Dans ce roman, deux voix, deux vies de femmes s’alternent. La première que l’on rencontre c’est une jeune réfugiée nigériane, qui se fait appeler Little Bee et qui vient de passer deux ans dans un centre de détention de réfugiés illégaux à Londres. Elle en sort par un concours de circonstances sans pour autant d’avoir de papiers en règle et elle ne connait personne en Angleterre à part un couple qu’elle a croisé une fois sur une plage au Nigéria et dont elle a le numéro de téléphone.
Sarah, elle, est la femme que Little Bee a rencontrée au Nigéria. Elle vit avec son mari et son fils, un petit garçon de 4 ans obsédé par Batman. Elle est directrice d’un magazine, a un amant et son mari, dépressif depuis leur retour du Nigéria, vient de se suicider…
Little Bee et Sarah vont se retrouver et leurs deux mondes si éloignés vont se rejoindre. Elles partagent une expérience traumatisante (on sait qu’il s’est passé quelque chose mais on ne sait exactement quoi qu’à la page 150) et elles ont besoin de se reconstruire et elles vont se porter l’une l’autre.
Little Bee du haut de ses 16 ans a vécu des choses terribles et elle a une grande maturité, un recul sur les deux cultures qu’elle a connues puisque pendant son internement en Angleterre elle a tout fait pour s’imprégner de tout ce qui est anglais pour appartenir à ce monde et pourtant elle n’oublie pas sa vie d’avant. Sarah elle traverse une période où elle se sent inutile et déconnectée de ce qu’elle voulait étant jeune dans son métier de journaliste : faire la différence.

Little Bee est un personnage tellement fort, plein de sagesse malgré sa jeunesse et il y a dans ses propos de la poésie et un réalisme terrifiant. Sarah est une femme qui devrait avoir tout pour être heureuse mais qui est fragile, friable. Elle va être réveillée par Little Bee et être confrontée à sa situation d’occidentale privilégiée et égoïste. Le lecteur est forcément interpellé par ces deux personnages de femmes.

Quel beau roman! Tellement touchant et émouvant qui fait vraiment réfléchir à notre place d’occidentaux dans ce monde. Je ne peux que vous le recommander!

par ma maman

chez Lou, Titine et Mélanie

6 commentaires sur « Et les hommes sont venus (The other hand) : Chris Cleaves »

  1. Encore un roman qui parle de deux personnes dans deux mondes differents avec un lien….mais il a l’air divinement bien bon….en tout cas cela semble bien ecrit…;)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s