L’Homme vous donne son avis sur « HHhH » de Laurent Binet

 

Connaissez-vous Reynardt Heydrich ?  Sans doute pas.

Pas de regrets. Celui-ci ne gagne pas à être connu, du moins pas dans le sens usuel.

Pourtant c’est sa vie avec son contexte, l’Histoire avec un H majuscule, que Laurent Binet nous conte en 443 pages. Et autant vous le dire tout de suite, c’est un livre que j’ai dévoré.

Car même s’il gagne à être méconnu, Heydrich est un être singulier. Très ambitieux, très intelligent, sans aucune empathie il va user de tous les moyens pour briller dans l’Allemagne des années trente.

Il va y parvenir. Et pour cela, rien ne l’arrête, rien ne le gêne. Voilà pourquoi Heydrich va devenir l’un des plus grands criminels nazi.

Ne vous inquiétez pas cette histoire finit bien…  il meurt comme il a vécu. Par les armes.

De l’attentat à la montée du nazisme c’est tout une époque que nous raconte Laurent Binet, une époque qui moi m’a toujours fasciné tellement elle est outrancière.

Constitué de chapitres courts, HHhH est également un journal dans lequel l’auteur nous livre ses doutes, ses questionnements, son imaginaire sur ces évènements qu’il connaît parfaitement.

Bref un livre à découvrir absolument qui m’a tellement plu que je n’hésite pas à prendre la plume pour vous le faire découvrir.

Merci à Sandrine pour ce cadeau.

Edit de Enna : J’ai créé une catégorie et un logo « L’Homme lit »… Qui sait? Il va peut-être prendre goût à venir parler de ses lectures ici 😉

Les larmes de l’assassin : Thierry Murat

Un petit garçon vit avec ses parents dans une petite maison isolée au sud extrême du Chili : « Ici, personne n’arrivait par hasard. Car ici, c’était le bout du monde. »

Un jour, Angel Allegria arrive dans cette petite maison avec l’intention de rester pour fuir le reste du monde. C’est « un truand, un escroc, un assassin », c’est un homme dur et insensible. Il tue les parents de Paolo et se sert de lui pour les enterrer…

Ils vivent ensemble, dans une relation entre peur, incompréhension, distance et pourtant une certaine forme d’entente se met en place… Quand un jour, Luis, un voyageur solitaire vient s’installer avec eux, une vie à trois se met en place jusqu’à ce qu’ils soient obligés d’aller en ville tous les trois.

Cette bande dessinée est un coup de cœur. Je n’en dis pas plus sur l’histoire car ce qui est le plus important à mon avis, c’est l’ambiance, les sentiments, parfois contradictoires, les relations humaines. C’est très subtil et émouvant. C’est une histoire forte, triste et belle.

Le coup de cœur est aussi pour le dessin et la mise en page. Des cases de tailles différentes, une police d’écriture qui rappelle une vielle machine à écrire… Sur des fonds effet papier kraft, des couleurs chaudes ou sombres qui fait un peu sépia, des dessins noirs, crayonés, très artistiques. Certaines pages rappellent des vieux portraits en noir et blanc.

J’ai vraiment adoré cet album que j’ai noté sur ma LAL grâce à l’avis de Canel.

                                      Roaarrr Challenge