Prix Audiolib 2017 : mon classement

Pour la 5ème année consécutive, je participais au Prix Audiolib et je dois dire que cette année encore, j’ai trouvé la sélection très bonne ce qui ne rend pas le classement facile!

Voici mon classement des 10 titres que j’ai découvert cette année :

1 :

Désorientale de Négar Djavadi, lu par Lila Tamazit.

Coup de coeur, pour le texte et la lecture audio

  *

2 :

Voici venir les rêveurs : Imbolo Mbue (lu par Julien Chatelet)

Quasi coup de coeur pour le texte et la lecture

 *

(mes 3 et mon 4 auraient pu être ex aequo)

3 :

Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre, lu par Philippe Torreton.

Très bon texte et très bonne lecture

*

4 :

 The Girls d’Emma Cline, lu par Rachel Arditi.

Très bon texte et une lecture qui m’a fait apprécier encore plus le texte que je connaissais déjà

 *

(Mes 5 , 6 et 7 auraient pu être ex aequo)

5 :

Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre, lu par Rémi Bichet.

Une histoire très accrocheuse et une bonne lecture

*

6 :

 Petit pays de Gaël Faye, lu par l’auteur.

Un texte fort et une lecture très adaptée

*

7 :

Born to run de Bruce Springsteen, lu par Jacques Frantz.

Une incroyable surprise, je me suis laissée prendre par ce « personnage » et un lecteur qui lui colle à la peau

 *

8 :

 Jeux de Miroirs d’E.O. Chirovici, lu par Vincent Schmitt.

Pas mal mais pas non plus extraordinaire

*

9 :

 Opération Napoléon d’Arnaldur Indridasson, lu par Thierry Janssen.

Je me suis un peu ennuyée

 *

10 :

 Ma part de Gaulois de Magyd CHERFI, lu par l’auteur.

Abandon à cause de la lecture audio

*

Les autres jurés ont aussi fait leur classement et Audiolib fera ressortir 5 finalistes à partir de nos avis. Ensuite ce sera à vous de jouer en votant sur leur site.

Je vous en reparlerai bien sûr!

 Edit : Le lauréat 2017 est :

« A l’hôtel Bertram » de Agatha Christie

 

L’hôtel Bertram à Londres est une sorte de relique du passé où les vieilles dames chics et les vieux Majors peuvent se sentir dans l’Angleterre d’avant guerre avec les traditions « so British »  mais dans un confort moderne et feutré. C’est là que Miss Marple vient passer quelques jours de vacances.

La vieille dame (qui n’est pas à proprement parler au cœur du roman), observe ceux qui l’entourent. Il y a un vieux chanoine très tête en l’air qui disparait mais aussi une aventurière qui vient incognito, sa fille de 17 ans qu’elle ne connait pratiquement pas ne devant pas savoir qu’elle est là. De cette femme mure, on dit qu’elle a une aventure avec un jeune pilote automobile fougueux, mais il se trouve que Miss Marple a vu la jeune fille en sa compagnie aussi…

La police intervient, tout d’abord à propos de la disparition du chanoine mais aussi parce qu’il y a eu dans Londres ces derniers temps des cambriolages assez importants qui pourraient être reliés à  l’hôtel Bertram, mais des liens tellement ténus que Scotland Yard a même du mal à les expliquer…

Je vais être franche, autant je suis une grande admiratrice d’Agatha Christie, autant je deviens aussi exigeante et je peux dire que je n’ai pas aimé ce roman. Je l’ai trouvé un peu fouillis et creux et partant dans tous les sens : trop de personnages, trop d’ambiances différentes, trop de pistes. D’ailleurs, à chaque fois qu’Agatha Christie se penche sur des thématiques plus proches d’« espionnage » ou de « complots », je n’accroche pas… Et je pense que je vais vite l’oublier…

Il y a tant d’autres romans d’elle qui sont passionnants, ce n’est certainement pas par celui-ci qu’il faut commencer 😉

 

 – 53  

  chez Cryssilda et Lou

 

catégorie « lieu » de ma ligne « Agatha Christie »

« Apple tree yard » (« Portrait d’une femme sous influence » ) de Louise Doughty

Je vais commencer par une petite parenthèse pour vous expliquer pourquoi j’inscris ce roman au rendez-vous « Olé olé » de Stéphie : « Le 1er mardi c’est permis » 😉 Ce roman m’a été prêté par ma maman qui me met parfois des petits mots pour me dire qu’elle a beaucoup aimé ou pas. Elle a 80 ans et lit de tout mais cette fois le petit mot m’a beaucoup fait rire !

« Tu as demandé à lire celui-ci. Ne convient pas à une vieille grand-mère. Sexe, sexe + encore du sexe mais il faut lire jusqu’au bout pour voir ce qui va se passer. Je ne veux pas le récupérer -mes amies sont toutes des grand-mères aussi ! »

 

Alors, je ne suis pas d’accord avec ma mère, il n’y a pas du « sexe, sexe et encore du sexe » dans tout le roman, il ne faudrait pas inquiéter les lecteurs un peu pudiques mais c’est vrai que l’histoire est basée sur une histoire sexuelle.

En effet, Yvonne, le personnage principal, une femme de 52 ans, mariée depuis toujours avec son époux, mère de deux enfants adultes, scientifique renommée, commence une aventure avec un parfait inconnu qui l’entraîne dans un lieu discret mais public et avec qui elle fait l’amour à la hussarde alors qu’elle n’avait jamais trompé son mari et elle semble elle-même prise par surprise par cet évènement.

Elle ne connait pas le nom de cet homme, elle sait juste qu’il travaille pour le palais de Westminster où cette rencontre a eu lieu. Elle pense ne jamais le revoir mais cette aventure lui trotte évidemment dans la tête. Ils finissent par se revoir et à nouveau faire l’amour dans un lieu public -une ruelle appelée « Apple Tree Yard »- mais cette fois-ci cela aura des conséquences dramatiques.

Je ne veux pas trop en dire car le roman est composé d’allers et retours dans le passé, qu’ils soient chronologiques dans l’histoire entre Yvonne et son mystérieux amant mais aussi dans la vie de famille de cette femme ainsi que sa vie professionnelle. Il y a aussi une grande introspection de la part d’Yvonne vis-à-vis de son aventure mais aussi d’un drame qui va la détruire et influencer sa vie et celle de nombreuses autres personnes (dont je préfère ne rien dire ici)

Tout ce que je peux vous dire, c’est que l’histoire commence par un prologue dans lequel on découvre Yvonne sur le banc des accusés dans un tribunal, conjointement jugée avec un homme…

J’ai beaucoup aimé ce livre qui pourrait être qualifié de polar mais qui va bien au-delà. C’est un roman qui pose beaucoup de questions sur la place des femmes dans la société, les femmes de la cinquantaine qui ont réussi tout en menant de front tant de choses et qui se retrouvent toujours à devoir se justifier de leurs choix et de leurs actions. Il y est question aussi de psychologie, du pouvoir de la persuasion, du frisson de la nouveauté dans une relation, de violence sexuelle….

Bref, je vous le recommande, même si il n’y a pas autant de sexe que ça 😉

  

 chez Stephie

 ma maman

 objectif 2017 : -17          chez Antigone

pour ma catégorie « aliment » (= pomme)

 chez Cryssilda et Lou

Food in England : A table!

Pendant mes vacances anglaises nous avons mangé pas mal de choses bien typiques :

Tea rooms

 Perfect Tea time cakes!

 

Scones and flapjacks

 

In a caf’ :

 Moi, je mangeais un délicieux coronation chicken sandwich!

 

Pub lunch :

 Bangers and mash (saucisses purée) , fish and chips, pie and gravy

 

Take away

 Fish and chips au bord de la mer

 

Curry house :

 Restaurant Indien : ça fait aussi partie de la culture culinaire anglaise

  

 English sweets

 

 Typiques des lieux touristiques anglais, même au milieu de nulle part on a croisé ces petits vans de vendeurs de glaces

 

Les Supermarkets sont le reflets de ce que l’on mange, non?:

 Rayons géants de « crisps » (les chips)

 Rayons géants de sodas 

 Rayons géants de céréales de petit déjeuner

 Rayon géant de thés, cafés et autres boissons chaudes : Do you want a « cuppa »?

 Rayon de « pain » : le fameux « loaf of bread » anglais, leur fameux pain qui fait les meilleurs toasts mais les sandwiches mous dont on a tous le souvenirs des voyages scolaires 😉

« Deux drôles de bêtes dans la forêt » de Fiona Roberton

Mon avis de maman :  

Une mignonne petite fille dans une jolie forêt trouve un adorable petit animal sauvage qui lui parait triste. Elle décide de le secourir et le ramène chez elle. Elle le transforme vite en animal domestique : vêtements, cabane, promenade et présentation à ses copains. Elle est très heureuse d’avoir trouvé ce petit être et quand il s’enfuit, elle est triste.

Cette histoire serait assez banale, si elle n’était pas immédiatement suivie de la même histoire exactement… Ou pas exactement justement, car elle est narrée du point de vue du petit animal sauvage qui lui raconte qu’il a rencontré une bête sauvage dans la forêt qui l’a kidnappé et à qui il a réussi à échapper !

Cette histoire est à la fois mignonne et rigolote par son tour inattendu mais c’est aussi une histoire qui permet de se rendre compte qu’il y a toujours deux points de vue à une histoire et qu’il ne faut pas croire que ce que l’on perçoit est la vérité et que parfois on croit bien faire et on peut faire du mal malgré soi. C’est donc aussi une histoire qui apprend mais sans être donneuse de leçons pour autant.

L’avis de Bastien 7 ans et demi en CE1 (avis pris sous sa dictée et quand il y a des choses entre parenthèses, c’est qu’il m’a dit « entre parenthèses » 😉

 

 

C’est celui pour lequel j’ai voté à l’école et à la médiathèque. C’est un coup de cœur pour moi car il y a deux versions et j’adore l’histoire (surtout la deuxième par rapport à la première.)

Ca parle d’une petite fille (on connait pas son nom). Elle voit une drôle de bête dans la forêt et elle croit qu’elle est triste alors elle l’emporte avec elle. Elle lui fait plein de choses qu’elle croit gentilles. Mais à un moment, la petite bête s’enfuit.

Mais la deuxième partie n’est vraiment (mais vraiment) pas pareille et pourtant elle a des points communs.

Au début, c’est bien mais la deuxième partie est tellement pas pareille que c’est marrant, c’est pour ça que j’ai aimé.

Les dessins étaient bien faits et le dessin de la drôle de bête : je les ai trouvés marrants !

 

 Ma page préférée : c’est parce que j’adore les paroles de cette page !

 

   

 sélection CE1

Catégorie « lieu » pour ma ligne jeunesse 

 chez Titine

« Imbattable Tome 1 : Justice et légumes frais » de Pascal Jousselin

 

Mon avis de maman : 

J’ai repéré cette BD grâce à un billet de Ludo (cliquez sur son nom) et je m’étais dit que ça pourrait vraiment plaire à Bastien et quand je suis allée à la médiathèque et que je suis tombée dessus, je l’ai pris sans même le feuilleter. Bastien l’a commencé et son enthousiasme m’a donné envie d’une de le lire et de deux, de faire un billet de blog avec lui (sa réaction quand je le lui ai proposé ayant été : « Oh oui ! Comme ça, ça donnera envie à d’autres gens de le lire ! » et il me demande si le tome 2 est à la médiathèque (je ne sais même pas si un tome 2 est sorti !!) 😉

« Imbattable » n’est pas une BD simple à résumer ! Le personnage d’Imbattable est un super héros qui, comme son nom l’indique est imbattable et il se sert de ses « pouvoirs » parfois pour combattre le méchant et ses robots, parfois pour aider la police à arrêter des voleurs mais parfois aussi juste pour rendre service… Il prend même un stagiaire avec lui qui a aussi des super pouvoirs

Mais quels sont ces fameux pouvoirs ? Et bien c’est tout l’intérêt de cet album : l’auteur joue avec les codes de la bande dessinée, avec les cases et la chronologie. Imbattable monte et descend dans les cases, va dans le futur ou dans le passé de la planche et n’est ainsi pas tenu par les contraintes géographiques ou temporelles. L’auteur joue avec nous, avec nos habitudes de lecture. C’est très intriguant et amusant. Quant au « stagiaire » Two D, un adolescent qui a la voix qui mue, son superpouvoir est aussi lié à notre perception de l’image : il peut toucher les éléments que l’on voit en arrière-plan comme s’ils étaient à portée de sa main.

Pas facile à expliquer, n’est-ce pas ? Je vais donc vous montrer quelques exemples !

Jeu sur le découpage des cases!

 

Sur cette planche, Two D est sur le toit d’un immeuble et il peut toucher l’arbre et le lampadaire qui sont rééllement au sol et loin de lui.

*

*

J’ai trouvé l’idée de base vraiment très intéressante et j’ai vraiment aimé ce jeu avec le support BD mais je dois avouer que je me suis un peu lassée au bout d’un moment car c’est un peu répétitif, mais Bastien va maintenant vous donner son avis !

 

L’avis de Bastien 7 ans et demi (avis pris sous la dictée) : 

C’est un héros qui contrôle la magie de la BD.

C’est rigolo ! Il y a des moments où on comprend rien, mais rien et il faut réfléchir mais c’est drôle quand même !

J’ai beaucoup aimé !

 

Ma page préférée : parce qu’au début, il y a un gros robot, Imbattable le décapite d’un coup et puis après il recommence sa conversation normalement avec la vendeuse de légumes !

  

   

 

   

 

 catégorie « aliment » de ma ligne jeunesse

Wake up America 1963-1965 Tome 3 : John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell

J’avais énormément aimé les tomes 1 et 2 de cette série sur une période historique des Etats-Unis qui me passionne : la lutte pour les droits civiques des Afro-Américains dans les années 60.

Ici, le sujet central est l’application du droit de vote pour les Noirs qui se voyaient illégalement interdire leurs droits fondamentaux en leur imposant des règles arbitraires et des brimades. Le message que les militants essaient de faire passer c’est « un homme, une voix ».

Il y est aussi question de certains changements, certaines divergences de points de vue au sein des organismes de défense des droits civiques. L’objectif étant malgré tout de faire avancer la cause, mais cela ne se fait pas sans tension. On voit aussi l’enjeu que cela peut avoir pour le gouvernement américain.

La ville de Selma a été au cœur de cette période. Une marche pacifique y a eu lieu et a été réprimée dans la violence par la police. Des scènes qui ont choqué la population au niveau national après que cela soit passé à la télévision. Et la suite, avec des soutiens de tous horizons, va donner une vraie visibilité au mouvement.

Mais il y a aussi les drames des militants qui vont au cœur du Sud des Etats-Unis pour persuader le plus de Noirs d’aller voter et qui sont assassinés comme des chiens…

Pour la petite histoire, j’ai lu cette BD au moment du deuxième tour des élections présidentielles françaises et ce récit où des hommes et des femmes mourraient pour avoir le droit de voter a pris une saveur toute particulière !

Je vous recommande fortement de découvrir les 3 tomes de cette série passionnante !

Mon avis sur le tome 1 
Mon avis sur le tome 2

J’ai envie de revoir le film « Mississippi burning » et « Selma ».

Merci  aux Editions   

 chez Mo

 avec Antigone (Cliquez sur son nom pour voir son avis)

The girls : Emma Cline (Lu par Rachel Arditi)

Cette lecture est une relecture et voici ce que j’en disais la première fois que je l’ai lu en version papier :

« La majeure partie se déroule en 1969 et Evie est une adolescente de 14 ans qui n’a qu’une amie et dont les parents sont séparés depuis peu. Sa mère se cherche une nouvelle vie et son père a déménagé très loin avec sa jeune petite amie. Evie n’a pas vraiment d’ancrage et c’est une période charnière. Elle se coupe de son amie et croise des filles fascinantes qui l’attirent terriblement, surtout Suzanne, à qui elle a envie de plaire, de ressembler…

Il se trouve que ces filles font partie d’une sorte de communauté hippie sous l’influence d’un homme charismatique. On sent petit à petit monter une tension au sein de la communauté qui va aller jusqu’à un drame terrible. Evie passe d’un de ses parents à l’autre mais elle reste surtout le plus possible au ranch : elle devient très attachée à la vie de bohème et de liberté de ce lieu où vivent les filles et leur « gourou » et elle s’y sent bien, toujours à la recherche de l’attention de Suzanne, de façon presque obsessionnelle, amoureuse.

En parallèle, on voit aussi Evie adulte, des années plus tard. Les gens qui savent qu’elle a été liée à cette communauté pensent tout de suite au drame et cela colore la perception qu’ils ont d’elle. De son côté, quand elle repense à cette période, c’est plus pour se remémorer ce qu’elle ressentait dans cette vie qui était si différente de celle qu’elle devait vivre et qu’elle a vécu. Quand elle pense au drame, cela réveille en elle des questionnements.

Ce que j’ai aussi aimé dans ce roman c’est l’atmosphère -on ressent la chaleur, on voit l’admiration, il y a quasiment une lumière différente qui rayonne autour des personnages admirés par Evie, on ressent aussi la solitude d’Evie (que ce soit celle de 1969 ou celle du présent).

Pour lire ton mon billet d’origine, cliquez sur la photo : 

Et voici mon avis sur la version audio :

C’est une vraie réussite pour moi ! La lectrice, Rachel Arditi,  a su donner vraiment vie au début du roman qui m’avait paru un peu lent en version papier. Elle a très bien su faire ressentir l’ennui de la vie de Evie dans sa vie ordinaire et surtout la fascination qu’elle a pour Suzanne. Elle lit avec beaucoup de naturel et sait faire passer l’ambiance.

J’ai eu beaucoup de plaisir à cette relecture audio qui a vraiment apporté un plus pour moi.

     avec  Estellecalim 

Pour le prix Audiolib 2017

L’avis de  Sandrine (les autres jurés du prix Audiolib)

« Les beaux étés 2. La calanque » de Zidrou et Jordi Lafèbre

Eté 1969 -Non, ce n’est pas une erreur de ma part, c’est bien le tome 2 : nous retrouvons bien la famille Faldérault dans le passé ! Et pourtant, si les enfants n’étaient pas plus jeunes que dans le tome précédant (et surtout n’étaient pas que 3 pour l’instant, vu que Mado est enceinte du 4ème), on pourrait croire que c’est la même histoire que dans le tome 1. En effet, Pierre est encore en retard pour rendre ses dernières planches de BD avant les vacances et sa famille doit attendre désespérément avant de prendre la 4L familiale pour le Sud de la France.

Ils arrivent dans les calanques et vivent des vacances idylliques -simples et belles.

Une belle et douce tranche de vie, pleine de bonheurs du quotidien, de rencontres cocasses ou touchantes. Beaucoup de sincérité.

   

« Les beaux étés 1. Cap au Sud » de Zidrou et Jordi Lafèbre

 

Août 1973 : ça commence bien ! (Pour ceux qui l’ignore, je suis née le 10 août 1973 !)

La famille Faldérault (Pierre, le père, Mado, la mère et leurs quatre enfants) sont prêts à partir en vacances. Mais comme d’habitude, ils vont partir avec du retard car Pierre est dessinateur de BD et il doit absolument finir un travail de dernière minute et de toute urgence.

Quand -enfin- il a terminée, toute la famille s’entasse dans la 4L pour quitter la Belgique pour faire cap au Sud de la France.

Des rituels, des habitudes, des enfants qui se chamaillent, un ami imaginaire, des parents qui préservent les apparences le temps d’un été, le poids d’événements passés, un deuil… Mais surtout beaucoup d’amour chez des gens qui pourraient être nos parents, nous ou nos enfants.

Cet album est plein de tendresse avec une ambiance années 70 très bien rendue et un vrai goût de vacances !

Les dessins rendent très bien cette impression de douceur familière et l’histoire est vraiment touchante avec son savant mélange d’émotions.