Où va le blog cette semaine?

Où va le blog cette semaine?

Ca y est! Je suis en vacances! Et franchement j’ai rarement été aussi fatiguée et je ne crache pas du tout sur ces vacances! Je compte bien me reposer et lire beaucoup! (Et passer le moins de temps possible avec le masque!)

Quel est le programme cette semaine?

Demain lundi 22 février, je vous parlerai d’un BD pour la thématique « Autour des droits civiques » de l’African American History Month challenge avec  « Noire »

Mercredi 24 février, pour la thématique « Autour de l’esclavage » vous pourrez lire mon avis sur le roman jeunesse « Blue Pearl »

Jeudi 25 février, un billet bref pour vous parler de la couverture de Vanity Fair avec Viola Davis.

Vendredi 26 février, il y aura un billet pour la thématique « Une histoire avec une (des) héroïne(s) afro-américaine(s) » avec « Les Suprêmes ».

Samedi 27 février, je vous présenterai le tableau « Say their names » de Kadir Nelson qui évoque George Floyd.

Et enfin, dimanche 28 février, pour la thématique « Autour du racisme », je vous parlerai de la série Netflix « When they see us » et vous pourrez lire mon avis sur la BD « Blanc autour » (le billet n’est pas écrit!).

En ce moment, avec les yeux, je vais commencer « La mémoire est une chienne indocile » de Elliot Perlman (pour l’African American History Month challenge même si vu la taille du pavé même en vacances je ne pense pas l’avoir fini avant la fin du moi de février!) et je vais aussi lire la BD « Soeurs d’Ys – La malédiction du royaume englouti » de Jo Rioux et M.T. Anderson pour la rendre à la médiathèque et avec les oreilles, je poursuis l’audiolecture de « Betty » de Tiffany McDaniel (lu par Audrey D’Hulstère). Mes prochaines lectures papier ne sont pas encore choisie (mais ma prochaine lecture avec les oreilles sera un titre pour le prix Audiolib).

Je vous souhaite un bon dimanche et une bonne semaine (la meilleure possible en tout cas!) et belles lectures à tous! A bientôt!

Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin : Emilie Plateau

Résumé de l’éditeur : « Prenez une profonde inspiration, soufflez et suivez ma voix. Quittez le lieu qui est le vôtre, quittez le 21e siècle. Vous voici dans les années 1950 au sud des États-Unis, à Montgomery, en Alabama. Désormais, vous êtes Claudette Colvin, une jeune adolescente noire. Ici, noirs et blancs vivent dans la ségrégation. Ici, être noir c’est n’avoir aucun droit. Mais, le 2 mars 1955, Claudette Colvin, qui n’a que 15 ans, refuse de céder sa place à une passagère blanche dans le bus. 9 mois avant Rosa Parks, elle devient la première noire à plaider non coupable et à poursuivre la ville en justice. Et pourtant, son nom tombera dans l’oubli. Voici son histoire…« 

Ce que j’ai aimé dans cet album c’est qu’avec des dessins très simples, l’autrice fait passer beaucoup d’informations. C’est une très bonne présentation de ce qu’était le Sud des Etats-Unis avec ses lois ségrégationnistes séparant les Blancs des Noirs.

Claudette a été la première femme à être arrêtée pour avoir refusé de céder sa place de bus à un blanc. Pourtant, c’est Rosa Parks qui sera celle qu’on retiendra comme la « mère des droits civiques » quand elle fera la même chose quelques temps plus tard.

Le bémol que j’apporterai à ce texte (écrit à l’origine par Tania de Montaigne) : c’est l’impression qu’en voulant mettre la jeune Claudette sur le devant de la scène (et elle mérite d’être mieux connue, car elle avait 15 ans quand elle a eu ce courage), il fallait critiquer le reste du mouvement, Rosa Parks par exemple qui n’aurait « qu’imité » Claudette et qui ne l’aurait pas soutenue et Martin Luther King qui n’aurait été qu’un sacré misogyne (alors qu’il faut quand même replacer les choses dans leur contexte socio-culturel des années 1950). Personnellement, je comprends que Claudette Colvin n’ai pas été choisie comme figure de proue du mouvement car elle était trop jeune et en plus, étant tombée enceinte peu de temps après, elle n’aurait sans doute pas fédéré autant que Rosa Parks à cette époque, mais c’est bien son action qui a été le déclencheur.

Je vous recommande cet album au dessin original et au propos clair et très abordable pour les jeunes lecteurs aussi (d’ailleurs je l’ai emprunté dans la section jeunesse de ma médiathèque).

J’étudie tous les ans l’évolution des droits des Afro-Américains avec mes élèves de 3e et même si c’est très survolé, c’est vrai, je leur parle de la lutte pour les droits civiques et je parle surtout de Rosa Parks et Martin Luther King mais je connaissais aussi Claudette Colvin. Et si je n’en parle pas (si j’étais prof au lycée, je le ferai pour justement approfondir ce que les collégiens connaissent déjà), ma collègue documentaliste a acheté cette BD pour le CDI sur mes conseils, ils auront donc l’occasion de la découvrir et pour le 8 mars, des élèves volontaires vont faire des affiches sur des femmes importantes et une affiche sera faite sur Claudette Colvin!

catégorie « couleur de ma ligne BD

Pour le rendez-vous : « Autour des Droits Civiques aux Etats-Unis » (en l’honneur de la date de l’assassinat de Malcolm X)