mère d’Imogène. C’est l’occasion de raconter la jeunesse des deux femmes, la vie de la mère d’Imogène et raconter aussi l’histoire de l’Angleterre.

J’ai aimé ces destins de femmes, qui se croisent et se chevauchent, s’éloignent… Des histoires de famille, des histoires d’amitiés, des histoires d’amour, de personnalités fortes à la limite de la folie… Tous ces éléments qui entrainent des rendez-vous manqués dans la vie de deux femmes qui auraient pu être importantes l’une pour l’autre.

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai trouvé émouvant et subtil.

 Ma Best : merci beaucoup!                       

  autour de Jonathan Coe pour le Mois anglais chez Lou et Titine… Allons voir les avis en cliquant ici   vous trouverez tous les liens dans la journée 9!

8ème lecture de la version 2013 du challenge 

3ème lecture 

Roman de la catégorie « phénomène météo »  pour ma ligne roman du  

  Angleterre

« Médor le maxichien » de Rudolf Cechura et Jiri Salamoun (Illustrations)

Cet album raconte l’histoire de Médor qui est tout d’abord un chiot, le chiot adorable de la petite Alenka, petite fille qui ne sait pas encore bien prononcer toutes les lettres et qui se nomme elle-même Aïa. Le chiot est mignon, puis il grandit, très vite et beaucoup. Il casse sa niche, devient un chien géant mais même si cela devient compliqué de vivre avec lui : impossible de s’en séparer car Aïa l’aime trop.

Il y a en fait, trois chapitres, comme trois histoires : son installation dans la famille : « Naissance de Max le Maxichien », une période où on raconte ses aventures : il se met à parler, manque de se retrouver grimé en tigre dans un cirque et il se met même un peu à boire : « Médor le Maxichien s’assagit » et enfin, la partie intitulée « La couronne de laurier de Max le Maxichien », raconte une course à laquelle prend part Max, mais parmi des chevaux.

En temps qu’adulte, j’ai bien aimé la première partie, le chien est amusant, mais j’ai trouvé que les 3 parties n’ont pas vraiment de lien entre elles et qu’elles tombaient assez artificiellement. A part le personnage de Médor, je n’ai pas aimé les dessins, que j’ai trouvé grossiers et les couleurs sont assez laides… Je trouvais que l’ensemble était assez « daté » et j’ai remarqué que cet album avait été dessiné en 1981 et c’est vraiment le style de l’époque… De plus, j’ai trouvé que l’histoire était un peu longue à lire à un petit enfant non lecteur.

Maintenant, je donne la parole à Bastien (3 ans et demi) à qui j’ai lu l’histoire : 

« J’ai aimé quand la niche s’est cassée mais j’ai eu peur que la visse allait le piquer parce qu’elle était tout près. C’était rigolo quand il a grossi grossi grossi. Quand la petite fille est tombée dans l’eau ça m’a fait un peu peur parce que je la reconnaissait pas. Mais pourquoi il a grossi le chien? »

Bref, ce n’est pas un album que j’aurai choisi si je l’avais feuilleté et je ne suis pas emballée mais Bastien a trouvé certains aspects amusants.

Merci à  et aux éditions pour cette découverte à deux!

                                             : 6

Downton Abbey : my five favourite characters

A l’occasion du mois anglais  chez Lou et Titine, Valérie a proposé à Mrs B et moi-même de faire un top 5 de nos personnages préférés de la série télé anglaise bien connue Downton Abbey.

(Cliquez et vous arriverez sur la page de ITV)

Je ne suis pas une fan de séries, je préfère les sitcoms que l’on peut attraper dans le désordre et quand même suivre (« Friends », « Urgences » (ouh là…ça date un peu, non? ;-), « How I met your mother », « The Big Bang Theory », « New Girl »… que des américains, ce n’est donc pas le propos) mais Downton Abbey fait exception

Mes parents, grands fans de télé anglaise, me parlaient de Downton Abbey avant même que je n’en ai vu un épisode et puis j’ai été contaminé par ma copine Mrs B, grande fan de séries, qui m’a prêté le DVD (merci au passage à Charlotte qui est la fournisseuse officielle 😉

Je ne sais pas bien parler de séries mais je vous renvoie vers le billet de Mrs B qui en parle très bien!

Je peux juste vous dire que j’adore!!

J’aime l’ambiance, j’aime les personnages tous riches et bien creusés, j’aime voir le siècle changer… C’est so British!

Alors… Mes 5 personnages préférés sont… En fait, c’est très dur, je ne suis pas sûr de mon classement du tout, j’ai envie d’en mettre plein d’autres aussi… mais puisqu’il faut choisir…

5 -Mr Bates, le valet de chambre de Lord Grantham, un homme juste et droit  

Son histoire d’amour avec Anna est vraiment touchante!

Il est joué par Jim Carter 

 4- J’aime aussi beaucoup Mrs Hughes, la gouvernante, qui ne s’en laisse pas compter mais qui est juste et à l’écoute et puis j’adore son accent! 

Elle est jouée par Phyllis Logan 

3- J’aime aussi beaucoup Lord Grantham, cet homme qui est bousculé par ses filles, bousculé par sa mère, bousculé par les temps qui changent mais qui malgré ses valeurs un peu figées est un homme bon qui respecte ses domestiques et qui aime sa famille.

Il est joué par Hugh Bonneville 

2 – En lien avec le précédant, parmi les domestiques, je dois dire que j’adore Mr Carson, le majordome, celui qui tient les rênes de la maison presque autant que Lord Grantham et qui tient sans doute autant que ce dernier à ce que les traditions perdurent 

Il est joué par Jim Carter 

 

1- Et enfin, mon personnage préféré, celle sans qui je pense je ne regarderai peut-être plus Downton Abbey, c’est Lady Violet Gratham, la mère de Lord Gratham… Elle est incroyable! Elle appartient à une autre époque, elle dit ce qu’elle pense et fait mouche à chaque fois!

Elle est jouée par Maggie Smith 

Toutes les photos avec les citations viennent de la page Facebook de Downton Abbey

Et pour aller plus loin plein de produits dérivés :  (cliquez)

et ici aussi

Et vous? Quels sont vos personnages préférés?

Allons voir le top 5 de Valérie et de Mrs B!

 

Ginger nuts

 

En l’honneur du mois anglais chez Lou et Titine, je vous propose de vous faire découvrir un petit biscuit parfait pour aller avec votre cup of tea et votre livre 

Ingrédients : 275 g de farine / 2 cuillère à café de gingembre moulu / 1 cuillère à café de bicarbonate / 125g de beurre mou (température ambiante) / 200 g de sucre roux / 1 œuf / 2 cuillère à soupe de Golden Syrup  

J’ai aussi un ingrédient facultatif mais bien sympa : le marmiton de 3 ans et demi et des poussières équipé de sa couronne de roi en l’honneur de la Reine d’Angleterre!

> Préchauffer le four à 180° Th 6 (sortez la plaque que vous allez utiliser pour poser les biscuits)

> Tamiser ensemble la farine, le gingembre et le bicarbonate

>A part, mélanger le beurre ramolli et le sucre 

> Battre l’œuf  et ajouter à la préparation beurre-sucre

 

Mon marmiton sait casser les œufs même si il y a parfois quelques coquilles 😉

> Ajouter le Golden Syrup et mélanger 

> Ajouter l’ensemble à la farine  

> Mélanger avec la cuillère en bois puis avec les mains

> Sur une feuille de cuisson sur la plaque du four, faire des boules de la taille d’une noix 

> Mettre au four pour 10 mn. Au bout de 5 mn, aplatir légèrement les boules avec une spatule

> Sortir du four et laisser refroidir un peu sur la plaque puis laisser refroidir encore hors de la plaque pur que les biscuits durcissent bien.

Voilà :

« Boys don’t cry » de Malorie Blackman

Dante est un jeune de 17 ans qui vit avec son père et son frère Adam. Il attend les résultats de ses examens de fin de lycée qui lui permettront sans doute d’aller à l’université. Mais au lieu du facteur, c’est Mélanie qui arrive avec une nouvelle qui va bouleverser sa vie : elle vient avec Emma, le bébé de presque un an qu’ils ont eu ensemble lors d’une fête arrosée dont Dante ne connaissait pas l’existence. Elle n’en peut plus et repart en lui laissant sa fille

La vie de Dante change du tout au tout. Avec l’aide de son père et de son frère, il va apprendre à vivre avec un petit enfant et passer du rejet complet à l’amour pour cette petite fille.

En parallèle, on suit la vie de Adam qui est un jeune de 16 ans, homosexuel décomplexé qui va subir des violences terribles à cause de ses orientations sexuelles et de sa personnalité. Il y a vraiment des passages poignants.

Deux sujets lourds sont donc au cœur de ce roman, deux thèmes actuels et bien traités. Histoires de famille, histoire d’amour filial et fraternel. Le roman traite de l’importance de vivre sa vie sans forcément se soucier de ce que l’on pense de nous, des dangers de la haine (ce qui a résonné particulièrement fort pour moi qui ai lu ce roman au lendemain des manifestations autour de l’homosexualité de ces dernières temps…)

Roman fort et émouvant pour les ado de 13 (bons lecteurs matures) à 18 ans.

 Juin = le mois anglais chez Lou et Titine

                 

Lu dans le cadre du prix des  2012-2013, sélection 3ème – seconde.

C’est d’ailleurs le gagnant 2013 pour les 3ème-seconde! (onnoncé le jour de ce billet, le hasard fait bien les choses!)

 

Ce roman est ma  lecture « sentiment » de ma catégorie « Petit Bac Jeunesse » pour le  

 

  avec Mrs B et Hérisson  : Allons voir eurs avis!

9ème lecture de la version 2013 du challenge 

  Angleterre

Des titres et un texte! Rendez-vous du mois de juin

 

Voici le rendez-vous mensuel : il s’agit écrire un texte en intégrant tous les titres des livres chroniqués sur mon blog le mois précédant (ou le votre si vous souhaitez jouer avec moi). L’idée vient de Gwenaëlle qui a plein de jeux d’écriture à vous proposer!

Ce mois-ci, en l’honneur du mois anglais, je me suis donner une contrainte en plus : situer mon récit en Angleterre!  A noter : tous les noms de lieux cités dans ce texte existent bel et bien (même si je n’y suis pas forcément  allée!)

Voici ma liste de titres :

Premier chagrin

Le bébé tombé du train

Le philosophe qui n’était pas sage

Certaines n’avaient jamais vu la mer

Je vais passer pour un vieux con

14

Meurtre dans un jardin indien

Tout autour des Halles quand finissait la nuit

Le fantôme de Sarah Fisher

Elisa

Les pendules

Médor le maxichien

 

 

Et voici mon texte  :

« Elisa était impatiente d’arriver à Londres. C’était un voyage organisé par ses amies pour lui faire oublier son premier chagrin d’amour. Elle était tombée amoureuse de son prof de philo… C’était l’histoire classique de la petite étudiante qui tombe sous le charme de l’homme mûr jusqu’à ce qu’elle réalise que le philosophe qui n’était pas sage sortait aussi avec d’autres étudiantes toutes aussi naïves… Elle s’était sentie comme le bébé tombé du train : elle n’avait rien vu venir et elle se trouvait complètement vulnérable…

Heureusement, ses copines étaient là! Elle appelait le fameux prof « Le vieux beau » ou « le Chien » (ou même « Médor le maxichien« ) pour qu’Elisa ne pense plus à lui en bien! Et surtout elles avaient réservé le ferry et le bed and breakfast à Londres. Certaines n’avaient jamais vu la mer et d’autres savaient déjà qu’elles seraient certainement malades pendant la traversée mais elles voulaient qu’Elisa soit à nouveau joyeuse. Ses parents aussi étaient contents de la voir sourire en prévision de ce voyage même si son père avait un peu de mal à laisser partir sa fille. « Je vais passer pour un vieux con, lui avait-il dit au moment du départ, mais fais très attention à toi dans ce pays où on parle pas français et on roule même pas du bon côté de la route! »

Arrivée devant le 141 Drury Lane*, la maison victorienne où elles allaient loger pour le weekend, elles étaient surexcitées! Elles avaient choisi cette adresse car elle était à deux pas de Covent Garden*. Elles avaient commencé par manger un fish and chips au « Rock and Sole Plaice »* puis bu des pintes et des gins tonics au « Lamb and Flag »* avant de se lancer dans un shopping effréné dans les petites boutiques et sur les stands du marché couvert de Covent Garden. Le soir, elles avaient réussi à avoir des places à prix réduits pour « Le fantôme de Sarah Fisher » qui passait au Royal Opera House*.

Elles ont fini la soirée en marchant dans les rues de Londres, bras dessus bras dessous, se racontant des histoires drôles ou tristes, des faits divers locaux ou exotiques, comme celui du meurtre dans un jardin indien… Elles évoquaient d’ailleurs l’envie d’aller en Inde…ou en Australie…en tout cas, elles se sentaient libres et insouciantes. Elisa se sentait tellement chanceuse d’être si bien entourée… Et quand tout autour des Halles finissait la nuit, alors qu’elles approchaient de leur bed and breakfast, dans la nuit si étrangement calme, elles entendaient sonner les pendules des maisons environnantes, accompagnées au loin par le son de Big Ben.

Elisa avait l’impression que cette nuit lui annonçait une nouvelle vie. elle pensait au fond d’elle : « Keep calm and carry on! Les anglais avaient bien raison! » « 

Vous trouverez tous mes textes dans la rubrique « Des titres et des textes »

Vive les bêtises a joué sur son blog avec ses titres en 2011: en novembre , en décembre, en 2012 : en février , en mars, en avril, en mai , en juillet, en août, en  septembre, en octobre,  en novembre, en décembre , en 2013 : en janvier, en mai

Véronique a joué dans les commentaires avec mes titres en 2012 : en  janvier, en février, en mars, en avril, en mai, en juin, en juillet, en août, en septembre, en octobre, en novembre, en décembre, en 2013 : en janvier, en février, en mars, en avril, en mai, en juin

Lucie a joué sur son blog avec ses titres en 2013 : en février, en mars, en avril, en mai, en juin,

Emmanuelle a joué sur son blog avec ses titres en 2013 : en avril, en mai

La vérité sort de la bouche de Little Boy B

 Little Boy B a 3 ans et 8 mois mais je continue le petit rendez-vous mensuel des petites phrases et bons mots involontaires de Bastien…

« Est-ce que c’est la sieste?

-Non c’est la nuit.

Oh ça m’énerve! y a trop de nuits! Ça m’énerve les nuits!« 

 

Il sent du muguet :

« Mmmh! Ça sent bon, ça sent le savon!« 

 

Bastien a un copain de classe dont le papa est africain et la maman française. Ils ont du en parler à l’école :

« Moi, maman, je veux aller au Gabon mais je veux pas avoir de piqûre!« 

-Mais tu vas pas avoir de piqûre.

Mais si, je veux y aller au Gabon…

-Mais on ne va pas au Gabon…

Mais siii, je veux y aller!

-Mais qu’est-ce que c’est le Gabon?

C’est une ville!

-Et pourquoi tu veux y aller?

Parce que! Parce que je veux y aller! »

 

« Maman, quand est-ce que je vais la voir en vrai Dora? Je veux la voir en vrai« 

 

« Papa, vient voir le beauZ éléphant que que j’ai fait!« 

 

Je suis rentrée du travail malade un jour et je « m’occupais » de lui depuis mon lit pendant qu’il jouait à côté de moi

« Me vomis pas dessus maman!« 

 

« Hein, maman, c’est le président qui décide tout. Quand on mange, après, il faut aller dormir. Aussi il peut nous guérir et si on mange une pomme et qu’elle est cassée, il peut la réparer. C’est tout ce qu’il peut faire le président.« 

 

Je vais le chercher à la sieste et je le prends dans mes bras, il est tout chaud alors que j’ai un peu froid alors je lui dis que je me réchauffe sur lui. « Oui, mais tu me refroidis. Prends pas tout mon chaud!« 

Bastien regarde un  DVD de Tractor Tom et il monte les escaliers pour me rejoindre.

« Qu’est-ce que tu veux Bastien?

Rien, j’ai un petit peu peur parce que le monsieur va tomber alors j’attends un peu » (et là, il me raconte avec enthousiasme comment le monsieur va tomber) puis il tend l’oreille : « Je crois que c’est bon » et il redescend!

« Tu t’es bien amusé?

Je me suis beaucoup trop bien amusé!« 

« C’est caféloté! » (en parlant d’une éclair au café…Parallèle avec « chocolaté »)

« Oh tu commences à être fatigué, le marchand de sable  est passé!

Le marchand de sable, il existe pas!

-Ah bon? Mais qui apporte le sommeil, alors?

C’est pas le marchand de sable! C’est les doudous qui apportent le sommeil! C’est les doudous les marchands de sable!« 

 

On a pas mal de mouches chez nous en ce moment. Il en regarde une sur le mur qui se frotte les pattes.

« Regarde maman!!! La mouche, elle tricote des bottes comme dans la chanson! Tu sais « Une araignée sur le plancher…« ! (Spéciale dédicace à Liliba qui a appris cette chanson à Bastien 😉

 

En l’honeur du mois anglais, je vous présente mon petit anglais!

 

 

English Indie Rock…

Je profite de ce mois anglais chez Lou et Titine qui nous permet de parler de culture anglaise au sens large pour vous parler de musique ou plus précisément du genre de rock anglais que j’aime écouter en courant!

« Indie rock », koikes? Ca vient de « independant » et cela concerne à la fois des groupes qui ne sont pas rattachés à des grosses majors mais aussi des groupes qui font du rock assez « authentique », un peu underground (et sans doute assez « rock-rock » 😉 Bon, je ne suis pas critique musicale alors j’arrête là 😉

Alors je voulais vous parler d’un groupe que j’aime beaucoup mais en préparant ce billet j’ai découvert que « Franz Ferdinand » est un groupe écossais et pas anglais  (Cliquez sur l’image pour aller sur leur site) Alors je sais que ça ne « compte pas » pour le mois anglais,  mais je ne résiste pas à l’envie de vous faire découvrir au moins un morceau :

 

Franz Ferdinand : « Evil and a heathen »

Un autre groupe qui tourne sur mon ipod pour me donner la pêche est « The Rakes«  que j’ai vu en festival en 2006 mais qui s’est séparé en 2009… C’est bien dommage parce que ça pulse bien :

The Rakes : « Terror! » 

The Rakes : « Strasbourg » 

The Rakes : « Binary Love »

Un autre groupe anglais que j’aime beaucoup et que j’ai vu en concert (en 2005? à Lyon avec ma best, complètement par chance, parce qu’on n’avait pas de places et que quelqu’un nous a revendu ses places (au prix normal) devant la salle de concert) : c’est Arctic Monkeys et je les écoute depuis je cours avec mon ipod. Ils font partie de ces groupes qui m’ont aidé à préparer le marathon (avec Gossip…mais eux, ils ne sont pas anglais du tout 😉

(en cliquant sur l’image vous arrivez sur leur site)

Arctic Monkeys : « The view from the afternoon »

 

Arctic Monkeys : « I bet you look good on the dancefloor »

 

Arctic Monkeys : « My propeller »

Arctic Monkeys : « A certain romance »

Et un morceau plus doux, une très belle chanson à mon avis (pour ceux qui comprennent les paroles)

 

Arctic Monkeys : « Cornerstone »

Et pour finir un autre groupe, peut-être plus pop rock, mais sympa aussi The Kooks

(Cliquez sur l’image pour aller sur leur site)

 

The Kooks : « See the world »

The kooks : « Don’t you love me »

 

Voilà, j’espère vous avoir fait découvrir un peu mon univers musical rock rock 😉 Je n’écoute pas que ça mais pour courir, ça donne des ailes et j’ai du mal à ne pas sauter partout quand j’écoute ça à la maison (et même dans la voiture 😉

 Bastien du haut de ses 3 ans et demi est déjà conditionné et aime bien tous les morceaux que je vous ai présenté aujourd’hui! Il n’est pas rare qu’on danse tous les deux dans le salon avec un de ces titres! Ces morceaux sont d’ailleurs parfaits pour évacuer le stress : à fond dans les oreilles et je saute partout : ça vaut un bon yoga! 😉

I’m off to London…at last! (Enfin!)

Pour ceux qui ont suivi mes aventures du mois de mars (ici et ici) le voyage qui avait été annulé pour cause de neige est sur le point de repartir! Demain matin très tôt (départ 5h et quelques…), je prendrai le car avec 52 élèves de 4ème et 3ème et ma chère Mrs B direction London (et environs)

J’aime beaucoup aller en voyage scolaire, même si c’est du boulot et du stress avant : pendant, c’est toujours l’occasion de voir les élèves différemment! Et puis, j’adore Londres! Et aussi, n’oubliez pas que j’ai une LAL anglaise monumentale!

Je rentre le 2 juin mais je ne vais sans doute pas être très opérationnelle tout de suite (ceux qui ont déjà dormi dans un ferry avec un groupe d’ados sur des sièges inclinables savent de quoi je veux parler!) et puis la vie devra reprendre son cours dès le lundi alors j’aurai aussi du boulot mais surtout, mes deux hommes auront passé la semaine sans moi et j’aurai envie de passer du temps avec eux!

Je mets le blog en pause, pendant le séjour, donc ne vous étonnez pas si je ne réponds pas aux commentaires. Je vous laisse un peu de lecture en mon absence car j’ai répondu à de nombreuses questions lors d’une vague de Liebster Awards 😉 et j’ai programmé plusieurs billets pour la semaine de mon retour. D’ailleurs je serai parfaitement dans l’ambiance pour le mois anglais!

See you soon!

Bye bye!

 

« Les pendules » de Agatha Christie

Sheila, une jeune dactylo, est appelée dans une maison pour un travail mais c’est un corps qu’elle découvre dans cette maison où bizarrement personne ne l’attendait.

La propriétaire, une aveugle, ne comprend pas comment la victime, un homme inconnu, est arrivé là ni pourquoi Sheila a été spécifiquement appelée à l’agence. Plus étrange encore, des pendules ont été placées dans la maison sans explication logique.

Ajoutons à cela un agent des services secrets ami avec le policier en charge de l’affaire, qui recherche un agent double dans la même rue…

Au début, j’ai bien aimé le mystère autour de la découverte du crime, et puis j’ai trouvé ça assez confus et surtout la résolution repose trop sur le hasard. J’ai d’ailleurs déjà du mal à me rappeler  de toutes l’histoire au moment d’écrire ce billet.

Clin d’oeil d’Agatha Christie : elle fait intervenir Hercule Poirot, de loin, comme une guest-star!

30 ème livre lu dans le cadre du  de George (cliquez sur le logo pour en savoir plus)

 

 5ème lecture de la version 2013 du challenge 

 

24 ème lecture du challenge 

Cette lecture est mon livre « objet » pour la catégorie « Agatha Christie joue au Petit Bac »