« Dracula » de Bram Stocker

« Dracula » est un classique de la littérature mais c’est aussi un personnage original qui a traversé les années et qui est devenu un mythe.

Le récit est constitué de la compilation de journaux intimes écrits par les différents personnages principaux ce qui permet de connaître les faits et les pensées profondes de ces derniers. Les informations se recoupent ou se complètent.

Jonathan Harker se rend en Transylvanie pour régler les affaires immobilières d’un certain Comte Dracula qui vit dans un château sinistre. Très vite il s’aperçoit que ce comte n’est pas tout à fait normal

Nous suivons ensuite l’arrivée de Dracula en Angleterre puis plus précisément à Londres, et ses agissements. Il séduit, prend des vies, transforme des femmes innocentes en vampires…Il peut se changer en loup, en chauve souris ou en brouillard… Une équipe d’amis fidèles et courageux (Dr Steward, Dr Van Helsing, Quinsey Morris ainsi que Mina Harker la femme de Jonathan) fait tout son possible pour éliminer ce vampire puissant et dangereux.

C’est un roman d’atmosphère noire et d’aventures. Construit comme un thriller, l’histoire pleine de rebondissements est passionnante et haletante.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman et j’ai maintenant envie de voir « Dracula » de Francis Ford Coppola, qui est paraît-il très fidèle au roman!

J’ai fait glisser ce livre dans ma liste « Bonnes résolutions » (Faire baisser ma PAL en 2009)!

La remise du Prix des Lectrices de Elle ou le compte-rendu d’une soirée « chic parisien » et littéraire…

La première étape de la soirée fut la rencontre avec les auteurs en table ronde avec les lectrices.

A ma table, d’abord Jean-Paul Mari, le parfait reporter, chemise blanche et jean, sacoche en cuir et montre de baroudeur. Il sait parler, il est doux et charmant (charmeur?). Il n’est pas étonné que des femmes aient pu choisir un livre dur, surtout que c’est un livre qui donne la parole à ceux qui ne parlent pas (traumatismes liés à la guerre). « Sans blessures apparentes » sur Elle.fr

Puis Caryl Férey, branché, un peu rocker, drôle et charmant aussi. Il nous dit que pour lui c’est important que les polars soient ancrés dans la réalité du monde et qu’il aime que ses personnages ne soient pas lisses. « Zulu » sur Elle.fr

Enfin, Claudie Gallay, douce, réservée et naturelle, qui avoue avoir du mal à passer par l’oral. J’ose prendre la parole (pas facile quand d’autres lectrices semblent avoir beaucoup plus d’aisance) pour lui dire que pour moi, les lieux, dans « Les déferlantes » et dans « Seule Venise » sont des personnages à part entière et qu’elle avait très bien su rendre les atmosphères liés à la Hague et Venise. Elle a dit que c’était effectivement des lieux qu’elle connaissait bien avant même de penser y situer ses romans et qu’elle en était imprégnée. « Les déferlentes » sur Elle.fr

Ensuite nous avons toutes posé dans le grand escalier pour la photo. Nous avons bien rit en souriant longuement au photographe qui perché sur son escabeau semblait prendre des centaine de photos 😉

Puis celles qui le souhaitaient pouvaient faire dédicacer leurs livres. J’en ai profité pour parler un peu à Claudie Gallay, lui disant que j’avais beaucoup aimé ses atmosphères et son écriture  même si ça pouvait paraître bête de lui dire ça…Elle m’a répondu que ce n’était pas du tout bête à entendre car ça faisait toujours plaisir. Au niveau des lectrices, c’était un peu la jungle, certaines étaient si pressées de faire signer leur livres qu’elles doublaient dans les files d’attente comme des mamies au supermarché! 😉

A ce moment, le « gratin » parisien (auteurs, journalistes, le monde littéraire et les pique-assiettes) était arrivé et les prix ont été officiellement remis et le buffet officiellement ouvert (La guerre des petits fours pouvait commencer : et que je te donne un coup de sac pour attraper un verre, et que je te bouscule pour prendre un sandwich)

Privée de champagne pour cause de ventre occupé par Petit Bébé, je me suis rattrapée en faisant ma gourmande et en goûtant de nombreuses et délicieuses petites choses!

Les blogueuses sont restées ensemble…et heureusement car sinon, on se serait senties un peu seules abandonnées dans la foule… Nous avons un peu fait nos groupies en se prenant en photos avec Caryl Férey (« Caryyyyl… Venez donc sur le canapé avec nous! ») (Pour vous prouver que c’est vrai, allez voir chez Clochette, elle a mis une photo), plus tard avec Jean-Paul Mari (« Jean-Paaaauuul…Venez donc poser entouré de lectrices! »)

Puis nous avons eu l’occasion de discuter avec la Responsable du Prix des Lectrices de Elle qui a admis qu’elle avait fait mener une « enquête » pour retrouver l’identité des blogueuses-lectrices du prix (Elle aurait sans doute gagné du temps en nous demandant simplement qui nous étions…). Elle s’est montrée charmante et a apprécié notre travail de lectrices, notre humour et notre regard parfois décalé sur le PrixA moins que j’ai mal compris et que ce soit tout le contraire… 😉

Puis vers 23h je suis repartie avec un petit sac blanc estampillé « Elle »Un cadeau magnifique pour nous lectrices?? Nooooon… 3 petits carnets blancs qui étaient offerts à TOUS les invités… et le magazine Elle de la semaine qui était à disposition… Je ne suis pas vénale, mais je pensais quand même que des mois de lecture consciencieuse, les 40 euros de mon billet de train et les compliments publics des organisatrices de Elle (« Sans les lectrices, le prix n’existerait pas« ) méritaient quand même une petite attention…. (Même pas un abonnement au magazine… 😉 Cela dit, je reconnais que nous sommes quelques-unes à avoir pris un livre qui semblait à disposition…

Alors…Mon bilan de cette journée…

Rencontre très sympathique avec les lectrices (on a bien rigolé!).

Rencontre très agréable avec des auteurs très abordables (ils étaient vraiment simples avec nous).

Très bon buffet (original et varié).

Mais … (ah ben oui, y a forcément un « mais » 😉 j’ai eu les jambes très gonflées et je suis ressortie fatiguée de cette journée à cause de la station debout typique des cocktails (Note pour les femmes enceintes : à 4 mois et demi de grossesse, on s’assoie dans les cocktails!)

Mais surtout … j’ai eu confirmation d’une chose : le monde de ELLE n’est pas le mien…Une fois qu’on est passé dans la partie « représentation » de la remise des prix, les lectrices étaient beaucoup totalement un peu oubliées.

Merci au passage à Delphine et son mari qui m’ont déposée en carrosse devant ma porte telle une  Cendrillon aux chevilles gonflées !

Et merci à Yza qui m’a super bien accueillie (et chargée de plein de petites douceurs-maison à manger à mon retour (et un peu dans le train) 😉

Le virtuel passe au réél ou la journée « before » la remise du prix de ELLE

Autant dire que ça a failli ne pas se passer du tout comme prévu à cause de la grève des trains… Lundi à 23h, je suis carrément allée à la gare pour m’apercevoir que le seul train qui partait de chez moi était celui de 5h59…au lieu de 9h05… Coups de fil à ma copine Yza pour organiser mon arrivée décalée et pour changer le rendez-vous que j’avais avec Renée…Je me suis donc couchée tard et un peu stressée à l’idée que je ne pourrais peut-être pas être à cette journée tant attendue….

Bref, j’ai réussi à partir (sous la pluie…heureusement je retrouve mon parapluie juste au moment de partir!) mais je commençais la journée un peu fatiguée!

A Paris, je vais place de Clichy sous une pluie battante, armée de mon parapluie rouge (très pratique pour être repérée dans la foule). Et là…Je rencontre Renée pour la première fois …(Chaa bada bada…) Cette rencontre me semble vraiment naturelle, comme si on se connaissait déjà!

Nous déjeunons à la cafet’ du Musée Rodin (heureusement que Renée avait abandonné son projet de pique nique!!) puis nous allons aux Champs Elysées pour le rendez-vous avec les autres blogueuses devant le salon de thé Ladurée (Ouiiiii….les fameux macarons!). Nous attendions dehors avec un livre lauréat dans les mains et nous avons quand même fini par nous retrouver à l’intérieur (C’était quand même un « blind date » géant!!)

Renée, Amanda, Emmyne, Clochette, Valérie, L’empreinte des mots et Mathilde (non blogueuse, mais lectrice de blogs 🙂 … Nous nous sommes présentées (pseudo, blogs, « vrais » noms) puis nous avons discuté à bâton rompu de tout et de rien, du prix de Elle, de livres, de blogs…autour de macarons délicieux (Mmmmh….les macarons caramel fleur de sel…)

J’ai beaucoup aimé  cette rencontre qui m’a semblée très naturelle aussi. Ce qui m’a amusée c’est que je me suis rendue compte qu’à part Clochette qui était telle que je l’imaginais, je m’étais trompée sur ma « visualisation virtuelle » des autres blogueuses… Chez moi, je « voyais » une Renée blonde aux cheveux courts et raides, une Emmyne petite aux cheveux raides et une Amanda grande aux cheveux blonds et bouclés!

Plus tard, sur le lieu de la remise des prix,  nous avons aussi rencontré Nadège et Delphine, deux très sympathiques lectrices de nos blogs…des « lectrices de l’ombre » qui ont promis de nous laisser des commentaires maintenant qu’on se connaît! (Vous avez compris les filles??)

Alors voilà pour le compte rendu du « before »…Je vais faire du teasing  et je vous raconterai la suite demain…mais je ne vous laisse pas dans l’ignorance complète (même si mes « collègue-copines » vous l’ont déjà annoncé)…Voici les lauréats :

Catégorie roman : « Les déferlantes » de Caludie Gallay

Catégorie polar : « Zulu » de Caryl Férey

Catégorie documentaire : « Sans blessures apparentes » de Jean-Paul Mari

Curiosité bloguesque : l’envers du décors

8 mois de blog : Il y a encore beaucoup à dire!

« Enna lit » = « Services postaux » ?? :

« Carte postale écrite en français qui raconte un voyage » (Vous tombez bien si vous allez sur cette page, vous en trouverez plein!!)

« Un homme reçoit une lettre d’une femme d’une autre époque » (Je vais vous surprendre, mais plutôt que de me moquer de vous, je vais vous conseiller un bon roman jeunesse : « Kamo et L’agence Babel » de Daniel Pennac…Peut-être que quelqu’un essaie de vous obliger à apprendre une langue étrangère…)

« Carte postaux d’amour » (Mmmmh… Même une femme très amoureuse aime qu’on évite lé fote d’aurotograff)

« Une belle lettre d’amour avec une carte postale » (Aaah ben voilà, là, on sent que vous faites des efforts!)

Les histoires d’amour commencent peut-être par une lettre…mais elles finissent mal (en généraaaal):

« Toi et moi sé fini  » (snif)

« Se fini avec moi » (snif)

« C’est fini entre elle et moi » (snif)

« Je ne suis plus rien pour elle » (snif)

« Fini avec le premier amour 2009 » (snif… à moins que ce ne soit le premier amour de 2009 et qu’il y en a plusieurs par an…et là, c’est moins triste!)

« Pourquoi toutes mes rencontres se terminent mal » (Fut un temps où je me posais moi aussi cette question… je n’ai jamais trouvé la réponse!)

« J’ai que des bons souvenirs avec toi » (C’est ce qu’on dit quand on veut rester positif… mais « souvenirs », ça veut dire « fini »)

En même temps, parfois, quand les gens sont trop bizarres, il vaut peut-être mieux partir :

« Ma copine jette les mangues par la fenêtre »

Parfois, il n’y a pas de honte à admettre qu’on s’est trompé :

« Barbara homosexuel ivoirien »

Et puis parfois, la tentation est trop grande :

« Ce garçon de ma fac était très beau et corse »

Heureusement la lecture ça fait du bien :

« On dit que la lecture des romans est utile pour les jeune partager ce point de vue » (ça sent le travail de recherche appronfondie)

« Quand on lit un roman cela nous permet de nous sentir mieux » (Hé oui… mais évitez peut-être les histoires de rupture ou de grand amour quand vous venez de vous faire plaquer…)

Et pour finir, un petit florilège de choses incompréhensibles…Vous cherchez quoi exactement?? :

 » Pyjama bla-bla-bla » (Un pyjama qui parle?)

« imbiber mieux de » (Non, je crois que vous êtes assez imbibé comme ça…)

« Concourt de pette en londre » (Hein?? C’est en quelle langue?)

« Si tu en na » (Hein??)

A noter :

La requête google qui détrône la requête « Mesrine » et tous ses dérivés est… la requête « L’affaire Caïus »… Je ne compte plus le nombre de demandes de « résumé très détaillé » et « de résumé avec tous les personnages », « résumé de tous les chapitres », « résumé le plus complet possible » ( la meilleure … et la plus honnête étant « L’affaire Caïus résumé j’ai pas lu le livre » ) et autres sujets de devoirs de lecture… Arrgh! Quand je pense que ce n’est même pas moi qui ai lu ce livre pour le blog 😉

Comme quoi, sur internet, on ne cherche pas toujours ce qu’on trouve!!

Miss crumble : une « guest star » présente son « Crumble de gambas »

Cette fois-ci ce n’est pas moi qui me suis mise aux fourneaux mais ma chère « Petite Belle Soeur » de La Rochelle… Mais j’ai trouvé cela si bon, que je vous fais partager la recette!

Ingrédients (pour 6 personnes) :

2 boites de gambas surgelées / 4 ou 5 filets de poisson blanc / 1 demi sachet de légumes surgelés de votre choix (ou frais si vous êtes motivés…) / 2 bottes d’oignons frais / 2 cuillères à soupe de ciboulette ciselée / 1 cuillère à soupe d’échalote hachée (ou déshydratée) / 150 g de farine / 100 g de beurre / 30 gr de parmesan râpé / 1 cuillère à soupe de cassonade / sel, poivre / huile d’olive

> Mettre le four à préchauffer Th 8.

> Peler les oignons en gardant du « vert », les couper en rondelles et les faire revenir dans l’huile d’olive jusqu’à ce qu’ils soient translucides.

> Décortiquer les gambas et les disposer dans un plat à gratin.

> Ajouter la moitié de la ciboulette et de l’échalote puis les oignons.

> Répartir le poisson blanc en petits morceaux (vous pouvez les faire pré cuire un peu au court bouillon, selon leur épaisseur).

> Saler et poivrer.

> Faire revenir à la poêle les légumes et les répartir sur le poisson et les gambas.

> Préparer la pâte de crumble :

> Dans un bol mélanger la farine, le parmesan, la cassonade, le reste de la ciboulette et de l’échalote. Ajouter le beurre en petits dés et écraser avec les mains. (Petit rappel des opérations ici!)

> Répartir au-dessus de la préparation déjà dans le plat et mettre au four.

> Cuire 10 minutes à thermostat 8 puis 15 mn à thermostat 6 (jusqu’à ce que le crumble soit doré!)

C’est une recette plutôt facile (je le sais : on a bavardé dans la cuisine pendant tout le temps de la préparation!!) et ça en jette!

Cette recette est adaptée d’un crumble de langoustines tirée du livre

Au revoir Simone…

Simone aurait pu avoir 20 ans, 30 ans ou 40 ans…même si elle venait de fêter ses 80 ans

Simone aurait pu être une grande soeur, une mère ou une grand-mère … mais elle était plutôt une copine

Simone a eu une vie très remplie..jusqu’au bout… une vie positive, une vie de joie, une vie de bohème, d’artiste, d’amitié…

Nous nous sommes connues au théâtre il y a quelques années maintenant, jouant côte à côté sans distinction d’âge, nous avons fait des soirées partageant les verres de bon vin et les tartes-maison, nous avons fêté tes 80 ans dans la joie, déguisées façon années 30, dansant autant l’une que l’autre

Simone … tu es partie mais j’espère que tu continues à t’amuser quelque part…pas trop loin de nous…

« Lune captive dans un oeil mort » de Pascal Garnier

Martial et Odette, un couple à la retraite, s’installent dans le sud dans une résidence hyper protégée, réservée aux personnes d’un certain âge, avec gardien, barrière électrique et caméras. Toutes les maisons sont identiques et surtout, au début ils sont seuls à vivre là.

Martial s’ennuie un peu dans cette vie de vacances permanentes et Odette dépense pour s’occuper. Puis ils sont enfin rejoints par Maxime et Marlène, un autre couple de retraités et Léa, une femme seule. Après des débuts en bonne entente, la vie tourne toutefois un peu au huis-clos.

Ils vivent un peu les uns sur les autres, chacun commence à montrer ses failles petit à petit et le malaise est entretenue par la peur de l’extérieur.

Est-ce que cette résidence est un paradis …ou un enfer?

Avec de l’humour noir et grinçant, Pascal Garnier nous montre avec finesse et simplicité que les plus ordinaires des retraités peuvent receler des zones d’ombres si on les met sous un microscope…

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’avais repéré chez Orchidée.

« Le petit Gus » de Claudine Desmarteau

« Le petit Gus », c’est un peu le petit-fils qu’aurait pu avoir « le petit Nicolas », c’est vraiment la version 2009 du petit garçon. D’ailleurs, Claudine Desmarteau le dit dans sa préface : « Ce livre est un hommage au Petit Nicolas que j’ai adoré étant enfant. […] car même si les souvenirs d’enfance ont une saveur intemporelle et universelle, les cours de récré et le monde ont bien changé depuis Le Petit Nicolas. »

En effet, ce garçon de 10 ans vit dans une famille d’aujourd’hui avec des parents qui s’engueulent, qui expliquent la crise en comparant l’euro au franc à un enfant qui n’a connu que l’euro, disputent quand il demande des explications… un père qui perd ses cheveux et se vexe quand on le lui dit et une mère qui prend la température dès qu’il est fatigué

Il a aussi une soeur de 14 ans, un peu gothique qui écoute du Nirvana à fond et en boucle et pleure sur la « mort » de son i-pod nano et un frère de 17 ans qui porte des jeans slim de « grenouille malade » trop style (prononcer « staïl »), n’a que des notes à un chiffre et ne communique que par msn et sms…

Sans oublier, une chatte caractérielle qui accouche dans les cravates du père et un chaton qu’il a du mal à donner…

Il a aussi des copains avec qui il vit des aventures du quotidien dans la cours de récréation et regarde des émissions passionnantes… Il n’y a qu’un ordinateur à la maison qu’il faut partager avec le msn du grand frère donc il rêve d’une « DS lite noire ».

Il s’intéresse aussi à l’avenir, son rêve étant de devenir une star tout en ayant peur de devenir clochard et en se demandant si ça ne vaut pas le coup de devenir patron…

Bref, une vie d’aujourd’hui… Et je pense que tous ceux qui fréquentent des jeunes de 10 à 17 ans, que ce soit professionnellement ou personnellement reconnaîtront certains aspects de certaines personnes!!

Swap « Africa Jeunes » : colis arrivé à bon port!

Voilà, je peux lever le mystère (qui n’en était pas un pour moi puisque c’était un swap en binôme, on savait donc à qui on envoyait le colis), c’est Cécile de « Mes Lubbies, ses hobbies et nos voyages » qui m’a gâtée!!

J’ai reçu ce colis jeudi!

Le thème jeunesse était décliné dès le carton :

Je ne sais pas si c’était fait exprès mais ça m’a amusée!

Encore un peu de patience!

Ta daaam!

Concernant les livres :

« Le chemin parcouru » de Ishmael Beah (Que j’avais déjà lu car le Prix de ELLE aussi m’a gâtée cette année!)(Mais ce n’est pas un problème, il trouvera une maison accueillante!)

« Tu es libre » de Dominique Torres  (qui se passe au Niger)

« Contes Africains » (Qui sera le premier livre de Petit Bébé… Je lui prêterai 😉

Concernant la culture africaine :

Un livre de cuisine marocaine (Mmmh, j’adore la cuisine marocaine!)

Un pot d’épices à couscous (Mmmh, j’adore les épices…enfin, pas depuis que je suis enceinte mais avant j’adorai alors j’imagine que ce n’est que passager 😉

Un paquet de cookies (Commerce équitable du Ghana) Mais il est déjà fini…miam miam…L’Homme-Qui-Aime-Les-Swaps-Qui-Se-Mangent m’a bien aidé!)

Un paquet de café (Commerce équitable de Tanzanie)

Un petit plus :

Un Cd de « Comptines et berceuses du Baobab » (Dont Cécile me dit qu’elle l’écoute beaucoup avec sa petite fille et ce sera aussi un cadeau pour Petit Bébé! Je l’ai écouté et j’aime beaucoup!)

Une jolie carte :

Qui dit entre autre que le monde est petit… (Ce qui est particulièrement vrai pour Cécile et moi, puisque nous avons été mises en relation par le hasard des blogs et d’internet et par le biais d’un swap sur l’Afrique … alors qu’il y a moins d’un an nous habitions sans le savoir la même (petite) ville!!

Merci mille fois à Cécile  pour son beau colis et merci aussi mille fois à Emmyne qui a organisé ce swap et qui a eu la très bonne idée de nous faire voyager dans toute l’Afrique!