Ce roman se déroule aux Etats-Unis alors que l’esclavage est encore la norme. Cora, est une jeune fille esclave sur une plantation de coton en Géorgie. Sa grand-mère et sa mère étaient déjà esclaves dans cette même plantation, mais Cora s’est retrouvée seule très jeune car sa mère s’est enfuie et n’a jamais été retrouvée.

Dans cette plantation, la violence existe bien entendu par les maîtres et contremaîtres blancs mais également entre les esclaves. La situation est sûre d’empirer quand le maître va changer car ce dernier est beaucoup plus dur que son frère. C’est justement à cette époque que Caesar, un esclave qui vient d’arriver et qui n’a pas la même histoire (il sait lire par exemple et a connu une vie de famille à peu près harmonieuse avant d’être acheté sur cette plantation), lui propose de s’enfuir avec lui. Et c’est ce qu’ils font… Sans trop réfléchir, ils partent pour des Etats plus libres grâce à l’aide de Blancs et de Noirs faisant partie du réseau du « chemin de fer clandestin » (« Underground Railroad »).

Le voyage de Cora est assez terrible : elle voit des mondes différents, des endroits où les Noirs peuvent se croire libres mais seulement pour réaliser qu’on les utilise différemment. Elle rencontre des gens ouverts et qui se sentent le devoir d’aider leur prochains et d’autres, assoiffés de haine et de vengeance qui ne veulent que la mort.

C’est une épopée avec le personnage de Cora qui semble peut-être un peu passive dans cette aventure mais qui traverse les épreuves malgré tout. Ce roman est une fresque de la vie des Noirs aux Etats-unis à cette époque, je l’ai trouvé vraiment intéressant. J’ai aussi aimé sa construction qui fait revenir sur le passé de certains personnages qui ont leur importance. J’ai vraiment aimé ces rencontres, ces personnages si différents qui dressent un portrait sans concession, positif et négatif de ce pays.

Il y a bien entendu des aspects qui flirtent avec la réalité, qui sont plus symboliques que réalistes (le chemin de fer n’était pas réellement « sous-terrain » et l’organisation était sans doute moins réglée) mais il y a aussi beaucoup de réalisme sur l’état d’esprit des esclavagistes et des esclaves. Ce n’est pas un roman forcément facile, mais je l’ai trouvé passionnant!

Dans le cadre du  j’ai eu l’occasion d’écouter la version audio de « Underground Railroad » lu par Aïssa Maïga. L’histoire m’a bien entendu tout autant plu (je ne l’ai as écouté en entier car je venais tout juste de lire le roman). J’ai trouvé que la lecture était très réussie. Aïssa Maïga lit très bien, elle a une très jolie voix, posée et elle fait vivre le texte sans emphase, sans surjouer. J’ai aussi apprécié que les chapitres soient entrecoupés de musique, guitares et bruits de chaînes, qui rythment la lecture sans pour autant être gênants. C’est très agréable à écouter. Si vous lisez en audio, je vous recommande cette version!

Si vous voulez en savoir plus sur Harriet Tubman et the Underground Railroad, en cliquant sur l’image vous trouverez de la documentation en anglais : 

Et en cliquant sur l’image suivante, vous trouverez un site en français

  + 

 avec Karine et Malorie (Allons voir leurs avis)

catégorie « déplacement »

Publicités

13 commentaires sur « Underground Railroad : Colson Whitehead (+ version audio lue par Aïssa Maïga) »

  1. Le fait que l’Underground railroad ne soit pas présenté de manière réaliste m’a posé problème mais sinon c’est un roman intéressant. Je ne lis plus en audio mais je constate que les lectures proposées ont encore augmenté en qualité avec l’ajout de musiques et de bruitages.

    Aimé par 1 personne

    1. C’était un choix délibéré de l’auteur et j’avoue que ça ne m’a pas gêné du tout, ça va avec une certaine «magie» qu’on trouve parfois dans la littérature afro-américaine. Pour la version audio, je dois dire que c’est une réussite!

      Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas un coup de coeur pour moi non plus mais j’ai trouvé que c’était vraiment une histoire très forte sur une période poignante. La version audio est à mon avis très réussie

      J'aime

  2. Comme Sandrine, j’ai bien aimé ce roman et le parti-pris de l’auteur de faire de cette « voie clandestine » une « voie de chemin de fer souterraine », mais il m’a manqué quelque chose (notamment au niveau du personnage de Cora) pour être pris aux tripes et en faire un coup de cœur.

    J'aime

    1. oui, moi aussi ce qui fait que je n’ai pas eu le coup de coeur est lié à Cora que j’ai trouvé un peu trop passive, comme si elle n’arrivait jamais à s’attacher aux gens autour d’elle (ce qui est peut-être compréhensible). J’ai aussi aimé le côté magique du train « sous-terrain ».

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s