La ballade de Baby : Heather O’Neill

 
Baby est encore une petite fille mais à 12 ans c’est presque une adulte qui a déjà beaucoup de recul sur sa vie hors norme. Jules, son père, trop jeune sans doute, l’élève seul à Montréal. Il est complètement instable et souvent drogué. Ils déménagent sans arrêt et il souffle le chaud et le froid entre grande affection et dureté. Baby est livrée à elle-même, entourée de paumés, junkies, dealers, maquereaux et SDF. Les enfants qu’elle connaît sont le plus souvent de pauvres gamins ayant connus, comme elle, des vies très dures.
 
« La ballade de Baby » est l’histoire d’une petite fille dans une trop grande ville, qui veut faire croire qu’elle n’a peur de rien alors qu’elle a encore peur du noir. Une petite fille qui aime beaucoup son père et qui cherche désespérément à attirer l’attention des adultes :
« Dès qu’un adulte s’occupait de moi, j’étais tout excitée. Ca me donnait l’impression d’être quelqu’un de spécial. » page 169.
C’est aussi comme ça qu’elle tombe au plus bas, dans la prostitution et la drogue, presque pour « faire plaisir » à Alphonse son souteneur et dealer amoureux d’elle qui a été le seul à la valoriser à un moment de sa vie.
A 13 ans, elle rencontre Xavier, un garçon de son âge avec qui elle vit de vraies émotions qui la surprennent elle-même. C’est un passage très touchant du roman où elle redevient une adolescente normale. On assiste à de belles scènes d’insouciance et de douceur.
« Mon cœur s’est gonflé, il est devenu énorme. J’avais envie de ne plus jamais m’arrêter de tenir la main de Xavier. C’était un peu une promesse, un pacte entre nous. Nous tenir la main voulait dire que chacun trouvait l’autre parfait. Pour une raison ou une autre, nous préférions nous donner la main plutôt que de la donner à n’importe qui au monde. C’était une chose très douce à cause de ce qui en résulterait. Après ça, je serais sa petite amie, et il serait mon petit ami. » Page 208.
La fin est pleine d’espoir quand son père porte un regard assez lucide sur son incapacité à s’occuper d’elle pour l’épargner et lui offrir une chance de nouvelle vie en la confiant à sa tante.
C’est un roman très fort, écrit de façon rythmée et fluide. Les évènements sont axés sur le ressenti de Baby plus que sur des faits sordides. C’est un roman noir qui montre une vie glauque mais avec toujours une lumière douce dans son regard.
Livre lu pour la sélection du mois de novembre du Prix de ELLE, catégorie « Roman »

Variation autour d’un muffin : « Muffins aux framboises et aux amandes effilées »

On est d’accord : la framboise n’est pas un fruit de saison…mais les framboises…c’est si bon qu’on en mangerait toute l’année…c’est d’ailleurs pour ça que la nature a inventé les framboises surgelées! (Je crois, c’est pas prouvé scientifiquement non plus...)

Opération chirurgicale :

AVANT :

APRÈS :

Ingrédients : 300 gr de farine / 1 sachet de levure chimique / 100 gr de sucre en poudre / 1 pincée de sel / 25 cl de lait / 2 oeufs / 75 gr de beurre [ça c’est la base] / 200 gr de framboises / 1 sachet de sucre vanillé / 100gr d’amandes effilées [ça c’est la variation]

Four Th 6-7

> Dans un grand bol, mélanger la farine, la levure, le sucre, le sucre vanillé, le sel et les amandes effilées.

> Dans un bol, faire fondre le beurre, ajouter les 2 oeufs (battre) et le lait.

> Puis mélanger bien tous les ingrédients puis y incorporer délicatement les framboises entières et verser la préparation dans les moules à muffins.

> Mettre au four 20-25mn en surveillant.

> Les retirer des moules et les laisser refroidir sur la grille car ils sont dangereusement brûlants!

Avec ces quantités, j’ai rempli 12 moules silicone « coeurs » bien remplis et 6 moules silicone « muffins » peu remplis.

Le Goûteur officiel a adoré…il les mange même trois par trois!

Mamie Gâteaux * : « le gâteau à la banane » **

* « Mamie » n’a que 35 ans 😉 mais c’est le nom que me donne parfois le Goûteur officiel quand je suis dans une phase pâtissière!

** Son vrai nom, c’est « Banana Cake » car c’est une recette de ma « mummy » (d’ailleurs les mesures étaient en « oz » mais j’ai tout traduit!)

Cette recette est idéale quand vous avez une banane presque pourrie très mure et qu’on ne veut pas la manger comme ça.

Je dois aussi dire que je N’aime PAS les bananes (au point que je ne lèche pas le bol de mixture de ce gâteau…c’est pas peu dire!) mais j’aime BEAUCOUP ce gâteau!

Opération chirurgicale :

AVANT :

APRÈS :

Ingrédients : 1 banane presque pourrie très mure / 140 gr de sucre en poudre / 1 oeuf / 55 gr de beurre / 140 gr de farine à levure incorporée / 1 pincée de sel / 1/4 de cuillère à café*** de bicarbonate / 1/4 de cuillère à café*** de cannelle en poudre

TH 6-7

*** Pour mesurer les « 1/4 » de cuillère à café, j’utilise ces « cuillères mesureuses ». Je les ai acheté dans un magasin suédois jaune et bleu mais on les trouve aussi en métal dans un magasin déco-cuisine dont le nom commence par « Ca » et finit par « sa »…et je pense que ça doit se trouver assez facilement et c’est super pratique!

> Peler et écraser la banane avec une fourchette dans un bol et mélanger avec le sucre pour avoir un aspect lisse

> Ajouter l’oeuf et le beurre fondu, bien mélanger.

> Ajouter en tamisant la farine, le sel, le bicarbonate, la cannelle et mélanger le tout.

> Verser dans un moule à gâteau et faire cuire 20-25 mn.

> Quand le gâteau est cuit, le retourner sur la grille à l’air libre.

Week end à La Rochelle

Même si les vacances à La Rochelle se sont transformées en week end à La Rochelle pour des raisons très tristes, cela a été un super moment.

Ça a été l’occasion pour moi de revoir une ville que j’aime bien (et la faire découvrir au Voyageur!), de découvrir l’île de Ré, de voir la nouvelle maison de Fanfan et Stéph et de voir à quelle point ma petite nièce et filleule a changé…(Elle est craquante!), de manger des plats délicieux dont j’ai bien entendu pris les recettes, et d’emprunter les 3 tomes de « Aya de Yopougon »…

Ce fut bref mais bien rempli, et en plus ça m’a vidé la tête…Merci à eux!

L’île de Ré

Le port de La Rochelle

Dire qu’un jour elle aura peut-être les grands pieds de la famille…

« Alexis ou le Traité du Vain Combat » de Marguerite Yourcenar

Alexis ou le traité du vain combat - Le Coup de grâce

Dans le cadre du Challenge ABC 2008, j’ai lu j’ai abandonné « Alexis ou le Traité du Vain Combat » à la moitié…

Le première phrase est : « Cette lettre,mon amie, sera très longue. » Je confirme… très longue, 100 pages, trop longue pour moi!

Alexis écrit donc une longue lettre dans laquelle il s’auto-analyse, pense et parle de lui, raconte sa vie peu intéressante en remontant à la petite enfance…et ce n’était pas un garçon très joyeux :

[…] « j’ai failli une ou deux fois être heureux en toute innocence […] »

[…] « J’ai pu souffrir davantage, je n’ai pas souffert autrement ; et d’ailleurs, chaque fois qu’on souffre, on croit souffrir davantage. »

Je n’ai vraiment pas accroché, je me suis ennuyée.

« Je n’ai jamais aimé les livres. Chaque fois qu’on les ouvre, on s’attend à quelque révélation surprenante, mais chaque fois qu’on les ferme, on se sent plus découragé. »

Voilà exactement ce que j’ai ressenti en essayant de lire ce livre!

« Aya de Yopougon » de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

Merci à Fanfan et Stéph de m’avoir prêté ces livres.

Aya de Yopougon, Tome 1 :

 

Aya de Yopougon, Tome 2 :

 

Aya de Yopougon, Tome 3 :

 

 

Bande Dessinée en trois tomes (à ce jour) écrite par Marguerite Abouet et dessinée par Clément Oubrerie. (Vous pouvez retrouver « Aya » sur son site!)

Marguerite Abouet est Ivoirienne et « Aya de Yopougon » se situe à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Galerie de portraits dans un quartier typique, avec des personnages que l’on retrouve tome après tome, qui nous montre différents aspects de la vie africaine. On voyage rien qu’avec la langue utilisée : le français d’Afrique aux mots inconnus et aux tournures de phrases colorées (il y a même un lexique à la fin!)

Au centre des histoires, Aya -jeune fille sérieuse, intelligente et belle- et ses amies Bintou (toujours à la recherche d’un homme) et Adjoua (un peu naïve) et leurs familles respectives ainsi que les gens du quartier et la famille du grand patron local.

Au fil des trois tomes, on découvre des histoires du quotidien, un enfant né hors mariage, la place du père, la place des enfants dans la famille et dans la communauté, la place de l’homme dans la famille, l’adultère, la recherche d’un homme à épouser, la force tranquille des femmes, les concours de beauté, l’homosexualité, la France lointaine et idéalisée ou au contraire dont on revient déçu etc…

La vie simple et haute en couleur, aussi colorée et chaleureuse que les tenues des femmes et le soleil d’Afrique!

Un joli voyage en dessins…(j’aime beaucoup l’ambiance rendue par les dessins) et même un « bonus ivoirien » à la fin avec un petit plus sur la vie en Afrique et des recettes de cuisine !!

Roaarrr Challenge

« Allumer le chat  » de Barbara Constantine

Merci à Miss Orchidée de m’avoir prêté ce livre!

« Allumer le chat » est un roman de personnages, tous plus ou moins liés.

Raymond et Mine sont les grands-parents de Rémi qui est le fils de Josette et Martial qui est l’amant de Edith qui devient la maîtresse de Josette…et toute une série de personnages hauts en couleur!

Chacun raconte un morceau de l’histoire, des morceaux de vies reliées les unes aux autres, une histoire qui est un enchaînement d’événements anodins et cocasses et d’événements dramatiques et sérieux.

Le roman est à la fois drôle et loufoque, dramatique et émouvant. La quatrième de couverture cite Daniel Picouly : « Bonne nouvelle! Les Deschiens ont fait un enfant à Queneau. […] »

Et c’est vrai : un peu d’absurde et de poésie mêlés.

Edit : Petit plus du roman, les titres de chapitres qui sont parfois des petits bijoux!

« 8- Rémi, un peu nul en foot, découvre le piano »

« 10- Josette fait le ménage en grand. Elle brûle tout »

« 12- Le gendarme croit que c’est son jour de chance, mais en fait, non »

« 30- Raymond aime Mine, c’est tout »

« 34- L’enterrement de Martial, plutôt gai »

« 63- Jack est amoureux et ça fait des notes de téléphone astronomiques »

Challenge ABC 2008

Le principe du Challenge ABC est simple : il y a 26 lettres dans l’alphabet et 12 mois dans l’année (c’est un blog intello, ici, on sait compter!), à vous de vous débrouiller pour lire des livres dont le nom de l’auteur commence par une des 26 lettres pendant les 12 mois!
 
Deuxième objectif : faire baisser la PAL (ah…heureux celui qui se demande : « C’est quoi une PAL? » C’est qu’il n’est pas drogué à l’achat compulsif de livres et qu’il n’a pas douze mille livres d’avance sur ses étagères…) PAL = Pile A Lire et l’objectif est (pour moi) de lire en priorité des livres qui traînent chez moi…Pour faire de la place et en acheter d’autres…
 
En 2007, j’ai réussi à finir, mais cette année, même si au fond j’étais bien partie,je l’ai déjà dit ça va être plus dur…Il m’en reste 8… et 2 mois et demi !
 
Voici cependant la liste …(avec un lien à cliquer quand il y a un billet de blog) avec une mini appréciation à côté.
 
Je triche parfois : quand j’abandonne un livre, je le remplace par un autre, et quelque fois, je change juste comme ça…
 
A : AUSTEN Jane : « Pride and Prejudice» Super! Très moderne, drôle et piquant!
 
B : BOUVIER Nicolas : « L’usage du monde » Super!  Récit de voyage, passionnant.
 
C : CORNWELL Patricia: « From Potter’s field » Pas mal du tout. Plein de suspens, se dévore.
 
D: DASHVRANI Karita : « Mariage à l’indienne » Pas mal du tout. Portrait de femmes indiennes modernes quand même ancrées dans la tradition.
 
E : EL ASWANY : « L’immeuble Yacoubian » Super! Peinture du Caire, galerie de personnages.
 
F : FOER Jonathan Safran: «Everything is illuminated» Super! Très émouvant, et drôle
 
G : GROSSMITH : « The diary of a nobody » Super!  Humour britannique décalé, description de l’Angleterre Victorienne
 
H : HOSSEINI Khaled : «The kite runners» Super!  Très émouvant, culturellement et historiquement intéressant.
 
I : INDRIDASON Arnaldur: «La cité des jarres» Super!  Très bon polar et découverte de l’Islande
 
J : JAKEMAN Jane: « In the kingdom of mists » Super! Crimes et peinture impressionniste, Londres au 19ème.
 
K : KAYHAT Ondine: « Le pays sans adultes » Super!  Très bon roman sur l’enfance malheureuse.
 
L : LURIE Alison : « Liaisons étrangères » Super!  Visions croisées des Etats Unis et de l’Angleterre dans le monde universitaire.
 
M : MOURLEVAT Jean-Claude : « L’enfant Océan » Super!  Réécriture du Petit Poucet, road movie d’enfants.
 
N : NOZIERE Jean-Paul : « Bye bye Betty »  Pas mal du tout. Roman noir pour jeunes.
 
O : O’FAOLAIN Nuala : « My dream of you » Super! Roman sur la recherche d’identité d’une femme qui au travers des recherches sur une femme au temps de la famine en Irlande se trouve.
 
P : PULLMAN Philip : « Northern lights» Super!  Roman jeunesse qui ouvre des mondes parallèles. Magique!
 
Q : QUINT Michel: « Effroyables jardins» Super! Roman très court mais plein d’émotions.
 
R : RADCLIFF Zane : « London Irish » Pas mal du tout. Roman drôle sur fond d’attentats irlandais (si, si, c’est possible!)
 
S : SMITH Zadie : « The autograph man » Super! Recherche d’identité, réflexion sur l’identité juive, amitié et fascination pour une actrice oubliée.
 
T : TRATT Donna : « Le maître des illusions » Super! Roman noir et psychologique sur des relations amicales pas très saines qui tournent autour d’un certain sentiment de supériorité.
 
U : UMRIGAN Thrity : « Tous ces silences entre nous» Super!  Visions croisées de l’Inde au travers des regards de femmes.
 
V : VAN CAUWELAERT Didier : « L’éducation d’une fée » Super!  Roman frais et touchant, personnages très humains.
 
W :WESTERFELD Scott: « Uglies» Super!  Roman jeunesse d’anticipation, très prenant, le 1er d’une trilogie + 2
 
X : XINRAN : « Funérailles célestes » Super! Document passionnant sur le Tibet.
 
Y : YOURCENAR Marguerite : « Alexis ou le traité du vain combat » Bof! Abandonné à mi-parcours. Je me suis profondément ennuyée!
 
Z : ZWEIG Stefan : « Amok» Super!  Très belle écriture, petit roman (ou nouvelle, en fait) sur la passion.

Tristesse

J’ai appris hier la mort d’un ami, et même si la vie continue, j’ai un poids sur le coeur…une grande tristesse…

Les messages des prochains jours étaient programmés alors ils gardent leur bonne humeur, mais il y a comme un voile…

Good bye Philippe…

Cookies abricots secs et pépites de chocolat

Il parait qu’il y a autant de recettes de cookies que de familles américaines, alors pourquoi pas s’y mettre?! Vous prenez la recette de base et vous ajoutez les ingrédients…

Ingrédients (pour environ 20 cookies) :
La base :
  • 250 gr de farine
  • 125 g de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 sachet de levure
  • 125 g de beurre
  • 1 oeuf
Variation « abricots secs et pépites de chocolat » :
  • 1 sachet de 100g de pépites de chocolat
  • Environ 120 gr d’abricots secs coupés en tout petits morceaux
Préparation :
  • Préchauffer le four TH 7-8
  • Mélanger la farine, la levure, le sel, le sucre dans un grand bol
  • Ajouter les petits morceaux d’abricots secs (mélanger avec les doigts pour bien séparer les morceaux), ajouter les pépites de chocolat et mélanger le tout.
  • Dans un autre bol faire fondre le beurre et y battre l’oeuf.
  • Mélanger les deux préparations avec une cuillère en bois. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte « humide » mais friable.
  • Sur une plaque avec une feuille de cuisson, déposer de la pâte que vous prendrez avec une cuillère à soupe. N’hésitez pas à façonner et aplatir les cookies avec les doigts.
  • Faire cuire entre 8 et 12 mn (en surveillant, ça brûle vite!!)
  • Quand vous les sortez du four, disposez-les sur une grille et laissez-les refroidir : ils vont devenir croustillants… (Oui, je sais, c’est frustrant de se retenir de les manger tout de suite!
Approbation du goûteur officiel qui a dit qu’il les trouvait très bons et qui m’a suggéré d’en refaire…presque dans la foulée!