« Demain j’arrête! » de Gilles Legardinier (Lu par Ingrid Donnadieu)

 

Quand j’ai commencé cette lecture audio, j’ai dû l’interrompre au bout d’une demie heure d’écoute pour passer à autre chose et je n’avais pas eu une très bonne première impression alors j’avais un peu de mal à me motiver pour reprendre ce roman car j’avais trouvé le début un peu « lourdingue » au niveau du style et lu avec un ton un peu trop enthousiaste et artificiel. Mais au même moment, Saxaoul m’a dit qu’elle avait beaucoup aimé et je me suis donc dit que j’allais lui laisser une deuxième chance et … j’ai bien fait !!

J’ai repris l’écoute au tout début et très vite je me suis mise à sourire en écoutant ce livre audio et même à ricaner bêtement  de temps en temps (à un moment j’écoutais dans la cuisine et Bastien est venu me voir : « Pourquoi tu rigoles ? Ah !! T’écoutes un livre audio ?!  Et finalement, j’ai aussi trouvé la lectrice très bien car elle a vraiment pris le rôle de Julie le personnage principal et narratrice.

Julie est donc une jeune femme de presque 30 ans qui se retrouve célibataire après une histoire vraiment pas terrible… Elle a un nouveau voisin qui attire d’abord sa curiosité par son nom amusant puis qui l’attire terriblement tout court et pour qui elle va faire les 400 coups pour le séduire, ce qui se retourne souvent contre elle. La scène où elle fait semblant d’être une joggeuse acharnée pour aller courir avec Rick est très drôle… encore plus quand on l’écoute pendant son jogging 😉 Elle a une bande de très bons amis et se retrouve à une période charnière dans sa vie où elle décide de changer de voie professionnelle aussi.

Il y a de jolis passages sur l’amitié et la solidarité dans cette histoire cachés derrière des passages cocasses.  Mais au-delà des moments drôles, il y  a aussi des réflexions plus profondes sur les relations entre les gens : amitié, amour et relations humaines en général. Avec aussi des catastrophes –réalistes ou pas-, un peu d’aventure, des bons sentiments mais surtout beaucoup d’humour. Je n’ai pas mis de coup de cœur parce que parfois l’humour était un peu lourd et les bons sentiments un peu mielleux mais j’ai quand même passé un excellent moment et je qualifierai ce roman de « doudou » détente, un peu « chick-litt mais pas que » et vraiment sympa ! Je suis contente d’avoir dépassé mes a priori !

« Rien qu’un jour de plus dans la vie d’un pauvre fou » de Jean-Paul Nozière

 

La première chose que je vous conseille c’est de ne PAS lire la 4ème de couverture car il y a une indication qui est donnée alors qu’elle n’est pas explicite dans le roman et à mon avis elle gâche le suspens… C’est dommage (il faudrait faire confiance aux jeunes lecteurs, ils sont capables de comprendre et aiment aussi être surpris…)

On commence par le kidnapping d’Elise, une petite fille de 3 ans, alors qu’elle sensée être surveillée dans le parc par son grand frère de 17 ans qui a été délibérément distrait de sa tâche…

Puis, le reste du roman se passe autour d’un lac en été, avec plusieurs familles de voisins. Il y a celle d’Alice 17 ans qui vit avec son petit frère Gabin qui l’exaspère quand elle doit le surveiller pendant que les parents travaillent. Il y a aussi la jeune voisine Laura qui a 13 et également Jean-Alain, un jeune homme de 17 ans, surnommé Linlin, qui est handicapé mental. Les relations sont particulières car si Alice s’entend bien avec Linlin, relation partagée entre amitié et pitié, Laure, elle est l’archétype de la « petite allumeuse » qui titille le jeune homme car même s’il est attardé, il c’est un beau garçon et elle joue avec sa tendance à s’intéresser aux filles… Il est en effet connu pour regarder les filles en maillots de bain, même si en réalité est il est beaucoup trop timide et enfant dans sa tête pour les approcher. Les gendarmes sont aussi des personnages assez présents et connus de tous car ils font régulièrement des rondes dans les alentours du lacs à cette époque de l’année.

Un jour Laure disparait et Linlin est accusé car il n’est pas capable de dire où il était au moment de la disparition… Il est le coupable idéal…

Ce polar est plutôt bien pensé : mystère, non-dits et sous-entendus et renversements de situations sont au rendez-vous. C’est rythmé et le roman adressé aux jeunes évoque aussi de nombreux points pouvant les intéresser au-delà de l’enquête, comme l’éveil de la sexualité et le rapport au handicap.  

Mon bémol serait sans doute d’âge de certains adultes impliqués dans l’histoire qui me semblent un peu jeunes par rapport à l’intrigue (mais je ne peux pas en dire plus ici, bien sûr 😉 et le dénouement un peu rapide mais à part ça je conseille ce roman aux lecteurs à partir de 14 ans

  

pour la ligne « jeunesse », catégorie « animal » (un fou est un oiseau marin)