Julien et son meilleur ami et coloc Pierrot ont la vingtaine. Ils vivent à Montréal et depuis environ un an, Julien a sombré dans la déprime car sa petite amie a été tuée d’une balle perdue. Pierrot, estime qu’il temps que son ami reprenne le cours normal de sa vie mais ce dernier reste tellement prudent vis à vis de l’amour et des femmes pour se protéger qu’il se tient à distance de toute relation humaine.

Pierrot rencontre l’amour fulgurant auprès d’une jeune femme au caractère bien trempé et Julien se fait « avoir » malgré lui quand il rencontre une voleuse de fruits et légumes sur le stand du marché où il travaille … Il ne résiste pas et tombe amoureux.

Dans ce roman, on ne peut pas dire qu’il ne « se passe » grand chose mais c’est un portrait très réaliste d’une jeunesse désenchantée avec ses personnages de jeunes hommes un peu losers, un peu nonchalants, pas très impliqués dans la société, un peu adolescents attardés mais au bon coeur, au bon fond et des jeunes femmes plus déterminées et sûres d’elles… Et qui obtiennent ce qu’elles veulent.

C’est surtout un roman de personnages et de relations humaines, entre les hommes et les femmes, bien sûr mais aussi entre génération car Julien se lie d’une amitié quasi paternelle avec le maraîcher qui l’embauche.

Il y a des moments cocasses (sans doute accentués pour le lecteur français qui découvre des expressions québécoises) mais il y a aussi des moments très touchants liés à des remises en questions sur l’amour et la maternité, plus profondes qu’il pourrait y paraître et aussi sur la perte, le deuil…

Ce roman date de 1993 mais il est assez peu daté (si on oublie l’absence de téléphones portables et d’internet) et pourrait très bien se passer aujourd’hui. J’ai trouvé un ton que j’avais déjà rencontré dans d’autres romans québécois et j’ai vraiment apprécié cette lecture.

Le fait de l’avoir audiolu avec un lecteur québécois apporte un vrai plus car on entend vraiment la voix du narrateur, l’accent collant vraiment aux expressions québécoises. Et je vous recommande cette version.

A découvrir en le téléchargeant gratuitement sur Ici Radio Canada

 Chez Sylire

   chez Karine:) et  Yueyin

 avec Gambadou : allons voir son avis!

2 commentaires sur « L’avaleur de sable : Stéphane Bourguignon (lu par Normand Daneau) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s