« Des hommes » de Laurent Mauvignier

Voici un roman dans lequel il n’est pas facile de rentrer et si je n’avais pas lu tout le bien que Valérie en pensait j’aurai peut-être abandonné car le style de la première partie m’a vraiment déstabilisée… mais ça valait le coup de s’accrocher!

Le style du début du roman est assez particulier, très haché, avec beaucoup de répétitions, de phrases inachevées, comme si elles suivaient le flots des pensées des protagonistes : le style reflète la confusion des esprits.

Lors d’une fête d’anniversaire, Bernard, un marginal sans argent, offre une broche de valeur à sa soeur ce qui échauffe les sensibilités de chacun. Plus tard, il commet une agression que personne ne comprend, sauf peut-être Rabut son cousin. Cet acte incompréhensible réveille chez ce dernier les souvenirs de la guerre d’Algérie, souvenirs qu’il partage avec Bernard (ou plutôt étouffe, élude) depuis 40 ans.

C’est un roman très fort, poignant, sur un conflit qui a apporté à ces jeunes appelés plus de peur que de faits d’armes. C’est un récit sans concession sur ces jeunes français qui ne connaissaient pas la vie avant d’être lancés dans une horreur qui les dépasse et les conséquences traumatisantes.

« Plus le temps passe, plus il se répète, sans pouvoir se raisonner, que lui, s’il était Algérien, sans doute il serait fellaga. […] Il pense à ce qu’on lui a dit de l’Occupation, il a beau faire, il ne peut pas s’empêcher d’y penser, de se dire qu’ici on est comme es Allemands chez nous, et qu’on ne vaut pas mieux.

Il pense aussi qu’il serait peut-être harki, comme Idir, parce que la France c’est quand même bien, se dit-il, et puis que c’est ici aussi la France, depuis tellement longtemps.[..]

Mais il pense aussi que peut-être tout ça c’est faux. Qu’il ne faudrait croire personne. Qu’on ment partout. Il pense depuis toujours qu’on lui ment. Quelque chose, qui ment. Partout. Jusqu’à lui donner l’envie de vomir et de retourner tout ce qui est le monde devant lui. Il a presque envie de pleurer. […] P 201-202

Publicités

« Kafka sur le rivage » de Haruki Murakami

Deux histoires racontées en alternance. Si au début elles semblent n’avoir aucun point commun, on s’aperçoit assez vite qu’elles convergent et finissent par être étroitement liées.

On suit Kafka Tamura un jeune de 15 ans qui fait une fugue pour fuir son père et une prophétie qu’il a fait sur lui, quittant Tokyo pour une ville où il n’a jamais mis les pieds. Là-bas, il rencontre des gens qui l’aident à se stabiliser, à se sentir partie d’une famille.

D’autre part, on suit aussi Nataka, un vieil homme un peu simple qui a perdu ses facultés dans un mystérieux coma quand il était enfant. Il peut parler aux chats et prédire des pluies de poissons. Il est irrésistiblement poussé dans un voyage lointain alors qu’il n’avait jusqu’alors jamais quitté son quartier. En route, il rencontre un jeune homme, Hoshino, qui l’aide, charmé par la simplicité de Nakata. Lui aussi sortira grandi de cette expérience.

Ces deux histoires en une sont donc celle d’un jeune qui se cherche et qui se trouve entre deux mondes et un vieil homme qui sert de trait d’union entre ces deux mondes.

Il m’est difficile de parler de ce roman qui est un petit bijou dans sa construction comme dans l’univers magique et onirique qui s’en dégage.

On passe du monde réel à un monde parallèle où le mystère parait pourtant évident.

Il faut se laisser porter par la magie de ce roman très bien écrit, plein de poésie.

« Berceuses » : Un livre CD illustré par Hervé Coffinières chez Enfance et Musique

« Lorsque l’heure de se coucher approche pour les tout-petits, qu’il est doux d’écouter ensemble des berceuses ! Ce livre-disque propose des mélodies paisibles, une instrumentation chaleureuse, pour se laisser glisser vers un sommeil apaisant ou vivre un instant de calme avant le dodo. Des chansons accompagnées d’images pleines de poésie, qui transportent grands et petits dans un univers imaginatif et drôle… Une occasion de vivre de beaux moments de partage. Bonne nuit !  » (4ème de couverture)

Lors de l’opération Masse Critique, j’avais choisi ce livre CD de berceuses car je ne connais pas beaucoup de berceuses et que d’ici quelques temps elles me seront peut-être utiles avec Baby Bastien!

En ce qui concerne le CD, je ne peux pas dire que j’ai été emballée par toutes les chansons… D’abord parce que la manière dont elles sont chantées ne permet pas forcement aux parents de les chanter eux-mêmes (c’est un peu trop « pro » si vous voyez ce que je veux dire…). Certaines chansons sont courtes et simples ce qui me parait bien. Mais musicalement c’est très agréable à écouter.

Quant aux textes, je dois dire que j’ai été surprise par la traduction d’une des comptines qui a l’air d’être chantée en créole : « Dodo bébé Papa n’est pas là Maman est toute seule Dans la misère / Dodo bébé Papa n’est pas là Maman est toute seule Dans l’embarras »… Personnellement je n’ai pas envie de chanter ça à mon bébé le soir 😉

En ce qui concerne le livre, je l’ai trouvé très réussi. Des pages cartonnées, bien épaisses pour que l’enfant s’approprie l’objet. Des dessins plein de couleurs et de mouvement.

Baby Bastien est encore un peu petit mais le voici qui m’aide à me faire une opinion sur ce livre du haut de ses presque 4 mois à l’époque:

Merci à Babelio et aux Editions Enfance et Musique

Berceuses par Hervé Coffinières

Berceuses

Berceuses

Hervé Coffinières

Critiques et infos sur Babelio.com

                                  

« Championzé » de Eddy Vaccarao et Aurélien Ducoudray

Cette BD retrace la vie de Battling Siki, un boxeur africain (mais français des colonies) au début du siècle dernier. C’est l’histoire de sa gloire et de sa déchéance (« the rise and fall »…je ne trouve pas de meilleure expression en français…), l’histoire d’un homme qui avec bagout et assurance traverse de nombreuses épreuves pour se faire un nom dans une Europe du début du 20ème siècle qui n’appréciait pas beaucoup qu’un Noir se distingue des autres.

C’est aussi une histoire du monde de cette époque justement et c’est très intéressant.

Les auteurs sous-titrent « Une histoire de Battling Siki » et la postface nous apprend qu’il n’y avait pas beaucoup d’informations sur sa vraie vie, il est plutôt un mystère…

Au niveau du  dessin, c’est un crayonné qui rend l’ensemble vivant, plein de mouvements et qui donne aussi un effet de photos anciennes. De belles planches sur l’Afrique et les villes.

Merci à Véronique et aux Éditions de m’avoir fait parvenir cette Bande Dessinée!

Tag musical

Voici le tag musical que Orchidée m’a transmis …

J’ai pris mon temps pour répondre…

Elle me demande quelle est la musique :

1) que j’écoute en ce moment

Ce n’est pas très rock and roll mais c’est de la faute de Bastien… « Hush little baby » : une berceuse qui est la musique de son mobile musical et dont j’ai appris les paroles pour pouvoir la lui chanter! J’aime beaucoup la version de Joan Baez.

2) qui me rend joyeuse (Ou qui me fait danser…)

Il y a la plupart des chansons des Black Eyed Peas (et particulièrement « Pump it » … même là, je danse sur ma chaise) mais aussi « Single ladies » de Beyoncé

3) qui me fait pleurer

Pas vraiment pleurer mais je la trouve très émouvante : « Perfect day » de Lou Reed

4) qui me rappelle un ex-copain

Ou un ex-mari… « Our love is here to stay » de Ella Fitzgerald (et pourtant non, « our love was not here to stay »…) J’ai mis pas mal de temps à pouvoir écouter à nouveau cette chanson qui était « notre » chanson!

5) qui me rappelle un(e) ami(e) perdu(e)

Yaël Naïm parce que c’est Philippe qui me l’a faite découvrir et en plus comme il m’avait gravé le CD il y a son écriture dessus…

6) qui me fait réfléchir sur le monde

Dur dur, je ne dois pas réfléchir beaucoup quand j’écoute de la musique… Alors je dirais « Renée » de Mathieu Boogaerts, parce que c’est une chanson sur une femme qui n’a jamais vraiment profité de la vie et donc en gros, il vaut mieux vivre sa vie pendant qu’on est là!

7) Ah… y a pas de 7…

8) que j’aurais aimé écrire

« The celebration of the lizard » des Doors. C’est un vrai poème psychédélique!

9) qui fait que mes amis pensent à moi quand ils l’entendent

Des morceaux d’électro, de dub, de la musique qui fait « boom boom » comme dirait ma copine Séverine! Le Peuple de l’Herbe est un groupe que j’adore et quand j’écoute « No escape » je ne peux pas m’empêcher de bouger!

10) qui me rappelle mon enfance

« Porque te vas » du film Crias Cuervos parce que j’avais ce disque chez moi qui avait sans doute appartenu à mon grand frère et que j’adorais (et plus tard je l’ai étudiée en cours d’espagnol)

11) avec laquelle j’aime me réveiller

Je ne me réveille pas en musique mais sans doute quelque chose d’assez doux qui mette de bonne humeur comme « 8ème ciel » de Katherine

12) avec laquelle j’aime m’endormir

Je ne m’endors pas en musique mais sans doute quelque chose qui fasse planer comme « Venus » de Air

13) pour laquelle je ferais n’importe quoi pour l’entendre en live

C’est sûr que c’est trop tard, mais j’aurai adoré voir les Doors ou Jimy Hendrix… Alors en hommage à Jimy Hendrix je vous fais écouter « Little Wing » (une des rares chansons que je connaisse par coeur et que je chante à Baby Bastien)

14) qui me fait penser à ma solitude

Quand j’ai divorcé et que je me suis retrouvée à 29 ans seule pour la première fois depuis 9 ans, je me suis sentie assez seule et j’écoutais en boucle les albums « Boire » et « Baiser » de Miossec, et de nombreux morceaux me faisaient penser à ma vie… J’ai pris beaucoup de recul en écoutant ces albums… Mon ex aurait sans doute pu écrire « Juste après qu’il ait plu » … J’ai d’ailleurs un peu de mal à les écouter maintenant, ils font tellement partie d’une autre époque.

15) qui n’est pas mon type de musique mais que j’aime pourtant

« Requiem » de Mozart. Je n’écoute pas de classique, mais ce morceau pourrait presque me faire pleurer et j’ai déjà fait de longue route toute seule avec le Requiem à fond dans la voiture!

16) avec laquelle j’aime travailler

Je peux écouter des trucs qui bougent ou des trucs planants ça dépend si je prépare des cours ou si je corrige des copies!! Donc là je ne réponds pas, c’est trop variable (d’autant que souvent je n’écoute rien!)

17) que j’écoute dans ma voiture

Je n’ai pas de lecteur CD juste un vieux radio cassette (oui, messieurs dames, ça existe encore!!), j’ai un live des Doors, Improvisators Dub et Le Peuple de l’Herbe qui peuvent tourner en boucle… Mais j’écoute surtout la radio « qui parle » comme France Inter ou Europe 1

18) que j’écoute en boucle sans me lasser

J’écoute les Doors depuis que je suis au lycée. Je les avais découvert par hasard en entendant « Riders on the storm » sur Europe 2 (qui à l’époque était une radio plus proche de Nostalgie que de NRJ). Après j’ai tout écouté et j’ai eu le poster de Jim Morrison au-dessus de mon lit entre 16 et 25 ans!

Et maintenant : en avant la musique!

http://www.deezer.com/embed/player?pid=38256149&ap=0&ln=fr&sl=1

Je me suis bien amusée à faire ce tag même s’il demande pas mal de reflexion! Par contre je ne tague personne mais qui veut le fait!

Ce mois-ci, tous les chats sont gris

Après le jaune, rose, bleu, rouge , vert, violet, orange, blanc, noir et le marron… Voici le gris

Des bijoux en argent ou simili argent ou métal toc gris (une broche mexicaine rapportée par mon père, ma broche de baptême norvégienne, un collier indien, un pendentif marocain, des colliers fait maison et plein de boucles d’oreilles)

Mon fidèle téléphone gris

Une petite pendule grise sur ressorts

Un doudou loup gris de Bastien

Qui joue ce mois-ci?? Saraswati

Au fait, le mois prochain ce sera la dernière édition :  le multicolore!

Chauds les marrons chauds!

Après le jaune, rose, bleu, rouge , vert, violet, orange, blanc et le noir… Voici le marron

Mon appareil photo marron (mon cadeau d’anniversaire de L’Homme cet été)

La statue en bois marron rapportée du Zimbabwe par ma mère

Le piano à soufflet en bois marron avec lequel ma grand-mère institutrice faisait les cours de chant.

Une applique marron de style marocain dans la montée d’escalier du 1er étage

Une guirlande en feutrine marron collée au mur de la salle à manger

Des colliers marrons (certains fait maison et un venant du Bresil et un autre d’Afrique), des boucles d’oreilles marrons et des bagues marrons

Mon bon vieux cartable de prof en cuir marron acheté en 1998, l’année où j’ai commencé… (Il faudrait bien que je fasse recoudre la poignée avant qu’elle ne lâche…)

Qui joue cette fois? Saraswati et Valérie!

Noir c’est noir, mais il y a de l’espoir…

Après le jaune, rose, bleu, rouge , vert, violet, orange et le blanc… Voici le noir

Des colliers noirs presque tous fait maison (celui avec le disque metallique est un cadeau de Bulise!), des boucles d’oreilles noires et une broche noire

Ma drogue, le « 4ème membre de la famille », l’ordinateur noir

Des apsaras sur laque noire rapportées du Cambodge

Mon sac de piscine noir, rapporté de Thaïlande par ma tante.

Une coupelle noire rapportée du Maroc avec dedans du sable d’Erg Cherbi, la dune de Merzouga au Maroc et une rose des sables rapportée par L’Homme de Tunisie.

Une petite boite indienne noire offerte par L.

La poignée de porte noire (d’origine) de la cuisine.

Qui joue avec moi? Orchidée, Saraswati, Petitemam et Valérie

Carnaval!!

Comme je vous le disais l’année dernière, il y a une institution dans ma ville, c’est le  carnaval… Cette année, c’est même la 136ème édition!

Comme d’habitude, il y a des chars, beaucoup de monde (déguisés ou pas, acteurs ou spectateurs), beaucoup de confettis!

On a commencé le samedi par le carnaval des enfants et ce jour-là Bastien était le seul de la famille à être déguisé : il était un petit ours blanc!

Le dimanche, comme l’année dernière et l’année d’avant, j’ai défilé avec Orchidée et son homme (mais le mien n’aime toujours pas se déguiser!) et des amis venus de plus loin (Paris et…le Japon!!) . Nous avons suivi les chars et déambulé dans la rue.

L’année dernière, nous avions prévu de faire un thème « Super héros » mais à la dernière minute le programme a été changé en thème « Japonais », mais comme je voulais défiler avec Bastien (et surtout que j’avais déjà trouvé mon déguisement) j’ai gardé mon idée de « SUPER MAMAN » et « SUPER BÉBÉ »!

Admirez le détail : les confettis dans un sac de couches!

La petite cape de Super Bébé dit « Mummy’s little hero »!!

Je ne compte plus le nombre de personnes qui ont demandé « C’est un vrai bébé? » ou « Oh! regarde un petit bébé! » et quelques regards courroucés à l’idée que je puisse « maltraiter » mon bébé en l’emmenant au carnaval… Alors pour ceux que ça inquiéterait… je lui avais cousu des grosses chaussettes dans son bonnet pour protéger ses oreilles… et bercé dans l’écharpe, il a dormi tout le temps!!

Pour la petite histoire, l’année dernière, j’étais déjà enceinte au moment de carnaval (même si c’était un secret) alors finalement, c’est le deuxième carnaval de Bastien!! Mais je crois quand même que cette année, à même pas 4 mois, il doit faire partie des plus jeunes carnavaliers!!

Happy Birthday Bastien! 4 mois!

Aujourd’hui Bastien a 4 mois

Ce mois-ci a été plus calme, on a trouvé une petite routine : papa va au travail, maman s’occupe de bébé.

Il sourit toujours beaucoup et on sent bien qu’il est sur le point de rire!

Il joue encore plus avec ses jouets, il attrape les choses à portée de mains. Sur le tapis de sol, il gigote beaucoup, lève le bassin et les jambes et roule sur le côté. Il tient bien sa tête quand on le prend dans les bras.

Il « parle » de plus en plus et il adore quand on lui chante des chansons en le regardant dans les yeux (il « répond » même, « chante » avec nous!) Il aime aussi beaucoup être dans son lit avec son mobile musical.

Je lui ai enfin coupé les ongles, et ce n’était pas si impressionnant que ça!

Il n’a pas beaucoup grossi le mois précédent alors on a eu des rendez-vous avec la sage-femme et un pédiatre spécialisé en allaitement et j’ai eu plein de conseils pour pouvoir le « remplumer » tout en continuant l’allaitement exclusif… On verra si je peux continuer encore un peu… Mais je ne m’inquiète pas trop car c’est un bébé actif, tonique et qui me semble très heureux!

Et il a même participé au carnaval!!

Malheureusement, c’est son dernier moisiversaire où je me consacre uniquement à lui puisque je reprends le travail le 1er mars… Il a déjà fait connaissance avec sa nounou et quand je l’ai laissé une heure tout seul chez elle, il a joué dans le transat et s’est endormi dans ses bras : je pense qu’il s’est bien adapté!

Photo prise le 11 février 2010