« L’homme à la lèvre tordue » de Conan Doyle (Interprété par 9 comédiens)

Nouvelle avec Sherlock Holmes comme personnage principal. Une femme fait appel ce dernier car son mari, homme bien sous tous rapports, a disparu après qu’elle l’ait aperçu à la fenêtre d’un lieu mal famé, avec un air de détresse. On ne l’y a pas retrouvé mais, il y avait son costume  et du sang sur le rebord de la fenêtre dans la chambre où ne logeait qu’un mendiant défiguré d’une lèvre tordue. Le propriétaire de l’immeuble, aussi propriétaire d’une fumerie d’opium nie avoir vu l’homme disparu. 

Accompagné de son ami le Dr Watson, c’est surtout en observant et en réfléchissant que Sherlock Holmes trouve la solution

Cette nouvelle est une descente dans le Londres du 19ème siècle qui nous fait découvrir les fumeries d’opium, la mendicité. La peinture de l’époque est d’ailleurs l’aspect le plus intéressant de ce texte. L’enquête elle-même est plutôt bien construite même si je me suis doutée de l’issue de cette histoire avant la fin.

La lecture est faite par 9 acteurs (je n’ai plus le CD sous les yeux et je n’ai pas trouvé la liste des acteurs, même sur le site de Livraphone, ce que je trouve bien dommage) qui ont rendu cette courte lecture (un peu plus d’une heure) un agréable moment théâtralisé

                   (cliquez sur le logo pour écouter un extrait)          

 

 

 Challenge sur les livres audio de Valérie 

Roman de la catégorie « partie du corps »  pour ma ligne « livres audio » du  

7ème  lecture du challenge 2013-2014 

« L’écho des morts » de Johan Theorin (lu par François Tavares)

L’histoire se découpe entre le passé et le présent. Le passé lointain raconte l’histoire de l’île d’Öland, une île sauvage et isolée de Suède, où se tiennent deux phares et où les habitants ont une vie rude, particulièrement en hiver et qui accordent une grande importance aux morts et aux esprits. Des récits de ce passé évoquent des naufrages, des morts, des habitants qui se succèdent sur l’île

De nos jours, sur cette même île du bout du monde, la famille Westin, Joakim et Katrine et leurs deux jeunes enfants viennent d’emménager dans une ancienne maison de gardien de phare qu’ils ont retapée : Äludden. Ils ont quitté Stockholm où ils avaient eu des soucis familiaux et comptent bien s’installer dans ce lieu où la mère et la grand-mère de Katrine ont vécu il y a bien longtemps.

Un jour, alors que Joakim est absent, Katrine est retrouvée morte noyée au pied du phare. Une jeune policière, Tilda Davidsson, qui vient de s’installer sur l’île, s’occupe d’annoncer la nouvelle et suit l’évolution de cette famille en deuil. Elle passe son temps libre à enregistrer son grand oncle, mémoire vivante de l’île, pour avoir des informations sur son grand-père et plus généralement sur le passé de ce lieu qu’elle ne connait pas bien. Grâce aux observations de cet oncle avec qui elle parle de son travail, elle commence à avoir des doutes sur le caractère accidentel de la mort de la mère de famille.

On croise aussi des cambrioleurs qui écument les maisons de vacances vides… On découvre aussi petit à petit les souvenirs perturbants d’une sœur toxicomane, des secrets de familles lourds à porter, que ce soit au passé ou au présent…

Ce roman n’est pas tant un polar palpitant qu’un excellent roman d’ambiance et de vies qui se croisent, de destins liés. C’est un roman qui interroge sur la culpabilité, sur les relations de famille, sur l’importance que peuvent avoir les morts sur les vivants.

On voyage en Suède, on va à la limite entre les vivants et les esprits, on creuse au cœur des personnages. C’est très fort!

La lecture par François Tavares est très réussie. Il permet d’entrer dans cette atmosphère lourde et intense.

Une belle découverte.

 par Mrs B… Merci! Vous pouvez lire  son billet  ici.

                   (cliquez sur le logo pour écouter un extrait)          

 

  Challenge sur les livres audio de Valérie 

 5 = Suède

 6ème  lecture du challenge 2013-2014 

 

  Suède